Navigation – Plan du site

Jacques Le Bohec, Sociologie du phénomène Le Pen

Fabienne Federini
Sociologie du phénomène Le Pen
Jacques Le Bohec, Sociologie du phénomène Le Pen, La Découverte, coll. « Repères », 2005, 122 p., EAN : 9782707145871.
Haut de page

Texte intégral

1Voilà un petit livre (122 pages) qui mérite une grande attention, en raison de sa rigueur épistémologique et de l'intensité des questions qu'il soulève pour s'efforcer de saisir, sans passion, le « phénomène Le Pen ». Jacques Le Bohec préfère désigner ainsi son objet, plutôt que de parler de « mouvement » ou de « parti », pour dire combien ce phénomène, et sa persistance électorale depuis plus de vingt ans, ne sont pas le fait exclusif de l'efficacité performative du discours politique des responsables du Front national (FN), ni du charisme attribuée à son leader. Parler de « phénomène Le Pen » permet à l'auteur de prendre en compte certains agents sociaux (« journalistes, politiciens, sondeurs, politologues, historiens, intellectuels, associatifs, ecclésiastiques, artistes ») habituellement exclus de l'analyse, alors qu'ils ont contribué, souvent à leur insu, à la construction symbolique du phénomène en question.

  • 1 Pascal Duret, Les larmes de Marianne. Comment devient-on électeur du Front national ?, Paris, Arman (...)

2Fort de cette posture, Jacques Le Bohec entend refonder à la fois la manière dont on aborde le phénomène Le Pen et la grille explicative jusqu'ici utilisée. Il commence tout d'abord par montrer combien cet objet d'étude n'est pas un objet comme les autres, en raison des passions qu'il suscite, et dont la communauté scientifique se fait l'écho, sans doute par manque de réflexivité critique des chercheurs. Citons ici ce que dit le sociologue Pascal Duret sur les difficultés à maintenir une distance critique à l'égard d'un terrain aussi sensible : « si la position de neutralité axiologique semblait indispensable pour considérer ces électeurs [du FN] ni plus ni moins que n'importe quels autres, le travail de réglage de la distance critique était plus coûteux et éprouvant que jamais sur ce terrain surinvesti normativement. »1 Tout ceci conduit à ce que paradoxalement la recherche, en mélangeant militantisme citoyen et posture scientifique, octroie au « phénomène Le Pen » un statut d'exception, reprenant ainsi sous couvert scientifique ce qui constitue un des enjeux même de la lutte de classement politique du Front national : parti (marginalisé) d'extrême droite ou parti de droite (extrême) ? Car, qu'on le déplore (les partisans) ou qu'on s'en réjouisse (les adversaires), à quelque niveau que l'on se situe d'ailleurs (dans ou hors champ politique), ce parti n'est jamais considéré comme étant un parti politique comme les autres. Dès lors, personne (ni les chercheurs, ni les journalistes, ni les sondeurs, ni les intellectuels, ni les artistes, ni les citoyens, etc.) ne s'autorise à avoir à son égard la même attitude qu'à l'égard de tout autre parti politique. Or, ces deux attitudes, aussi antagonistes puissent-elles paraître, ne sont finalement que les deux faces (« victimisation » d'un côté et « stigmatisation » de l'autre) d'une même médaille, chacune d'elles alimentant l'autre.

  • 2 Il semble ainsi que les déterminants sociaux des électeurs FN soient laissés de côté quand ils ne r (...)
  • 3 Patrick Champagne, « Je ne suis pas raciste mais... », Politique, la revue, avril 1997, p. 31.
  • 4 Jacques Le Bohec, Sociologie du phénomène Le Pen, op. cit., p. 97.

