Navigation – Plan du site

Jean-Michel Faure et Charles Suaud, La raison des sports

Philippe Cibois
La raison des sports
Jean-Michel Faure, Charles Suaud, La raison des sports. Sociologie d'une pratique singulière et universelle, Paris, Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », 2015, 360 p., ISBN : 978-2-912107-84-8.
Haut de page

Texte intégral

1Le sport, tout le monde sait de quoi il s’agit : ce n’est pas comme quand on s’occupe de sociologie des normes comptables (ou pire, d’évolution des techniques statistiques). Tout le monde connait la péripétie qui a été à l’origine du marathon et tous (peut-être pas toutes) ont leur idée sur le foot, ses dérives et le devenir de l’OM, voire du stade de Lens. Les auteurs de cette Sociologie d’une pratique universelle et singulière, comme le déclare le sous-titre, sont donc confrontés à un double obstacle : comment lutter contre les connaissances préalables des lecteurs qui vont faire obstacle à la théorisation effectuée ; comment faire une théorie unifiée de sports, vécus dans des situations très diverses ?

2La ligne directrice, inspirée des travaux de Bourdieu, est que le sport, comme toute activité sociale, est l’objet d’un double codage. Certes le sportif, dans le respect des normes d’un sport particulier, cherche une maitrise de son corps qui devient son objectif, le cas échéant dans un cadre compétitif, mais chaque pratique sportive a son code, ses règles qui sont intériorisées et deviennent transparentes. À cela s’ajoute un deuxième codage : chaque sport (et chaque sportif qui le pratique) est codé par les institutions de manières très diverses, qui dépendent de l’époque et du lieu ; c’est ce deuxième codage qui est exploré à travers les périodes historiques (du XIXe siècle à nos jours), les disciplines sportives (athlétisme, tennis, judo, foot, cyclisme, etc.), les institutions (clubs, fédérations, institutions internationales) et les pays (France, Angleterre, Allemagne, Suisse, Danemark).

3Ce livre est la synthèse des travaux des deux auteurs mais aussi de leurs élèves et de chercheurs avec lesquels ils ont collaboré dans divers pays. De ce fait, le souci des auteurs d’en présenter une interprétation très théorique est fondamental : cela donne à ce livre beaucoup d’importance mais cela ne facilite pas la lecture au lecteur profane, ignorant des débats sur la question. Pour simplifier la tâche de ce lecteur, je lui propose de commencer directement à la page 117 où il sera plongé dans l’histoire d’un club fondateur du sport en France, le Racing Club de France. Il pourra ensuite poursuivre jusqu’à la fin puis revenir à la première partie pour y trouver les justifications théoriques des analyses qu’il aura lues.

4Quelles sont ces analyses ? Le but des auteurs est de présenter des sports particuliers, à une époque donnée, dans un lieu donné, étudiés à l’aide d’enquêtes empiriques. Ainsi évoquent-ils le tennis à Nantes, montrant que si ce sport est globalement marqué, il peut l’être de manière très diverses selon les clubs. Comment le judo permet aux filles de lutter contre le déclassement ; comment l’institution réagit (mal) aux tentatives de rendre les apprentissages faits à la piscine moins contraignants ; comment le passé de la Guadeloupe marque ses champions : tels sont encore quelques-uns des thèmes traités. Dans la dernière partie, comparatiste, les auteurs présentent la genèse puis la comparaison des sports dans cinq pays européens, à propos desquels voici deux cas résumés qui permettront de se faire une idée.

5Dans l’Angleterre du XIXe siècle, une classe moyenne apparait qui s’appuie sur une réussite financière basée sur le commerce puis sur l’industrie. Elle se développe sur la base d’un rapprochement entre une bourgeoisie aisée et une noblesse qui ne met pas son salut dans son titre ou sa distinction (comme en France à la même époque) mais dans la finance. Le creuset qui homogénéise cet ensemble assez disparate est l’institution de la public school, qui n’a évidemment rien de public mais qui est réservée aux familles riches. L’enseignement des public schools est basé sur l’éducation religieuse anglicane, sur l’apprentissage du latin et du grec et sur la pratique des sports collectifs. Si les langues anciennes manifestent à l’élève qu’il se situe dans une histoire millénaire (et la religion qu’il s’inscrit dans une histoire encore plus vaste), les sports collectifs lui font apprendre par son corps qu’il appartient à un groupe et que la soumission et la loyauté envers le groupe en sont les valeurs fondamentales. La conquête de l’empire colonial britannique est vue comme un contexte dans lequel les valeurs d’esprit de corps acquises sur les terrains de sport portent leurs fruits.

