Navigation – Plan du site

Aline Dalbis, Emmanuel Gras, 300 hommes

Mauricio Aranda
300 hommes
Aline Dalbis, Emmanuel Gras, 300 hommes, Paris, Blaq Out, 2015.
Haut de page

Texte intégral

1300 hommes nous invite à Forbin, un centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) situé à Marseille. Fondé en 1872 et tenu par les Frères de Saint-Jean de Dieu, puis par une fondation du même nom à partir de l’année 2012, cet « accueil de nuit » pour hommes « sans-abri » se présente comme le plus vieux d’Europe1. Sa capacité d’accueil est de 300 lits, d’où le titre du « documentaire de création » d’Aline Dalbis et Emmanuel Gras. Ce film immerge le spectateur dans cette structure, non pas pour raconter sa longue histoire ni pour dresser des portraits d’accueillis, mais pour faire ressentir, par l’image et par le son, l’expérience d’être hébergé pour la nuit dans un centre de ce type. Le fil narratif de ce documentaire de 82 minutes est celui d’une journée passée entre les murs de l’institution. Sans voix hors champ, la narration est assurée par les séquences d’images capturées par les documentaristes. Sont projetés à l’écran des bribes de moments collectifs, tels le repas au réfectoire ou le visionnage d’un film d’action en salle de convivialité, ainsi que de multiples situations interactionnelles, qu’elles soient conflictuelles ou cordiales, tant entre hébergés qu’entre ces derniers et les salariés du centre.

  • 2 Tout ce paragraphe est nourri d’informations données par les réalisateurs aux médias (Europe 1, sit (...)
  • 3 Pour une critique des analyses et des méthodes d’enquête mobilisées dans ce livre: Édouard Gardella (...)

2La genèse du film réside dans la rencontre entre deux réalisateurs intéressés par les thématiques de la « marginalité » et de « la rue », selon leurs propres termes2. Diplômée d’un BTS audiovisuel et formée à la réalisation documentaire aux ateliers Varan, Aline Dalbis a travaillé pendant plusieurs années dans des centres d’hébergement d’urgence à Marseille. Son documentaire de fin d’études, intitulé Nadia (2006), expose d’ailleurs le portrait d’une jeune femme rencontrée dans une de ces structures. De son côté, Emmanuel Gras, diplômé en cinéma de l’école Louis-Lumière, a réalisé un court-métrage appelé Être vivant (2013), dans lequel la caméra suit, d’un point de vue subjectif, le trajet et le discours d’un homme qui se retrouve à la rue à Paris. En outre, les deux réalisateurs ont déclaré que la lecture des Naufragés (2001) de Patrick Declerck les a beaucoup marqués. Pourtant, loin de l’image que ce dernier donne des « clochards » accueillis au Centre d’hébergement et d’assistance aux personnes sans-abri (CHAPSA) de Nanterre, tels des êtres complètement « désocialisés » et incompréhensibles3, 300 hommes donne à voir des hébergés mobilisant leurs dispositions sociales, même parmi ceux qui sont fortement alcoolisés ou atteints de troubles psychiques. Ces hommes discutent, plaisantent et s’énervent entre eux et avec les salariés du centre, dont certains sont d’anciens hébergés ; ils critiquent l’institution et essayent de négocier des passe-droits avec les agents de celle-ci ; ils s’expriment sur leurs situations de grande précarité matérielle, ainsi que sur leurs angoisses, etc.

