Navegación – Mapa del sitio

Baptiste Coulmont, Changer de prénom. De l’identité à l’authenticité

Lionel Bellocq
Changer de prénom
Baptiste Coulmont, Changer de prénom. De l'identité à l'authenticité, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2016, 145 p., ISBN : 9782729708986.
Inicio de página

Texto completo

1Un prénom, c’est pour la vie. Ou du moins, c’est censé l’être. Et pourtant, chaque année en France, environ 2800 personnes entreprennent des démarches officielles pour changer le leur. Les raisons qui les poussent à un tel changement sont aussi profondes que variées. Mais elles ont incontestablement un point commun : la recherche d’authenticité.

  • 1 Baptiste Coulmont, Sociologie des prénoms, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2ème(...)
  • 2 Selon l’âge des requérants, leur sexe, leur origine, etc.

2C’est à un voyage au cœur de ces diverses quêtes d’authenticité que Baptiste Coulmont nous invite dans cet ouvrage. L’auteur, déjà connu pour son travail sociologique sur les prénoms1, nous livre le fruit de deux ans d’enquête dans quatre tribunaux différents. Au cours de cette investigation, il a assisté à de nombreuses audiences, mené de nombreuses entrevues informelles (avec des greffiers, des juges, des procureurs et des avocats). Mais il a surtout pu compiler et analyser les données de 540 dossiers de changement de prénom, qui lui ont permis de mettre en lumière les différentes stratégies mises en œuvre, les différentes « ressources mobilisables pour devenir soi-même » (p. 17), et de dresser un certain nombre de statistiques concernant le phénomène2.

  • 3 Baptiste Coulmont souligne, pour l’anecdote, que le député à l’initiative de cette loi, Michel Tony (...)
  • 4 Une personne prénommée « Judas » se vit ainsi refuser un changement de prénom !
  • 5 En acceptant des changements pour motif religieux, des retours au prénom d’origine après un premier (...)

3Dans un premier chapitre, l’auteur s’attache à étudier l’évolution du cadre légal et jurisprudentiel du changement de prénom. Du point de vue de la loi tout d’abord, on est passé d’une interdiction de principe à une admission progressive. Cela a concerné d’abord des cas bien particuliers (le changement du prénom de l’enfant adopté ; la francisation du prénom des personnes naturalisées). Puis une proposition de loi visant à admettre de manière générale le changement de prénom, dès lors qu’on justifie d’un « intérêt légitime » à en changer, fut adoptée le 8 novembre 19553. L’accueil réservé à cette loi fut pour le moins mitigé : la presse généraliste ne s’en fit pas l’écho, et les rares juristes qui s’y intéressèrent firent part de leurs vives inquiétudes quant aux éventuels abus auxquels elle pourrait aboutir. Du point de vue de la jurisprudence ensuite, les juges accueillirent eux aussi cette réforme de manière très circonspecte. Alors que les parlementaires avaient initialement prévu une application libérale et extensive de cette loi, les magistrats, eux, en firent une application très restrictive, refusant de régulariser des prénoms d’usage, et de modifier des prénoms connotés ou ridicules4. Face à cette résistance et à ce conservatisme, la Cour de cassation dut intervenir à plusieurs reprises pour impulser une lecture plus souple et bienveillante de la loi5, qui finit par s’imposer tant et si bien que le taux d’acceptation des changements de prénom atteint aujourd’hui 92 % !

4Il n’y a pourtant aucun automatisme, et toute demande, pour être acceptée, doit être motivée. Il convient alors de faire l’inventaire des arguments mobilisables, des stratégies efficaces. C’est ce à quoi se livre Baptiste Coulmont dans le reste de son ouvrage. À ce titre, le deuxième chapitre met l’accent sur la « mise en récit », par les demandeurs, de leurs revendications identitaires et de leur histoire personnelle, pour convaincre les juges d’accéder à leurs prétentions. Il y a tout d’abord l’argument professionnel, comme pour ce mannequin qui a choisi, dès l’adolescence, un autre prénom sous lequel elle est désormais connue. Il y a aussi l’argument familial, davantage mobilisé, car le prénom est souvent utilisé, explicitement ou implicitement, pour ancrer un individu dans une lignée. Certains changements permettent alors de mettre en cohérence l’histoire familiale : par exemple, en changeant le prénom d’un bébé après que son père l’ait enfin reconnu, pour le faire symboliquement rentrer dans la famille de ce dernier. D’autres changements sont au contraire le reflet d’une rupture familiale, comme pour cette requérante qui, après avoir découvert que son père s’était livré à des attouchements sur sa fille, décide non seulement de rompre tout contact avec lui, mais aussi de se départir des prénoms qu’il lui avait donnés. D’autres encore s’appuient sur le fait que le prénom ne singularise pas assez son porteur, et qu’il convient alors d’en changer pour se différencier, soit au sein de la famille (quand plusieurs personnes y portent le même prénom), soit au sein de la société (quand la personne porte un prénom trop répandu, et souffre donc de nombreuses homonymies).

  • 6 Le prénom demandé est en moyenne 25 ans plus « jeune » que celui abandonné.
  • 7 Le pic de fréquence d’attribution du prénom choisi est situé après l’année de naissance du requéran (...)

