Navigation – Plan du site

Lucien Calvié, La question allemande. Histoire et actualité

Jacques Guilhaumou
La question allemande
Lucien Calvié, La question allemande. Histoire et actualité, Éditions du Cygne, coll. « Frontières », 2016, 145 p., ISBN : 9782849244432.
Haut de page

Texte intégral

1Avant l’unification allemande de 1990, une formule politique allemande était souvent citée : « La question allemande restera ouverte aussi longtemps que la porte de Brandebourg restera fermée ». L’ouvrage de Lucien Calvié a pour objectif de préciser en quoi la question allemande n’est toujours pas close en 2016, mais se présente plus ouverte que jamais. Historien et germaniste, Lucien Calvié est un observateur privilégié et un analyste reconnu en ce qui concerne les enjeux de la question allemande dans le passé et le présent. Ainsi il a multiplié les études depuis les années 1970 sur « le mouvement de l’hégélianisme critique », avec la figure de Heine en son centre, mais aussi autour de Karl Friedrich Köppen, Arnold Ruge, Karl Heinzen, Bruno Bauer et bien sûr Marx. Il situe ce mouvement dans la période prérévolutionnaire du Vormärz en Allemagne, en prélude donc aux révolutions démocratiques de 1848. Il a aussi mis en évidence, dans ce contexte, l’importance du libéralisme révolutionnaire hérité de 1789, dont Marx, un temps proche, se distancie pour proposer la révolution prolétarienne. Sa réflexion politique se situe donc au centre d’une interrogation relative au statut sur la longue durée de la révolution démocratique, ce qui nous interpelle sur la nature de la révolution allemande de 1989-1990, et par là même sur la question allemande. Lucien Calvié insiste alors dans ses travaux sur l’absence de l’Allemagne au sein des « révolutions atlantiques ou occidentales » de 1789 à 1848 analysées par Jacques Godechot et Robert Palmer, et sa conséquence « la misère allemande » dénoncée par les jeunes hégéliens présents autour de Heine. Il peut ainsi mesurer le risque dans l’histoire présente qu’une telle incapacité révolutionnaire des Allemands ne fasse de l’épisode nazi le seul élément stable de la renommée « internationale » de l’Allemagne. Ainsi l’intérêt de cet ouvrage consiste dans sa manière propre de faire le lien entre l’histoire de la révolution démocratique et les raisons de l’actuelle domination allemande sur l’Europe.

2Lucien Calvié revient d’abord sur les étapes de la mise en place d’une telle hégémonie allemande, en particulier au plan financier et économique, qui tend à donner de la révolution allemande de 1989 le visage d’une « révolution nationale ». Nous sommes ici à rebours de la façon dont Habermas envisage la mise en place d’une Allemagne « constitutionnelle » sans aucune ambition de puissance. De ce fait, qualifier la politique allemande de « kantienne » sous l’égide de la morale protestante du gouvernement, donc par sa visée pacifiste et cosmopolite, est une manière quelque peu détournée de présenter l’éthique kantienne. Ensuite, Lucien Calvié s’interroge sur ce qu’il en est des illusions françaises relatives au projet européen. L’Europe pensée par les dirigeants français, sous le mot d’ordre « toujours plus d’Europe », est ainsi confrontée à l’examen que nous propose Lucien Calvié d’une Europe minée pas les crises dans le contexte de l’hégémonie allemande. Énoncer ses illusions n’en infirme pas totalement la vérité, mais permet de mesurer l’impact de la réunification allemande dans la montée des nationalismes et des particularismes, et de s’interroger sur le risque dans l’avenir d’un fédéralisme européen. À ce titre, Lucien Calvié pose la question suivante : si la fragmentation étatique a été admise dans certains régions de l’Europe au nom du soutien aux indépendantistes opprimés, le nationalisme allemand ne sort-il pas renforcé par le réveil d’autres nationalismes, en favorisant la fragmentation tchécoslovaque et l’éclatement yougoslave au profit de l’Allemagne ?

3Lucien Calvié pose donc la question des origines françaises de l’hégémonie allemande. Il situe, au centre de son argumentation, le problème de l’existence ou non d’un programme européen de l’Allemagne formulable dans les termes suivants : « Unité étatique de l’Allemagne en 1990, au moins en partie sur la base d’une unité ethnique supposée, d’une part ; et d’autre part, tendance à la fragmentation étatique et régionale en Europe, sur une base ethno-linguistique supposée » (p. 85). Le constat de la distinction entre citoyenneté et nationalité sur une base ethnique en Allemagne, à la différence de la France, oblige alors Lucien Calvié à revenir avec précision sur l’histoire de cette distinction. Reste que la position adoptée au sein de la communauté européenne sur le droit de nationalité s’est efforcée d’aller au-delà des différences en ce domaine entre le droit français et le droit allemand, ce qui a permis de faire progresser l’idée d’universalisme, certes en laissant ouverte la question de l’intérêt supérieur, géopolitique et économique de l’Allemagne.

