Navigation – Plan du site

Claire Schiff, Beurs & Blédards. Les nouveaux arrivants face aux Français issus de l’immigration

Anaïs Galy
Beurs & Blédards
Claire Schiff, Beurs & Blédards. Les nouveaux arrivants face aux Français issus de l'immigration, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Clair & Net », 2015, 260 p., EAN : 9782356874290.
Haut de page

Texte intégral

1Résultat de recherches entamées il y a plus de quinze ans et qui ont donné lieu à une thèse dirigée par Michel Wieviorka, ce livre pose la question des différences et des relations entre les nouveaux arrivants en France, ou « migrants », et les Français issus de l’immigration, aussi appelés « les minoritaires ». La question des « Beurs » et des « Blédards » n’est, à proprement parler, que le sujet du dernier chapitre, contrairement à ce que le titre laisse paraître.

2Deux premières parties permettent de distinguer les expériences des jeunes primo-arrivants et des jeunes minoritaires pour qui trois pôles de référence semblent particulièrement importants : la communauté d’origine, la communauté juvénile et la société française. Cette analyse résulte de plusieurs entretiens, dont certains extraits illustrent les propos de l’auteure. D’un côté, la vie des migrants est marquée par une rupture. Ils ont connu leur pays d’origine et imaginent une vie meilleure grâce à leur migration, une vie de travail et de responsabilités qui leur permette d’aider leurs proches restés au pays, pays où ils ont souvent l’espoir de retourner plus tard. En France, ils ont tendance à être attachés à leur communauté et à respecter les adultes. De l’autre côté, les jeunes Français issus de l’immigration entretiennent un faible lien avec leur pays d’origine et une faible croyance en la possibilité d’une mobilité ascendante dans l’échelle sociale. Plutôt que de s’identifier à la communauté d’origine, c’est avec leurs pairs du même âge et au sein l’espace local, la cité, que ces jeunes forment une identité collective. On assiste plutôt ici à des tensions inter-générationnelles puisque l’expérience des enfants est différente de celles des parents, dont le vécu serait semblable à celui décrit pour les primo-arrivants. L’idée de croiser l’étude des rapports entre générations avec celle de l’expérience migratoire apparaît à plusieurs reprises dans l’ouvrage et semble particulièrement intéressante.

3Claire Schiff présente ensuite les parcours scolaires de migrants dont elle a suivi l’itinéraire (suivi de cohorte et enquêtes de terrain). Les élèves primo-migrants semblent particulièrement motivés et ils entretiennent un rapport positif à l’école ; ils ont par exemple un très faible taux d’absentéisme et sont respectueux des professeurs. Le système français leur est cependant souvent défavorable, avec notamment un temps d’adaptation restreint (une seule année en classe d’accueil, censée leur donner un niveau correct en français) et une tendance à orienter trop rapidement ces élèves, ce qui ne leur donne pas le temps de rattraper leurs retards et les écarte souvent des filières générales. Plus le jeune arrive tôt en France, plus ses chances de réussite scolaire sont élevées. Ces résultats sont tirés d’une étude quantitative et l’auteure vient les compléter avec une enquête ethnographique de plus de quatre ans, menée dans deux collèges classés en zone d’éducation prioritaire. Une observation participante et des entretiens individuels permettent à la sociologue d’analyser deux dimensions importantes du processus d’intégration. Cependant, on regrette que le concept d’« intégration » ne soit pas déconstruit dans l’ouvrage. D’abord, l’intégration dépend des modalités spécifiques de prise en charge des migrants dans le collège, à travers la politique d’accueil et d’intégration de l’établissement et le rôle des enseignants. Les deux collèges observés sont très différents. L’un a un système d’intégration « ouvert », par lequel les élèves rejoignent rapidement les classes ordinaires tout en bénéficiant de cours de français à part. Ce dispositif rend difficile le travail des enseignants, qui ont des élèves dont les niveaux sont très différents dans une même classe. L’autre collège a un système avec des classes « fermées » réservées aux élèves non francophones, lesquels sont souvent envoyés par la suite vers les classes réservées aux élèves les moins performants, ce qui leur ferme la porte des filières générales. Ensuite, l’école est aussi un lieu de socialisation et de sociabilité juvénile et les relations des primo-arrivants avec les autres élèves sont une dimension du processus d’intégration. Les élèves non francophones font souvent offices de souffre-douleur et ont une aussi mauvaise intégration dans le groupe de pairs que les « Français de souche », ce qui tend à les rapprocher. Ils ont tendance à se méfier des autres élèves qui sont plutôt vus comme de « mauvaises fréquentations ». S’il y a une intégration au groupe de pairs, elle se fait souvent au détriment de l’investissement scolaire.

