Navigation – Plan du site

Antoine Faure, Emmanuel Taïeb (dir.), Les séries, politique fiction

Marine Bosse
Les séries, politique fiction
Antoine Faure, Emmanuel Taïeb (dir.), « Les séries, politique fiction », Quaderni, n° 88, 2015, 140 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-2037-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Godmer Laurent, Smadja David (dir.), « Penser la politique par le film », Quaderni, n° 86, 2015.
  • 2 Toutes les séries ne sont pas abordées dans ce numéro : sont intégrées « les télénovas de format lo (...)
  • 3 ATER et doctorant de l’IEP de Grenoble et du laboratoire de recherche PACTE.
  • 4 Membre de l’institut universitaire de France, du laboratoire Triangle, et professeur des université (...)

1Ces dernières décennies ont considérablement vu évoluer l’œuvre audiovisuelle : passée du grand au petit écran, d’un format filmique à un format sériel, elle est devenue plus sophistiquée et complexe (travail de l’image, jeux de caméra, soin apporté à l’intrigue…). La revue Quaderni explore le champ de la communication dans la société et ses rapports essentiels avec les technologies et le pouvoir. Après un numéro 86 de l’hiver 2014-2015 qui proposait de penser la politique par le film1, le présent dossier confirme l’intérêt des chercheurs pour les œuvres audiovisuelles et offre une voie d’entrée dans l’analyse des séries2 sous l’angle de la « politique-fiction ». Ce numéro dirigé par Antoine Faure3 et Emmanuel Taïeb4, structuré en trois parties et qui regroupe douze articles d’auteurs différents, vient compléter la courte liste des ouvrages s’intéressant à ces œuvres contemporaines.

  • 5 Buxton David, Les séries télévisées : forme, idéologie et mode de production, Paris, L’Harmattan, 2 (...)
  • 6 Selon Jean-Pierre Esquenazi, « le « réalismes », finalement ne constitue qu’une procédure parmi d’a (...)
  • 7 Selon Jacques Rancière, les séries « exposent des projets utopiques qui vont « redonner consistance (...)

2Selon les coordonnateurs, une telle analyse des séries suppose de s’affranchir des préjugés de genre attachés à ces productions et de s’interroger sur la manière dont elles sont présentées aux téléspectateurs. Ainsi, au cours de ce numéro, les auteurs se questionnent, à travers le concept d’esthétique narrative, sur les relations entre le fond, la forme et le format des séries. Les séries politiques restent le lieu privilégié de la politique fiction, le recours à la fiction permettant de voir au-delà du seul aspect politique. Si David Buxton ne voyait dans les séries aucun projet social5, ce n’est pas le cas des auteurs de ce recueil, qui y trouvent un objet d’étude fascinant. La série serait capable d’être un levier pour évoquer le monde social : la force des séries contemporaines est qu’elles donnent à voir des univers plausibles, séduisants et décalés6, en mettant en scène des problèmes sociologiques d’époque. Les séries sont un véritable « réservoir d’idées » en ce sens qu’elles sont porteuses de messages et d’utopie7. Les séries peuvent influencer la réalité à travers des jeux subtils de miroir et de reflets de nos peurs, de nos attentes et de nos désirs. Par le recours au réalisme, cet objet télévisuel qui avait du mal à percer face au cinéma, a affirmé sa légitimité à partir des années 1990.

  • 8 Galactica, série télévisée américaine créée par Glen A. Larson et diffusée entre 1978 et 1979 sur A (...)

3En présentant la série Battlestar Gallactica, Medhi Achouche met en avant le dialogue entre la science-fiction et le présent. Le créateur de la série, Ronald D. Moore, y réactualise une série des années 19708 afin de l’inscrire dans le contexte post 11 Septembre américain et de la faire entrer en résonance avec son contexte de création et de réception. Moore crée alors un lien intime entre fiction et réalité, il reprend l’histoire des États-Unis afin de proposer de nouveaux futurs : il n’hésite pas à utiliser ses « mondes secondaires » pour penser et critiquer le « monde zéro ». La série invite ainsi le téléspectateur à penser son époque et à apprendre des erreurs du passé.

4Les évolutions majeures de l’opinion et des discours politiques ont été déclenchées au cœur des industries culturelles. Les séries, véritables « réservoirs d’idées », mettent potentiellement en place dans l’espace public des idées et des jugements. C’est pourquoi, Sabine Chalvon-Demersay s’interroge sur la mise en œuvre d’une responsabilité des héros de série télévisée. Force est de constater que ces personnages restent protégés par leur dimension fictionnelle qui les place dans un régime d’irresponsabilité.

