Navigation – Plan du site

Hyacinthe Ravet, L’orchestre au travail. Interactions, négociations, coopérations.

Fabienne Barthélémy
L'orchestre au travail
Hyacinthe Ravet, L'orchestre au travail. Interactions, négociations, coopérations, Vrin, coll. « Musicologies », 2015, 380 p., Préfacier : Howard S. Becker, ISBN : 978-2-7116-2615-1.
Haut de page

Texte intégral

1Hyacinthe Ravet, sociologue, musicologue et musicienne, analyse le travail d’interprétation d’un son collectif en prenant pour objet les ensembles musicaux. Elle adopte une posture interactionniste dans la mesure où elle s’intéresse aux mécanismes par lesquels des individualités, reliées les unes aux autres, guidées par un chef, interprètent une partition, c’est-à-dire transforment des signes - une « gestuelle », une « gestique » - en sons. L’interprétation, impliquant une opération d’assimilation puis de traduction, est bien plus qu’une restitution : elle se déploie en tant que « re-création ».

  • 1 Les pratiques de direction de trois hommes et femmes chefs d’orchestre ont été particulièrement obs (...)
  • 2 Ravet, H., (2000), Les musiciennes d’orchestre : interactions entre représentations sociales et iti (...)

2Dans neuf chapitres étayés d’extraits issus de ses cahiers d’ethnographe et de partitions annotées de chefs d’orchestre, l’auteure développe un projet ambitieux, stimulant et d’une grande rigueur : décrypter les interactions verbales et non verbales au sein d’ensembles pendant les temps de répétition, de concert et d’enregistrement. Son propos s’appuie sur des observations de répétitions réalisées in situ1, qui s’adjoignent aux résultats d’une étude précédente, basée sur des entretiens approfondis, destinée à comprendre les effets de genre dans les trajectoires professionnelles des musiciennes d’orchestre2. Sur cette base, Hyacinthe Ravet mène une analyse de type sociomusicologique : mettant à l’honneur cette perspective croisée, elle considère que l’interprétation musicale est le produit d’une action située et que pour comprendre comment la musique s’élabore, elle doit s’appréhender comme étant « en train de se faire ».

  • 3 Coulangeon, P., (2004), Les musiciens interprètes en France : portrait d’une profession, Paris, La (...)
  • 4 Menger, P.-M., (2009), Le travail créateur : s’accomplir dans l’incertitude, Paris, Galimard/Editio (...)
  • 5 Hennion, A., Maisonneuve, S., Gomart, E., (2000), Figures de l’amateur : formes, objets, pratiques (...)
  • 6 Willener, A., (1990), Pour une sociologie de l’interprétation musicale : le cas du ‘Concerto pour t (...)
  • 7 Faulkner, R., Becker, H., “Do You Know…?” The Jazz Repertoire in Action, Chicago, The University of (...)
  • 8 Kamerman, J., (1983), “Symphony Conducting as an Occupation”, dans Jack B. Kamermanet Rosanne Morte (...)
  • 9 Becker, H., (1988 [1982]), Les mondes de l’art, traduit de l’américain par Jeanne Bouniort, Paris, (...)

3Le premier chapitre organise une présentation de la littérature sociologique et musicologique mettant l’étude des ensembles musicaux au cœur de leurs analyses. Afin d’orchestrer cette revue de littérature, l’auteure réaffirme le projet qui est au fondement de son ouvrage : celui-ci cherche à comprendre « comment se construit une interprétation musicale au sein d’un collectif formé d’un chef et de musiciens » (p. 21). Hyacinthe Ravet identifie trois catégories de travaux dont elle considère qu’il est nécessaire de restituer les principaux axiomes. 1) L’approche socio-économiste des mécanismes collectifs de la création artistique (Coulangeon3 ; Menger4) qui se focalise sur les carrières professionnelles des artistes et les dynamiques expliquant leurs variabilités. 2) La perspective de recherche mettant au cœur de l’analyse l’intérêt pour la réception des œuvres et les médiations entre artistes et auditeurs : ainsi, selon Hennion5, l’œuvre musicale est réalisée par l’auditeur, qui apparaît pour Willener6 comme étant un « co-constructeur » de l’interprétation. 3) Les travaux associant interactionnisme symbolique et théorie de l’action pratique qui appréhendent l’orchestre comme le produit de jeux d’interaction et de négociations contribuant à élaborer l’interprétation d’un son collectif (Faulkner, Becker7 ; Kamerman8). L’auteure fait retour à ce niveau sur la notion de « conventions » de Howard Becker9 qui structurent et rendent possibles les chaînes de coopération entre acteurs d’un « monde de l’art » qui, de manière coordonnée, contribuent à la production collective du son.

