Navigation – Plan du site

Rachel Sarg, La foi malgré tout. Croire en prison

Anne-Laure Zwilling
La foi malgré tout
Rachel Sarg, La foi malgré tout. Croire en prison, Paris, PUF, 2016, 264 p., ISBN : 978-2-13-072972-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gerald Bronner, L’empire des croyances, Paris, PUF, coll. « Sociologie », 2003.

1Traitant de la religion en prison, ce livre rencontre trois questions du débat social contemporain : un certain renouveau d’intérêt pour l’impact social des religions, la disproportion flagrante signalée depuis quelques années en France entre le nombre de détenus musulmans et le nombre d’aumôniers de prison de cette religion, et les questions de radicalisation religieuse. L’ouvrage expose les conclusions d’une enquête qualitative menée auprès de 60 détenus, 14 aumôniers et 15 autres personnels de l’administration pénitentiaire, dans trois types d’établissements de la région Nord-Est (une maison centrale, un centre de détention et une maison d’arrêt). L’objectif de l’enquête était de saisir les différentes façons dont ces personnes investissent la religion, de cerner la complexité du rapport des détenus à des pratiques et croyances religieuses. Pour ce faire, l’auteur s’appuie fortement sur la théorie du marché cognitif développée par Gerald Bronner1.

  • 2 On retrouve là le caractère pragmatique de la gestion du religieux évoqué dans Anne-Sophie Lamine ( (...)

2Une première partie de l’ouvrage dessine le contexte général de l’étude. Le chapitre 1 offre un rappel historique de l’ancrage profondément religieux de l’incarcération punitive et sa laïcisation progressive à partir de la fin du XVIIIsiècle ; il évoque ensuite le retour du religieux en prison, depuis les années 1970, dans la perspective d’une prise en compte de la pluralité religieuse (et surtout de la présence de l’islam) qui va en s’accélérant ces quinze dernières années. Le chapitre 2 décrit la place de la religion en prison, en exposant les diverses modalités par lesquelles celle-ci peut être saisie : les différents aspects de la présence du religieux dans le quotidien, la dimension légale de la gestion du religieux, le rôle des aumôniers, ainsi que la pratique religieuse informelle et son contrôle institutionnel. La tension est forte pour l’administration, entre nécessité légale de respecter la liberté religieuse de chacun et soumission aux règles de la laïcité dans l’espace public que constitue l’établissement pénitentiaire. Le chapitre 3 décrit l’organisation de l’aumônerie en prison : sept confessions sont agréées par l’administration pénitentiaire, et l’aumônerie est « le cadre prégnant de la dynamique et du développement des croyances » (p. 58). À partir de ces pages, dans lesquelles la théorie du marché cognitif est brièvement exposée, se profile la dimension analytique de l’ouvrage. L’activité religieuse est décrite comme la seule offre officielle identifiée permettant de proposer du sens et des valeurs à des questions ultimes ; la religion fonctionne comme une offre à coût cognitif faible, pour laquelle l’importance des médiateurs (aumôniers, visiteurs et codétenus) est grande. L’auteure analyse ensuite la relation du personnel pénitentiaire à la religion, qui forme l’arrière-plan de la relation des détenus à la religion et concerne les aumôniers autant que les détenus. Cette relation, étudiée au chapitre 4, va de la collaboration avec l’aumônerie jusqu’à l’hostilité envers toute manifestation religieuse, en passant par la neutralité bienveillante ou distante, les variations s’expliquant surtout par les compétences relationnelles et le vécu individuel des personnels. Les entretiens avec le personnel révèlent l’utilitarisme de certaines demandes religieuses des détenus2, ce qui « souligne les complexités des processus qui sous-tendent l’explication des croyances » (p. 104).

