Navigation – Plan du site

Myriam Catusse, Aude Signoles, François Siino (dir.), « Révolutions arabes. Un événement pour les sciences sociales ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 138, 2015

Emmanuelle David
Révolutions arabes
Myriam Catusse, Aude Signoles, François Siino (dir.), « Révolutions arabes. Un événement pour les sciences sociales ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 138, 2015, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, ISBN : 9791032000199.
Haut de page

Texte intégral

1Les situations protestataires et soulèvements populaires qui ont eu lieu dans le monde arabe à partir de décembre 2010 ont mis à l’épreuve les méthodes et les catégories d’analyse utilisées par les chercheur-e-s en sciences sociales. La compréhension de ces phénomènes réclamée par la sphère journalistique a éprouvé le champ scientifique, qui s’est vu sommé de donner rapidement du sens à des évènements qu’il ne parvenait pas encore à expliquer. Myriam Catusse, Aude Signoles et François Siino présentent dans l’avant-propos la difficulté, pour les praticiens des sciences sociales, de saisir la spécificité de « l’irruption évènementielle » (p. 14) sans trahir les dynamiques et processus de long terme qui la sous-tendent, et se rangent ainsi du côté des partisan-e-s d’une approche historicisée. Ce dossier de la REMMM, conçu comme un dialogue entre les disciplines et les chercheur-e-s, donne à voir comment « l’évènement », en tant que moment historique, a bousculé, voire « révolutionné » (p. 15) le champ des sciences sociales, dans la mesure où les soulèvements ont conduit au décloisonnement des méthodologies, posé la question de la légitimité des sources et mis en exergue le rapport des chercheur-e-s à l’ordre académique.

2En croisant les approches, le dossier met en pratique la transdisciplinarité pour souligner les conséquences de l’évènement dans les différents mondes académiques. Il rassemble une dizaine de contributions regroupées en trois volets. Le premier volet s’attache à la recherche en train de se faire, au rapport à un terrain changeant et à l’articulation entre le vécu et la description des révolutions. Les contributeurs-trices y ouvrent leurs carnets de terrain et dévoilent les doutes entourant leurs « méthodes, outils conceptuels, grilles et échelles d’analyse » (p. 22).

  • 1 Pour une revue de l’art autour du « terrain difficile », voir Magali Boumaza et Aurélie Campana « E (...)

3Chaymaa Hassabo et Matthieu Rey insistent sur la portée de la catégorie « évènement », qui permet de transcender les différences entre les situations et trouve un rôle en tant qu’outil d’analyse favorisant le dialogue entre les sciences sociales. Les auteur-e-s font de l’évènement le « facteur unifiant » (p. 43) sans pour autant occulter la complexité propre à chaque situation (égyptienne et libyenne). L’utilisation que les deux chercheur-e-s font de l’analogie se donne pour but de saisir la « multiplicité des temps de l’évènement » (p. 40) et ils et elles y parviennent grâce à la pratique de l’isolement des séquences et à la réflexion sur les modalités qui leur donnent sens. Il émerge du texte de Lise Debout, Gaétan du Roy et Clément Steuer que l’adaptation de la méthodologie de l’enquête face aux perturbations d’un terrain devenu « difficile »1 est une des conséquences les plus vives des situations révolutionnaires. L’approche transdisciplinaire de l’article (urbanisme, histoire, science politique) donne à voir de manière heuristique que, malgré les différences entre les trois disciplines, « l’évènement révolutionnaire » égyptien (p. 57) a eu le même effet de transformation, à savoir un glissement vers une échelle micro et « par le bas » de leurs objets de recherche. Questionnant également les méthodes, Nicolas Dot-Pouillard appelle à se dégager d’une visée normative et téléologique des soulèvements arabes et met en garde contre une comparaison réductrice qui nierait la spécificité de l’évènement et sa remise en contexte historique.

4Les réflexions du deuxième volet, construites autour des expériences personnelles de chercheur-e-s, questionne la mise à l’épreuve de la rigueur disciplinaire face à l’immédiateté de l’évènement, à travers les expériences historiennes (contributions de Vanessa Guéno et Leila Dakhli) littéraire (Richard Jacquemond) et anthropologique (Thierry Boissière).

5Richard Jacquemond offre une illustration intéressante de l’interdisciplinarité en proposant d’analyser la séquence révolutionnaire égyptienne sous le « prisme du culturel», c’est-à-dire en tenant compte des productions culturelles et – ce qui est plus novateur – de leur réception, ce qu’il appelle les « pratiques culturelles » (p. 134). L’exemple développé est convaincant et permet de saisir l’importance du champ culturel égyptien comme « miroir et agent » (p. 144) du processus révolutionnaire. L’auteur défend la thèse d’un dépassement du « paradigme nahdawi » (p. 144) car, pour la première fois, les dynamiques de changement ne sont pas initiées et contrôlées par les élites, comme ce fut le cas pendant la période de la Nahda, mais par des couches sociales plus larges. Il met en garde de manière éclairante sur les « effets de loupe » (p. 142) créés par la surabondance de recherche sur de supposées nouvelles pratiques artistiques (dont le « street art » et les « nouveaux genres musicaux » p. 142) qui masquent la continuité du fonctionnement des champs artistiques avant et après 2011. Si l’on comprend l’utilisation que fait l’auteur de l’expression « mai 68 arabe », celle-ci semble en revanche peu heureuse au vu de la confusion développementaliste qu’elle peut alimenter.

