Navigation – Plan du site

Maryse Jaspard, Les violences contre les femmes

Sophie Maurel
Les violences contre les femmes
Maryse Jaspard, Les violences contre les femmes, La Découverte, coll. « Repères », 2005, 122 p., EAN : 9782707142887.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre de Maryse Jaspard met en avant la construction sociologique d'un nouveau concept : « la violence contre les femmes », longtemps oublié des sciences sociales, et de la sociologie plus particulièrement. Pour cela, elle fait un état des lieux de la situation en France, à partir de l'enquête Enveff menée en 2000 (fil conducteur du livre), mais aussi des avancées scientifiques et sociologiques réalisées dans ce domaine dans différents pays, afin de comparer les données et les résultats obtenus. Les données sont utilisées dans chaque partie afin d'illustrer quantitativement les propos. Ce livre constitue donc une amorce quantitative (en chiffrant les violences) à une réflexion sociologique sur le sujet des violences contre les femmes. Cependant, Maryse Jaspard va au-delà de la constatation et verse parfois dans la dénonciation du problème, s'inscrivant en cela à la limite des théories féministes.

2Retour sur la condition féminine

3La femme n'a été reconnue comme une personne à part entière que très tardivement, que se soit en France ou au niveau international : si dès 1945, l'ONU affirme l'égalité entre les femmes et les hommes, en France, la femme est restée longtemps sous l'autorité de l'homme et le modèle patriarcal a longtemps régi les comportements des uns et des autres. A cela vient se rajouter la morale religieuse qui assignait - voir assujettissait - la femme à un rôle reproducteur et maternel. Ce n'est qu'à partir des années 70, à la suite de mai 68 et de la l'essor des mouvements féministes, que les premières avancées législatives ont lieu. La prise de conscience du problème et de son envergure est tardive, et les moyens déployés souvent faibles.

4De plus, la question ne fait l'objet d'aucune recherche, les seules données existantes sont celles tirées des statistiques criminelles produites par différents ministères, qui n'endossent cependant jamais le point de vue des victimes des actes commis. Il en est de même en sociologie, où les théories de la domination masculine n'abordent pas spécifiquement le sujet des violences physiques. C'est donc en cela que l'enquête Enveff représente une avancée, car c'est une des premières enquêtes en Europe qui a eu l'ambition d'être un outil scientifique pour permettre la reconnaissance institutionnelle des violences contre les femmes. Le tabou des violences contre les femmes s'en est trouvé affaibli : « on retiendra que le modèle de société patriarcale, en assignant aux hommes et aux femmes des fonctions et des positions sociales inégalitaires, a engendré une violence spécifique à l'encontre des femmes. Dans les pays occidentaux, ce système social est en régression. On est passé d'un régime de domination masculine soutenant l'infériorisation des femmes à un régime de complémentarité » (p. 21). De nouveaux rapports sociaux entre les sexes sont en train d'apparaître, qui continuent toutefois évidemment à se heurter à des enjeux de pouvoir et de domination.

5Les violences conjugales et sexuelles

6Le constat statistique est certes alarmant, mais pas aussi catastrophique que le laissent envisager les médias, en particulier concernant les viols. Au cours des trente dernières années, de nouvelles formes de conjugalité sont apparues ou ont été acceptées, mais la vie en couple reste cependant majoritaire. Les violences n'ont pas pour autant diminué, au contraire. On peut penser que c'est la levée du tabou qui a libéré la parole des victimes. Bien que les ménages modernes soient basés sur la complémentarité des rôles, certaines dérives inégalitaires persistent. Cependant il faut bien faire la différence entre « conflits qui impliquent une réciprocité des agressions et violences qui définissent une situation d'emprise sur autrui, engendrant la peur et la culpabilité chez la victime ». L'enquête montre en effet que les violences conjugales lient violences physiques et violences psychologiques sur le long terme, ces dernières étant prédominantes et apparaissant comme une nouvelle « forme de domination d'un sexe sur l'autre ».

7Les hommes violents sont, dans la plupart des cas, des « hommes ordinaires », même si certains profils ressortent : peur de non-reconnaissance, l'affirmation de l'autonomie des femmes pour les hommes ancrés dans le système patriarcal, position de pouvoir dans la vie professionnelle. Il est important de noter que les couples, dans le cas des violences conjugales, se basent sur des représentations sexuées de chaque partenaire et que les rapports sociaux entre les partenaires connaît une évolution différente selon le sexe et le groupe social d'appartenance. L'enquête a aussi fait ressortir des facteurs sociodémographiques récurrents : les violences sont plus fréquentes contre les femmes de 20 à 34 ans, mais cela est peut-être dû à un effet de génération (les personnes plus âgées n'auraient pas la même perception des violences qu'elles subissent car elles ont épousé « un chef de famille », dans un autre contexte socio-historique) ou à un « phénomène d'accoutumance ». Si les femmes seules sont plus exposées aux violences, cependant le mariage ne protège pas de celles-ci, pas plus que le capital scolaire, bien que l'inégalité des capitaux scolaires en défaveur des hommes soit pour les femmes un facteur de risque. Les femmes en situation précaire ou travaillant à temps partiel sont plus exposées que les autres (en instaurant le temps partiel pour permettre aux femmes de conjuguer vie professionnelle et vie familiale, le gouvernement a renforcé les représentations inégalitaires des rôles masculins et féminins dans la vie privée) : le rapport à l'emploi est important, car il fait ressortir un lien fort entre violences et exclusion du monde du travail. L'enquête montre que l'amour ne protège pas forcément des violences conjugales, cependant il y a un lien étroit entre violences et absence de sentiments amoureux, tout comme l'infidélité et la multiplication des partenaires sont des facteurs aggravants. Les personnes victimes durant l'enfance sont plus touchées que les autres, mais on ne peut pas parler de reproduction des violences sans être réducteur : les maris violents ne sont pas forcément des pères violents. Cependant la répartition inégalitaire des rôles éducatifs est un facteur aggravant. Quand il s'agit de viol, l'agresseur est bien souvent plus âgé que la victime, et c'est un proche dans la majorité des cas.

