Navigation – Plan du site

Etienne Balibar, Europe, crise et fin ?

Igor Martinache
Europe, crise et fin ?
Etienne Balibar, Europe, crise et fin ?, Paris, Le Bord de l'eau, 2016, 322 p., ISBN : 9782356870940.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ainsi que les journalistes et responsables politiques surnomment la possible sortie de la Grèce de (...)
  • 2 Il fait entre autres partie, avec son maître Jacques Rancière mais aussi avec Roger Establet, des a (...)
  • 3 Voir entre autres Droit de cité, Paris, PUF, 2002 [1998], mais aussi l’ouvrage qu’il a coécrit avec (...)
  • 4 Voir entre autres Les frontières de la démocratie, Paris, La Découverte, 1992 ; Nous, citoyens d’Eu (...)

1Un spectre hante l’Europe : celui de son indétermination. Il n’est en premier lieu pas exagéré aujourd’hui d’affirmer que le continent est à la croisée des chemins, tant les « crises » s’accumulent sur le sien : « crise » financière, crise de « la » dette, « crise des migrants », crise de ses institutions, montée des partis « populistes » d’extrême-droite, menaces symétriques du « Grexit » et du « Brexit »1… On pourrait poursuivre encore longtemps la liste, mais cela ne ferait en réalité que renforcer le sentiment erroné que ces différentes crises seraient indépendantes. Car toutes ressortissent en réalité d’une seule et même contradiction structurelle, ou plus exactement d’un même système de contradictions, congénitales à la construction européenne depuis son origine, et que l’ouvrage d’Etienne Balibar vient utilement éclairer. Élève de Louis Althusser, ce philosophe spécialiste de la pensée marxiste2 et auteur de contributions éclairantes sur la citoyenneté3, a consacré depuis le début des années 1990 plusieurs ouvrages à la question plus spécifique de la construction européenne, envisagée sous l’angle justement des recompositions de la citoyenneté qu’elle implique, mais aussi de son articulation à la dynamique de mondialisation4. Autant dire que, contrairement à certains de ses confrères, il ne redoute pas de s’aventurer sur le terrain politique le plus brûlant plutôt que de se retrancher dans la tour d’ivoire des abstractions. Ce qui le conduit notamment à livrer régulièrement des tribunes dans la presse ou à intervenir lors de conférences publiques, aussi bien en France qu’en Allemagne, en Grèce, au Royaume-Uni ou en Italie, traduisant ainsi en actes l’appel à la constitution d’un véritable demos européen qu’il ne cesse de réitérer.

  • 5 Qui prend les choses à la racine.

2Le présent ouvrage est précisément constitué d’une douzaine de ces interventions, réalisées entre mai 2010 et octobre 2015 et légèrement retravaillés pour le présent volume, sans que la teneur originale en soit modifiée. Tout en jouissant d’une certaine notoriété et de l’accès facilité aux médias que celle-ci accorde, Etienne Balibar présente le mérite d’y développer une pensée à la fois claire et rigoureuse, radicale au sens étymologique du terme5, sans céder aux piques provocatrices et aux propositions politiquement irréalistes. La succession des textes réunis dans ce volume, si elle donne logiquement une certaine impression de répétition, comme le reconnaît d’ailleurs l’auteur en introduction, donne aussi à voir l’évolution des réflexions d’un citoyen européen (presque) ordinaire, ainsi qu’il se définit lui-même, au cours de ce quinquennat décisif pour l’avenir de l’Europe. Ces cinq dernières années constituent en effet un véritable interregnum, au sens conféré par Antonio Gramsci à ce contexte : l’ancien est déjà mort et le nouveau non encore advenu. Tout en restant fidèle à sa ligne générale, l’auteur la fait cependant évoluer au fil des événements successifs qui révèlent chaque fois un peu plus les contradictions de la construction européenne, en particulier le processus de « dé-démocratisation » dont est porteuse sa structure institutionnelle. On voit ainsi, par exemple, Balibar évoluer sur l’opportunité pour les pays qui l’ont adoptée d’abandonner la monnaie unique, et défendre plus largement la politique mise en œuvre par le gouvernement d’Alexis Tsipras en Grèce, notamment au moment du « diktat » du 13 juillet 2015, tout en admettant la lourde défaite que son acceptation, huit jours seulement après le référendum organisé dans ce pays, cristallisant à lui seul toutes les contradictions européennes susmentionnées.

