Navigation – Plan du site

Fadma Aït Mouis, Driss Ksikès, Le métier d’intellectuel. Dialogues avec quinze penseurs du Maroc

Daniel Rivet
Le métier d'intellectuel. Dialogues avec quinze penseurs du Maroc
Fadma Aït Mous, Driss Ksikes (dir.), Le métier d'intellectuel. Dialogues avec quinze penseurs du Maroc, Casablanca, Presses de l'Université citoyenne, 2015, 377 p..
Haut de page

Texte intégral

1Les deux enquêteurs de cette série de quinze entretiens sont, la première, politologue, le second, journaliste, puis écrivain et homme de théâtre. Ils constatent l’émergence d’une scène intellectuelle dans le Maroc et s’interrogent sur le rôle des créateurs d’idées depuis la thawra arabe et son effet de souffle au Maroc en février 2011. Ils s’interrogent : qui sont et que font ces penseurs reconnus en leur pays, qui ne sont plus comme auparavant des dissidents ou des intellectuels organiques de la monarchie hassanienne ? Ils constatent que ces nouveaux acteurs de la debating society ont accédé à une forme d’autonomie inaccessible jusqu’alors et qu’ils interviennent en électrons libres sur la scène publique, la presse d’opinion (les magazines en premier lieu) et les associations contemporaines de l’avènement d’une société civile.

2Ces intellectuels appartiennent à la même génération de sexagénaires, hormis leurs seniors Abdallah Laroui et Fatima Marnissi. Ils ont, pour la plupart, été marqués par l’intelligentsia rebelle des années 1960, la revue Souffle, les ciné-clubs avant-gardistes, la lecture de Marx et de Nietzche ou de Bourdieu, Barthes, Foucault et Deleuze. Ils sont biculturés et quelques-unes sont revenues à l’écriture en arabe pour avoir accès à la génération qui leur succède, bien moins familière avec le double répertoire culturel. L’un d’entre eux (Abdelfattah Kilito) n’affirme-t-il pas se situer entre Al-Jahiz, le grand épistolier du IXsiècle promoteur d’un humanisme arabe classique, et Jorge Luis Borgès ? Plusieurs se sont frottés à la sociologie de terrain sous la conduite de Paul Pascon (1930-1984) et ont appris à penser le Maroc avec la revue Lamalif (1966-1988). Le socio-politiste Mohammed Tozy et l’économiste touche-à-tout Mohammed Ennaji racontent cet apprentissage réalisé au cours des années 1970 dans le sillage de Pascon, successeur (inavoué) de Robert Montagne, l’initiateur en 1936 du Centre des Hautes Etudes d’administration musulmane qui lança les premières enquêtes et monographies au Maroc grâce à son réseau de correspondants locaux, praticiens savants du protectorat. Mais chacun des intellectuels approchés conserve ses traits particuliers et on ne se hasardera pas ici à une galerie de portraits, sinon pour constater qu’on glisse de l’intellectuel universel (le néo-hégélien Abdallah Laroui arc-bouté au maniement du concept) au bricoleur poussant ses enquêtes à ras le sol (Abdellah Saaf écrivant un carnet de route dans le bus 21 à Rabat) en passant par l’anthropologue pour qui le terrain constitue un long détour pour accéder à la compréhension de soi (Hassan Rachik).

3L’apport de cette enquête est double. On apprend sur le Maroc et on réfléchit avec cette cohorte de chercheurs patentés à l’exercice de l’intellectualité aujourd’hui. Au passage, on se cogne à de l’événementiel qui aura de lourds effets à retardement Ainsi Mohammed Chafik, figure respectée de l’IRCAM (Institut royal de la culture amazigh), nous apprend-il comment l’ancien réseau de msids (écoles coraniques) fut relancé par Hassan 2 en 1968 contre l’avis de son ministre de l’Education nationale, Mohammed Benhima, et pourquoi son successeur, Ahmed Laraki, précipita l’arabisation sous la pression conjointe des deux partis de l’Istiqlal et de l’UNFP. Mais pour l’essentiel, ce sont les petites touches émaillant ces entretiens qui confèrent à cette entreprise sa facture de mosaïque.

4Le genre n’est pas l’affaire des douze contributeurs masculins, mais deux des femmes ayant contribué à cette série d’entretien s’y risquent furtivement. Fatima Mernissi - dont l’éloge d’un islam cosmopolite se riant des frontières par opposition à l’occident inventeur de l’État nation hérissé de barbelés laisse perplexe - fait part de son rejet du féminisme à l’anglo-saxonne qui exclue les hommes. Elle rappelle que depuis l’égyptien Ahmed Amine à la fin du XIXsiècle, l’émancipation des femmes s’est toujours opérée dans les sociétés du monde musulman avec et non pas contre les hommes. La socio-anthropologue Rahma Bourqia, qui participa à la commission consultative préparatoire à la refonte de la Moudawana (le code de la famille) en 2003, pointe la résistance des femmes au changement : hna ghir ‘yalat, « nous ne sommes que des femmes ». Une manière oblique et rusée de maintenir à part la société des femmes et de faire la sourde oreille aux injonctions du féminisme venu d’en haut.