4Autre aspect de la politique européenne où Lucien Calvié constate que la question allemande reste ouverte, la crise des migrants en 2015. Divers aspects de cette crise ont montré que l’humanisme à l’allemande se double d’un rappel fréquent d’une hégémonie financière permettant des choix géostratégiques basés sur un certain flou de vocabulaire autour de l’emploi des termes de citoyen (en français) et surtout de Bürger (qui a trait à la société civile). Là encore, le rappel de la conception essentiellement ethnique de la nation allemande explicite les termes dans lesquels se résout la question « qui est allemand ? » Partant du constat de « l’ampleur de l’écart séparant la conception allemande de la conception française de la nationalité et de la citoyenneté » (p. 94), Lucien Calvié analyse les critères officiels permettant à des immigrés « allemands », ne parlant souvent aucun mot d’allemand, d’obtenir la citoyenneté. Il montre « l’existence d’un accord apparemment général, dans l’opinion publique comme dans les milieux politiques et médiatiques allemands, pour considérer hors de doute l’existence d’un peuple allemand ou d’un ethnie allemande homogènes » (p. 96). Ce qui peut expliquer le recours en partie aux archives collectées à ce sujet par l’administration allemande dans les années 1940.

5La question centrale du vocabulaire porte également sur les usages successifs de Nazis et Allemands dans les médias français. Au cours des années 1940, surtout pendant l’Occupation, les Allemands sont perçus par l’opinion française comme des Nazis, donc de manière négative. L’insistance sur le rôle des résistants allemands au nazisme, puis sur le développement des relations « amicales » entre Français et Allemands après le traité Adenauer/De Gaulle de 1963 introduit une image positive des Allemands. Mais un tel jeu langagier introduit le risque de « dédouaner » les Allemands du nazisme auprès de l’opinion française. Lucien Calvié donne ainsi des exemples de solidarités et de connivences allemandes autour du nazisme, pour le moins surprenantes. Il les situe au sein des débats qui traversent la communauté des historiens et des éditeurs dans les années 1980, à propos des liens entre nazisme et communisme, puis autour de l’ouvrage de l’historien italien Luciano Canfora. Traduit dans de nombreux pays européens à l’exception de l’Allemagne, dans le cadre de son sujet, la démocratie comme idéologie, cet historien insiste sur la présence massive d’anciens nazis dans l’administration de la RFA.

6Lucien Calvié confronte ensuite le pacifisme allemand, preuve de la révocation définitive de l’horreurs nazies, à l’attitude de l’Allemagne dans le conflit ukrainien et face à la guerre civile yougoslave. Il en ressort une nouvelle preuve de la distance entre la France et l’Allemagne sur le plan des réalités politiques européennes depuis 1789. Aux yeux des Allemands, « les "créations" politiques des Français apparaissent […] comme chargées d’un défaut originel, celui d’être "artificiellement" fondées sur une raison supposée abstraite et coupée des réalités vivantes de l’histoire, et des données en quelque sorte naturelles ou biologiques qui seraient celles de l’ethnie et de la langue » (p. 119). Avec le cas de la Grèce actuelle, Lucien Calvié rappelle d’abord l’histoire de sa spoliation financière, du temps des nazis, puis de la dépendance financière présente. Mais il analyse dans le même temps les analogies avec les précédents serbe et yougoslave au regard de l’attitude allemande plutôt réservée face à la solidarité européenne pour les pays européens en difficulté.

7Lucien Calvié conclut, à partir de son approche de la question allemande tant dans son historicité que dans son actualité, au retour d’une politique allemande de puissance à l’échelle mondiale. Cependant, la question allemande réouverte par ses soins concerne prioritairement l’Europe et l’attitude de la France à son égard. La prise de conscience de la nécessité d’un rapprochement, donc d’une connaissance réciproque grandissante, entre Allemands et Français a été le propre de la génération montante des années 1970-1980. Le bilan qu’en propose Lucien Calvié est plein de réserves justifiées : les clichés anciens ont repris le dessus, de nouveaux clichés sont apparus, les clichés positifs sont marqués de conformisme. Cependant, son ouvrage est, par sa lucidité, largement ouvert au débat, y compris sur ses propres analyses. Il constitue par là même un appel à faire mieux connaître la complexité de la question allemande au sein de l’opinion française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Lucien Calvié, La question allemande. Histoire et actualité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 25 mars 2016, consulté le 25 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/20451

Haut de page

Rédacteur

Jacques Guilhaumou

Directeur de recherche émérite au CNRS, au sein de l’UMR « Triangle » (ENS-LSH Lyon), Jacques Guilhaumou, linguiste et historien, inscrit ses travaux dans le champ de l’analyse de discours et de l’histoire des concepts. Son dernier ouvrage collectif publié porte sur Genre Révolution Transgression en codirection avec Karine Lambert et Anne Montenach, collection « Penser le genre », Presses Universitaires de Provence, 2015.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page