Navigation – Plan du site

Lynda Lavitry, Flexibilité des chômeurs, mode d’emploi. Les conseillers à l’emploi à l’épreuve de l’activation

Grégory Giraudo-Baujeu
Flexibilité des chômeurs, mode d'emploi
Lynda Lavitry, Flexibilité des chômeurs, mode d'emploi. Les conseillers à l'emploi à l'épreuve de l'activation, Paris, PUF, coll. « Partage du savoir », 2015, 230 p., ISBN : 9782130635260.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À ce propos, voir notamment Hughes Everett, Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions (...)

1La fusion entre l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) et l’Association pour l’emploi dans l’industrie et le commerce (Assedic) opérée en 2008 et effective en 2009 a considérablement occupé la sphère publique et médiatique pendant de nombreux mois, tout particulièrement dans un contexte d’augmentation importante du nombre de demandeurs d’emploi. Allant au-delà des aspects largement publicisés d’une institution en profond changement, la recherche menée par Lynda Lavitry propose de s’intéresser au traitement bureaucratique contemporain des chômeurs et de s’interroger quant au rôle des conseillers de Pôle emploi en tant qu’intermédiaires publics de l’emploi. À travers un dispositif ethnographique ambitieux inspiré de la tradition interactionniste de l’École de Chicago1, l’auteur livre ici une étude approfondie des coulisses du « nouveau » service public de l’emploi.

2Dans un premier chapitre, l’auteure expose clairement sa posture, son terrain multisitué et son approche méthodologique. Faisant de l’entretien entre le conseiller à l’emploi et le chômeur le cœur de son enquête, elle a donc construit son dispositif méthodologique autour de la pratique de l’observation in situ, facilitée par la réalisation de sa thèse via l’obtention d’un contrat de recherche « Convention industrielle de formation par la recherche » (CIFRE) avec l’institution. Ainsi, Lynda Lavitry a pu observer 202 entretiens entre conseillers et demandeurs d’emploi au sein de 9 agences Pôle emploi, et mener elle-même 68 entretiens avec des conseillers. Si le dispositif est largement inspiré des méthodes ethnographiques de l’École de Chicago, Lynda Lavitry explicite sa posture, en soulignant comment elle s’inscrit dans le croisement de sociologies sectorielles, entre sociologie pragmatique, sociologie politique et sociologie des organisations.

  • 2 Comme le souligne l’auteure, il s’agit ici d’analyser, « leurs caractéristiques sociodémographiques (...)
  • 3 « L’activation recouvre en tout cas, de manière centrale, une dimension contractuelle, qui vise à i (...)

3En préalable à l’explicitation des données de l’enquête, l’auteure dresse la morphologie sociale des conseillers à l’emploi, notamment via les aspects de leur identité professionnelle au sens de Hughes2. Elle observe une féminisation importante des conseillers, leur nette surqualification et une certaine valorisation morale du travail. Elle souligne également ce qu’elle nomme des « parcours empêchés », puisque bon nombre de conseillers n’ont pas choisi par vocation leur métier mais plutôt par défaut, suite à des trajectoires professionnelles précaires ou des échecs à d’autres concours administratifs. Ces conseillers sont soumis à de fortes injonctions paradoxales, liées à la tutelle de l’État, qui non seulement induisent un déficit de légitimité sociale de leur fonction mais les mettent également en tension entre une logique civique, « plutôt orientée vers une action contre-sélective en faveur des chômeurs » et une logique technico-commerciale, « plutôt orientée vers la satisfaction des offres des entreprises » (p. 50). Si les limites floues et réversibles du métier de conseiller à l’emploi ne vont pas sans difficultés et doutes, son utilité sociale demeure incontestable. Cette morphologie sociale des conseillers à l’emploi est enrichie par une présentation du contexte sociohistorique de l’ANPE, depuis sa création en 1967 jusqu’à sa fusion avec les Assedic pour devenir Pôle Emploi en 2009. Les transformations opérées par l’institution portent la marque des politiques publiques de l’emploi qui se sont succédées en France et mettent en évidence trois étapes : la première de 1970 à1980, principalement axée sur des interventions directes et massives en faveur de l’emploi ; la seconde dans les années 1990, privilégiant le traitement social et économique du chômage ; la troisième de la fin des années 1990 au début des années 2000, qui introduit la notion centrale d’activation3 et les mesures plus focalisées sur l’individu et son employabilité. Dans ce contexte, l’auteure souligne les formes et les bouleversements organisationnels induits par l’émergence d’une rationalité gestionnaire au sein de l’institution : gestionnarisation de l’accompagnement, notamment via le passage d’indicateurs d’activité à des indicateurs d’efficacité pour l’évaluation des conseillers, et un Suivi mensuel personnalisé (SMP) non dénué d’ambivalence, pour le suivi des demandeurs d’emploi ; gestionnarisation du tri des chômeurs, notamment à travers le profilage, qui illustre comment la notion de parcours est davantage liée aujourd’hui à la recrutabilitié de l’individu qu’à son employabilité ; gestionnarisation des sanctions, enfin, à travers leur net renforcement. Afin d’éclairer le poids de ces bouleversements au niveau des pratiques professionnelles des conseillers, l’auteure a menée une étude quantitative à partir de la transcription de 202 rendez-vous entre demandeurs d’emploi et conseillers. Elle démontre ainsi l’influence indirecte des normes d’activation dans le travail des conseillers, par l’utilisation de certains indicateurs comme le nombre de mises en relation (« nombre de positionnements des demandeurs d’emploi pour chaque offre d’emploi ») et le nombre de demandeurs d’emploi dits « sans services », « c’est-à-dire pour lesquels aucune prestation de courte durée n’a été proposée depuis un nombre déterminé de mois » (p. 103). Mais elle souligne également une polarisation des conseillers autour de deux éthiques : celle dite du « placement », qui s’inscrit dans les normes sociotechniques du métier et qui privilégie la satisfaction des offres d’emplois confiées par les entreprises, et celle de « l’accompagnement », davantage concentrée sur l’intermédiation et dont l’objectif demeure l’accès des chômeurs à l’emploi.