3L’influence de la conversion, selon l’auteure, n’est pas à retenir comme hypothèse d’explication du rapport des détenus au religieux et de ses transformations. Il faut s’intéresser, en revanche, au religieux comme ressource de sens. En effet, la prison est une expérience totale ; l’incertitude, qui se décline de façons multiples, est donc sa caractéristique majeure puisque « l’expérience carcérale modifie l’environnement social et cognitif de l’individu » (p. 106). L’auteure décrit ces différentes ruptures de confiance : c’est d’abord celle de l’arrivée en détention (perte de repères, rupture avec le vécu ordinaire), puis celle du quotidien carcéral, amplifiée par la cohabitation forcée, celle de l’anxiété judiciaire, qui est au cœur du parcours pénitentiaire, enfin l’incertitude cognitive et existentielle. Hormis l’expérience de l’arrivée, qui est ponctuelle et commune à tous les détenus, ces ruptures coexistent pour chaque détenu, de façon variable, durant toute sa détention. Ouvrant à une nouvelle expérience de soi, questionnant le rapport au monde, l’épreuve carcérale met le détenu en questionnement existentiel, que le religieux place « sous un jour inédit » (p. 119). L’auteure affirme au chapitre 5 qu’en définitive, la meilleure variable d’explication de la mobilisation religieuse résulte de la combinaison des incertitudes personnelles suscitées par l’incarcération et de l’offre religieuse.

4Les premiers temps de l’incarcération représentent pour la plupart des détenus un moment de forte incertitude cognitive. Les religions offrent des ressources pour penser le rapport du détenu à l’acte et à la peine, et les inquiétudes quant à l’avenir ; elles permettent donc de répondre aux incertitudes cognitives. Bronner distingue ces dernières, qui concernent les systèmes de représentation et la recherche de sens, des « incertitudes en finalité » qui ont trait à l’éventail des possibilités de réalisation d’un désir. L’offre religieuse peut également être mobilisée par les détenus en prison pour répondre à ces incertitudes en finalité : incertitudes quotidiennes, matérielles, sociales et judiciaires, toutes constituant l’essentiel de la vie carcérale. Mais le rapport à la religion ne surgit pas ex-nihilo ; il semble favorisé par une connaissance antérieure de la religion, que l’incarcération pousserait à réactiver. Une difficulté de l’enquête se laisse entrevoir ici : décrivant la façon dont certains détenus mobilisent des ressources liées aux compétences des aumôniers (préparation de sortie, lien avec la famille), l’auteure affirme que les détenus utilisent ces dernières « sans pour autant adhérer à un contenu religieux ». Cette affirmation paraît arbitraire : on ne peut pas assurer que la relation établie avec un aumônier en vue de la sortie de prison n’a rien de religieux, pas plus qu’on ne peut dire qu’elle serait essentiellement religieuse ; en matière de religion, il est toujours difficile de distinguer la pratique de l’investissement sémantique.

5L’auteure prend en compte ensuite, au chapitre 9, la question de l’extrémisme religieux, qui fonctionne souvent comme retournement de stigmate. S’opposant aux affirmations de Farhad Khosrokhavar il y a une dizaine d’années, elle considère ainsi que « l’aménagement de la religion musulmane par l’institution entraînerait la baisse de son attractivité en termes de justification à l’injustice » (p. 207-208). La question de la religion comme source de résistance est en effet particulièrement importante en prison. Au-delà du rapport utilitariste au religieux, l’islam (car c’est le seul cas évoqué à ce propos) est souvent mis au service d’une idéologie de la révolte. Là encore, entre stratégie de résistance à l’institution pénitentiaire et inconditionnalité de la croyance, le religieux est difficile à cerner. On constate cependant que la religion musulmane, parce qu’elle favorise une dimension collective et qu’elle est vue comme « la religion des opprimés », est « une religion d’autant plus attractive en détention » (p. 222).

6La dynamique des processus d’adhésion à la religion est variable, et influencée par certains éléments dominants de la vie du détenu (entrée en détention, rapport à l’institution, routine quotidienne…), dont l’auteure dresse une typologie. Les raisons de mobiliser la ressource religieuse peuvent être : de réduire la dissonance (dimension de recherche de sens) ; de réduire l’étrangeté ; de trouver une réhabilitation ou une reconstruction identitaire (soit par normalisation, soit par résistance) ; de combler un manque social et affectif ; de satisfaire une attente instrumentale et matérielle. Le recours à la religion en prison est subjectivement motivé, et s’inscrit dans un parcours individuel de type cumulatif.

