Navigation – Plan du site

Dario Battistella, Théories des relations internationales

Jean-François Blanchard
Théories des relations internationales
Dario Battistella, Théories des relations internationales, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Références », 2015, 718 p., 5e édition, ISBN : 9782724617702.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 R. Aron, à la suite de M. Weber, caractérise cet espace supra-étatique par le fait qu’aucun acteur (...)
  • 2 « Je suis extrêmement sceptique envers la théorie des relations internationales » déclare M.-C. Smo (...)

1Les soubresauts de l’Histoire contemporaine tempèrent régulièrement l’ambition scientifique des internationalistes. Certains d’eux ont vécu le 11 septembre 2001 comme «  la surprise conceptuelle absolue  » (p. 561). De toute évidence, la construction d’une théorie des relations internationales (R.I.) dédiée à la compréhension et à l’explication de la structure anarchique1 (p. 26) du milieu international n’apparait pas évidente2.

2Depuis que la discipline existe sous sa forme moderne (1918), l’occurrence de nombreux évènements majeurs imprévus (ex. : la chute du mur de Berlin en 1989 et la fin de la Guerre froide), ou incontrôlés (ex. : la montée du nazisme en Allemagne à partir de 1920-23 et la Deuxième Guerre mondiale) a conduit les internationalistes à réviser régulièrement leurs analyses. L’histoire de la théorie des relations internationales est ainsi jalonnée par des inflexions importantes qui semblent même s’accélérer. Comment, dès lors, aborder la discipline sur des bases scientifiques consistantes, partagées par le plus grand nombre de chercheurs, pour quel projet épistémologique et en suivant quelles méthodes ?

  • 3 Aux États-Unis les thématiques « sécurité » et « économie » constituent les deux principales portes (...)
  • 4 Elle est représentée par des auteurs tels que M. Merle, C. Smouts, B. Badie. L’auteur déplore le ma (...)

3Le livre de Dario Battistella intitulé Théories des relations internationales rend compte de la construction d’un «  écosystème théorique diversifié  » (p. 645) susceptible de déboucher sur une approche positiviste et pragmatique des relations internationales. Il traverse ce corpus par les différents points d’entrée qu’imposent les problématiques contemporaines : sécurité, coopération, économie mondiale3… L’auteur, professeur à l’Institut d’études politiques de Bordeaux, nous propose ainsi un manuel offrant un tour d’horizon complet, c’est-à-dire quasi exhaustif, ordonné et raisonné, de la littérature, en très grande majorité anglo-saxonne, tout en consacrant un chapitre aux spécificités4 de l’École française des relations internationales. Les citations sont nombreuses et judicieuses, et les références bibliographiques, actualisées dans cette 5e édition de l’ouvrage, sont toujours en rapport avec le corpus théorique exposé.

4Le livre est articulé en trois parties. La première porte sur les fondements épistémologiques et méthodologiques de la discipline. Battistella met en scène les deux ambitions qui se confrontent : celle, compréhensive qui tend chez certains auteurs (École française, notamment) vers une sociologie des relations internationales, et celle, explicative, chez d’autres qui ne renoncent pas à un projet positiviste. L’auteur, qui cite deux enquêtes réalisées auprès de jeunes chercheurs (États-Unis et France), montre que cette dernière conception épistémique est prévalente : objets de recherche d’orientation plutôt économique, étude de données quantitatives (p. 637).

  • 5 Le constructivisme en sciences humaines est fondé sur les travaux d’E. Durkheim, G Simmel, M. Weber (...)

5La seconde partie du livre présente successivement six théories qui charpentent l’approche contemporaine des relations internationales. Le terme générique «  théorie  » recouvre des productions intellectuelles qui ne se situent pas toutes sur le même plan. L’auteur emploie, selon les cas, les termes de paradigme (réaliste), de vision (libérale), de perspective (transnationaliste), d’analyse (marxiste), d’approche (radicale ou critique), de projet (constructiviste). C’est essentiellement pour la clarté de l’exposé que Battistella segmente ainsi la présentation des dites «  théories  ». Aujourd’hui, les R.I. reposent principalement sur les piliers du réalisme et du libéralisme enrichis par le projet constructiviste5.