  • 10 À savoir un « ensemble codifié de gestes expressifs, explicitement travaillé par les chefs » (p. 97 (...)
  • 11 Il s’agit des « gestes [réalisés] in situ et leurs différentes figures significatives, conscientisé (...)

4Après deux chapitres consacrés à la présentation de sa méthodologie et des trois principaux orchestres considérés, Hyacinthe Ravet développe un quatrième chapitre au titre particulièrement évocateur, résumant brillamment le projet d’ensemble de son propos : « interactions sociomusicales » (p. 93) informe les modes de coopération entre les acteurs des ensembles et propose une typologie des interactions observées. En se basant sur la gestique10 et la gestuelle11 des chefs observés, Hyacinthe Ravet bâtit un type-idéal de relation existant entre chef et musiciens en répétition : coopération, conflit, négociation et distanciation recouvrent l’ensemble des positions qui se déclinent au sein des orchestres. L’un des apports de ce répertoire d’action est de combler un vide laissé par la littérature sur le sujet : le concert, la répétition et l’enregistrement sont décryptés à l’aune des interactions verbales et non verbales, conscientisées ou non qui toutes concourent à l’interprétation musicale.

5Dans les chapitres 5 et 6, l’auteure s’attèle à analyser la position de chef d’orchestre, d’abord en retraçant son autorité - en se référant à la conception wébérienne - les représentations sociales qu’elle véhicule, puis dans une perspective genrée en se centrant sur les rapports sociaux de sexe dans lesquels sont inscrites les femmes chefs d’orchestre considérées. Le propos détache la figure du chef d’orchestre de celle de « despote » exerçant avec un autoritarisme indiscuté une faculté à obtenir l’adhésion des musiciens à sa cause. Au contraire, ce sont des jeux de négociation et d’ajustement qui sont retracés au sein des ensembles musicaux. Cette discussion se poursuit dans un septième chapitre dédié aux rapports de pouvoir et de violence, psychologique et symbolique au sens de Pierre Bourdieu, qui traversent les orchestres. L’auteure donne à voir la façon dont les musiciens peuvent se retourner contre l’autorité du chef et contester de cette manière la position favorable en termes de capitaux qui lui est allouée.

6Le huitième chapitre s’intéresse à la « créativité » des acteurs composant les ensembles musicaux. À la manière de l’autorité restituée sous forme de jeux de négociations et de rapports de force, la créativité s’incarne dans des interactions musicales qui structurent des routines corporelles, des habitudes, des conventions communes. Loin d’être une donnée innée a priori, elle résulte d’un procès de construction sociale façonné par les interactions entre musiciens et chefs d’orchestre. D’un point de vue axiologique, la créativité renvoie à une capacité d’invention sans cesse renouvelée, par opposition à l’imitation. Ces développements amènent Hyacinthe Ravet à revenir sur l’objectif de sa recherche : envisager l’œuvre musicale non pas comme un « produit » de l’action humaine mais comme un « processus », celui d’une action collective coordonnée. L’auteure développe dans ce chapitre des propos très stimulants en termes de sociologie de la connaissance de la créativité, explorant, dans un registre souvent poétique, ses accointances avec l’artisanat, l’esthétique et la virtuosité.

7L’auteure consacre un dernier chapitre aux temporalités de la musique d’ensembles : celle-ci se construit de façon itérative mêlant actions situées immédiates, telles que la répétition qui renouvelle sans cesse l’instantanéité des routines de l’interprétation, et inscription dans une « tradition » longue marquant la transmission d’un « art de faire » entre musiciens. La « qualité de jeu » s’obtient chemin faisant, au fil des répétitions, au croisement de ces deux impératifs de la vie d’orchestre.

  • 12 Il y est uniquement fait référence pages 67 et 69.

