Navigation – Plan du site

Catherine Paradeise, Dominique Lorrain, Didier Demazière (dirs.), Les sociologies françaises. Héritages et perspectives 1960-2010

Gérald Houdeville
Les sociologies françaises
Catherine Paradeise, Dominique Lorrain, Didier Demazière (dir.), Les sociologies françaises. Héritages et perspectives (1960-2010), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, 650 p., ISBN : 978-2-7535-4292-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Bourdieu, Sociologie générale (Volume 1). Cours au Collège de France 1981-1983, Paris, Seuil (...)

1« Il est probable que dans trente ans la sociologie ne sera plus du tout ce qu’elle est aujourd’hui » lançait Pierre Bourdieu dans son cours du 30 novembre 1982 au Collège de France1 … Nous y voici ! L’ouvrage, auquel ont contribué quarante neuf auteurs autour de Catherine Paradeise, Dominique Lorrain et Didier Demazière, se propose en effet de prendre la mesure des transformations qui ont eu lieu dans ce secteur de l’espace académique français de production de connaissances, tant du point de vue de son organisation, que de ses développements en matière de problématiques scientifiques. Leur réponse à la question de savoir ce que la sociologie est devenue prend les traits d’une formule particulière : proposer à deux sociologues de deux générations distinctes d’entrée dans le métier (la première dans les années 1960/1970, la seconde dans les années 2000/2010) de rendre compte, de leur point de vue, du mode de génération et de ses transformations du savoir sociologique dans son domaine de spécialité. Ainsi quinze domaines de spécialité sont-ils passés en revue et au crible de ce mode de lecture (sociologie de la stratification, sociologie de la famille, sociologie de l’école, sociologie des religions, etc.) censé permettre de comprendre le sens des développements que chacun d’entre eux a connus au cours des cinquante dernières années. Six cent cinquante pages réunissant les textes des quarante neuf contributeurs, dix-sept sections avec bibliographie associée à chacune, index des auteurs, des sigles et des thèmes, les formes de cet ouvrage traduisent l’ambition d’être utile à qui voudrait avoir accès à une vue d’ensemble des développements des travaux de recherche en sociologie en France au cours de ces cinquante dernières années correspondant à l’institutionnalisation de la sociologie comme discipline universitaire.

2L’ouvrage débute par une longue introduction des auteurs ayant dirigé l’ouvrage qui s’emploie à souligner quelques uns des aspects qui leur paraissent les plus structurants de l’évolution, tout au cours de ces années, de la sociologie dans l’espace académique français. À la suite, la première partie (soit les deux premières sections) comporte quatre contributions livrant chacune un point de vue assumé sur cette évolution : tout d’abord, Christophe Charle propose une analyse historique établissant l’affaiblissement de l’audience de la sociologie auprès des élites politiques dirigeantes françaises aujourd’hui au regard de périodes passées plus favorables. Ensuite, Etienne Ollion et Andrew Abbott proposent « un tableau statistique général » de la citation des sociologues français dans le champ académique américain établissant les modalités de l’importation outre-atlantique à la fois spécifique et limitée de quelques grands noms de la sociologie française, symptomatique, pour les auteurs, « des logiques de fonctionnement du champ étatsunien ». Enfin, les deux autres textes, proposant une analyse des forces et des faiblesses de la sociologie française, tiennent davantage du témoignage de deux personnalités ayant côtoyé la sociologie française tout au long de leur trajectoire : celui de Pierre Veltz, PDG de l’établissement public Paris-Saclay (2010-2015), et celui de Michèle Lamont, professeure d’études européennes et de sociologie à Harvard. La deuxième partie (soit les quinze sections restantes, ce qui représente les trois quarts de l’ouvrage en nombre de pages) opère un changement d’échelle en proposant d’envisager, selon le principe donc des lectures croisées d’un « vieux » et d’un « jeune » sociologue, les évolutions de la discipline par l’examen des évolutions de chacun des quinze domaines de spécialité considérés ─ cette recension laisse d’ailleurs le lecteur découvrir lui-même les textes en question.

  • 2 Alain Chenu, « Une institution sans intention. La sociologie en France depuis l’après-guerre », Act (...)
  • 3 Fiches démographiques des sections CNU (Année 2013/2014), MENESR, mai 2015.
  • 4 Serge Joncour, L’écrivain national, Paris, Flammarion, 2014, p.310.

