Navigation – Plan du site

Yann Bérard et Antoine Roger (dir.), « Sociologie politique des sciences », Politix, n° 111, 2015

Myriam Ahnich
Sociologie politique des sciences
Yann Bérard, Antoine Roger (dir.), « Sociologie politique des sciences », Politix, n° 111, 2015, Louvain-La-Neuve, De Boeck, ISBN : 978-2-8073-0095-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bruno Latour est un anthropologue, professeur et directeur scientifique à Science Po Paris, connu p (...)
  • 2 Pierre Favre est un politiste, professeur émérite des universités. Il s’est attaché à développer un (...)
  • 3 Bruno Latour, « Pour un dialogue entre science politique et science studies », Revue française de s (...)
  • 4 Favre Pierre, « Ce que les science studies font à la science politique. Réponse à Bruno Latour », R (...)

1Comment développer une nouvelle connaissance des sciences ? C’est à cette question qu’entend répondre ce nouveau numéro de la revue Politix. En 2008, une controverse sur les modalités de rapprochement entre la sociologie politique et la sociologie des sciences a été formulée dans la Revue française de science politique. Elle engageait Bruno Latour1 tenant d’une approche pragmatique et Pierre Favre2 socio-historien, autour d’enjeux de définitions et de frontières disciplinaires. Tandis que le premier justifie une description relativiste des sciences où les questions à première vue « purement techniques » sont « éminemment politiques »3, le second postule qu’« un usage politique des travaux est toujours possible » mais qu’« une découverte n’est pas par essence politique »4. C’est pour tenter de faire dialoguer ces points de vue a priori divergents, tant au niveau théorique que méthodologique, que se développe l’argumentaire de ce présent numéro. Comment s’opère cette rencontre qui interroge les dimensions politiques des sciences et des techniques ?

2Le dossier principal, composé de cinq contributions coordonnées par Yann Bérard et Antoine Roger, éclaire et interroge la manière dont les « productions scientifiques » tout comme les « productions culturelles » s’insèrent dans des rapports de pouvoirs. L’analyse peut ainsi être réalisée en croisant les outils de la sociologie des sciences (ethnographie en laboratoire) et de la science politique (mécanismes de légitimation, lutte au sein du champ, institutionnalisation, autonomie etc.…). L’intérêt de ces auteurs est à la fois épistémologique et programmatique : ils entendent développer « une nouvelle connaissance des sciences par l’apport théorique des sciences politiques », ceci afin de renouer le dialogue et de « retrouver le chemin d’une sociologie politique des sciences ».

3Les études de cas présentées touchent à des objets divers et contemporains, caractéristiques de la place de plus en plus importante tenue par les savoirs dit « scientifiques » dans l’espace public et de la critique profane qui leur est adressée. Si elles s’accordent sur les questionnements comme ceux de la capacité des savants à orienter l’action publique, de l’évolution de « l’expertise scientifique » ou encore de l’association des profanes aux prises de décision politique, on distingue dans ce dossier deux approches différentes dans la manière d’appréhender l’objet « science ». L’une s’attache à l’analyse de l’action des scientifiques, l’autre place l’acteur scientifique comme variable explicative des pratiques.

  • 5 Les écotrons visent la production de connaissance sur les écosystèmes et la biodiversité en s’appuy (...)

4Le premier groupe de contributions rassemble des auteurs interrogeant les « régimes d’action » à l’intérieur des sphères politiques, académiques, industrielles ou encore associatives. On peut donner l’exemple de l’étude de Céline Granjou sur les « grandeurs de l’écologie », qui montre comment les stratégies de grandeurs (outils, mesures, théories) des écotrons – qui sont des infrastructures expérimentales de recherche5 – se négocie en relation avec des enjeux extrascientifiques. En effet, l’institutionnalisation de l’écologie en France dans les années 1950 est concomitante, d’une part, de la reconnaissance dans le champ académique national du statut et de la place des sciences de l’environnement. D’autre part, elle s’appuie sur l’appropriation par les scientifiques des méthodes d’expérimentation de la physique (pour son utilisation de la réplication statistique) mais, également de ceux de la climatologie, considérée comme « un modèle d’excellence » en termes de rapport avec le public et les décideurs politiques (p 38). Cette analyse montre comment l’écologie a su affirmer son utilité scientifique mais surtout sociale, puisque les « écotrons » qui servait à l’origine à la préservation des espèces s’inscrivent dans le paradigme dominant aujourd’hui, celui de la sécurité – qu’elle soit alimentaire, qu’elle concerne l’utilisation de la biochimie pour le terrorisme ou encore les risques naturels et les changements climatiques.

5La contribution de Lydie Cabane et de Sandrine Revet est quant à elle intéressante pour saisir les régimes de production de la science. En effet, l’enquête réalisée à partir de l’utilisation de méthodes ethnographiques, d’entretiens et d’archives multi-situées, s’intéressent à la manière dont les catastrophes, a priori dépendantes d’une analyse par les sciences dites « dures » ont progressivement été investies par les sciences sociales. Elles y décrivent un espace de concurrence à la fois local et international et une reconfiguration progressive impulsée par les pouvoirs publics et les experts au niveau transnational. En étudiant « les trajectoires des savoirs et des disciplines d’une part, et les contextes politiques dans lesquels elles s’inscrivent [d’autre part] » (p. 48), les auteures parviennent à montrer que l'éruption des catastrophes dans les agendas politiques au niveau transnational est liée à leur appropriation dans les sciences sociales et que l’inscription institutionnelle de ces savoirs engendre en retour des effets dans les disciplines qui y prennent part.