6En Allemagne à la même époque, la configuration sociale est différente : face à une aristocratie qui préserve jalousement son pouvoir dans la haute administration et l’armée, la bourgeoisie nouvelle se forge un pouvoir intellectuel par le biais des universités rénovées au début du XIXe siècle. La philologie y joue un rôle fondamental car elle fournit une histoire de la langue qui encourage son exaltation comme fondement de la culture, de la bildung diffusée dans les lycées classiques (Gymnasium) où, comme dans l’Antiquité, les exercices physiques ont toute leur place. De ce fait, la gymnastique est alors un sport très prisé en Allemagne (c’est là que furent inventés les actuels agrès de la gymnastique moderne) tourné vers le développement et la formation de l’homme allemand (bilden = former, façonner) en lien avec le romantisme de l’époque. Le thème de cet individu renouvelé a évidemment été récupéré par le nazisme et a trouvé son paroxysme lors des JO de 1936.

7En plus de l’élaboration théorique du double codage des sports par les institutions, la première partie de l’ouvrage met en cause deux théories sur la genèse des sports : la première concerne l’olympisme et la seconde la place du sport dans le procès de civilisation de Norbert Elias. Sur les liens des rapports entre les jeux olympiques et le sport moderne, les auteurs reprennent le dossier historique : des concours en Grèce, il y en avait beaucoup et leur but à tous était de montrer l’excellence de ceux qui les gagnaient. Plutôt qu’à nos jeux olympiques, Veyne (qu’ils suivent) préfère comparer ces concours avec le prix Nobel : le fait de l’avoir obtenu, quelle que soit la discipline, place le lauréat dans l’élite mondiale. À Olympie, pour une discipline donnée, il n’y avait qu’un vainqueur ; tous les autres étaient perdants (et honteux de l’être). La performance en elle-même n’était pas notée : on aurait pu facilement mesurer la longueur du jet du disque, mais cela n’était pas jugé intéressant. Il s’agissait plutôt de prouver l’excellence de la manière grecque de vivre, où se conjuguaient l’élitisme et l’ethnocentrisme. Le but était de vaincre dans des compétitions qui s’apparentaient davantage à des formes adoucies de combats, d’ailleurs dangereuses, qu’a des sports au sens moderne du mot. Quant à la religion, elle n’était là que pour rendre solennel l’évènement, pas plus.

8Concernant la critique du procès de civilisation appliqué au sport, les auteurs reprochent à Elias son analyse surplombante : envisager pour le sport une fonction d’éradication de la violence et de pacification des mœurs, c’est ignorer les conditions d’émergence de la violence et les lieux et les manières dont elle est réprimée. Le sport reste abstrait si l’on ignore ses institutions et ses règles propres de fonctionnement : s’en remettre aux notions de mimesis et de catharsis utilisées par Elias, notions classiques mais non spécifiques d’un sport précis, c’est créer un obstacle épistémologique que les auteurs critiquent. Ils critiquent également la thèse centrale de La civilisation des mœurs car dans l’Angleterre du XVIIIe siècle où, selon Elias, les partis politiques auraient appris à résoudre pacifiquement leurs conflits, il s’agissait plutôt d’une alliance de classe à l’encontre de la paysannerie exclue de ses droits anciens d’une manière extrêmement violente.

9Cet ouvrage est important pour la sociologie du sport (mais aussi pour la sociologie en général). Il montre la voie qu’il faut employer : études empiriques des acteurs et des cadres d’organisation qui les régissent mais études replacées à l’intérieur de groupes sociaux dont on connait la réalité historique. Un double écueil est évité : être trop près d’un sport, comme quand on fait l’étude de ses seuls « déterminants sociodémographiques », ou en être trop loin comme quand le sport devient un symbole des évolutions de la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Cibois, « Jean-Michel Faure et Charles Suaud, La raison des sports », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 mars 2016, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/20422

Haut de page

Rédacteur

Philippe Cibois

Professeur émérite de sociologie de l’Université de Versailles-St-Quentin.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page