3La longue introduction des trois auteurs ayant dirigé l’ouvrage intitulée « Cinquante ans de sociologie française » et à laquelle cette recension sera exclusivement consacrée dresse le portrait du groupe des sociologues de l’espace académique français, universitaires et chercheurs d’organismes publics de recherche. Celui-ci s’est très largement transformé depuis le redépart de ses activités à partir des années d’après-guerre à la faveur de facteurs à la fois internes et externes. Cela est frappant, ne serait-ce que d’un point de vue numérique : on comptait à peine une centaine de sociologues à l’Université en 19682, on dénombre 894 enseignants-chercheurs en sociologie (section 19 du C.N.U.) en 20143. D’un point de vue morphologique, la structuration de leurs activités de la période des années 1950 à la fin des années 1960 est un phénomène aujourd’hui bien documenté par des études sociologiques et historiques citées par les auteurs, les modalités de renforcement de celle-ci, au cours des décennies suivantes, le sont moins. Le premier état de structuration de l’activité dans les années 1950 continue de marquer cet espace d’activité selon les auteurs de l’introduction : les frontières actuelles entre domaines de spécialités sont largement héritées de cette époque et les innovations en matière de connaissance ont moins l’allure d’innovations totales et radicales que celles de glissements et de renouveaux en fonction des transformations sociales, économiques et politiques dont elles sont contemporaines. Le droit d’entrée s’est toutefois considérablement élevé en matière d’exigences spécifiques depuis cette époque (en matière de diplômes, publications, expériences de l’enseignement et de la recherche). L’espace disciplinaire impose aujourd’hui une configuration toute constituée à chaque prétendant, ce que la forte spécialisation des travaux de recherche a également répercuté à l’échelle des sous-espaces (de spécialités) de la discipline. On trouve du reste très souvent exprimé par les contributeurs de l’ouvrage le sentiment de l’emprise du « syndrome Lévi-Strauss », pour reprendre la formule de l’écrivain Serge Joncour, c’est-à-dire le sentiment d’être confronté à (et de devoir faire avec) une structure sociale déjà organisée4 et, pour eux, en l’espèce, des domaines de la recherche occupés voire encombrés.

  • 5 Bernard Lahire, Monde pluriel, Paris, La découverte, 2012, p.330-341.

4Poursuivant leur effort d’objectivation de la situation des sociologues français, marqués à l’international par une « posture critique », les trois auteurs en soulignent quelques autres traits. Tout d’abord, l’époque de « la grande théorie » est révolue selon eux, laissant la place à celle de la conversion de tous à l’« enquête de terrain », l’empirie constituant un gage du sérieux des entreprises de recherche conduites désormais à l’échelle d’objets particuliers. Les auteurs qualifient en effet de « mode de production artisanal » la formule de recherche la plus courante aujourd’hui en sociologie. Ces deux éléments sont d’ailleurs, font valoir les mêmes auteurs, de nature à frapper d’inhibition les sociologues à propos de ce qu’ils ont à dire fondamentalement de la société, tenus qu’ils sont de devoir d’abord et avant tout se positionner dans des domaines de spécialité (l’école, le couple, l’habitat, etc.) plutôt que de partir de questionnements généraux : ce qui est gagné d’un côté, et qui correspond à une conquête en termes de rigueur scientifique de la démarche de recherche en sociologie, se paye de l’autre par une « fragmentation », une « parcellisation » et un « émiettement » du questionnement sociologique. Que la plupart des sociologues aient peu recours aux outils de la quantification ─ permettant notamment une étude des phénomènes sociaux sur un temps long et donc de se soustraire de l’emprise du temps présent ─ ajoute au tableau dressé par les auteurs d’une sociologie exposée à la « misère de l’hyperspécialisation »5. Entre autres conséquences des transformations morphologiques du milieu, sa densification lui confère aujourd’hui un visage de vitalité et d’abondance de travaux (qui néglige cependant un peu la dimension internationale au goût des auteurs), un mode de fonctionnement du collectif qui ne repose plus nécessairement sur l’interconnaissance au profit du fonctionnement en réseaux et par projets (CPER, Appels régionaux, ANR, etc.). Dans le cadre de ceux-ci, d’ailleurs, les sociologues se trouvent confrontés aux problèmes des rapports à la commande publique (Etat ou collectivités territoriales) de travaux de recherche, c’est-à-dire à la difficulté d’avoir à répondre à une « demande sociale » de sociologie qui ne correspond pas nécessairement à la logique spécifique selon laquelle ils revendiquent de pouvoir construire leurs objets de recherche ─ problème ancien et quasi constitutif de la sociologie après 1945 en France dont le développement est en partie dû au rôle de grandes institutions qui l’ont financée (DGRST, CORDES, MIRE, Plan urbain, etc.).