4Évaluer la « distance à l’emploi » d’un chômeur est un des enjeux primordiaux du conseiller à l’emploi. Cette évaluation s’effectue tout d’abord en amont de l’entretien avec le demandeur d’emploi, avec l’analyse de son dossier administratif, via la formulation d’hypothèses, et s’apparente à ce que l’auteure appelle un « jugement préfiguratif » : par exemple lorsque le conseiller souligne l’âge proche de la retraite d’un demandeur d’emploi ou encore l’absence d’un permis professionnel. En second lieu, le face-à-face permet quant à lui de fixer un « jugement d’employabilité ». Avec un questionnement parfois poussé, le conseiller tente alors de confirmer ou d’infirmer les hypothèses émises lors de l’analyse du dossier du demandeur d’emploi. Évaluer la distance à l’emploi c’est ainsi mesurer et apprécier la motivation du chômeur, sa capacité à rechercher et à trouver un emploi ainsi que sa « compliance », définie comme « la capacité à suivre le “traitement” prescrit qui réfère à des critères d’adaptabilité » (p. 115). Les chômeurs sont catégorisés en fonction de leur aptitude, de leur compliance et de leur proximité avec le secteur d’emploi recherché (en tension ou porteur) : client idéal, chômeur involontaire, chômeur à surveiller, chômeur volontaire, chômeur implaçable. Dans ce travail d’évaluation, l’auteure observe une réelle différenciation entre les conseillers : ceux qui, plus proches de l’éthique du placement, légitiment la segmentation des parcours et la logique du tri, et ceux, plus proches de l’éthique de l’accompagnement, qui vivent cette segmentation comme une injonction, parfois contradictoire avec les missions portées par le service public.

5L’utilisation des procédures de sanction demeure un sujet tabou pour la plupart des conseillers à l’emploi rencontrés par l’auteure. La radiation n’est d’ailleurs utilisée qu’en dernier recours puisque que, comme l’explique l’auteure, les conseillers adoptent souvent d’autres techniques, plus orientées vers des espaces de négociation avec les demandeurs d’emploi, comme l’illustre par exemple le régime des indulgences. L’auteure propose plusieurs hypothèses pour expliquer ce faible recours aux sanctions : la qualité et la nature des relations instaurées avec les chômeurs, mais surtout l’utilisation et la gestion des non-réponses aux convocations qui apparaissent comme une variable d’ajustement aux sanctions. Avec la mise en place du Suivi mensuel personnalisé, force est de constater que l’essentiel du dispositif de sanction portant sur les absences aux convocations est automatisé, jusqu’à l’envoi de courriers d’avertissement. Néanmoins, les conseillers à l’emploi possèdent une certaine marge de manœuvre, sous forme d’un pouvoir discrétionnaire dans le traitement positif des excuses justifiant ou non une absence à une convocation. En d’autres termes, « excuser » une absence à une convocation permet d’annuler une hypothétique sanction. Se dessine à nouveau un clivage entre la directivité assumée par certains conseillers, proches de l’éthique du placement, et la directivité négociée, pour ceux plus proches de l’éthique de l’accompagnement.

