Navigation – Plan du site

Irène Pereira, Le pragmatisme critique. Action collective et rapports sociaux

Fabrizio Li Vigni
Le pragmatisme critique
Irène Pereira, Le pragmatisme critique. Action collective et rapports sociaux, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2016, 182 p., Préfacier : Roland Pfefferkorn, ISBN : 9782343069708.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hennion Antoine, « D’une sociologie de la médiation à une pragmatique des attachements. Retour sur (...)

1Le dernier livre d’Irène Pereira analyse, d’un point de vue philosophique, deux des postures les plus importantes dans la sociologie française, l’approche dite critique et l’approche dite pragmatique (ou pragmatiste1), et adopte une position originale dans le débat qui les voit opposées. Bien que ces deux approches, prises singulièrement, ne soient point homogènes, Pereira dégage un certain nombre de caractéristiques communes.

2Avant de les énumérer, un mot soit dit sur la proposition générale du livre de Pereira. Celle-ci consiste à parvenir à une critique, non pas en bâtissant une théorie de la structure sociale de laquelle faire suivre des prédictions, mais en inversant le point de départ et en le posant, pragmatiquement, dans la pluralité des actions observables. Cela coïncide avec le refus de ce que l’auteure appelle l’« intellectualisme rationaliste », qui supposerait « une rupture avec le sens commun par une activité intellectuelle (théoria, contemplation) rationnelle de connaissance de la réalité » (p. 25), en faveur d’un pragmatisme anti-fondationnaliste qui parte de l’expérimentation.

3Reprenons donc les principales distinctions entre la sociologie critique et pragmatique. La première est plus vaste et ancienne, en comprenant nombreux auteurs et leurs relatifs disciples, tels que Pierre Bourdieu, des sociologues marxistes, Michel Foucault, l’École de Francfort, etc. La sociologie pragmatique, plus récente et avec moins de représentants, inclut Bruno Latour, les sociologues du Centre de Sociologie de l’Innovation, les sociologues du Groupe de Sociologie Pragmatique et Morale, parmi d’autres.

4Dans l’approche critique, la posture du sociologue se veut explicative, transcendante par rapport aux acteurs, aussi bien que savante et capable de dévoiler des mécanismes sociaux cachés ; dans l’approche pragmatiste, la posture du sociologue est plus constructiviste, plus attentive à une description fine des interactions sociales.

  • 2 Lemieux Cyril, « Jugements en action, actions en jugement. Ce que la sociologie des épreuves peut a (...)

5Les sociologues critiques se donnent comme missions l’analyse et la critique sociale, avec une dénonciation des rapports de domination et d’exploitation, tandis que les pragmatistes semblent s’intéresser davantage à une description le plus possible exhaustive de la société, laissant la « tâche techniquement seconde »2 de la critique à d’autres acteurs.

  • 3 Pereira préfère délibérément le féminin au masculin ou aux formules bi-genrées (« acteur.rice.s »).

6Comme le rappelle Pereira, si la sociologie pragmatique reproche à la sociologie critique de se pencher au dessus des acteurs, auxquels elle voudrait montrer leur propre détresse, c’est parce qu’un discours de ce type « semble réduire les capacités d’auto-émancipation des actrices3 » (p. 18) au lieu de les augmenter. Par ailleurs, les pragmatistes reprochent aux sociologues critiques une démarche aprioristique, du fait qu’ils utiliseraient des concepts définis avant d’aborder le réel et de proposer des dénonciations qui figent le social dans des structures inamovibles. Il faut rappeler que les critiques se défendent en affirmant connaître le « terrain » ou en citant l’effort de Bourdieu dans la traduction vers le français des auteurs interactionnistes (source pour les pragmatiques), et reprochent à leur tour aux pragmatistes d’être conservateurs, en conséquence de leurs descriptions d’un social « aplati » et « fluide » où il n’y aurait plus de hiérarchies.