3Si le tournage a été réalisé au cours de deux hivers consécutifs, le documentaire est toutefois construit de manière à montrer une seule unité temporelle. Tout semble se dérouler le temps d’une journée, et cela jusqu’à la nuit. Le centre ouvre ses portes à 14 h et la réservation d’un lit – dont le tarif est de 50 centimes – peut être réalisée à partir de ce moment. Une des premières scènes montre le passage au guichet des accueillis, où une dame affable les reçoit respectueusement en les appelant par un « monsieur » suivi par leur nom. S’il y a des habitués, des primo-arrivants sont également accueillis. On assiste ainsi à l’arrivée d’un homme assez âgé, déclarant être né en 1954 et ne détenant aucun papier d’identité. Un agent du centre l’aide à remplir une fiche de renseignements nécessaire pour son admission. Puis, il lui rappelle les règles de l’institution, dont la plus importante est : « pas d’alcool ». De même, la caméra suit dans les couloirs un autre homme, cette fois plus jeune, demandant des indications pour retrouver sa chambre. Partagées à douze, les chambres sont également filmées. Quelques hommes sont déjà allongés sur leurs lits bien avant la tombée de la nuit, un autre regarde par la fenêtre et un autre encore sèche ses vêtements sur un des radiateurs de son dortoir. Bien que le film montre de nombreux moments de discussion et d’échange, les moments de silence et de solitude y sont également présents : des plans rapprochés sur des visages fatigués et/ou pensifs ; des plans larges montrant ces personnes assises ou en mouvement dans les espaces austères du centre. Comme l’indiquent les réalisateurs dans un des suppléments du DVD, ce film aurait pu s’appeler « 300 solitudes ». Dalbis et Gras veulent faire ressentir l’impression qu’ils ont eue eux-mêmes en restant durablement sur place. Selon eux, malgré la grande promiscuité produite par l’institution, ces personnes se retrouvent seules face à leur sort, ce que ces moments de silence et d’isolement révèleraient.

  • 4 Le film ne permet pas de saisir les différents statuts des salariés. Lesquels sont-ils issus du tra (...)

4Le film montre aussi l’arrivée d’hommes à la recherche de lits alors que le centre s’affiche complet. On comprend alors que les places sont attribuées en fonction de l’ordre d’arrivée. « Pourquoi vous ne venez pas plus tôt, monsieur ? » demande un agent d’accueil à un homme arrivé visiblement « trop tard ». « Parce que je ne marche pas vite… parce que je suis un boiteux », répond une voix irritée. Après une supplique sans conséquence, l’homme s’énerve : « Putain, c’est pas possible comment vous êtes là ! » [sic]. Jugeant qu’il est agressif, les agents d’accueil ferment l’accès. On entend des insultes et des coups lancés sur la porte vitrée. Quelques secondes plus tard, Frère Didier, chargé du fonctionnement du centre, arrive et demande à l’homme resté dehors de se calmer et de patienter. Il part faire un comptage des lits : trois sont encore disponibles dans le centre. Frère Didier autorise l’entrée de l’homme en question, tout en lui signifiant que la prochaine fois, il n’aura qu’à appeler le 115, à savoir la plateforme téléphonique qui permet a priori aux « sans-abri » d’obtenir un lit dans un des centres de la ville. Vers la fin du film, lorsque la nuit est déjà tombée, nous voyons arriver un autre homme lui aussi à la recherche d’un lit, mais dont la requête sera refusée puisque le centre est, cette fois, vraiment complet. Face à l’insistance du « sans-abri », l’agent utilise un peu de ses forces pour réussir à fermer la porte. Ces scènes cristallisent, à notre sens, la relation ambivalente que les salariés entretiennent de manière générale avec les hébergés4. D’un côté, ils sont à l’écoute, prêts à conseillers les accueillis, voire à afficher une certaine proximité avec eux. De l’autre, ils doivent faire respecter le règlement de l’institution, garder une certaine distance vis-à-vis d’eux et parfois avoir recours à la force. Pourtant, plus que l’usage d’une violence physique, ce qui saute aux yeux c’est la violence symbolique exercée par certains salariés. C’est le cas, par exemple, lors d’un échange entre une femme, habillée en tailleur noir et faisant probablement partie de la hiérarchie, et un homme fortement alcoolisé, assis sur une chaise alors qu’elle-même se tient debout. Bien que la discussion porte sur une « bonne action » menée par cet homme, la femme finit par lui conseiller d’arrêter l’alcool. En réponse et tout en reconnaissant son alcoolisme, l’homme explique qu’il a déjà fait plusieurs cures et que cela ne lui a servi à rien. À chaque fois, il aurait replongé tout de suite après. Face à cela, la salariée s’exprime : « Bah, si t’en as pas la volonté… ».