6« Agir sur les freins » du retour à l’emploi des chômeurs nécessite que les conseillers recourent à ce que l’auteure nomme des technologies sociales d’adaptabilité, comme par exemple une transformation des critères de recherche enregistrés, pour vérifier la qualité du chômeur compliant. Deux types de freins sont alors distingués : ceux qualifiés de légitimes (l’absence de voiture ou de permis de conduire) et ceux nommés subjectifs (le manque de diplôme ou la non-maîtrise des techniques de recherche d’emploi). Toujours à l’image de la polarisation entre éthique d’accompagnement et éthique de placement, l’auteure distingue les conseillers s’inscrivant dans des logiques plutôt tournées vers des espaces de négociation et d’incitation positive avec les demandeurs d’emploi (travailler par exemple sur « l’élargissement de [leur] mobilité géographique »), et ceux adoptant des logiques à tendance plus coercitive (la stratégie d’usure ou le rappel de leurs droits et devoirs). L’auteure dresse alors une typologie des technologies sociales d’adaptabilité qui donne à voir les distinctions dans les pratiques professionnelles des conseillers afin d’agir sur les freins du retour à l’emploi des chômeurs. Mais ce travail, qui se fonde en grande partie sur du déclaratif, est largement coproduit dans le sens où l’auteure souligne les « topiques de justification » empruntées par les chômeurs dans leurs interactions avec les conseillers. Des topiques de justification qui trouvent d’ailleurs d’autant plus de sens dans la dimension processuelle induite par la personnalisation. Les demandeurs d’emploi usent alors de certains arguments en position basse (tactique de soumission, mise en avant du mérite, appel à l’expertise des conseillers) ou en position haute (remise en cause de l’efficacité des conseillers et/ou de l’institution, revendication d’une expertise professionnelle supérieure). D’après les observations et entretiens menés par l’auteure, ce sont la mise en avant du mérite, l’appel à la justice et l’appel à la compassion qui semblent être le plus mobilisés par les chômeurs dans les face-à-face avec les conseillers.

  • 4 Goffman Erving, Les cadres de l’expérience, Paris, Éditions Minuit, coll. « Le sens commun », 1991.

7À travers la notion polysémique d’État social actif, Lynda Lavitry propose une analyse des coulisses du service public de l’emploi « appuyée sur le triptyque institution/organisation/profession » (p. 191). Cette posture permet d’observer comment les pratiques professionnelles des conseillers à l’emploi sont traversées à la fois par leur morphologie sociale, les bouleversements de l’institution marqués par sa fusion, une organisation orchestrée par des formes de gestionnarisation à plusieurs niveaux (l’accompagnement, le tri des chômeurs, les sanctions). Les conseillers à l’emploi sont ainsi perçus comme des entrepreneurs de morale, « qui favorisent la diffusion de nouvelles normes dans l’accompagnement à l’emploi, par l’injonction du réalisme des demandeurs d’emploi, sorte de mission éducative au principe de réalité que constituerait le marché de l’emploi » (p. 194). Les conclusions sont à l’image de l’ouvrage de l’auteure : pertinentes et novatrices, dans le sens où elles dépoussièrent l’analyse des pratiques professionnelles des conseillers de Pôle emploi, intermédiaires publics de l’emploi, en privilégiant une posture s’inscrivant dans un croisement et un maillage de sociologies sectorielles. Il est également à souligner l’importance du dispositif méthodologique qui, organisé autour du statut conféré par le contrat de recherche CIFRE, ne fait que renforcer l’intérêt des analyses proposées. Un léger bémol demeure quant à l’utilisation du concept goffmanien de « cadre »4 annoncé au début de l’ouvrage (p. 41) et qui peine à apparaître dans la suite de l’analyse.

Haut de page

Notes

1 À ce propos, voir notamment Hughes Everett, Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996.

2 Comme le souligne l’auteure, il s’agit ici d’analyser, « leurs caractéristiques sociodémographiques, leur situation dans l’espace social, leur autonomie, les stéréotypes professionnels portant sur la nature des tâches, la conception de leur rôle, le rapport à la carrière, à l’image de soi » (p. 33).

3 « L’activation recouvre en tout cas, de manière centrale, une dimension contractuelle, qui vise à inciter les chômeurs à faire preuve de davantage de responsabilité à l’égard de leur propre insertion » (p. 60).

4 Goffman Erving, Les cadres de l’expérience, Paris, Éditions Minuit, coll. « Le sens commun », 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Giraudo-Baujeu, « Lynda Lavitry, Flexibilité des chômeurs, mode d’emploi. Les conseillers à l’emploi à l’épreuve de l’activation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/20620

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page