8S'agissant des violences spécifiquement sexuelles, de nombreuses particularités sont à mettre en avant. Tout d'abord il faut les distinguer des violences sexistes (discrimination par rapport au sexe biologique de la personne), alors que les violences sexuelles sont des agressions en rapport avec la sexualité de l'agresseur et de l'agressé, des actes sexuels infligés à une personne à une personne qui les refuse. Il faut aussi noter l'importance de l'imposition de l'acte, plus que la nature de l'acte, car cela repose sur des enjeux de pouvoir et un rapport de domination. Concernant la notion de consentement, il faut rappeler qu'elle est assez moderne, en particulier à cause de la morale religieuse qui sacralisait la sexualité et l'enfermait dans un double rôle uniquement : pratique maritale et fécondante, c'était un devoir. Mais la révolution contraceptive et l'évolution des mentalités a transformé cela. La construction d'une sorte de typologie des viols a montré que dans la majorité des cas, les viols étaient commis par quelqu'un de proche : ami, conjoint, mari, ex-conjoint...

9Concernant les violences au travail, les femmes les plus touchées sont jeunes et travaillent dans un climat de pression psychologique constant, et être célibataire est un facteur aggravant. Certains emplois sont plus touchés que d'autres : les emplois traditionnellement masculins (gendarme, conducteur, ...), ainsi que les emplois dits féminins, et érotisés dans l'imaginaire collectif, comme dans le cas des infirmières. Il y a aussi une différence entre espace privé et espace public : les violences sexuelles commises dans l'espace public sont considérées comme plus graves mais sont beaucoup plus rares, et les femmes savent bien faire la différence entre un harcèlement ou une humiliation et un « pelotage accidentel » ou la drague. Au sein de l'espace public on note quelques facteurs aggravants : être parisienne, jeune et immigrées ou issues de l'immigration. Au statut d'immigrant se rajoute dans bien des cas la conception inégalitaire des relations entre sexes dominante dans les pays d'origine et la religion pratiquée, qui dans certains cas institue l'infériorité des femmes.

10Les comparaisons internationales

11Dans tous les pays, la mesure statistique a été nécessaire pour qu'ait lieu une prise de conscience de la gravité du phénomène. Cependant les comparaisons internationales sont difficiles à établir car ni les protocoles d'enquête ne sont, ni surtout les contextes sociaux ne sont identiques. Les avancées sur la question des femmes diffèrent d'un pays à l'autre, et la prise en compte des violences contre les femmes ne suit pas les mêmes schémas. M. Jaspard met en particulier bien en avant l'hétérogénéité, selon les lois et les cultures, de la perception et du seuil de tolérance des violences De nombreux obstacles à la comparaison - politiques, scientifiques et méthodologiques - persistent donc. Les analyses montrent néanmoins que, de façon très générale, les inégalités structurelles entre hommes et femmes contribuent aux violences, et cela d'autant plus lorsque les femmes ont incorporé les schémas culturels des rôles sexués et de la soumission féminine. Par contraste, dans tous les pays comparés, il apparaît que les femmes les plus jeunes déclarent plus de violences, que les enfances difficiles augmentent les risques de violence à l'âge adulte, ainsi que la multiplication des expériences conjugales ; en revanche, la hiérarchie sociale ne produit généralement aucun effet, même si « les personnes socialement et économiquement disqualifiées » s'exposent à plus de risques. M. Jaspard pointe enfin le fait que dans les pays où les violences contre les femmes sont dénoncées depuis longtemps, le seuil de tolérance et la perception peuvent être beaucoup plus sensibles, ce qui explique en partie des taux plus élevés dans ces pays (c'est en particulier le cas en Finlande, au Canada et en Suède).

12D'un point de vue sociologique, les violences sexuelles sont « l'expression d'un rapport social fondé sur la domination et la négation de l'autre ». Mais ce que fait ressortir en réalité l'ouvrage de Maryse Jaspard, c'est que la question centrale porte sur la place accordée à la sexualité (sacralisation ou non ?) dans la vie publique, politique et médiatique, ainsi que sur le processus de « victimation », défini comme le résultat objectif de la violence, et non de victimisation qui relève quant à elle de la psychologie. Cependant les théories émergentes manquent de vocabulaire, d'autant plus que le problème a été psychologisé : le rapport dominant/dominé que l'on trouve dans la théorie de la « domination masculine » a glissé vers un rapport homme violent/femme victime plus psychologique, en contradiction avec les théories féministes des années 70 qui plaçaient le problème dans le champ du politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Maurel, « Maryse Jaspard, Les violences contre les femmes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2005, mis en ligne le 01 octobre 2005, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/208

Haut de page

Rédacteur

Sophie Maurel

Sophie Maurel est étudiante en Mastère de sociologie à l'Université Lyon-2.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page