Navigation – Plan du site

Fabrice Flipo et Christian Pilichowski, L’écologie, combien de divisions ? La lutte des classes au vingt et unième siècle

Maryvonne Dussaux
L'écologie, combien de divisions
Fabrice Flipo, Christian Pilichowski, L'écologie, combien de divisions, Vulaines sur Seine, Éditions du Croquant, coll. « Enjeux et débats / Espaces Marx », 2015, 122 p., EAN : 9782365120722.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre s’ouvre sur un dialogue entre Ivan et Karl pour illustrer les divisions entre le mouvement écologiste et le mouvement syndical. Ivan, qui a reçu une éducation supérieure, reproche à Karl de ne pas se préoccuper des générations futures. Karl, syndicaliste qui n’a pas pu aller à l’université mais a bénéficié d’une solide formation syndicale, reproche à Ivan d’ignorer les inégalités sociales et d’avoir été monopolisé par un courant « Ecolo-libéral anti-social ». L’objectif de ce petit livre est de fonder les bases d’un dialogue fructueux, d’élargir les visons et de sortir des implicites en posant les termes du débat. Les auteurs considèrent que cela permettra de mieux articuler les deux courants de pensée et de rendre plus efficaces les luttes en vue d’un changement sociétal radical.

2Les deux co-auteurs, Philippe Flipo, chercheur à l’université, et Christian Pilichowski, syndicaliste, ont reçu les contributions de Corinne Morel Darleux, coordinatrice pour l’éco-socialisme et conseillère régionale en Rhône Alpes. Ils souhaitent fondamentalement montrer qu’il n’y a pas de séparation entre la question environnementale et la question sociale et font dans la première partie une large place à un état des lieux, présenté selon les trois axes qui leur paraissent essentiels : mettre en évidence les enjeux trop méconnus de l’usage de la terre, les limites du « compromis fordiste » et l’évolution de la production, qui conduit vers toujours plus de flexibilité et moins de sécurité pour les salariés.

3Au lendemain de la seconde guerre mondiale, chaque agriculteur nourrissait deux personnes. Aujourd’hui, le champ est devenu « une usine à l’envers ». L’effet conjugué de la mécanisation, de la technologie et des intrants a permis d’augmenter les rendements. On constate le même phénomène de concentration dans le domaine de la pêche, où les petits bateaux ont laissé la place à d’immenses chalutiers et à leurs filets dérivants et dans celui du commerce où la grande distribution a remplacé les magasins de proximité. Ce processus longtemps décrit comme « le progrès » révèle aujourd’hui ses limites, en particulier en matière de consommation d’énergie et de santé publique. Notre alimentation est devenue dépendante du pétrole puisque, d’une part, la grande culture dépense 500 litres d’énergie fossile à l’hectare et, d’autre part, nos produits alimentaires standardisés viennent de plus en plus loin. De plus, les pesticides utilisés massivement produisent un effondrement des éco-systèmes (abeilles, oiseaux, etc.) et pèsent sur la santé de la population, en particulier celle des ménages agricoles.

4Ce que les auteurs nomment « le compromis fordiste » a entrainé une modification profonde des modes de vie mais aussi une réorganisation de l’espace qui a des conséquences environnementales importantes. L’industrialisation du bâtiment a permis une amélioration de la qualité des logements (eau courante, chauffage central, taille des logements). Mais, si le rêve de devenir propriétaire s’est réalisé pour beaucoup (52% des habitants possèdent une maison individuelle), la question du logement reste une question sociale : trois millions de personnes sont dans une situation précaire et le coût du logement représente une part de plus en plus importante dans le budget des ménages (endettement). Par ailleurs l’urbanisation, présentée comme positive, a entraîné un phénomène de périurbanisation qui consomme énormément de terres agricoles (la surface d’un département est artificialisée tous les sept ans) et rend obligatoire l’usage de la voiture pour les déplacements, qu’ils soient liés au travail (50%), aux loisirs ou à la consommation.

5La mondialisation a fait disparaître l’usine en tant que lieu unique de production de biens de consommation et de construction des rapports sociaux. Cet étalement de la production a entraîné une énorme augmentation du transport des marchandises, qui pèse aujourd’hui fortement sur nos consommations d’énergie. L’économie dite immatérielle ne peut être la solution à la crise écologique car elle consomme énormément d’électricité et entraine la paupérisation croissante de la population : cinq millions de chômeurs ; des contrats à durée déterminés et à temps partiel qui représentent 80% des embauches et qui ont une durée courte (21 mois dans les services, 8 à 10 ans dans l’industrie). Les auteurs interrogent par conséquent le projet économique de la France, reprochant aux plans de relance et à l’innovation technique de ne pas être en lien avec les besoins réels de la population. Ils critiquent également les programmes environnementaux « façon pacte Hulot ou Grenelle » qui se limitent trop à des mesures superficielles de type éco-gestes. Selon eux, un projet émancipateur ne peut se faire aujourd’hui sans remettre en cause l’influence grandissante des multinationales et des banques sur la politique des Etats. Or, la mise en place des énergies renouvelables nécessiterait une intervention publique volontariste.