7La place de la religion en prison aujourd’hui est une question largement sous-analysée, et cet ouvrage a le grand mérite de s’y consacrer. L’intérêt même du sujet fait souhaiter cependant qu’il y ait eu plus de rigueur dans l’écriture (une relecture plus soigneuse aurait réduit le nombre de coquilles ou d’erreurs, comme le « G » manquant à Ervin Goffman dans la bibliographie), ce qui aurait permis d’éviter des formulations parfois déconcertantes (« Pour avoir recours à une ressource, il est plus avantageux qu’elle soit facilement mobilisable […] ce qui […] facilite sa mobilisation », p. 249, nous soulignons). Certains présupposés auraient gagné à être clarifiés : ainsi, la présentation des témoignages de détenus cités dans l’ouvrage indique, pour chacun, son nom, son âge, le délit, la durée de sa peine et son lieu de détention. Or, seul le lieu de détention est exploité comme variable dans l’analyse du processus de mobilisation religieuse ; fournir ces autres indications laisse penser que les détenus ont été pris en compte à travers leur identité carcérale alors qu’il s’agit au contraire de saisir la subjectivité des parcours. Ailleurs, évoquant la part historique des religions chrétiennes dans l’institution carcérale, l’auteure rappelle rapidement la doctrine catholique du pardon. Cependant, si les religions musulmane, juive ou bouddhiste sont également citées, leur discours officiel quant à la prise en compte des délinquants et des criminels n’est jamais explicité ; cet arrière-plan théologique contribue pourtant fortement à expliquer la situation actuelle de l’aumônerie en prison. Par ailleurs, lorsqu’elle dépeint le rapport au religieux, l’auteure décrit les doctrines et les pratiques individuelles ou collectives, ainsi que les acteurs, représentations, professionnels et modalités institutionnelles. Il aurait sans doute fallu étudier plus précisément la diversité de mobilisation du religieux pour chacun de ces registres, en affinant les grilles d’analyse. D’autres pistes paraissent en effet intéressantes : l’auteure évoque ainsi l’oligopole cognitif de détenus radicalisés : l’offre cognitive est-elle dans ce cas le seul facteur en jeu, ou bien le charisme (abordé cependant dans les pages 67 à 74) joue-t-il un rôle ? Il serait également utile de savoir comment évoluent, une fois les détenus sortis, les mobilisations religieuses initiées en prison, afin de juger si la typologie dressée garde sa capacité heuristique hors de l’institution carcérale. Enfin, étudier les cas-limites aurait permis de mieux établir la pertinence de l’hypothèse exposée ; ainsi, si l’offre cognitive est en effet un élément déterminant de l’adhésion religieuse en prison, comment expliquer qu’elle ne séduise pas l’ensemble des détenus, tous confrontés aux mêmes incertitudes ? De même, analyser les éventuels changements de religion aurait permis d’éprouver l’importance de la familiarité préalable avec le religieux dans la dynamique d’adhésion religieuse.

8Ces regrets confirment cependant l’intérêt de l’ouvrage. La prison reste encore un territoire trop peu connu et analysé ; il était grand temps qu’elle soit mieux explorée, et Rachel Sarg propose à cet égard bon nombre d’informations et de pistes intéressantes. L’ouvrage a donc la grande qualité d’ouvrir à la réflexion sur la place de la religion en prison, répondant à certaines questions tout en en soulevant nombre d’autres.

Haut de page

Notes

1 Gerald Bronner, L’empire des croyances, Paris, PUF, coll. « Sociologie », 2003.

2 On retrouve là le caractère pragmatique de la gestion du religieux évoqué dans Anne-Sophie Lamine (dir.), Quand le religieux fait conflit. Désaccords, négociations ou arrangements, Presses universitaires de Rennes, coll. « Sciences des Religions », 2014 ; notre compte rendu pour Lectures : https://lectures.revues.org/14837.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Laure Zwilling, « Rachel Sarg, La foi malgré tout. Croire en prison », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 16 mars 2016, consulté le 29 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/20368

Haut de page

Rédacteur

Anne-Laure Zwilling

Ingénieure de recherche CNRS à l’UMR 7354 Droit, Religion, Entreprise, Société (Strasbourg), responsable du projet Eurel (www.eurel.info) et coresponsable de l’équipe 2 « religions au miroir du pluralisme ». Champs d’intérêt : les minorités religieuses en France et en Europe ; les religions et leurs textes fondateurs.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page