  • 6 Et en cela bien différents des simples rassemblements inter-partisans au Parlement européen qui n’o (...)

3L’ouvrage est structuré en cinq grandes parties. Tout d’abord, l’« ouverture » pose un diagnostic sur la crise actuelle et rappelle utilement la consubstantialité entre économie et politique, là où certains tentent de plus en plus de faire passer la première pour une simple question technique. Dans les textes qui composent la deuxième partie, Etienne Balibar détaille les deux idéaux-types de scénarios de sortie de crise : d’un côté, les scénarios qui ambitionnent la « régulation » et de l’autre ceux qui se centrent sur la « protection ». Ces scénarios se distinguent avant tout par l’échelle qu’ils privilégient, globale pour les premiers et locale pour les seconds, mais aussi par la sphère économique qu’ils visent prioritairement : financière ou « réelle ». L’auteur considère ces deux types de scénarios comme antinomiques, mais le débat à leur endroit pourrait précisément constituer un levier pour refonder l’Europe – une nécessité, pour Etienne Balibar, qui implique de prendre en compte l’histoire et de ne pas se contenter de corriger l’existant. Car une conviction anime l’auteur : la mondialisation est un fait inéluctable et il est illusoire de croire qu’on pourrait s’en protéger par de quelconques formes de fermeture de ses frontières. Une telle fermeture ne ferait en réalité qu’accroître la soumission des pays qui l’auraient mise en œuvre aux forces de la mondialisation. C’est pourquoi la construction européenne doit s’atteler au contraire à porter une alternative à la mondialisation en cours, qui mette fin aux formes de concurrence qui la dominent à l’extérieur comme en son sein, et s’appuie notamment sur le « conflit entre modèles de société antithétiques, et non entre nations en quête de leur identité perdue » (p. 116), comme c’est le cas aujourd’hui. Pour ce faire, l’auteur en appelle notamment à la constitution d’un véritable parti européen – au double-sens du terme, c’est-à-dire pro-européen et à l’échelle continentale6 –, convaincu qu’il est que la sortie du déficit démocratique actuel des institutions européennes ne se fera pas simplement en les dissolvant, mais en inventant au contraire des dispositifs permettant d’impliquer des citoyens européens, plus démocratiques encore que ceux qui existent à l’heure actuelle au niveau stato-national.

4La troisième partie est consacrée plus particulièrement aux questions des frontières, des migrations et de la citoyenneté. L’auteur y renvoie dos-à-dos notamment les partisans d’une « Europe fédérale » et ceux d’une « Europe des nations », en détaillant les apories d’une telle opposition et en montrant que le vrai défi réside dans la mise en œuvre d’une véritable acculturation des citoyen-ne-s des différents pays du continent, via notamment le déploiement de multiples canaux de communication – au sens plein du terme – passant par « l’éducation mais aussi les luttes sociales [et] l’émergence de campagnes politiques traversant les frontières […], fournissant progressivement aux peuples les moyens concrets de comparer leurs histoires et d’associer leurs intérêts » (p. 131). Toutes choses qui auraient pour conséquence de priver les dirigeants actuels de leur monopole de représentation, ce qui explique qu’ils soient en réalité les premiers opposants à la mise en place des fondations sociologiques d’une véritable citoyenneté européenne, contrairement à ce que certains de leurs discours laissent accroire. La construction européenne invite du reste à reconsidérer radicalement la notion même de frontière comme l’a analysé déjà précédemment l’auteur. Les frontières de l’Europe ne sont pas simplement ses frontières externes ou ses frontières internes, lesquelles ne sont d’ailleurs ni figées ni concordantes, d’une entité européenne à une autre (Union européenne, Conseil de l’Europe, zone euro, espace Schengen, etc.). L’Europe constitue en réalité un complexe inédit « d’institutions et de dispositifs de sécurité étendus sur tout son territoire de façon à “réguler” les mouvements de population » (p. 164), que l’auteur résume sous le concept de « Borderland ».