  • 6 Cette hypothèse s’est vérifiée avec la théorie libérale de l’entre-deux-guerres et l’influence poli (...)

6L’ancrage de la discipline dans le réalisme constitue le credo absolu de certains auteurs et praticiens qui considèrent, nolens volens, que l’état de nature où «  l’homme est un loup pour l’homme  » prévaut et tout ramène aux rapports de puissance. La vision libérale, inspirée notamment par la philosophie des Lumières et particulièrement par Locke et Kant, postule que la Raison permet de dépasser l’état de nature. Sur le plan économique, son corolaire est le marché. Le marxisme se situe, lui, sur un terrain différent qui peut se traduire par la négation de la discipline des R.I. lorsqu’elle ne retient que les États comme acteurs majeurs. Les autres théories se placent sous des angles différents qui privilégient selon les cas : les acteurs étatiques et non étatiques (entreprises et flux financiers, O.N.G., citoyens…) de l’espace transnational mondialisé (transnationalisme), la construction sociale de l’espace public international (constructivisme) ou adoptent la posture métathéorique d’une critique post-positiviste dans laquelle le discours scientifique ne viendrait qu’étayer la situation internationale dominante6.

7La troisième partie du livre investit les idées théoriques qui viennent d’être présentées dans des débats sectoriels (politique étrangère, intégration, coopération, économie, sécurité, guerre et paix). Ces développements montrent qu’en définitive chacune des théories trouve, selon l’objet de la recherche, un espace de pertinence. Le lecteur perçoit ainsi tout l’intérêt d’un travail de synthèse.

  • 7 Comme le travailliste N. Angell par exemple.

8La quatrième partie, «  les relations internationales face au monde contemporain  », poursuit ce raisonnement et replace la discipline dans un contexte international caractérisé par la globalisation, l’émergence d’acteurs transnationaux, d’une part, et par la domination unipolaire des États-Unis, d’autre part. Le traumatisme de la Première Guerre mondiale marque le point de départ de la discipline universitaire des R.I.  ; les premiers auteurs, également politiciens sont Anglais7. L’expression politique débouche sur la doctrine libérale du président américain W. Wilson (1918) et le volontarisme d’une Société des Nations qui reconnaissent «  aux unités politiques […] la capacité à faire prévaloir les tendances coopératives de ces relations sur leurs tendances conflictuelles  » (p. 185). L’échec cuisant de ce projet, balayé par le cataclysme de la Seconde Guerre mondiale et l’entrée dans la Guerre froide, a provoqué un retour en force du réalisme dont l’américain H. Morgenthau est le premier théoricien moderne (1946). Bien que cet auteur demeure une référence influente aux États-Unis, le paradigme réaliste va connaitre par la suite des interprétations divergentes au moins sur deux points clés. Il s’agit, en premier lieu, de la problématique, soulignée en particulier par R. Aron (1959), du rapport des R.I. avec les affaires politiques internes et le désir de paix de la population. Il s’agit ensuite du fait que l’anarchie supra-étatique n’exclut aucunement des rapports hiérarchiques entre États. Ainsi, K. Waltz a, dans une optique néoréaliste, décrit la configuration internationale comme un système de blocs hégémoniques pouvant tendre à l’équilibre. Un autre néoréaliste, R. Gilpin a introduit les notions heuristiques d’interaction entre États, et de discrimination (amis/ennemis ; jeux d’alliance).

  • 8 Cette proposition, proche des vues de R. Aron (1959), fait dire à Battistella que « les Américains (...)
  • 9 Cette citation date de 1931 elle est de A. Zimmern, un des promoteurs de la Société des Nations.