6La seconde partie, beaucoup plus courte, a pour objectif de poser les termes du débat pour sortir de la caricature qui voudrait que chaque syndicaliste lutte contre le capitalisme et que chaque écologiste lutte contre le productivisme. Ce qui fonde les raisons du désaccord, selon les auteurs, est que chacun a tendance à voir midi à sa porte. Chaque mouvement de lutte réfléchit à partir de son expérience propre, ne regarde chez les autres que les incohérences et les contradictions et s’enferme ainsi dans une perspective étroite. L’absence d’une réelle culture du débat et l’effondrement idéologique des structures et organisations progressistes font du doute une faiblesse. On s’accorde parfois sur des objectifs très généraux, mais la question des priorités reste entière. Pour les auteurs, il y a urgence pour les militants d’aujourd’hui à s’inscrire dans une perspective plus large et prendre le temps de la réflexion, car s’il y a des points d’accord possibles, il reste des points épineux à clarifier.

7Ainsi, on peut se retrouver sur l’existence d’une classe moyenne puisque 80% de la population française bénéficie d’un niveau de confort important : un logement bien équipé, une voiture. Les compagnies low cost permettent également de démocratiser ce qui restait très inégalitaire, c’est-à-dire les vacances et les voyages. Les gains de productivité qui ont permis d’améliorer le niveau de vie d’une grande partie de la population ont mis les ressources naturelles à contribution et ce modèle de développement a atteint ses limites. Le débat ne porte plus sur une autre répartition des richesses mais sur la production : comment produire les richesses, où les produire et que produire ? Par ailleurs, la définition même de la richesse est questionnée et on prend conscience qu’elle ne se mesure pas seulement sur le plan monétaire mais peut inclure d’autres besoins comme la nature ou la démocratie. Par conséquent, les luttes pour un projet de société alternatif et émancipateur prennent une autre forme que celle de la lutte des classes. Elles sont souvent territorialisées car c’est l’agencement des modes de vie qui est en cause. Les auteurs proposent donc aux militants de « bloquer ici, proposer là, structurer de manière opportuniste et inventive une diversité d’acteurs qui font tous partie de la solution » (p. 105).

8Parmi les points épineux, il y a l’opposition entre le public et le privé, présentée souvent de façon caricaturale. Le secteur privé ne se réduit pas au marché capitaliste concurrentiel. Il peut également faciliter des initiatives nécessaires à des modèles alternatifs de production. Le secteur public, quant à lui, n’apporte aucune garantie en matière de transparence des décisions et on constate chaque jour les liens qui unissent les élites respectives de la haute administration et de l’entreprise. La question de fond est d’imaginer un système dans lequel l’expression de choix individuels et collectifs est possible. Or, la nouvelle répartition des compétences entre les collectivités territoriales, l’État et l’Union européenne a tendance à éloigner le citoyen du centre de la décision. La question centrale est celle du projet économique de la France, et on ne peut refuser toutes les usines sous prétexte de pollution. Un projet productif ne peut ignorer ni l’industrie, ni le nombre et la qualité des emplois.

9La première partie du livre, est bien documentée et riche en informations. Les auteurs ont réussi, dans un texte court et facile à lire, à préciser de façon globale quelques questions cruciales pour la société française aujourd’hui. L’argumentation s’appuie sur des sources fiables toujours citées. Par contre, la seconde partie laisse un peu le lecteur sur sa faim. Elle reste assez abstraite car si les points en débat sont bien mis en relief, on voit mal comment les militants vont faire pour sortir de leur enfermement lié à des représentations et des visions du monde qui restent somme toute radicalement différentes. On comprend, par quelques allusions à Marx et un long développement sur les classes moyennes, que les théories marxistes sont réinterrogées par la question écologiste, et ce d’autant plus que certains idéologues du mouvement écologiste défendent un scénario de sortie de crise de type « croissance verte », qui ne prend pas en compte la question sociale. Les nouveaux modèles de penser par exemple à partir du concept de « bien commun », ou les solutions alternatives comme l’économie circulaire ne sont qu’évoquées alors que leur potentiel transformateur mériterait d’être mieux analysé. À la question pertinente posée par le titre, « combien de divisions ? », les auteurs semblent répondre deux, laissant entendre que mouvement syndical et mouvement écologique ont une homogénéité interne, ce qui est loin d’être le cas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Fabrice Flipo et Christian Pilichowski, L’écologie, combien de divisions ? La lutte des classes au vingt et unième siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 mars 2016, consulté le 29 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/20431

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page