  • 7 C’est-à-dire la conception du peuple comme fondé avant tout par un passé commun ou comme tourné ver (...)
  • 8 Voir Yves Sintomer, Petite histoire de l’expérimentation démocratique, Paris, La Découverte, 2011.
  • 9 Portée entre autres par le fameux principe de subsidiarité

5Dans la quatrième partie, Etienne Balibar explore les voies de construction d’une autre Europe. Il y rappelle entre autres la distinction entre les différents sens du mot « peuple », souvent confondus : non seulement l’ethnos et le demos7, que l’on oppose habituellement, mais aussi le plethos (la « masse ») et le laois (le « peuple élu »), et surtout reprécise, contre ceux qui se lamentent de la faiblesse du sentiment de citoyenneté européenne, pour ne pas dire son inexistence, que le demos n’est pas un donné mais le résultat d’un travail de construction qui nécessite l’existence de dispositifs institutionnels idoines. C’est bien en dotant les citoyen-ne-s des instruments nécessaires à leur participation que celle-ci va devenir effective, et non en attendant que le peuple investisse de lui-même des espaces d’expression qui n’existent pas en pratique. Cette Europe alternative, appuyée sur un certain nombre de « communs », services publics, protection sociale ou même un état d’urgence humanitaire plutôt que sécuritaire à l’égard des réfugiés que l’on cherche absurdement à distinguer des « migrants économiques », s’appuierait aussi sur la poursuite des expérimentations démocratiques8, étant entendu pour l’auteur que l’idée de l’existence de « vases communicants » entre la démocratie nationale et la démocratie européenne9 est une chimère et que la seconde, loin de s’opposer à la première, la renforce au contraire et se doit même d’être plus exigeante qu’elle.

  • 10 Il suffit de penser au traitement affligeant de la récente Conférence des Parties sur le changement (...)

6Il est impossible de résumer ici toutes les réflexions proposées par Etienne Balibar au fil de ses essais. Même si certains pourraient déplorer que des questions majeures soient « oubliées » – à commencer par le défi écologique –, on ne peut qu’inviter à aller découvrir ces réflexions à la source, en assurant qu’elles donnent incontestablement du grain à moudre pour réfléchir à des enjeux tout aussi interdépendants que cruciaux, mais qu’un brouhaha médiatique empêche souvent de saisir. Ce faisant, l’auteur contribue bel et bien à la construction des citoyens européens qu’il appelle de ses vœux. Espérons donc qu’il sera lu et entendu, afin de susciter des débats plus dignes et nécessaires que ceux auxquels nous semblons aujourd’hui condamnés10.

Haut de page

Notes

1 Ainsi que les journalistes et responsables politiques surnomment la possible sortie de la Grèce de la zone euro et celle du Royaume-Uni de l’Union européenne, respectivement.

2 Il fait entre autres partie, avec son maître Jacques Rancière mais aussi avec Roger Establet, des auteurs du « classique » Lire le capital, Maspero, 1965.

3 Voir entre autres Droit de cité, Paris, PUF, 2002 [1998], mais aussi l’ouvrage qu’il a coécrit avec Immanuel Wallerstein qui n’a malheureusement jamais paru aussi actuel : Race, nation, classe, Paris, la Découverte, 1988.

4 Voir entre autres Les frontières de la démocratie, Paris, La Découverte, 1992 ; Nous, citoyens d’Europe, Paris, La Découverte, 2001 ; L’Europe, l’Amérique, la Guerre, Paris, La Découverte, 2003 et Europe, Constitution, Frontière, Bordeaux, éd. du Passant, 2005.

5 Qui prend les choses à la racine.

6 Et en cela bien différents des simples rassemblements inter-partisans au Parlement européen qui n’ont pas de réels prolongements dans les différentes sociétés concernées.

7 C’est-à-dire la conception du peuple comme fondé avant tout par un passé commun ou comme tourné vers un projet partagé.

8 Voir Yves Sintomer, Petite histoire de l’expérimentation démocratique, Paris, La Découverte, 2011.

9 Portée entre autres par le fameux principe de subsidiarité

10 Il suffit de penser au traitement affligeant de la récente Conférence des Parties sur le changement climatique (la COP21) dans l’espace politico-médiatique, ou encore aux ersatz de démocratie participative portée par certains élus. Dernier exemple en date : les consultations organisées pour le choix des noms des nouvelles régions françaises que certaines rédactions, comme celle de France Inter, ont choisi de mettre en une de leurs éditions la veille de l’écriture de ce compte rendu (dimanche 13 mars 2016)…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Etienne Balibar, Europe, crise et fin ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 17 mars 2016, consulté le 05 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/20388

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page