Navigation – Plan du site

Michel Brix (dir.), Archéologie du Contre Sainte-Beuve

Denis Saint-Amand
Archéologie du Contre Sainte-Beuve
Michel Brix (dir.), Archéologie du Contre Sainte-Beuve, Paris, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque proustienne », 2016, 336 p., ISBN : 9782812450532.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Bernard Lahire, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Dé (...)
  • 2 Pierre Popovic, « Les neuves saintes bévues de la sociologie littéraire », Spirale, n° 235, hiver 2 (...)

1La critique biographique du littéraire continue aujourd’hui de diviser les chercheurs. Elle a ses défenseurs, à l’image de Bernard Lahire, qui la tient pour la seule méthode capable de rendre compte du « projet créateur » d’un individu en le replaçant dans le contexte qui a permis son émergence1. Elle a aussi ses opposants, qui dénoncent son systématisme et les courts-circuits qu’elle produit. De cette façon, Pierre Popovic, revenant sur le Franz Kafka de Lahire, raillait la façon dont le sociologue faisait procéder un « style ascétique » d’un mode de vie lui-même spartiate : « Notez que, s[i Kafka] avait eu un style “viveur” ou “gastronomique”, il aurait été tout aussi possible de dire qu’il compensait dans son écriture pour sa frugalité austère habituelle »2. Bien avant la proclamation de « la mort de l’auteur » par Roland Barthes en 1968, Proust avait manifesté son désaveu d’une analyse de l’œuvre à l’aune de la trajectoire de son créateur. L’incarnation de cette démarche, à ses yeux, était Charles-Augustin Sainte-Beuve, dont le maître-mot, « Tel arbre, tel fruit », résumait la pensée déterministe. Dans son Contre Sainte-Beuve, première ébauche de la Recherche composée au cours des années 1908-1909, Proust prenait cette position restée célèbre : « un livre est le produit d’un autre moi que celui que nous manifestons dans nos habitudes, dans la société, dans nos vices ». C’est à la mise en place de ce point de vue, aux conditions qui l’ont rendu possible et aux discours qui l’ont éventuellement précédé qu’est consacré ce volume collectif placé sous la direction de Michel Brix. Les quatorze contributions qui le composent questionnent de cette façon les rapports de différents auteurs et critiques du xixe siècle avec Sainte-Beuve et, dans deux cas (les articles d’Edward Bizub et de Luc Fraisse), reviennent sur les fondements du positionnement proustien.

2Si elle présente classiquement les différents chapitres et annonce les enjeux du volume, l’introduction surprend en plusieurs endroits. On lit de cette façon, à la page 13 : « Voltaire se trouvait être au quotidien le plus intolérant des hommes [et] ce comportement n’invalide pas les leçons du Traité sur la tolérance ». Cette inversion du déterminisme beuvien semble pour le moins hâtive : elle prolonge en réalité la logique d’étiquetage qu’on a pu reprocher à Sainte-Beuve et, après lui, à une Histoire littéraire usant volontiers de l’apposition simplificatrice (Rimbaud le maudit, Flaubert l’ermite de Croisset, etc.). Plus loin, Michel Brix écrit encore : « tout auteur moderne opère une espèce de tri, de sélection, qui le voit déposer dans son œuvre le meilleur de lui-même, ou ce qu’il tient pour le meilleur, et laisser de côté ce qui, chez lui, le satisfait le moins. » (p. 16). Baudelaire, Ducasse, Rimbaud, Céline, Henry Miller, John Fante, Jim Harrison, Annie Ernaux et Hervé Guibert sont les premiers noms qui, pour des raisons diverses, nous semblent invalider cette universalité de l’« autoportrait en beau » propre à l’écrivain de la modernité.

  • 3 José-Luiz Diaz, L’Homme et l’œuvre. Contribution à une histoire de la critique, Paris, PUF, « Les L (...)
  • 4 On aurait aimé en savoir davantage sur ce critique homonyme du poète parnassophile et républicain ( (...)

3Les arguments pour dénoncer le réductionnisme beuvien sont multiples : José-Luis Diaz en donne un aperçu dans le premier chapitre, construit en appendice à l’important livre consacré par l’auteur à la critique biographique3, en offrant un panorama de critiques antibiographiques qui ont précédé Proust. Diaz rappelle justement que ce dernier, au fond, ne s’oppose pas frontalement à l’articulation entre l’homme et l’œuvre proposée par Sainte-Beuve : ce qu’il regrette, c’est la focalisation du critique sur le « moi social » au détriment du « moi profond » ― pour le dire en filant la métaphore, Proust ne récuse pas tant le « tel arbre, tel fruit » que la tendance de Sainte-Beuve à étudier l’écorce sans tenir compte de la sève. Surtout, ce que Diaz donne à voir, c’est la façon dont se met en place, au milieu du xixe siècle, un discours antibiographique qui réduit, chez Gustave Planche, la biographie à « un misérable gaspillage de temps et d’intelligence » ou, chez Horace de Lagardie, à « une sorte d’inconvenance ». Dans la notice « Biographie » qu’il livre à l’Encyclopédie nouvelle (1836), un certain Jean Aicard4 dénonce pour sa part les mauvais usages du genre, qui privilégie trop fréquemment les anecdotes à la « vie intérieure » ; il sera suivi, entre autres, par Alfred Michiels et Ernest Bersot, autres pourfendeurs de l’« anecdotisme ». Ces exhumations sont utiles et permettent de définir un Zeitgeist, « une sorte de “bain culturel” », selon l’expression de Fabienne Bergecol (p. 80), qui va infléchir le positionnement des critiques, parmi lesquels Proust. Les différentes contributions du volume, à travers leurs cas particuliers, permettent de mieux saisir la circulation des discours sur la critique biographique et de nuancer la polarisation à laquelle on les réduit souvent. Le projet, en ce qu’il se situe d’emblée par rapport au Contre Sainte-Beuve, ne peut éviter un certain nombre de formulations téléologiques, qui tendent à naturaliser les différents cas étudiés en autant de figures annonciatrices de Proust : Flaubert est de cette façon un « pionnier » (p. 24), Gautier un « devancier » (p. 101), tandis qu’on peut lire dans l’œuvre de Gourmont un « Contre Sainte-Beuve avant l’heure […] comme un “pour Sainte-Beuve” » (p. 230). Ces formules, appelées par le contexte de rédaction, ne nuisent toutefois pas à la qualité des analyses proposées.