3D'où la question pertinente, pour ne pas dire dérangeante, posée par Jacques Le Bohec : et si la persistance du « phénomène Le Pen » était moins due à l'efficacité performative du discours politique du FN ou à la personnalité charismatique attribuée à son leader qu'à la contribution que chacun d'entre nous apporte, plus ou moins inconsciemment, à son maintien dans le paysage politique ? Pensons notamment au recyclage politique des thèmes, voire des élus, du FN par les organisations partisanes ou par la presse (la « sécurité », « l'immigration », la « corruption des édiles », etc.). Pensons aussi aux études de science politique menées sur ce « phénomène » qui ne s'intéressent jamais, ou presque, aux déterminants sociaux des votes Le Pen2, qui ne s'intéressent pas aux électeurs du FN (parce que les comprendre reviendrait à se compromettre ?) ou qui, faute de trouver un facteur unique d'explication, concluent un peu rapidement au caractère irrationnel du « phénomène Le Pen ». Ainsi, tout se passe comme si le Front national disposait d'un électorat unifié, homogène issu directement de l'ancien électorat communiste, comme si le vote Le Pen était centré sur la seule question de l'immigration ou comme si ce vote restait un vote d'extrême droite et/ou populiste, etc. Or, les rares études menées sur l'électorat du FN montrent sa diversité sociale, politique et idéologique. Moins que d'un électorat FN, il vaut mieux parler « des électorats unifiés sous le label FN dans la mesure où tout parti regroupe nécessairement une foule d'adhésions de natures très différentes et souvent contradictoires »3 ; ce qui laisse entendre que, comme pour tout autre vote, le vote Le Pen/FN ne doit pas être déconnecté de la pluralité de ses usages sociaux : « une même marque électorale peut faire l'objet d'usages sans rapport avec l'adhésion idéologique, morale ou programmatique »4.

  • 5 Ibid ., p. 7.
  • 6 Spinoza, cité par Pascal Duret, Les larmes de Marianne. Comment devient-on électeur du Front nation (...)
  • 7 Jacques Le Bohec, Sociologie du phénomène Le Pen, op. cit., p. 98.

4L'intérêt majeur de cet ouvrage est de nous rappeler les conditions auxquelles doit se soumettre le chercheur lorsqu'il s'intéresse à un objet d'étude « sensible », ou en proie, comme l'est le « phénomène Le Pen », à toutes les dénonciations morales, à toutes les condamnations politiques. Pour agir efficacement, c'est-à-dire pour « atteindre l'utilité pratique sans laquelle Emile Durkheim pensait que la sociologie ne vaudrait pas une heure de peine »5, suffit-il seulement de se draper dans ses bonnes intentions ? Ne doit-on pas plutôt « ne pas déplorer, ne pas rire, ne pas détester, mais comprendre »6 et pour ce faire, « se donner les moyens conceptuels et empiriques de forger une grille explicative convaincante, c'est-à-dire [de recentrer les investissements scientifiques] sur la fiabilité et la rigueur en s'éloignant du simplisme médiatique, du souci commercial, du conseil au prince, de la prescription thérapeutique et de la promotion disciplinaire »7 ?

Haut de page

Notes

1 Pascal Duret, Les larmes de Marianne. Comment devient-on électeur du Front national ?, Paris, Armand Colin, 2004, pp. 11-12.

2 Il semble ainsi que les déterminants sociaux des électeurs FN soient laissés de côté quand ils ne ressortent pas tous du même groupe social : « pour faire entrer la réalité dans leur schéma d'un vote populaire, ils [les savants, journalistes, sondeurs et politiciens] ignoreront les autres catégories sociales et les données qui le contredisent. » Jacques Le Bohec, Sociologie du phénomène Le Pen, op. cit., p. 55.

3 Patrick Champagne, « Je ne suis pas raciste mais... », Politique, la revue, avril 1997, p. 31.

4 Jacques Le Bohec, Sociologie du phénomène Le Pen, op. cit., p. 97.

5 Ibid ., p. 7.

6 Spinoza, cité par Pascal Duret, Les larmes de Marianne. Comment devient-on électeur du Front national ?, op. cit., p. 9.

7 Jacques Le Bohec, Sociologie du phénomène Le Pen, op. cit., p. 98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Federini, « Jacques Le Bohec, Sociologie du phénomène Le Pen », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2005, mis en ligne le 01 octobre 2005, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/205

Haut de page

Rédacteur

Fabienne Federini

Fabienne Federini est chargée de recherche au CNRS et membre du GRS (Groupe de recherche sur la socialisation, Université Lumière Lyon 2 / ENS lettres et sciences humaines).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page