Navigation – Plan du site

Kenneth C. Davis, Une culture à deux balles. La révolution du poche aux États-Unis

Sébastien Zerilli
Une culture à deux balles
Kenneth C. Davis, Une culture à deux balles. La révolution du livre de poche aux États-Unis, Lyon, Presses de l'Enssib, 2016, 489 p., Ouvrage traduit par Elise Gruau, préface de Bertrand Legendre, ISBN : 9791091281058.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur tous ces points et parmi une foisonnante littérature, voir par exemple Roger Chartier, La main (...)

1Depuis la « révolution de l’imprimé » jusqu’à la « révolution du numérique », les moments de bascule semblent avoir été nombreux qui ont bouleversé l’histoire du livre et de l’édition. Le caractère strictement révolutionnaire de l’invention de Gutenberg et de la « textualité numérique » a pourtant été justement nuancé. Indépendamment des conséquences en cascade qu’elle a générées, l’imprimerie n’a pas fait disparaître, durant les années suivant son apparition en Europe au milieu du XVe siècle, les textes manuscrits. De même, dans les commentaires parfois euphoriques à propos des formes d’auctorialité participative qui se multiplient via les réseaux numériques, on oublie souvent de mentionner que cette forme de création rappelle l’écriture collective qu’on pratiquait au Moyen-Âge (quoiqu’en comité très réduit !), avant que ne se fixe une définition individuelle de la notion d’auteur1.

2Dès lors, ne pourrait-on pas légitimement douter de l’opportunité d’employer le terme « révolution » à propos de la diffusion massive des livres de poche à partir des années 1940 aux États-Unis ? D’ailleurs, le livre de poche, ou livre « broché », qui reproduit au format et à prix réduits des textes en principe initialement parus dans des livres « reliés », n’est-il pas qu’un lointain descendant du codex, le premier support de lecture à feuilleter apparu entre les IIe et IVe siècles ? Et puis, comme le rappelle l’auteur, s'il nait en Amérique à partir de la fin des années 1930 des maisons d’édition qui entendent se spécialiser dans le commerce du livre de poche, leur projet ne peut pas être considéré comme radicalement neuf. D’autres éditeurs s’étaient fixé le même objectif bien avant eux…

3Au terme de la lecture de l’ouvrage de Kenneth C. Davis, on est pourtant convaincu de l’ampleur d’un phénomène dont l’auteur s’attache à distinguer chacun des aspects et à pointer toutes les conséquences. Puisqu’il nous faut ici brièvement synthétiser le contenu de cette riche étude publiée voilà plus de trente ans et heureusement traduite en français, on découpera brièvement l’histoire du livre de poche américain en trois phases.

4La fin des années 1930 et la décade qui leur succède peuvent être considérées comme une période de fondation. Elle voit apparaître les maisons d’édition qui deviendront les grands noms de la publication de livres de poche aux États-Unis : Pocket Book est créée en 1939, Avon en 1941. Suivent en 1943 Popular Library et Dell, Bantam Book deux ans plus tard, ainsi que la New American Library en 1948. Au-delà des différences entre leurs catalogues respectifs, dont les contenus vont de la réimpression de « classiques » à la réédition de textes plus accessibles, initialement parus dans des magazines, toutes ces structures éditoriales reposent sur un modèle économique singulier dont la viabilité se résume à deux impératifs. Pour pouvoir vendre des ouvrages à un prix modique, il faut réduire les coûts de production et multiplier les tirages. Ces deux objectifs capitaux sont les axes de politiques éditoriales ambitieuses et novatrices. Les succès de Robert Fair de Graff, le fondateur de Pocket Book, en fournissent une parfaite illustration. Au courant de la réussite des éditions Penguin fondées par l’anglais Allen Lane en 1935 et connaissant l’existence de plusieurs maisons d’édition allemandes ayant entrepris de publier des livres de poche, Robert de Graff fonde sa maison d’édition en opérant plusieurs choix stratégiques dont les plus importants concernent la distribution des titres de son catalogue.

