Navigation – Plan du site

« Prétendre représenter : la représentation politique comme revendication », Revue française de science politique, vol. 66, n° 1, février 2016.

Maximilien Cogels
Prétendre représenter : la représentation politique comme revendication
« Prétendre représenter : la représentation politique comme revendication », Revue française de science politique, vol. 66, n° 1, février 2016, 216 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3461-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hanna Fenichel Pitkin, The concept of representation, Berkeley, University of California Press, 196 (...)
  • 2 Michael Saward, « The representative claim ». Contemporary political theory, 5 (3), 2006, p. 297–31 (...)

1Dans le contexte d’une société en changement perpétuel, il est plus que nécessaire de repenser la notion de représentation politique. Avec la multiplication des acteurs de pouvoir tant publics que privés, l’heure est venue pour une reconceptualisation de la représentation politique en remettant en question l’hégémonie de Hanna Fenichel Pitkin1, C’est à cet exercice, à la fois théorique et empirique, que ce prête ce dossier de la Revue française de science politique (RFSP), en mettant principalement l’accent sur la théorie du « representative claim » (ou de la représentation comme proposition) de Michael Saward2. Tous les articles de ce dossier sont d’ailleurs liés, d’une manière ou d’une autre, à cette théorie, développée ci-dessous, qu’ils souhaitent « discuter, approfondir et parfois [de] corriger » (p. 17).

2En effet dans le premier article, qui se veut une introduction à ce projet de mise en discussion, Virginie Dutoya et Samuel Hayat s’interrogent sur l’existence d’un éventuel tournant constructiviste dans l’étude de la représentation politique, en se référant pour ce faire à Michael Saward, qui apparaît comme novateur dans ce domaine. Les auteurs insistent sur la nécessité de prendre en compte le processus qui mène à la représentation, ce qui permet d’élargir le concept non seulement à la représentation institutionnalisée, mais également à une représentation qui se développe sous d’autres formes (émanant par exemple d’un mouvement social). Dans cette conceptualisation, l’accent est mis sur la prétention de prétendre (« to claim »), sur la base de quoi les auteurs ont développé trois idéaux-types. Le premier est ce qu’ils appellent « la représentation comme imposition ». Ce type de représentation suppose que l’entité collective des représentés ne préexiste pas au représentant. C’est au contraire ce dernier qui la crée en attribuant des traits et une identité au groupe d’individus qu’il dit représenter. Le second idéal-type développé est appelé « la représentation comme composition ». Ici, l’entité collective des représentés préexiste au représentant, et compose le corps des représentants. C’est cet idéal-type qui est actuellement privilégié par le monde académique [anglo-américain de manière accentué] pour concevoir la représentation, entre autres de par le succès d’Hanna Fenichel Pitkin. Finalement, les auteurs développent l’idéal-type de « la représentation comme proposition », qui sera l’objet de ce dossier. La représentation émane ici d’une revendication d’un acteur qui « propose à un public d’établir une relation de représentation entre un sujet, un objet et un référent » (p. 14), que le représenté peut accepter, modifier ou refuser. La représentation est donc considérée comme un processus dialogique (dialogue qui peut être inégal et soumis à des rapports de forces) entre des acteurs multiples.

3Le second article de ce dossier, qui a pour auteure Marieke Louis, porte sur l’Organisation internationale du travail (OIT), qui se veut un « Parlement mondial du travail ». Elle se demande sur quelles bases l’OIT peut prétendre (bien) représenter, si ce n’est en utilisant un référentiel parlementaire. Elle conclut que, malgré un caractère durable et figé de la représentation, des « dispositifs représentatifs peuvent être inventés, contestés et réappropriés » (p. 47) par des acteurs qui ne s’estiment pas « bien » représentés. Ce questionnement sur la dynamique par laquelle certaines personnes ou organisations prétendent en représenter d’autres se retrouve également (certes sur un tout autre terrain) dans l’article de Virginie Dutoya relatif aux quotas et à la représentation politique des femmes (tant en Inde qu’au Pakistan). Dans ces pays ayant été soumis à des colonisations, elle retrace la « mise en place » progressive, tout au long du XXe siècle, de la représentation politique des femmes. L’auteure constate que, durant cette période, une série d’acteurs non féministes (voire même des hommes) revendiquent une représentation politique pour les femmes, mettant en lumière la différence entre auteur (par exemple les autorités politiques) et sujet de la représentation (par exemple les femmes), telle que conçue par Michael Saward. L’article tente de comprendre le saisissement de la représentation des femmes par les autorités politiques et affirme que la raison peut se trouver dans leur propre légitimation (tantôt conçu comme protecteur, tantôt comme démocratique).