4On soulignera en particulier la relecture des Grotesques de Gautier par Julie Anselmini, qui montre bien comment ce projet qui fâcha Sainte-Beuve engage un jeu parodique avec le genre biographique ; la très précieuse distinction apportée par Martine Jey sur les programmes respectifs de Sainte-Beuve et de Gustave Lanson, et sur la prise de distance affichée par ce dernier vis-à-vis d’une démarche qu’il jugeait peu scientifique ; le développement d’une stratégie du biographique, enfin, chez Huysmans qui, comme le montre Aude Jeannerod, ne sacrifie à la démarche beuvienne qu’en trois occasions : pour soutenir Zola à l’époque de L’Assommoir (et prévenir du même coup les éventuelles attaques qui viseraient Marthe), pour s’auto-interviewer (et ne jouer ici de la critique biographique que par dérision), pour présenter la « vie spirituelle » de Verlaine, enfin (et faire dans le même geste l’apologie de sa propre conversion). Dans un important article, Luc Fraisse retrace pour sa part l’évolution du positionnement de Proust par rapport à Sainte-Beuve. Ainsi, le fait que le critique n’ait pas su reconnaître les véritables écrivains de son temps (en l’occurrence, Balzac) est, dans une lettre de septembre 1896, qualifié d’« amusant », avant de se muer en l’un des principaux griefs invoqués par Proust. Fraisse analyse minutieusement ce glissement, en montrant comment Sainte-Beuve, généralement tenu pour un maître à penser de la critique au tournant du siècle, finit par se révéler le bouc émissaire d’un romancier lassé par un discours journalistique trop déférent à son égard.

5Notons encore que le parti pris proustien n’est pas sans remettre au goût du jour une représentation romantique du génie créateur, contre laquelle Sainte-Beuve s’est partiellement positionné en ramenant les conditions de production sur terre et en tentant de les objectiver par des données concrètes. L’ouvrage, hormis la contribution d’Esther Pinon, montrant l’ambivalence d’un Vigny qui supporte moins la critique beuvienne quand elle s’en prend à lui (« Dieu seul et le poète savent comment naît et se forme la pensée »), ne se penche pas tant sur le maintien de cette mythologie, qu’il aurait pu être intéressant d’étudier à nouveaux frais. De Vigny à Gourmont (questionné respectivement par Mamadou Abdoulaye Ly et Anne Boyer), il n’en offre pas moins un parcours stimulant dans le foisonnement des discours entourant la question biographique, et se donne à lire comme une manière de « mémoire de la critique ». On en vient presque à regretter que les textes étudiés ne soient pas rassemblés en une anthologie, mais leur accessibilité (via la plateforme Gallica, notamment) permettra au lecteur de constituer lui-même celle-ci, en tirant profit des éclaircissements proposés par les différents contributeurs de ce volume.

Haut de page

Notes

1 Voir Bernard Lahire, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui / Lab. Sciences Sociales », 2010 et l’excellente recension qu’en donne Valérie Stiénon sur la présente plateforme : http://lectures.revues.org/6153. Lahire a formé une équipe de jeunes chercheurs qui contribuent à développer et à éprouver sa méthode. Voir notamment Bernard Lahire(dir.), Ce qu’ils vivent, ce qu’ils écrivent. Mises en scène littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains, Paris, Archives contemporaines, 2011, et notre compte rendu : http://lectures.revues.org/6706.

2 Pierre Popovic, « Les neuves saintes bévues de la sociologie littéraire », Spirale, n° 235, hiver 2011, p. 65-67.

3 José-Luiz Diaz, L’Homme et l’œuvre. Contribution à une histoire de la critique, Paris, PUF, « Les Littéraires », 2011.

4 On aurait aimé en savoir davantage sur ce critique homonyme du poète parnassophile et républicain (1848-1921) qui apparaît sur le Coin de table de Fantin-Latour (1872).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Michel Brix (dir.), Archéologie du Contre Sainte-Beuve », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 28 avril 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/20723

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page