5Dans l’Amérique des années 1930, « seulement 500 librairies […] étaient assurées d’avoir la visite des représentants de maison d’édition [et] dans les deux tiers des comtés […] il n’y avait aucune librairie » (p. 48). Pour garantir la diffusion optimale des ouvrages qu’il vend 25 cents, de Graff s’appuie sur les kiosques à journaux et sur les réseaux de distribution de la presse. « L’union des livres de poche au système de distribution des magazines ouvrit la voie de la révolution du poche », confirme l’auteur (p. 83) En se passant des services de l’American News Company, l’organisme détenteur du monopole de la distribution des principaux titres de presse américains, et en sollicitant des distributeurs indépendants, Pocket Book a étendu son influence dans tout le pays via des milliers de kiosques et de drugstores. À la fin des années 1940, l’entreprise vend ainsi plus de 40 millions de livres par an (p. 117).

6Participant à l’effort de guerre, les éditeurs de livres de poche associés au projet des Armed Services Editions bénéficient aussi d’avantages pour produire en grandes quantités des ouvrages alors considérés par le Concil of Books in Wartime comme utiles au maintien du moral des soldats.

  • 2 « [E]n France, lorsqu’on parlera du poche, c’est inconsciemment à son statut symbolique que l’on fe (...)

7Les années 1950 représentent quant à elles une phase d’extraordinaire expansion de l’industrie du livre de poche. Alors qu’en 1939, 3 millions de petits volumes sont édités, 214 millions de livres brochés sont publiés onze ans plus tard (p. 183). À la faveur de ce succès dans une Amérique prospère et toujours plus éduquée, les innovations éditoriales se multiplient : Gold Medal propose pour la première fois au format de poche des textes inédits ; l’éditeur Ian Ballentine imagine la publication simultanée de livres en format relié et broché ; on propose en poche des volumes doubles ; on accorde toujours plus d’importance à l’identité visuelle des livres, en n’hésitant pas parfois à opter pour des couvertures provocatrices… La production de livres de poche devient à cette époque une activité majeure dans le monde de l’édition. À preuve, l’exploitation des droits dérivés, dont font partie les droits de réimpression qui doivent être payés pour que puisse reparaître un livre en poche, devient cruciale pour les grandes maisons d’édition de livres reliés. À cette époque, le livre de poche devient un sujet de débat dans la société américaine. Certains voient en lui le vecteur d’une démocratisation de la culture ; d’autres l’accusent d’être le facteur d’un nivellement intellectuel. Dans les années 1950 éclatent également les grandes affaires relatives à la censure de certains textes réédités au format de poche. Ce versant juridique révèle d’ailleurs une perception différentielle du phénomène entre les États-Unis et la France sur laquelle insiste Bertrand Legendre dans sa préface : « alors que le débat portera en France […] sur la légitimité culturelle de l’édition du poche, celui qui c’est tenu aux États-Unis […] est dominé par des préoccupations morales » (p. 17). Les commentateurs français doutaient que la « dignité » d’un texte soit compatible avec un support bon marché2 ; les critiques américains, quant à eux, sont gênés par l’extraordinaire mobilité qu’une édition de poche confère à une œuvre déjà publiée mais peu diffusée, et dont la plus grande circulation risquerait d’ébranler certains principes moraux. En Amérique, « l’essence du problème n’était pas toujours le livre lui-même, mais sa disponibilité » (p. 248).

8Avec les années 1960 s’ouvre une ultime séquence qui court jusqu’à la date à laquelle l’auteur a signé son ouvrage (1984), et qu’on peut principalement considérer comme une période de saturation de l’édition de poche américaine. Sûrs de leur succès, les éditeurs de livres brochés cherchent à publier massivement des ouvrages inédits, et dépensent des sommes folles pour acquérir des textes commerciaux et rentables censés devenir, à grand renfort de publicité, des bestsellers. Pourtant, les chiffres de vente ne sont pas toujours à la hauteur des investissements. Contraints par leur distributeur de renégocier le partage de bénéfices devenus incertains et instables, les éditeurs augmentent graduellement le prix de vente de leurs titres. La financiarisation croissante de l’industrie de poche et le rachat de grands noms de ce secteur éditorial par des entreprises extérieures au monde du livre ne fait qu’entretenir cette logique de « bestsellerisation ».

