Navigation – Plan du site
La torture et l'armée pendant la guerre d'Algérie

La torture et l'armée pendant la guerre d'Algérie

1954-1962
Raphaëlle Branche, La torture et l'armée pendant la guerre d'Algérie. 1954-1962, Editions Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2016, 805 p., 1ère éd. 2001, ISBN : 978-2-07-046920-8.
Notice publiée le 21 avril 2016

Présentation de l'éditeur

Très tôt, au cours de la guerre d'Algérie, des révélations firent connaître à l'opinion publique métropolitaine certains détails de l'usage de la torture par l'armée française. Les "opérations de maintien de l'ordre" dépendaient des autorités civiles mais leur réalisation fut laissée de plus en plus largement à l'appréciation de l'armée au fur et à mesure que l'insurrection nationaliste gagnait du terrain.
Des débats passionnés mirent aux prises intellectuels et journalistes, hommes d'Eglise et hommes d'armée, avocats et écrivains. D'anciens soldats témoignèrent ; des victimes aussi : personne ne pouvait ignorer qu'en Algérie des militaires français pratiquaient la torture. Il fallait aller au plus près du terrain pour comprendre pourquoi, en définitive, tant de militaires français purent pendant plus de sept ans commettre des exécutions sommaires et des actes de torture et le faire avec l'assurance qu'obéissant à des ordres ils étaient ainsi au service de leur pays.
Raphaëlle Branche éclaire comme jamais auparavant les mécanismes de la torture : si la référence à la période de l'occupation allemande était alors omniprésente, ils trouvent leur origine dans le racisme colonial et les méthodes héritées de la guerre d'Indochine.

Haut de page

Auteur

Raphaëlle Branche

Historienne spécialiste de l'étude des violences en situation coloniale, et plus particulièrement de la guerre d'Algérie, Raphaëlle Branche est professeure d'histoire contemporaine à l'université de Rouen, ainsi que membre du Conseil supérieur des Archives et rédactrice en chef de la revue Vingtième siècle. 

Haut de page