5En dépit du tableau interne plein de vitalité fait de l’activité des sociologues du monde académique français d’aujourd’hui, les trois auteurs font un autre constat quant à leur place dans la société française. Ils jugent que la sociologie y connaît actuellement une « perte d’importance ». Présente partout ─ jusque dans les esprits parfois de celles et ceux qui sont en position de leur commander des expertises dans les Ministères ou les collectivités territoriales ─ elle est disputée, concurrencée par d’autres expertises, d’autres canaux de diffusion d’informations et d’analyses du monde social ou encore doit faire face aux formes multiples et pas toujours explicites, évidentes et directes de l’instrumentalisation visant d’autres intérêts que ceux de la connaissance stricte.

  • 6 qui affichent tous les trois un lien de rattachement avec une institution parisienne dans la notice (...)

6Les auteurs concluent sur le regret que les différents contributeurs de l’ouvrage aient peu fait état des « ressorts profonds » de leur engagement en sociologie et, avec le temps, du maintien dans celui-ci au profit d’une histoire des idées, donc relativement désincarnée, propre à leur domaine de compétences respectif. De façon réflexive, l’ouvrage peut être lu au second degré comme l’examen d’un cas d’école de l’activité de quelques individus (là, en l’occurrence, au sortir de la guerre) devenue aujourd’hui l’activité professionnelle institutionnalisée, codifiée, routinisée de plusieurs centaines. Les activités de sociologie telles qu’elles sont décrites se prêtent bien à illustrer ce qu’en sociologie précisément on appelle « institutionnalisation ». L’ouvrage aurait d’ailleurs gagné en singularité dans son genre à davantage jouer le jeu de la mise en abîme (ce qui eut été conséquent sociologiquement) plutôt que celui de la mise en scène d’un état irénique de la discipline. Il eut fallu (ce qui est difficile parce que risqué socialement) lever le voile sur le caractère nécessairement unilatéral, comme aurait dit Weber, du point de vue à partir duquel il a été conçu plutôt que, par exemple, reproduire sans l’interroger le bel ordonnancement des différents domaines de spécialité censé (en)cadrer les activités des sociologues. Jusqu’à quel point celui-ci n’est-il pas typiquement une manière formelle de les classer précisément ? Rien ne sera dit par exemple des formes effectives de division du travail scientifique, des conditions d’emploi variables des producteurs de sociologie ou encore du caractère d’espace de positions différenciées et hiérarchisées qu’est nécessairement la sociologie au titre d’institution comme toutes les autres … et dont les sociologues précisément analysent le fonctionnement dans leurs travaux : seuls trois enseignants6 encore en activité dans une université de province ont pris part à l’ouvrage visant à dire ce qu’est la sociologie aujourd’hui, ce qui apparaît tout de même comme un indice fort de la toujours très vaillante centralité symbolique ─ ce qui ne veut pas dire dérisoire ─ parisienne de cet espace en dépit des très grandes transformations qui l’ont affecté par ailleurs depuis cinquante ans.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu, Sociologie générale (Volume 1). Cours au Collège de France 1981-1983, Paris, Seuil, 2015, p.469.

2 Alain Chenu, « Une institution sans intention. La sociologie en France depuis l’après-guerre », Actes de la recherche en sciences sociales, n°141-142, mars 2002, p.46-59.

3 Fiches démographiques des sections CNU (Année 2013/2014), MENESR, mai 2015.

4 Serge Joncour, L’écrivain national, Paris, Flammarion, 2014, p.310.

5 Bernard Lahire, Monde pluriel, Paris, La découverte, 2012, p.330-341.

6 qui affichent tous les trois un lien de rattachement avec une institution parisienne dans la notice de présentation des contributeurs de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Houdeville, « Catherine Paradeise, Dominique Lorrain, Didier Demazière (dirs.), Les sociologies françaises. Héritages et perspectives 1960-2010 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 mars 2016, consulté le 28 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/20441

Haut de page

Rédacteur

Gérald Houdeville

Sociologue, Université catholique de l’ouest d’Angers, Centre nantais de sociologie de l’Université de Nantes (FRE CNRS 3706).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page