5C’est bien sûr la question de l’État et de sa marche à pas si lents et incertains vers une monarchie parlementaire qui revient en boucle d’un entretien l’autre. Les dissonances surgissent et donnent à cet ouvrage la dimension d’une causerie très ouverte. Un Abdellah Saaf (membre du think tank Arab Reform Inititative), fait ressortir que l’immense majorité des Marocains n’a pas accédé à une conscience politique et que la réforme, toujours octroyée par le prince, n’est jamais négociée avec la société civile. Qu’en somme l’État profond a l’art de trouver le compromis qui crée du consensus, avec l’appui des hommes du sérail négociant cette formule transactionnelle avec une contre-élite, à l’insu d’« une partie tierce jamais comprise dans l’équation : le peuple ». On trouvera une approche moins pessimiste dans l’entretien avec Mohammed Tozy, qui participa à la commission préparatoire à la constitution de 2011. Sa grille d’analyse distingue la culture d’empire qui imprégna le makhzen et la culture de gouvernance que génère la dawla postcoloniale. Rien de téléologique dans cette approche. L’Etat postcolonial impose abruptement un processus de modernisation de la religion en quadrillant l’espace de mosquées et en édictant ce qu’il faut croire. L’Etat ancien, lui, savait gérer la pluralité et les millat (les communautés ethnico-religieuses de l’empire ottoman). Mais le makhzen est-il le facteur primordial de cette inhibition au changement qui paralyserait la réforme au Maroc ? Mohammed Ennaji ne sous-estime nullement son action de verrouillage de la dynamique sociale à l’œuvre, mais il s’interroge : est-ce la société de cour qui fabrique la servitude ou bien le réflexe de servitude volontaire ? La Boétie en renfort contre les explications faisant appel aux ressources du néo-orientalisme ambiant ? Et de constater que le pouvoir libéralise par morceaux, y compris l’économie, et que les Marocains en font de même pour leurs croyances : on se sécularise entre nous, dans le secret de la pratique quotidienne, spécifie-t-il.

6Chaque intellectuel se parle à travers ces entretiens et esquisse sous nos yeux son auto-bibliographie. La plus fouillée est celle qui émane de l’historien Abdelahad Sebti, créateur avec Abdelhay Moudden, du site Ribatalkoutoub (Le lien entre les livres), une manière expérimentale de faire de l’intellectuel collectif. Il soumet chacun des objets historiques matière à un ouvrage au crible du questionnement anthropologique : la zettat (escorte armée pour traverser un territoire non maîtrisé par l’État), la révolte urbaine qui élargit le répertoire de la siba (la désobéissance envers le pouvoir central), la notion de sharaf (charisme lignager), la trace de l’évènement dans la mémoire collective (« l’année des herbes » pour dire la famine de 1945), l’adoption du thé à la menthe. Et comme Hassan Rachik passant en revue ses terrains à travers les sociétés rurales du Maroc, le lecteur reçoit une leçon de méthode.

7Car c’est bien de cela qu’il s’agit. À lire cet ouvrage, on réalise mieux le déficit des contacts intellectuels qui se creuse entre les deux rives et l’échange inégal dans le commerce des idées. Nos deux enquêteurs qui appartiennent à la génération suivante font ressortir le foisonnement de maisons d’éditions, de revues (mortes-nées trop souvent) et d’ouvrages depuis la fin du XIsiècle. Leur familiarité acquise avec l’œuvre scientifique des quinze intellectuels leur fait poser les bonnes questions. Leur introduction, topique, relance pour le lecteur d’ici la question jamais close : à quoi servent les intellectuels ? À l’heure des sites et des blogs générateurs d’une couche de debaters hyper-connectés et réactifs dans l’immédiateté (au risque de la volatilité), Fadma Aït Mous et Driss Ksikès revisitent une typologie des intellectuels qui ne nous est pas étrangère : universel ou spécifique, expert ou citoyen, engagé ou impliqué, humaniste aristocrate ou plébéien collectif ? Mais cette galerie d’intellectuels familiers sur lesquels on peut mettre des noms, ils la confrontent avec les figures d’esprits critiques qui jalonnent leur histoire : du ‘alim exerçant au péril de sa vie le devoir de remontrance (nasiha) au refuznik marxiste des années 1960 et au clerc islamiste contemporain.

8Cet ouvrage a déjà atteint le tirage de 5000 exemplaires au Maroc réputé pour être une société baignant encore dans l’oralité. On lui souhaite de traverser le détroit pour irriguer notre propre débat sur la condition d’intellectuel et son rôle dans la cité auquel il fait écho. Universel et singulier : ce livre tonifiant tient les deux bouts de cette équation qui ne nous est pas familière, nous qui vivons (pour combien de temps encore ?) dans un univers intellectuel surplombé par un universel trop unilatéral nous masquant le foisonnement des singularités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Rivet, « Fadma Aït Mouis, Driss Ksikès, Le métier d’intellectuel. Dialogues avec quinze penseurs du Maroc », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/20520

Haut de page

Rédacteur

Daniel Rivet

Professeur d'université retraité, auteur d'ouvrages portant sur le Maghreb à l'époque coloniale et d'une histoire du Maroc parue chez Fayard en 2012. A enseigné à la Faculté des lettres et sciences humaines de Rabat (université Mohammed V) et aux universités de Lyon Lumière II et Paris 1 Panthéon Sorbonne. Dernière parution : Un acteur incompris de la décolonisation : le général Édouard Méric (1901-1973), Éditions Bouchène, 2015.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page