9À partir des années 1960, des approches non statocentrées, telles que le transnationalisme, veulent contribuer à l‘élaboration d’une politique internationale. À l’instar de R Keohane, ces théoriciens considèrent que «  les activités des groupes et firmes ne se conçoivent pas de façon isolée (des États), mais en conjonction avec eux  » (p. 209). Le marxisme, qui a vécu son heure de gloire pendant la Guerre froide jusqu’aux années 1970, connait de nouveaux développements avec I. Wallerstein qui souligne la disparité de richesse entre une économie capitaliste hiérarchisée et un système étatique pluraliste anarchique. Depuis 1980, l’idée d’une gouvernance mondiale semble désormais au centre des préoccupations internationalistes. La vision libérale connait une reconfiguration formulée par A. Moravcsik qui souligne l’influence de la société civile sur les relations internationales dans un sens bottom-up, considérant celle-ci comme un acteur fondamental supposé rationnel qui répugnerait au risque et au conflit8. En 2015, la problématique qui porte sur la construction d’un mode de gouvernance supra-étatique demeure toujours d’actualité et la tendance théorique de la discipline s’oriente vers une synthèse libero-constructivististe empreinte de réalisme. Cette perspective est décrite par le transnationaliste J. Rosenau comme «  non pas l’uniformité, mais la diversité, non pas la concorde, mais la controverse : et en un mot, non pas la paix, mais la vie en société9 » (p. 66).

10À moins de souscrire à l’hypothèse que l’économie transnationale est orchestrée par les États, et de faire table rase des analyses d’A. Giddens, d’U. Beck et de D. Held, le processus de globalisation contraint les internationalistes à repenser les bases de la discipline et à réfléchir à sa redéfinition en analysant, notamment, les liens entre politique et économie. Pour Battistella, «  aborder le récit des relations internationales contemporaines autour de l’hypothèse d’un monde articulé autour d’une dialectique relations de domination matérielle/relations de discrimination normative nous parait alors être une piste de recherche heuristique pour l’avenir de la discipline  » (p. 625). L’auteur propose ainsi de combiner, par exemple, les sensibilités et les perspectives théoriques du réaliste E. Carr et sa proximité d’avec l’Histoire, du réaliste libéral R. Aron et son approche sociologique de l’État, de K. Schmitt et son juridisme, tout en se plaçant dans une perspective philosophique et axiologique.

11À la lecture de ce livre très stimulant, l’enjeu semble aujourd’hui s’imposer aux internationalistes de produire des  approches positives, même parcellaires, pragmatiques, non dogmatiques, c’est-à-dire recentrées sur l’utilité sociale.

Haut de page

Notes

1 R. Aron, à la suite de M. Weber, caractérise cet espace supra-étatique par le fait qu’aucun acteur n’a le monopole de la violence légitime.

2 « Je suis extrêmement sceptique envers la théorie des relations internationales » déclare M.-C. Smouts une des figures de l École française, citée par l’auteur (p. 650).

3 Aux États-Unis les thématiques « sécurité » et « économie » constituent les deux principales portes d’entrée dans la discipline RI.

4 Elle est représentée par des auteurs tels que M. Merle, C. Smouts, B. Badie. L’auteur déplore le manque d’intégration dans la communauté de recherche internationale de cette approche interdisciplinaire compréhensive très riche par ailleurs, mais « autosuffisante ».

5 Le constructivisme en sciences humaines est fondé sur les travaux d’E. Durkheim, G Simmel, M. Weber, du phénoménologue A. Schütz et de P. Berger - T. Luckmann. En relations internationales : F. Kratochwil et N. Onuf qui ont publié en 1989.

6 Cette hypothèse s’est vérifiée avec la théorie libérale de l’entre-deux-guerres et l’influence politique et scientifique de la Grande-Bretagne. Elle se vérifie aujourd‘hui avec la prédominance des analyses étatsuniennes.

7 Comme le travailliste N. Angell par exemple.

8 Cette proposition, proche des vues de R. Aron (1959), fait dire à Battistella que « les Américains ignorent qu’ils ignorent R. Aron ».

9 Cette citation date de 1931 elle est de A. Zimmern, un des promoteurs de la Société des Nations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Dario Battistella, Théories des relations internationales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 06 mai 2016, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/20742

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page