5La série, objet d’étude fascinant, devient un outil pédagogique idéal. Ainsi, Pierre Olivier Garcia et Sébastien Leroux ont choisi d’articuler leur unité d’enseignement « Géographie et médias » d’une manière novatrice, autour de la série The Wire qu’ils mobilisent en véritables géographes. Leur article fait retour sur les aspects positif sur cette expérience.

  • 9 Dubs Delphine et Quevreux Marie, « La philosophie des séries : un territoire à (ré)explorer. Implic (...)
  • 10 Concept forgé par le philosophe Ludwig Wittgenstein.

6Les séries font l’éducation des spectateurs, elles forment des espaces d’expérimentation, de transmission et de conservation de valeurs, de principes et de règles9. Autant d’aspects qui rendent leur analyse intéressante. Selon Philippe Corcuff, l’étude cloisonnée des séries empêche une analyse constructive de ces dernières en tant que politique fiction. Il propose un dialogue transfrontalier mené à partir de la méthodologie des « jeux de langages »10 du roman, du cinéma de fiction et des séries entre philosophie, sociologie et culture ordinaire.

7Les séries sont étudiées dans ce numéro en tant que fiction ; or, la « fictionnalisation » ne marche qu’avec la dépolitisation. C’est à travers l’étude d’Underwood, personnage politique de fiction par excellence de la série House of cards, qu’Emmanuel Taïeb appuie ses propos. La part fictionnelle de la série réside essentiellement dans le choix scénaristique qui consiste à confondre politique et meurtre, mais pas seulement : le coup est l’activité principale des hommes politiques, cependant plus le coup est important dans la série, moins il est plausible dans la réalité. Chaque coup réactive alors la part fictionnelle de la série.

8C’est parfois pour satisfaire un objectif politique que les séries relèvent de la fiction. Carlos Ossa éclaire cet objectif par les télénovas chiliennes, utilisées à partir des années 1970 comme un espace médiatique de reconfiguration esthético-sociale par les militaires. Dans une volonté de rattacher la population chilienne au régime militaire et pour favoriser le retour à des valeurs patriotiques, ces derniers définissent les limites de ces productions. Le plus souvent, les télénovas sont centrées sur le conflit amoureux, plus particulièrement sur l’ascension sociale et la tragédie amoureuse : les personnages doivent alors choisir entre le bénéfice propre ou le maintien des fins communes.

Haut de page

Notes

1 Godmer Laurent, Smadja David (dir.), « Penser la politique par le film », Quaderni, n° 86, 2015.

2 Toutes les séries ne sont pas abordées dans ce numéro : sont intégrées « les télénovas de format long mais en excluant les soaps et les sitcoms qui possèdent une autre durée (26 minutes), un autre format, des tournages exclusivement en public ou en studio ». Sont étudiées les séries « où se déploient de nouvelles “esthétiques narratives”, où les formes, les formats, les mises en scène, soit l’ensemble des choix esthétiques conditionnent la mise en histoire » (p. 6).

3 ATER et doctorant de l’IEP de Grenoble et du laboratoire de recherche PACTE.

4 Membre de l’institut universitaire de France, du laboratoire Triangle, et professeur des universités en science politique à Lyon, chercheur associé au laboratoire PACTE, membre du comité de rédaction Quaderni et responsable de la rubrique livres.

5 Buxton David, Les séries télévisées : forme, idéologie et mode de production, Paris, L’Harmattan, 2010.

6 Selon Jean-Pierre Esquenazi, « le « réalismes », finalement ne constitue qu’une procédure parmi d’autres pour évoquer symboliquement le réel. Elle consiste à proposer (ou prétend proposer) une représentation globalement exacte d’un monde tout en insérant une structure narrative inventée ».

7 Selon Jacques Rancière, les séries « exposent des projets utopiques qui vont « redonner consistance à la communauté inconsistante de la politique » (page 10)

8 Galactica, série télévisée américaine créée par Glen A. Larson et diffusée entre 1978 et 1979 sur ABC.

9 Dubs Delphine et Quevreux Marie, « La philosophie des séries : un territoire à (ré)explorer. Implications philosophiques », Implications philosophiques, 1er août 2012, en ligne : http://www.implications-philosophiques.org/semaines-thematiques/philosophie-des-series/la-philosophie-des-series-televisees-un-territoire-a-reexplorer-introduction/.

10 Concept forgé par le philosophe Ludwig Wittgenstein.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Bosse, « Antoine Faure, Emmanuel Taïeb (dir.), Les séries, politique fiction », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 15 mars 2016, consulté le 28 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/20365

Haut de page

Rédacteur

Marine Bosse

Étudiante en droit, inscrite à l’institut d’études judiciaires de l’Université de Bretagne occidentale (Brest) et titulaire d’un master 2 en droit privé fondamental.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page