4De manière générale, les migrants quittent rapidement le système de l’éducation pour entrer dans la vie active et aider financièrement leurs proches, qu’ils soient en France ou restés au pays d’origine. Parallèlement, les jeunes issus de l’immigration qui voient leurs proches plus âgés en marge du marché du travail ne trouvent aucune motivation à s’investir dans leur scolarité. Ainsi, Claire Schiff étudie l’accès à l’emploi des migrants et des minoritaires. Elle décrit un marché du travail français où les jeunes de deuxième génération, faiblement qualifiés, et les migrants d’origine non européenne, hautement qualifiés et sans réseaux communautaires, sont particulièrement vulnérables à la discrimination raciale. Nous pouvons regretter que cette affirmation ne se base sur aucune étude chiffrée mais uniquement sur le discours des personnes interrogées, en l’occurrence des intermédiaires de l’emploi et des minoritaires. Les migrants récents ont, eux, tendance à travailler dans des conditions précaires et sont souvent soumis à un phénomène d’exploitation. Les minoritaires refusent quant à eux cette précarité et cette exploitation car leurs références en matière de conditions de travail acceptables sont alignées sur les normes françaises. De plus, ils n’acceptent pas de se soumettre dans une relation inter-générationnelle qui rappellerait les relations coloniales.

5À travers deux exemples, d’une part celui de jeunes filles turques qui tentent de sortir de leur réseau communautaire et d’éviter le travail de confection en atelier, et d’autre part celui d’hommes sri lankais travaillant dans une entreprise tenue par des Français et bénéficiant d’un système de cooptation (moyen de faire embaucher les membres de leur communauté en priorité pour certains postes), la sociologue décrit les dynamiques communautaires dans l’insertion professionnelle des migrants. Le recours à la communauté pour trouver un emploi apparaît, selon le cas, comme un piège ou comme un tremplin pour les jeunes. Un piège lorsque les individus sont soumis à la surveillance et au jugement de leurs pairs et lorsque les conditions de travail sont difficiles. Un tremplin lorsque la communauté vient pallier le « système de formation peu adapté aux réalités du monde du travail » (p. 197). C’’est le cas pour les Sri Lankais, qui se tournent vers leurs compatriotes pour la recherche d’’emploi comme pour l’ensemble de leurs pratiques. La communauté hindoue est en effet marquée par une tendance à l’auto-ségrégation et une absence d’attache envers l’identité française. Parallèlement, les Sri Lankais respectent, et sont respectés par, les responsables des institutions du pays d’accueil. Ils sont cependant victimes d’agressions de la part de jeunes minoritaires, d’origine maghrébine, africaine ou antillaise, qui sont méfiants envers les institutions et qui n’arrivent pas à s’insérer dans le marché du travail, malgré l’abandon de leurs traditions.

6Le dernier chapitre permet au lecteur de comprendre les expressions « Beurs » et « Blédards », qui titrent cet ouvrage. Les Beurs sont les personnes françaises issues de l’immigration maghrébine ; « Blédard » est l’appellation qu’ils utilisent pour désigner les personnes qui sont nées dans leur pays d’origine (qu’elles aient immigré elles aussi en France ou qu’elles y vivent encore). De nombreux conflits intra-communautaires sont mis en évidence grâce à l’analyse d’échanges sur le net. Il s’agit notamment de conversations sur le comportement des uns et des autres, leur place sur l’échelle sociale, leur légitimité dans le pays d’accueil ou le pays d’origine, ou les questions de mariage entre les deux catégories. Ces tensions ont lieu dans différents contextes nationaux, d’autant plus s’il existe des disparités importantes entre les différentes vagues d’immigration.

  • 1 Signalons également deux erreurs dans la légende d’un tableau statistique page 75 : le nom de l’aca (...)

7Cet ouvrage a le mérite de mettre en avant les différences entre ces deux populations que sont les migrants et les minoritaires, de décrire leurs parcours scolaires respectifs et leurs difficultés ou non à entrer sur le marché du travail. Ces différentes figures et expériences sont déterminées par le temps qui sépare l’individu de l’événement migratoire et par sa position vis-à-vis des sociétés d’accueil et d’origine. Beaucoup de méthodes sont mobilisées par l’auteure, ce qui permet une description très détaillée mais parfois un peu trop détachée de toute théorie1. Ce défaut est cependant compensé par le nombre impressionnant d’informations et de petits détails auxquels nous donne accès une recherche de si grande ampleur.

Haut de page

Notes

1 Signalons également deux erreurs dans la légende d’un tableau statistique page 75 : le nom de l’académie devrait être Créteil (et non Bordeaux) et il est précisé que « 5,3% des élèves étaient originaires d’un pays africain (hors Maghreb) » alors que la cellule correspondante du tableau indique « 5,9% ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Galy, « Claire Schiff, Beurs & Blédards. Les nouveaux arrivants face aux Français issus de l’immigration », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 25 mars 2016, consulté le 28 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/20455

Haut de page

Rédacteur

Anaïs Galy

Étudiante en master de sociologie à l’Université libre de Bruxelles.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page