  • 5 Principalement, le Système intégré d’accueil et d’orientation (SIAO) et la loi Droit au logement op (...)

5Enfin, un des partis pris des réalisateurs a été de dresser le « portrait atmosphérique d’un lieu », tout en considérant que ce lieu donne l’impression de se trouver « hors du monde ». Cela explique le fait que toutes les scènes se passent à l’intérieur de l’institution et que, visuellement, l’« extérieur » ne soit perçu qu’à travers la fenêtre d’un dortoir ou la porte d’entrée du centre. De même, les dernières scènes du film, lorsqu’il fait nuit et que tout le monde est couché, ont été pensées pour assimiler Forbin à un « navire coupé du reste du monde ». Ainsi, le son ajouté à ces scènes – qui est d’ailleurs le seul ajout sonore de tout le film – cherche à donner l’impression d’être dans une vieille structure métallique. Pourtant, si l’entreprise esthétique est plutôt bien réussie, le constat de la coupure avec le monde doit être pour le moins nuancé. Certaines bribes de conversation entre hébergés permettent d’ailleurs de montrer que ces derniers maintiennent des relations avec d’autres personnes ou institutions en dehors du centre (« boîtes d’intérim », « autres foyers », « assistantes sociales », « anciens collègues »). Le chercheur en sciences sociales aurait probablement eu envie que ces pistes soient poursuivies afin d’obtenir plus d’informations sur les conditions de vie et les propriétés sociales de ces hommes. Par ailleurs, la personne intéressée par la gestion des « sans-abri » pourra trouver dans ce film une source riche de questionnements sur le changement ou l’inertie des politiques d’« urgence sociale ». Quels ont été les effets des mobilisations contre l’hébergement d’urgence du milieu des années 2000, ainsi que des évolutions organisationnelles et juridiques apportées depuis par l’État5, sur le fonctionnement des structures telles que Forbin ? Il demeure que 300 hommes est fortement recommandé à toutes les personnes intéressées par la thématique du « sans-abrisme ».

Haut de page

Notes

1 http://www.chrsforbin.fsjd.fr/pages/histoire--5 (consulté le 29 mars 2016) ; pour une récente étude historique sur la genèse de ce type de dispositif, appelé tout d’abord « asile de nuit » : Lucia Katz, L’avènement du sans-abri. Les asiles de nuit 1871-1914, Paris, Éditions Libertalia, 2015.

2 Tout ce paragraphe est nourri d’informations données par les réalisateurs aux médias (Europe 1, sites internet d’uniFrance films et des festivals dans lesquels ils ont participé), ainsi que lors d’une conférence-débat autour de leur documentaire organisée par les sociologues Pascale Pichon et Gabriel Uribelarrea à la Maison de l’Université (Saint-Étienne), le 29 janvier 2016.

3 Pour une critique des analyses et des méthodes d’enquête mobilisées dans ce livre: Édouard Gardella, « Au-delà des lectures sociologiques et psychiatriques de l’exclusion ? À propos des Naufragés de Patrick Declerck (note critique) », Terrains & travaux, n° 5, 2003, p. 165-176 ; Emmanuel Soutrenon, « ‘Offrons-leur l’asile !’ Critique d’une représentation des clochards en ‘naufragés’ », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 159, 2005, p. 88-115.

4 Le film ne permet pas de saisir les différents statuts des salariés. Lesquels sont-ils issus du travail social ? Combien d’hommes parmi les « veilleurs de nuit » sont-ils des anciens hébergés ?

5 Principalement, le Système intégré d’accueil et d’orientation (SIAO) et la loi Droit au logement opposable (DALO).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mauricio Aranda, « Aline Dalbis, Emmanuel Gras, 300 hommes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 04 avril 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/20542

Haut de page

Rédacteur

Mauricio Aranda

Doctorant en science politique à l’Université Paris Ouest Nanterre et membre de l’Institut des Sciences sociales du Politique (UMR 7220-CNRS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page