  • 3 Samuel Coavoux formule le même reproche dans son compte-rendu de l’ouvrage de Paula Rabinowitz, Ame (...)

9Bien sûr, ce résumé est à bien des égards trop sec, tant l’ouvrage de Kenneth C. Davis regorge d’informations. Parmi elles, on aurait toutefois aimé trouver plus de matériaux relatifs aux pratiques de lecture liées à la diffusion du poche3. Surtout, une note de ce format ne saurait retranscrire toute la richesse de ce livre parce que son contenu déborde en quelque sorte son sujet ; parce que cette histoire de l’édition de poche américaine est peut-être avant tout une histoire des États-Unis entre la fin des années 1930 et le début des années 1980.

  • 4 Aurélie Pagnier, « 1953, la révolution du “poche” en France », in Jean-Yves Mollier et Lucile Trune (...)
  • 5 Henri-Jean Martin, Les métamorphoses du livre. Entretiens avec Jean-Marc Châtelain et Christian Jac (...)

10Évidemment, comme le souligne Amélie Pagnier à propos d’un travail sur la collection française « Le livre de Poche », établir de strictes corrélations entre le succès d’un livre et certaines évolutions sociales relève d’un « déterminisme rigide »4. Il ne fait pourtant aucun doute qu’un ouvrage plébiscité, commenté, plusieurs fois réédité, canalise des tendances sociétales. La plus grande conséquence de la diffusion massive de volumes de poche bon marché aux États-Unis est peut-être d’ailleurs du même ordre, quoique d’une toute autre ampleur, que celle qu’Henri-Jean Martin diagnostiquait à propos de la multiplication des textes imprimés à travers l’Europe entre les xvie et xviiie siècles : avoir permis d’opérer, grâce à la circulation toujours plus ample de livres économiquement accessibles, « des phénomènes de cristallisation de l’opinion »5. Qu’il s’agisse du succès des publications de science-fiction en poche, surfant sur les peurs technologiques de l’ère atomique ; des ventes record en format broché des aventures de l’espion 007 durant la Guerre Froide, ou bien de la réédition d’essais politiques devenus les symboles des mouvements de lutte pour la reconnaissance des minorités, l’histoire de l’édition de poche américaine réfracte en quelque sorte celle des sensibilités du pays.

  • 6 Pascal Ory, L’Histoire culturelle, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2015, p. 7.

11S’il est vrai que la culture est ce que constitue l’« ensemble des représentations collectives propres à une société »6, on lira alors aussi ce livre sur l’histoire de l’édition comme un passionnant travail sur l’histoire culturelle des États-Unis.

Haut de page

Notes

1 Sur tous ces points et parmi une foisonnante littérature, voir par exemple Roger Chartier, La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2015, notre compte rendu pour Lectures : https://lectures.revues.org/18156.

2 « [E]n France, lorsqu’on parlera du poche, c’est inconsciemment à son statut symbolique que l’on fera allusion [et] la levée de boucliers qu’il va susciter tient à la crainte que ce [format] nouveau donné au livre n’influe sur le jugement de valeur porté sur son contenu » écrit Yvonne Johannot, Quand le livre devient poche, Grenoble, PUG, coll. « Actualités Recherches / Sociologie », 1978, p. 10.

3 Samuel Coavoux formule le même reproche dans son compte-rendu de l’ouvrage de Paula Rabinowitz, American Pulp, Princeton, Princeton University Press, 2014: https://lectures.revues.org/16808

4 Aurélie Pagnier, « 1953, la révolution du “poche” en France », in Jean-Yves Mollier et Lucile Trunel (dir.), Du «poche» aux collections de poche : histoire et mutation d’un genre, Liège, Éd. du Céfal, 2003, p. 67.

5 Henri-Jean Martin, Les métamorphoses du livre. Entretiens avec Jean-Marc Châtelain et Christian Jacob, Paris, Albin Michel, coll. « Itinéraires du savoir », 2004, p. 248.

6 Pascal Ory, L’Histoire culturelle, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2015, p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Kenneth C. Davis, Une culture à deux balles. La révolution du poche aux États-Unis  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 mars 2016, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/20432

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page