8L’ouvrage porte un projet heuristiquement ambitieux et original : proposer une analyse associant une perspective ethnographique de la production collective de l’interprétation du son à une approche musicologique de l’élaboration du matériau musical. On peut regretter que cette seconde dimension soit toutefois insuffisamment explicitée et demeure quelque peu absorbée par l’écriture. L’analyse l’aspire et la déplie de manière secondaire eu égard à la perspective ethnographique. Un développement davantage fouillé de la sociologie pragmatique12 aurait sans doute permis de dépasser cette critique : en considérant le son, la partition, le pupitre, l’instrument comme des ‘actants’, cette démarche aurait consolidé la lecture analytique de la musique « en train de se faire ». Cette perspective, combinée à une analyse linguistique des signifiants et signifiés mis en jeu au sein des ensembles, aurait davantage reflété la façon dont la musique opère en tant qu’objet-frontière, concept emprunté à la sociologie des sciences pragmatique, renvoyant aux vecteurs humains et non humains de coordination sociale et de stabilisation des agencements sociaux par enrôlement des actants.

9Une seconde critique envisageable concerne l’usage qui est fait par l’auteure de la notion de pouvoir. S’il est bienvenu de rappeler l’asymétrie qu’engage ce type de rapport social ainsi que la capacité de réaction des musiciens à l’égard d’un chef autre que tout-puissant, le propos aurait pu être réintégré dans l’économie générale de l’argumentation sur l’élaboration de l’interprétation collective. En structurant son ouvrage autour d’une conception de l’orchestre comme réseau de distribution de compétences, d’ajustements, de négociations et de résistances, Hyacinthe Ravet aurait affirmé plus directement l’importance de la notion de pouvoir dans la structuration des rapports sociaux considérés. Car c’est bien cela qu’elle révèle, tout au long de ses développements, en décryptant les modulations des systèmes d’acteurs engagés dans la production de l’interprétation musicale.

10Au demeurant, l’ouvrage de Hyacinthe Ravet reste un ouvrage sociologique majeur apportant une contribution significative aux analyses interactionnistes du travail ethnomusicologique de la production de l’interprétation collective.

Haut de page

Notes

1 Les pratiques de direction de trois hommes et femmes chefs d’orchestre ont été particulièrement observées : celles de Claudio Abbado, Claire Gibault et Laurence Equilbey. Pour plus de détails, voir p. 48.

2 Ravet, H., (2000), Les musiciennes d’orchestre : interactions entre représentations sociales et itinéraires, thèse de doctorat, Nanterre, Université Paris Ouest-Nanterre la Défense.

3 Coulangeon, P., (2004), Les musiciens interprètes en France : portrait d’une profession, Paris, La Documentation Française.

4 Menger, P.-M., (2009), Le travail créateur : s’accomplir dans l’incertitude, Paris, Galimard/Editions du Seuil.

5 Hennion, A., Maisonneuve, S., Gomart, E., (2000), Figures de l’amateur : formes, objets, pratiques de l’amour de la musique aujourd’hui, Paris, La Documentation Française.

6 Willener, A., (1990), Pour une sociologie de l’interprétation musicale : le cas du ‘Concerto pour trompette’ de Haydn, Lausanne, Payot.

7 Faulkner, R., Becker, H., “Do You Know…?” The Jazz Repertoire in Action, Chicago, The University of Chicago Press.

8 Kamerman, J., (1983), “Symphony Conducting as an Occupation”, dans Jack B. Kamermanet Rosanne Mortella (dir.), Performers and Performances: The Social Organization of Artistic Work, New York, Praeger.

9 Becker, H., (1988 [1982]), Les mondes de l’art, traduit de l’américain par Jeanne Bouniort, Paris, Flammarion.

10 À savoir un « ensemble codifié de gestes expressifs, explicitement travaillé par les chefs » (p. 97).

11 Il s’agit des « gestes [réalisés] in situ et leurs différentes figures significatives, conscientisées ou non » (p. 97).

12 Il y est uniquement fait référence pages 67 et 69.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Barthélémy, « Hyacinthe Ravet, L’orchestre au travail. Interactions, négociations, coopérations. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 25 mars 2016, consulté le 29 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/20445

Haut de page

Rédacteur

Fabienne Barthélémy

Maître de conférences en sociologie à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Elle est chercheure au Centre d’études et de recherches sur les emplois et professionnalisations (EA 4692, Reims) et associée au Centre de sociologie des organisations (Cso-SciencePo/CNRS UMR 7116, Paris). Ses travaux de recherche portent sur le travail de la médiation sociale, de la mise en scène théâtrale administrée et de la psychiatrie de secteur.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page