Navigation – Plan du site

Jean-Charles Hue, Mange tes morts. Tu ne diras point

Ismail Ferhat
Mange tes morts
Jean-Charles Hue, Mange tes morts. Tu ne diras point, Nantes, Éditions Capricci, 2015.
Haut de page

Texte intégral

1Le cinéma français s’est intéressé par intermittence aux communautés gitanes. Quand elles ont été représentées à l’écran, cela a été, du début du XXe siècle jusqu’aux années 1980, alternativement sous l’angle romanesque (l’histoire d’amour impliquant une belle bohémienne) ou à travers des stéréotypes (des communautés en marge et éprises de liberté). Comment d’ailleurs appeler ces populations au demeurant disparate ? Gitans, Manouches, Bohémiens, « Gens du voyage » ? Cette dernière expression semble à la fois la moins stigmatisante et la plus récente et c’est celle que nous retenons. La décennie des années 1980 est le moment d’une double rupture cinématographique. Au niveau international, Emir Kusturica (Le temps des gitans, 1989), a mis à l’honneur ces communautés mal connues, notamment leurs musiques, qui accompagnent une grande partie de ses œuvres. En France même, Tony Gatliff a popularisé les gens du voyage à travers ses œuvres (à commencer par Les princes en 1983). Il a plus récemment (Liberté, 2008) rappelé la tragédie gitane durant les années noires de la deuxième guerre mondiale – un thème encore méconnu en France. Cependant, le sujet des gens du voyage reste globalement peu traité à l’écran. C’est donc à un thème encore marginal dans la cinématographie française que s’attaque le réalisateur Jean-Charles Hue, avec ce film qui a obtenu l’année de sa parution, en 2014, le prix Jean-Vigo.

2La première scène du film, qui commence par un travelling sans parole, cristallise en quelques secondes tous les clichés qui peuvent coller à la peau des gens du voyage. Deux jeunes, dont l’un est armé d’un fusil, parcourent sans aucune précaution un champ sur une moto. La délinquance, la violence, le non-respect des règles sont suggérés. Pourtant, la suite immédiate du film contredit cette perception : les deux jeunes s’arrêtent pour un court instant pour discuter. Le conducteur de la moto, Moïse, exhorte le plus jeune, Jason Dorkel, à ne pas emprunter « le mauvais chemin » qu’a suivi son frère Fred, qui purge une longue peine de prison pour un crime violent. Jason doit être baptisé le lendemain, pour ses 18 ans – la communauté a monté un chapiteau spécialement pour cette occasion, mais il hésite : se faire baptiser, « rejoindre les chrétiens » selon son expression, c’est aussi renoncer aux plaisirs, aux activités de petite délinquance – voler de l’essence des réservoirs, en l’occurrence – et à une certaine liberté. Ses rapports avec son autre frère Mickael, qui refuse aussi bien les évangélistes que toute activité professionnelle légale, sont également complexes. Jason a été adopté par la mère de la famille Dorkel mais il aurait – selon Mickael – du sang « gadjo » (non gitan) dans les veines. La place de Jason est donc ambivalente, aussi bien dans sa famille que dans sa communauté.

3Alors que le jeune Jason est en pleine hésitation, arrive justement dans le campement Fred, le plus âgé de la fratrie Dorkel, tout juste libéré de prison. Son retour, loin d’être célébré par toute la communauté, gêne : il « n’est pas le bienvenu », comme le dit son oncle, qui prône le droit chemin aux jeunes. La mère de Fred, malade et fatiguée, semble quant à elle perdue entre la joie d’une fratrie à nouveau réunie et les conflits entre ses fils. C’est tout naturellement que l’ancien prisonnier dégaine, au propre comme au figuré, le pistolet : Fred est un voyou, et il revient à ses activités délinquantes de jeunesse (le vol de marchandises) le jour même de sa libération. S’engage, pour les trois frères Dorkel et Moïse – ce dernier partagé entre désapprobation et goût de l’aventure –, une équipée nocturne dans une voiture manifestement volée, dont la brutalité va aller croissant. Jason a en effet renseigné son grand frère sur un poids-lourd rempli de câbles en cuivre, garé dans un entrepôt isolé dans la ville de Creil (Oise). La virée nocturne de ces quatre personnages occupe la plus grande partie du film. Courses de voitures clandestines, provocation des forces de l’ordre, bagarre armée devant une boîte de nuit : le crescendo de la violence va jusqu’à la tentative de meurtre. La virée s’achève au petit matin, sur un constat d’échec amer pour tous les participants : le vol a échoué, la voiture est désormais une épave et la bande ne sait pas que faire.

4De manière subtile, l’auteur souligne les transformations, aussi fortes que méconnues, qui traversent la communauté des gens du voyage décrite dans le film. Première d’entre elles, la progression des évangélistes en leur sein génère de profondes tensions. En effet, porteurs d’un discours moralisateur (famille, travail, respect de l’ordre et de la propriété), les évangélistes fracturent la communauté. S’opposent à ce corpus religieux ceux qui continuent de vouloir vivre selon des traditions propres et dans une marginalité revendiquée (à commencer par la « chourave »). Les oppositions sont constantes et, sans dévoiler la fin du film, finissent par remettre en cause la fratrie Dorkel elle-même. C’est probablement un des aspects les plus éclairants du film. Le rôle croissant du religieux n’est pas sans rappeler les quartiers populaires urbains, où un repli sur la foi – le salafisme, mais aussi les églises évangélistes – favorise un ordre moral conservateur chez une partie des classes populaires.

5Deuxième évolution : la délinquance de survie, celle des « chouraveurs », est de plus en plus concurrencée par des formes de délinquance plus violentes (drogue, criminalité armée) qui sont présentées tout au long du film. Celles-ci dépassent en gravité – et en profit – les pratiques traditionnelles de Fred (le vol de nourriture et de produits de première nécessité). La virée des frères Dorkel durant cette nuit ne débouche sur aucun butin, malgré les risques pris et les souffrances subies (blessures, humiliations, dispute entre frères, risque de mort). Fred, enfermé dans un code de l’honneur inlassablement ressassé – ne pas faire couler le sang inutilement, ne pas faire d’orphelins, nourrir sa famille – apparaît comme un bandit à l’ancienne, à la fois figé et dépassé. Sa délinquance est dictée par la misère, par sa révolte contre l’injustice faite à sa famille et par sa fidélité à la figure paternelle. Elle n’est qu’une absence de perspective, une fuite en avant, symbolisée par la voiture qu’il conduit sans fin et sans itinéraire précis dans la nuit.

6Enfin, le délitement progressif de la sociabilité des gens du voyage transparaît bien dans le film : la famille nucléaire supplante les liens de parentèle plus éloignés, l’individualisation pointe, le repli sur soi affaiblit le rôle de sociabilité et de régulation des communautés locales. Le film laisse à voir le rapide effritement d’une culture symbolisée par la figure tragique de Fred, rejeté jusque par ses proches.

7Jean-Charles Hue filme au plus près des acteurs, non professionnels, en mobilisant la langue et les références des gens du voyage (le titre du film renvoie ainsi à une expression particulièrement injurieuse au sein de ces communautés). Ne délivrant aucun message lénifiant, son film nous fait découvrir un groupe humain fragmenté par la double action de la modernité et de la marginalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ismail Ferhat, « Jean-Charles Hue, Mange tes morts. Tu ne diras point », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 15 mars 2016, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/20357

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page