Navigation – Plan du site

Anne Bossé, La visite. Une expérience spatiale

Julien Aimé
La visite
Anne Bossé, La visite. Une expérience spatiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Espace et Territoires », 2015, 190 p., ISBN : 978-2-7535-4121-4.
Haut de page

Texte intégral

1Les figures du passant et de l’habitant ont très souvent été mobilisées dans les études urbaines pour caractériser la multiplicité des formes d’urbanité. Il faut reconnaître que l’évolution de la condition urbaine tend à faire exploser cette dichotomie et laisse apparaître d’autres catégories telles que la figure du visiteur. En s’intéressant exclusivement aux visites d’espaces urbains (quartiers, chantiers, villes en travaux, appartements etc.), Anne Bossé cherche à saisir toute l’épaisseur symbolique de la visite dans l’expérience de la ville. Visiter apparaît alors comme « l’action d’aller voir » (p. 17), comme la rencontre organisée d’un visiteur et d’un espace.

2Dans le premier chapitre, l’auteure pose les bases de l’objet « visite » – moment singularisé en dehors des routines quotidiennes (p. 42) – et propose d’en saisir la complexité à partir d’une typologie construite autour de trois pôles. Le pôle « objectivité/observation directe » regroupe les visites d’évaluation – ayant pour but de produire une critique et d’observer des lieux dans le détail pour en établir un jugement de valeur – et les visites de compréhension et d’analyse lors desquelles le visiteur (souvent chercheur empirique) cherche à objectiver et à interroger un terrain. La visite d’inspection met par exemple le visiteur dans une position d’observateur détaché de ses sensations, qui doit quantifier un dysfonctionnement par rapport à un référent extérieur ; « c’est l’examen d’un état en rapport à un état attendu, fixé en dehors de ce qui est directement visible » (p. 24). Le pôle « visibilité/publicisation » renvoie aux visites dites de valorisation et de « monstration », qui visent à promouvoir un espace, le but étant de communiquer un contenu ou de vendre un produit. Ce pôle regroupe aussi les visites de démonstration, qui bénéficient de l’intérêt et de la présence d’élus ou d’hommes politiques sur le terrain. Le pôle « expressivité/sensible » concerne les visites immersives, qui mettent le sensible au cœur du processus. L’auteure distingue alors les visites appliquées, dont le but serait de faire vivre au corps l’expérience d’un espace pour le faire adhérer à des pratiques, et les visites sensuelles, jouant uniquement sur l’expérience sensorielle, le contexte (l’espace visité) n’étant qu’un prétexte.

3Pour conclure ce premier chapitre, Anne Bossé propose une réflexion théorique sur l’opportunité de mener une étude « microspatiologique » (p. 40) de la visite. Entre autres, elle montre que les formes d’engagement corporel ainsi que les logiques de jeu, d’interaction ou de négociation permettent de saisir la complexité de cet objet et autorisent à l’interroger comme une fabrique de l’expérience – vue comme un flux continu dont l’intensité change au fil du temps et du lieu investi par le corps.

4Dans le deuxième chapitre, l’auteure donne corps au personnage conceptuel du visiteur à travers différents terrains et sujets d’études. Elle propose en premier lieu une réflexion sur l’œil. Elle sollicite l’œil neuf de ses étudiants en troisième année de licence d’architecture, qu’elle envoie observer un quartier de logements sociaux dans le cadre d’un cours de sociologie. Ceux-ci sont étonnés par le différentiel entre l’espace projeté et virtuellement connu (à travers les médias) et l’espace vécu soudainement. Pour l’auteure le savoir-voir résulte d’un apprentissage ; lors de la première visite, les étudiants découvrant un espace dont ils ne comprennent pas les codes vont fixer leur écoute et leur regard sur leurs propres sensations. La méconnaissance du terrain ne semble aucunement favoriser la prise de recul nécessaire pour une analyse objective. Finalement, c’est en apprenant à voir que les étudiants se mettent à regarder, à focaliser leur regard et à l’objectiver. Si l’œil a une importance primordiale, la visite suppose aussi un engagement du corps. Anne Bossé nous le donne à voir à travers l’exemple des visites d’appartements durant lesquelles un jeune couple se trouve présent à l’espace, cherche à le ressentir et l’épuise sans toutefois se rendre présent aux autres (notamment aux agents immobiliers).

5Anne Bossé étudie ensuite le rôle des médiateurs à partir de deux figures. La première est celle du témoin (les habitants des logements sociaux « visités » par les étudiants, par exemple) dont le discours permet une mise à distance du terrain et offre un point de vue habitué, quotidien. La seconde est celle de l’agent (immobilier par exemple) qui, cherchant à peser sur les perceptions du visiteur, peut accentuer les mises en scène de l’espace et être tenté de taire certaines informations, d’en donner d’autres tout en laissant « la magie opérer » (ce qui n’exclut pas la finalité commerciale). L’auteure insiste alors sur les différences existantes entre le corps novice et le corps inspecteur. L’inspecteur, dans le cas d’une visite préalable à la livraison d’un bâtiment, investit l’espace avec ses sens mais cette fois sans se laisser transcender par le lieu dont il doit objectivement caractériser les défauts. Son corps est discipliné, normé. Ces visites-inspections se distinguent par leur caractère performatif, des modifications devant être apportées au bâtiment après la visite et avant la livraison définitive. En revanche, dans le cadre d’une visite concernant la sécurité d’un bâtiment (pour évaluer les risques), la modification doit se faire ab ante. C’est la perspective de la visite qui produit le changement et non l’inverse.