6À l’heure où la science est interrogée et sommée d’être plus transparente, l’étude de la pratique scientifique par les approches politistes de la sociologie des sciences permet de saisir les processus de co-production entre des savoirs profanes et scientifiques, notamment à travers l’étude des productions et de l’appropriation des connaissances scientifiques dans les sphères d’action collective. Julien Weisbein tente de saisir la valeur « d’échange de la science pour une action militante » à partir d’une enquête sur l’association « Surfrider Foundation Europe », « à la fois dans l’organisation qui la porte comme dans la configuration politique plus large dans laquelle celle-ci s’insère » (p. 94). Si, au départ, la base militante de l’association était constituée de surfers, le répertoire d’action collectif de « Surfrider », qui vise la protection de l’océan et du littoral, a su se transformer par l’investissement d’experts engagés et la production de connaissances valorisables dans le cadre d’une participation aux politiques expérimentales. L’auteur décrit ainsi le passage d’un « statut de policy outsider à celui de policy insider » (p 116). L’activation d’un savoir scientifique dans des associations militantes permet à ces dernières d’avoir du poids dans les débats publics et d’exercer, dans les cas où la conversion est réussie, un véritable lobbying.

7Le deuxième groupe se distingue par une stratégie génétique, qui place les trajectoires et les dispositions des acteurs qui font la science comme premier facteur explicatif. La sociogenèse de Fabien Carrié sur l’expérimentation dans les services du vivant entre 1860 et 1890 intitulée « Le savant, le cobaye et l’antivivisectionniste » retrace les phénomènes de circulation des idées à une échelle « macrosociale », tout en articulant les différents niveaux d’intégration, à la fois interindividuel (laboratoire) et entre les différents groupes engagés dans les deux cas nationaux étudié, la France et la Grande-Bretagne. Comment s’est opérée la différenciation des principes de vision du rationalisme expérimental dans les sciences du vivant ? L’objectif est de montrer les différentes réceptions des pratiques et méthodes de vivisection sur les animaux par l’étude minutieuse « des rapports de force dans les champs de production symbolique, nationaux comme transnationaux, dont procèdent les différents biens – concepts, dispositifs et représentations – alors mis en circulation » (p 72). Les mobilisations collectives antivisectionnistes en Angleterre marquent la montée en puissance d’une idéologie hostile à l’implantation des nouvelles sciences tandis que la France tient avec l’Allemagne les centres où se développent les magistères sur les pratiques expérimentales de vivisection. Cette étude entend montrer le caractère non-linéaire des processus de circulation et de généralisation des savoirs : l’auteur note des effets d’aller-retour, et ne se soumet à aucun moment à la tentation téléologique.

8Dans le même registre, Jean Baptiste Paranthoën démontre que la valorisation des « circuits courts » entre producteur et consommateur dans les marchés agricoles n’est pas le résultat d’une orientation de l’action publique comme le voudrait la version officielle des faits, mais celui de l’incursion des scientifiques (ingénieurs agronomes de formation) dans le processus de définition et de catégorisation de l’action publique.

9Le dossier se clôt sur une lecture critique de l’ouvrage de Scott Frickel et Kelly Moore The New Political Sociology of Science. Institutions, Networks and Power, réalisée par Frédéric Nicolas. C’est l’occasion pour l’auteur de replacer ce débat français dans une controverse plus importante apparue outre-Atlantique. En effet, les questions soulevées par ce présent numéro ne sont pas récentes. Frickel et Moore avaient déjà engagé la critique de la sociologie constructiviste des sciences ou la production scientifique en tant qu’objet est réifiée et apparaît trop souvent comme autonome au regard des institutions, des réseaux et du pouvoir. Frédérique Nicolas, en s’appuyant sur leur héritage et pour en finir avec l’inflation des approches, espère voir émerger une sociologie critique des sciences en France. Il propose un retour aux fondamentaux des outils de la sociologie politique par des questions en terme de « domination, politisation, socialisation » des acteurs engagés, considérant que la multiplication des concepts, approches et sous-disciplines, comme c’est le cas dans la sociologie des sciences – avec la multiplication des « régimes d’action » – fait perdre l’intelligibilité et le pouvoir explicatif d’une démonstration.

Haut de page

Notes

1 Bruno Latour est un anthropologue, professeur et directeur scientifique à Science Po Paris, connu pour ses travaux en sociologie des sciences dans lesquels il décrit la construction de tout processus de recherche scientifique.

2 Pierre Favre est un politiste, professeur émérite des universités. Il s’est attaché à développer une histoire sociale des sciences dans une perspective d’avantage épistémologique que socio-historique.

3 Bruno Latour, « Pour un dialogue entre science politique et science studies », Revue française de science politique 4/2008 (Vol. 58), p. 657-678.

4 Favre Pierre, « Ce que les science studies font à la science politique. Réponse à Bruno Latour », Revue française de science politique 5/2008 (Vol. 58), p. 817-829.

5 Les écotrons visent la production de connaissance sur les écosystèmes et la biodiversité en s’appuyant sur le conditionnement et la manipulation d’écosystèmes artificiels dans des unités expérimentales fermées

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Ahnich, « Yann Bérard et Antoine Roger (dir.), « Sociologie politique des sciences », Politix, n° 111, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 14 mars 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/20348

Haut de page

Rédacteur

Myriam Ahnich

Doctorante en science politique à l’Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, rattachée au laboratoire de l’Institut des sciences sociales du politique (ISP). Objet d’étude : impacts politiques et institutionnels et appropriations profanes des controverses scientifiques sur l’autisme.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page