6Le troisième volet analyse les conséquences des révoltes dites arabes sur les champs académiques non directement concernés et consolide l’idée d’une difficile adaptation du discours scientifique hors de sa sphère de confort. Dans la première contribution (Mohamed-Ali Adroui), le débat se centre sur le rôle et l’utilité des sciences sociales à l’extérieur du champ académique et de la spécificité des savoirs qu’elle produit par rapport aux discours médiatiques. Kamel Chachoua et Jean-Baptiste Le Moulec mettent en revanche l’accent sur les transformations que les évènements de 2011 ont entrainées au sein des champs académiques, respectivement en expliquant l’attitude critique des sociologues algériens envers les « révoltes arabes » (p. 189) et en démontrant que la guerre civile syrienne a induit une polarisation du champ académique turc favorisant son autonomisation à l’égard du champ politique.

  • 2 Cette thématique est développée dans Olivier Roy, En quête de l’Orient perdu (entretiens avec Jean- (...)

7L’article de Mohamed-Ali Adraoui pose un regard critique sur l’exercice de la parole scientifique dans le champ médiatique en prenant pour exemple la représentation des sujets qui touchent à l’islam, autour du 11 septembre 2001 et des révolutions dites « arabes » de 2011. À travers une approche comparative de « micro-situations » et d’exemples concrets tirés des émissions de débat françaises les plus connues, il dégage une typologie de quatre groupes d’intervenants : universitaires, journalistes, responsables politiques et experts-analystes. L’intérêt de cette contribution réside dans la mise en avant de « l’épreuve » (p. 167) que constitue le passage médiatique pour l’universitaire. L’auteur souligne la mise en danger que représente une telle situation pour le ou la chercheur-e du fait de la difficulté de débattre avec des acteurs qui utilisent des grilles de lecture différentes. Le temps médiatique et en particulier télévisuel2 oblige le ou la chercheur-e à composer avec des règles qui rompent avec « l’habitus universitaire » (p. 181) et nivellent les registres de discours et d’analyse en faveur de la figure de l’expert-e. Ces dernier-e-s utilisent des ressorts discursifs et des constructions sémantiques afin de livrer des examens sur les sujets qui occupent le champ médiatique à savoir l’« identité française, […] la laïcité, l’immigration, les banlieues, l’islamophobie, [ou encore] les relations internationales » (p. 183). Cette analyse très pertinente du changement de la fonction universitaire selon les champs (dans le champ académique il s’agit de poser les questions, dans le champ médiatique d’apporter des réponses) trouve un écho actuel remarquable après les récentes attaques terroristes dans les capitales européennes. Elle pose avec acuité le débat de l’investissement de l’universitaire dans la sphère journalistique alors que celle-ci a ouvert de manière décomplexée un « espace de légitimité pour un questionnement ontologique relatif à l’islam » (p. 169).

8Renonçant à se positionner de manière univoque sur les temporalités de l’évènement, ce numéro prend un recul salutaire avec les débats conceptuels qui agitent les sciences sociales. Le détour par l’expérience épistémologique et méthodologique n’en est que plus éclairant, en particulier pour les lecteurs-trices appartenant au monde de la recherche. La structure du numéro n’engage pas à une critique d’ensemble. Au vu des contributions, le choix du titre pose question, tant l’expression « révolutions arabes » peine à traduire la complexité des évènements, que ce soit au niveau de l’effet des soulèvements ou à celui des identités mobilisées. Enfin, comme indiqué en préambule de la publication, peu de chercheur-e-s de la région étudiée ont répondu à l’appel, ce qui interroge des enjeux de réflexivité qui ne sont pas toujours abordés par les chercheur-e-s occident-aux-ales dans le dossier.

Haut de page

Notes

1 Pour une revue de l’art autour du « terrain difficile », voir Magali Boumaza et Aurélie Campana « Enquêter en milieu “difficile”. Introduction », Revue française de science politique, vol. 57, n° 1, 2007, p. 5-25.

2 Cette thématique est développée dans Olivier Roy, En quête de l’Orient perdu (entretiens avec Jean-Louis Schlegel), Paris, Le Seuil, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle David, « Myriam Catusse, Aude Signoles, François Siino (dir.), « Révolutions arabes. Un événement pour les sciences sociales ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 138, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 avril 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/20588

Haut de page

Lieu

Maghreb

Moyen-Orient

Égypte

Syrie

Liban

Tunisie

Haut de page

Rédacteur

Emmanuelle David

Étudiante en master 2 « Politique et développement en Afrique et dans les pays du Sud », Recherche en science politique, Sciences Po Bordeaux.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page