4Le dossier nous rappelle que participation et représentation ne s’opposent pas nécessairement, que du contraire. En effet, il est tout à fait envisageable que des acteurs prétendent en représenter d’autres dans des dispositifs participatifs. L’article de Marie-Hélène Sa Vilas Boas nous emmène au cœur de conférences municipales au Brésil, où elle cherche à comprendre la construction de la représentation dans un cadre participatif. Une partie de l’explication se trouverait selon l’auteure dans « une unification individualisée de réseaux d’acteurs entretenant des liens de sociabilités » (p. 88). Ces liens de sociabilités se transformeraient dans des groupes de soutien.

5Finalement, le dernier article accueilli dans ce dossier est celui de Julien Talpin qui propose une analyse d’organisations communautaires à Los Angeles. L’auteur envisage la représentation comme une performance interactionnelle et s’intéresse principalement à la représentation de certains groupes marginalisés. La volonté de représenter passerait ainsi par une participation et une incarnation du groupe par les prétendus représentants, ce qui permettrait une meilleure visibilité de ce groupe. Cependant, pour exister et fonctionner, cette prétention à la représentation doit être considérée comme valide et légitime par les représentés. Ce n’est donc pas une « usurpation unilatérale » (p. 94), mais une réelle interaction. La dimension performative est donc importante.

6Très fort d’un point de vue théorique en amenant un souffle nouveau dans l’étude de la représentation politique, cet ouvrage reste cependant plus faible au niveau empirique compte tenu des différences majeures entre les articles qui composent ce dossier. Cependant, Virginie Dutoya et Samuel Hayat, initiateurs de ce dossier, sont conscients de cette lacune et considèrent eux-mêmes le dossier comme une ouverture à de nouvelles recherches : « Espérons que le caractère nécessairement imparfait et incomplet de cet essai le rendra d’autant plus stimulant pour des rencontres à venir » (p. 24). Il faut bien reconnaître le potentiel de ce numéro, que lira avantageusement tout chercheur travaillant tant sur la représentation (institutionnelle ou non) que sur la participation politique, mais aussi tout acteur social en quête de ressources pour penser les processus de représentation politique. Cette revue est d’ailleurs bien plus large qu’un simple dossier de « science politique » et ouvre plusieurs portes vers une interdisciplinarité souvent délaissée.

Haut de page

Notes

1 Hanna Fenichel Pitkin, The concept of representation, Berkeley, University of California Press, 1967. Hanna Fenichel Pitkin différencie la représentation descriptive de la représentation substantive. Le premier étant la « représentation miroir » (standing for), le second étant la représentation des intérêts spécifiques du groupe représenté (acting for).

2 Michael Saward, « The representative claim ». Contemporary political theory, 5 (3), 2006, p. 297–318.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maximilien Cogels, « « Prétendre représenter : la représentation politique comme revendication », Revue française de science politique, vol. 66, n° 1, février 2016. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 28 avril 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/20715

Haut de page

Rédacteur

Maximilien Cogels

Doctorant en science politique à l'Université catholique de Louvain (UCL). Membre de l'Institut de sciences politiques Louvain-Europe (ISPOLE) et du Centre de science politique et de politique comparée (CESPOL). Membre du comité de rédaction d’Émulations.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page