6Ce deuxième chapitre est véritablement central dans l’ouvrage. On y saisit bien l’évolution du regard, depuis l’œil nu jusqu’à l’œil « habillé » ou « mobilisé » ; les différents statuts du visiteur, novice, scientifique ou expert ; les négociations entre les visiteurs et les médiateurs ; les traductions des espaces sur des supports « non-humains » (plan rempli par l’architecte lors d’une visite contrôle qui fera foi à l’extérieur) ; le poids des hiérarchies quand les responsabilités légales sont engagées ; et encore la frontière entre visible, invisible, visualisation et visibilité négociée.

7Le troisième et dernier chapitre s’intéresse aux visites en groupe. La chercheuse y montre que le « niveau d’absorption collectif, coproduit, est un aspect essentiel de la visite, il est perçu collectivement et fabriqué par l’engagement de chacun, il influe sur la réception individuelle » (p. 118). Visiter en groupe influence le cours de la perception individuelle et apparaît comme un mélange de « subir » et d’« agir », chacun devant faire avec et s’adapter à l’autre. Dans le cadre de visites urbaines, Anne Bossé propose de concevoir la visite groupée comme une épreuve de franchissement permettant de découvrir des espaces inconnus, de franchir des frontières, des barrières ou des seuils que « normalement », c’est-à-dire hors du cadre spatio-temporel particulier de la visite, on ne franchirait pas.

8En interrogeant le rôle de l’organisateur, l’auteure montre bien qu’il doit faire avec l’existant, avec ses problèmes et ses défauts. C’est justement la manière de négocier avec l’espace, de gérer les problèmes et/ou de mobiliser les avantages du lieu qui fait une visite réussie. De la même manière, l’organisateur peut être appelé à expliciter un projet futur, le présenter en tentant de faire adhérer les visiteurs à un projet collectif et partagé. Ainsi la visite permet une « dynamique d’attachement au lieu » (p. 158) en donnant aux visiteurs le sentiment qu’ils s’intègrent pleinement dans un grand projet.

9La gestion de la foule ou du groupe requiert également une organisation précise, si ce n’est une mise en scène. C’est dans le cadre d’une visite spectacle, par exemple, que cet impératif devient le plus visible ; il s’agit d’éviter que l’effet sensible de la visite se disperse avec le groupe. En plus de la dispersion liée au rythme de la visite, l’organisateur doit gérer la prise de parole des visiteurs pour maintenir la concentration de l’ensemble du groupe. En prenant en compte ces impératifs organisationnels, l’auteure fait entrer le lecteur dans la complexité du petit monde de la visite. Par un travail de mise en visibilité de l’espace – induire le regard du groupe sur certains objets, faire imaginer ce qui adviendra et présenter la charge symbolique des espaces –, l’organisateur stimule son public pour le rendre encore plus disponible aux sensations. La visite devient alors un cadre approprié à la réception d’informations. Elle fait prendre conscience de l’épaisseur historique et propose une vision mouvante et dynamique de la ville que ne mobiliseraient pas forcément les passants dans la quotidienneté urbaine. La visite développe « l’imaginaire spatial du visiteur, élargit ses possibilités d’être en ville en y adjoignant […] la pratique d’un futur espace public de loisir. Cette mobilisation très forte du registre imaginatif ne conduit pas nécessairement le visiteur à visualiser les projets mais il associe des espaces avec des usages, tout comme il mémorise les intentions, les concepts énoncés » (p. 159).

10Anne Bossé, par le choix de la visite comme objet d’étude, semble proposer une triple réflexion : d’abord sur la complexité des figures urbaines et de la pratique des espaces de la ville, ensuite sur la ville sensible, la capacité de chaque individu à voir, percevoir, regarder, sentir dans et avec son corps ce que l’urbain lui offre, et enfin sur la notion d’expérience construite dans la rencontre des actants et de l’environnement, a fortiori, d’un cadre particulier. Par sa capacité à nous faire vivre les visites à ses côtés, la chercheuse offre une plongée inédite au cœur de « la ville en train de se faire ». Suivez le guide !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Aimé, « Anne Bossé, La visite. Une expérience spatiale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 25 mars 2016, consulté le 28 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/20444

Haut de page

Rédacteur

Julien Aimé

Doctorant en sociologie urbaine (2L2S) à l’Université de Lorraine, Julien Aimé travaille sur les quartiers en train de se faire : la conception, la communication et la réception des projets urbains.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page