Navigation – Plan du site

Alex Vailati et Carmen Rial (dir.), Migration of rich immigrants. Gender, ethnicity, and class

Claire Gellereau
Migration of Rich Immigrants
Alex Vailati, Carmen Rial (dir.), Migration of Rich Immigrants. Gender, Ethnicity and Class, Palgrave Macmillan, coll. « Palgrave Studies in Urban Anthropology », 2016, 210 p., ISBN : 978-1-137-51077-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Iredale Robyn , « Migration policies for the highly skilled in the Asia-Pacific region », Internati (...)
  • 2 Leonard Pauline, Expatriate Identities in Postcolonial Organizations. Working Whiteness, Farnham, A (...)
  • 3 Beaverstock Jonahtan, « Transnational elites in global cities: British expatriates in Singapore’s f (...)
  • 4 Alex Vailati et Carmen Rial mentionnent dans l’introduction le terme de « highly skilled migrants » (...)

1Alors que la « crise des migrants » en Europe est au cœur de l’actualité depuis plusieurs mois, c’est à propos d’un tout autre type de migrants que cet ouvrage s’intéresse. Les directeurs de l’ouvrage souhaitent avec cet ouvrage analyser certains types d’immigrés, auxquels les chercheurs (et les médias) ont accordés peu d’importance, à savoir les « rich immigrants ». Alors que les études sur ce type de migrants se développent depuis quelques années, notamment en géographie et en sociologie, sous des termes aussi différents que ceux de « highly skilled »1, « expatriates »2 ou encore « élites internationales »3, cet ouvrage n’en reprend aucun4, afin de les rassembler sous l’expression de « rich immigrants ». Ainsi, celle-ci paraît utile aux directeurs pour rassembler une variété de catégories fragmentées qui pourtant, semblent avoir des caractéristiques communes (migrants entrepreneurs, réfugiés politiques ou encore les migrants fortement qualifiés).

2Si les études réunies s’attachent à étudier ce type de migration, c’est dans le but de montrer l’importance de l’existence de ces migrants, à la fois pour les lieux de départs et d’arrivée, mais surtout afin de permettre une réflexion politique pour repenser la migration, non plus comme un processus négatif mais comme un moyen de construire de « nouvelles subjectivités ». Par ailleurs, cet ouvrage revendique une analyse multidimensionnelle de la migration à travers la question du genre, de l’ethnicité et de la classe sociale. Celui-ci se divise en trois parties. La première questionne l’effet de cette migration sur les lieux, tandis que la seconde aborde la mobilité sociale de ces migrants et la dernière partie, leurs trajectoires.

3La première partie de l’ouvrage s’intéresse donc aux effets de ces migrants sur les villes et les quartiers dans lesquels ils arrivent et s’installent. Le premier chapitre dresse une histoire de l’immigration à Lisbonne. Cristiana Bastos montre que la capitale portugaise a connu des vagues de migrants venant de classes et de pays différents selon les époques, allant de ceux partis à la conquête des « nouveaux » territoires, aux commerçants britanniques exportateurs de vin, aux Galiciens venus travailler dans divers secteurs, aux ressortissants d’anciennes colonies portugaises, et plus récemment aux personnes attirées par des opportunités d’emploi qualifiés. Les deux contributions suivantes traitent d’une question commune : les entrepreneurs et commerçants immigrés. Viviane Kraieski de Assunção, s’intéresse particulièrement aux restaurateurs brésiliens à Boston et sa banlieue, et notamment à la constitution d’une « brésilianité » comme moyen d’insertion dans un marché de niche destiné à la fois aux brésiliens résidant sur le territoire et aux clients américains. Carmen Rial et Miriam Grossi, quant à elles, s’intéressent à des restaurateurs, épiciers, cordonniers, installés dans une partie du 13ème arrondissement de Paris et notamment aux capitaux familiaux (économiques et « humains ») qui leur ont permis de devenir entrepreneurs.