5Le troisième chapitre traite du rôle de l’apparence physique dans le changement de prénom. Ne pas avoir « la tête du prénom » (p. 73), et le montrer clairement aux magistrats, peut influencer sérieusement l’issue de la procédure. L’auteur développe cette idée en mettant l’accent sur trois dimensions importantes de l’apparence physique : le genre, l’âge, et l’ethnicité. En premier lieu, sont citées des personnes dont le prénom ne traduit pas suffisamment clairement leur appartenance sexuée. C’est le cas par exemple de celles portant un prénom mixte, comme Claude ou Dominique, et qui souffrent de l’ambigüité systématique que cela suscite quant à leur qualité d’homme ou de femme. C’est le cas également des transsexuels, qui souffrent de ne pas avoir un prénom en accord avec le sexe qu’ils revendiquent. Certains sollicitent même un changement de prénom avant d’avoir entrepris leur changement officiel d’identité sexuelle. Vient en deuxième lieu le cas des personnes qui, alors qu’elles sont dans la fleur de l’âge, sont affublées d’un « vieux prénom » (habituellement associé à des personnes âgées). L’auteur donne alors quelques exemples, et en profite pour souligner que dans près de trois dossiers de sur quatre, le prénom demandé est plus « jeune » que celui abandonné6, et que dans six dossiers sur dix, le prénom demandé est même plus « jeune » que le demandeur lui-même7 ! En dernier lieu, Baptiste Coulmont cite maints exemples de personnes dont le prénom, en ce qu’il renvoie à une culture ou une ethnicité particulière, ne correspond pas à la réalité de leur apparence physique. C’est le cas notamment d’une personne d’origine maghrébine, victime durant toute son enfance de moqueries de la part de ses camarades, qui lui demandaient comment il pouvait porter un prénom français avec sa « tête d’arabe » (p. 89).

6Le quatrième chapitre montre comment les requérants, par la mobilisation de divers « papiers » plus ou moins officiels, prouvent non seulement qu’ils font déjà usage de l’identité dont ils sollicitent l’officialisation, mais que cet usage a même fini par s’imposer. Deux catégories de documents sont ainsi mis en avant : d’une part, des attestations rédigées par diverses personnes de l’entourage, certifiant qu’elles ont toujours connu le demandeur sous le prénom auquel il aspire, et d’autre part, différents « papiers » attestant de l’emploi dans la vie courante de l’identité revendiquée (courriers divers, factures, diplômes, contrats de travail, fiches de paie, etc).

7Le cinquième et dernier chapitre souligne que la question de l’appartenance nationale est au centre de bon nombre de dossiers. En effet, dans 56 % des changements, les requérants abandonnent un prénom associé à une certaine identité nationale pour en prendre un associé à une autre identité nationale. Un tel changement est parfois justifié par la politique restrictive de certains pays. C’est le cas par exemple du Maroc, qui refuse l’inscription à l’état civil de prénoms qui ne sont pas marocains, obligeant nombre de français binationaux à demander un nouveau prénom, coranique, pour pouvoir aller vivre dans le royaume de Mohammed VI. Une partie des changements va dans le sens d’une francisation (35 % des dossiers). Si cette francisation s’inscrit parfois dans une démarche volontaire d’intégration dans la communauté nationale, elle se fait d’autres fois de manière plus résignée, le plus souvent pour échapper à des discriminations sur le marché de l’emploi. Mais les changements peuvent aussi aller dans le sens d’une « défrancisation » (21 % des dossiers). C’est l’occasion, pour certains requérants, de revenir à leur prénom d’origine, celui qu’ils avaient avant de le faire franciser. Ces demandes sont souvent mal accueillies par les juges, qui y voient un renoncement, une sorte de retour en arrière quant à la volonté de s’intégrer dans la communauté française.

8Bien entendu, il ne s’agit là que d’un tour d’horizon rapide du livre de Baptiste Coulmont, qui ne saurait en résumer toute la richesse. Il regorge en effet d’exemples concrets, éloquents, qui font prendre la mesure de la très grande diversité des raisons qui peuvent motiver un changement de prénom. Ces nombreux extraits de dossiers et d’audiences nous rappellent surtout qu’en dépit de l’analyse « abstraite » que l’on peut faire de toutes ces requêtes, il ne faut pas perdre de vue que derrière chacune d’elles se cache un être humain bien réel et en grande souffrance identitaire. Quiconque s’intéresse au prénom et à son changement trouvera, dans cet ouvrage, un éclairage original et des données instructives sur la question.

Inicio de página

Notas

1 Baptiste Coulmont, Sociologie des prénoms, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2ème éd., 2014.

2 Selon l’âge des requérants, leur sexe, leur origine, etc.

3 Baptiste Coulmont souligne, pour l’anecdote, que le député à l’initiative de cette loi, Michel Tony-Révillon (1891-1957), utilisait lui-même une dénomination qui n’était pas officiellement la sienne, puisqu’il était inscrit à l’état civil sous le nom de « Marie, Michel, Révillon ».

4 Une personne prénommée « Judas » se vit ainsi refuser un changement de prénom !

5 En acceptant des changements pour motif religieux, des retours au prénom d’origine après un premier changement, l’officialisation d’un prénom d’usage sous lesquels le demandeur est connu de tous, etc.

6 Le prénom demandé est en moyenne 25 ans plus « jeune » que celui abandonné.

7 Le pic de fréquence d’attribution du prénom choisi est situé après l’année de naissance du requérant.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Lionel Bellocq, « Baptiste Coulmont, Changer de prénom. De l’identité à l’authenticité », Lectures [En línea], Reseñas, 2016, Publicado el 15 abril 2016, consultado el 22 julio 2017. URL : http://lectures.revues.org/20637

Inicio de página

Redactor

Lionel Bellocq

Doctorant en droit privé et sciences criminelles, Attaché temporaire d’enseignement et de recherche, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página