4Les textes portant à la fois sur la mobilité sociale des migrants, leurs liens avec leurs pays d’origines et leurs familles résidant là-bas, sont rassemblés dans la seconde partie de l’ouvrage. Claúdia Voigt Espinola présente les projets, trajectoires et l’insertion économique de Palestiniens et Jordaniens vivant à Florianópolis, Brésil. Lirio Gutiérrez Rivera interroge pour sa part la constitution d’une élite commerçante palestinienne au Honduras, rendue possible par la région nord du Honduras dans laquelle ils se sont installés (proche des caraïbes et « transnationale »), leurs connaissances du commerce avant de migrer, les politiques migratoires favorables et l’absence d’une classe marchande puissante dans ce pays. Par ailleurs, ces migrants venaient de familles déjà bien établies et disposaient d’un capital scolaire et économique importants, leur ayant permis de créer des commerces qui ne visaient aucune population « ethnique » particulière. Caroline Zickgraft, pour sa part, s’intéresse aux relations familiales pendant la migration, de familles « transnationales » marocaines. L’étude porte sur des familles ayant des conditions socio-économiques différentes et vise à analyser les pratiques d’échanges financiers (allant dans des sens différents selon l’origine sociale), les moyens de communication utilisés (c’est l’âge et non l’origine économique qui influe ici sur les types de pratiques) et enfin la fréquence et modalités des voyages pour rendre visite à la famille.

5La troisième partie de l’ouvrage aborde aussi bien les créateurs de start-up internationales et résidants en Suisse (Katrin Sontag), que des Brésiliens ayant décidé de partir résider en Irlande pour des raisons différentes (apprendre l’anglais, couper les ponts quelques temps avec leur famille ou encore ne pas céder à la « routine » qu’ils pouvaient connaître au Brésil) (Karine Dalsin). Guiliana B. Prato expose de quelle façon, les catégories utilisées pour qualifier un type de migrant sont différentes et ne sont pas principalement basées sur les ressources socio-économiques, mais sur la nationalité (« immigrés » pour certains, « expatriés » pour d’autres).

6Ainsi, les contributions réunies dans cet ouvrage démontrent que la migration est vécue différemment selon les ressources économiques familiales ou personnelles de ces migrants et que la migration peut être vécue comme un moyen de connaître une mobilité sociale, qu’elle soit ascendante pour certains (chapitre 3 et 4) ou descendante pour d’autres (chapitre 8). Toutefois, le terme « rich immigrants » mobilisé en introduction, et d’ailleurs peu utilisé par les contributeurs, ne semble pas totalement adapté pour qualifier les migrants auxquels s’intéressent les auteurs. En utilisant ce terme, les directeurs de l’ouvrage ont souhaité pouvoir rassembler des catégories différentes. Or, présenter sous un même vocable une élite commerçante palestinienne au Honduras et des petits commerçants à Paris (dont le commerce fonctionne principalement grâce au recours à une aide familiale) risque de mettre de côté les différences socio-économiques existantes et donc les différences vécues lors de la migration. On peut par ailleurs regretter le peu de questions concernant la migration et son vécu selon le genre, alors que ce prisme était présenté dans l’introduction comme une façon d’analyser les faits au même titre que la classe sociale et l’ethnicité.

Haut de page

Notes

1 Iredale Robyn , « Migration policies for the highly skilled in the Asia-Pacific region », International migration review, vol.34, n°3, 2000, p.882-906.

2 Leonard Pauline, Expatriate Identities in Postcolonial Organizations. Working Whiteness, Farnham, Ashgate, coll. « Studies in Migration and Diaspora », 2010.

3 Beaverstock Jonahtan, « Transnational elites in global cities: British expatriates in Singapore’s financial district », Geoforum, vol.33, n°4, 2002, p.525-538.

4 Alex Vailati et Carmen Rial mentionnent dans l’introduction le terme de « highly skilled migrants », mais ne font aucune référence à celui d’ « élites internationales », d’ « expatriates » ou encore de « lifestyle migrants ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Gellereau, « Alex Vailati et Carmen Rial (dir.), Migration of rich immigrants. Gender, ethnicity, and class », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 22 avril 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/20682

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page