7On peut aussi rappeler que souvent les pragmatistes se défendent en revendiquant le principe de symétrie qui, en les amenant à décrire tous les acteurs de la même manière, affaiblirait le pouvoir des dominants et donnerait de la visibilité aux plus marginaux. Cette défense ne convainc pas nombreux critiques, mais ce qui est intéressant, c’est qu’elle ne convainc pas non plus certains pragmatistes. C’est le cas d’Irène Pereira, qui propose donc une manière originale de « montrer comment il est possible à partir d’une sociologie pragmatique de constituer une sociologie des rapports sociaux de pouvoir » (p. 37).

  • 4 Bénatouïl Thomas, « Critique et pragmatique en sociologie. Quelques principes de lecture », Annales (...)

8Dans ce but, Pereira entend relier les travaux des philosophes pragmatistes américains – John Dewey, William James, Charles Peirce – et de son ex-directeur de thèse, Luc Boltanski, aux travaux critiques anarcho-syndicalistes de Pierre-Joseph Proudhon, Georges Sorel, Edouard Berth et Simone Weil. L’auteure considère que les précédentes tentatives d’intersection des deux approches n’ont pas suffisamment poussé l’effort de conciliation épistémologique pour les rendre compatibles (tâche que certains ont jugé foncièrement impossible4).

9Pereira examine les positions de tous ces auteurs et essaie de les croiser, en les examinant les uns à la lumière des autres. Proudhon est par exemple jugé compatible avec le pragmatisme en raison de son refus de tout principe absolu, tant épistémiquement (vérité fondée sur Dieu) que politiquement (l’État et l’Église comme autorités absolues). Nonobstant, selon Pereira Proudhon conserve, tout comme James, l’idéal d’une science vraie comme horizon inatteignable. Deuxièmement, Pereira définit la position de Proudhon comme un « pragmatisme matérialiste » (p. 46), parce que l’action constitue l’origine des idées (et pas l’inverse) et car l’action par excellence est le travail.

10Le matérialisme se justifie aussi dans le fait que Proudhon étudie, selon Pereira, la société au prisme d’une physique des forces sociales. Le dualisme entre matière et esprit est ainsi remplacé par un monisme énergétique où la force sociale principale serait le travail. Or, le régime de l’(inter)action est celui de l’antagonisme, contre la nature d’abord et entre les classes sociales ensuite. Dans la distinction proudhonienne entre rapports de force et droit, Pereira trouve un parallèle avec la différence pragmatiste entre épreuves de force et épreuves de légitimité. Si Proudhon distingue force et droit, il y trouve aussi une continuité, parce que les guerres sociales produisent du droit à travers des luttes de reconnaissance. De même, il y a une continuité entre les épreuves de légitimité (les argumentations) et les épreuves de force (relevant du langage et de la stratégie militaire). Cette articulation permet, selon Pereira, de penser les rapports sociaux conflictuels selon un point de vue matérialiste et pluraliste, sans réduire les argumentations à la mère force.

11Le troisième chapitre du livre mène une critique de l’État, de l’Église, de la technocratie (Weil), pour montrer le pluralisme méthodologique des anarchistes par rapport à Marx. Le quatrième chapitre propose une complémentation de Proudhon par les travaux de Sorel et Berth sur les mouvements sociaux, car ces auteurs selon Pereira « ne présupposent pas que le mouvement révolutionnaire a besoin d’une théorie révolutionnaire préalable à son action » (p. 133), mais privilégient plutôt l’étude des pratiques grévistes ou autres « pour expliciter les rapports sociaux de classe » (p. 126). Le cinquième et dernier chapitre retrace (un peu trop vite) les travaux précédents de Pereira pour montrer, à la manière d’un mémoire d’HDR, la cohérence de sa recherche.

12Dans l’ensemble, le texte est fluide, clair et pédagogique. Il fournit une introduction à un certain nombre d’auteurs et à leurs concepts fondamentaux (abduction, holisme, etc.). Ceci est cohérent avec le propos de l’auteure qui n’est pas celui d’une érudite (p. 33) et avec celui de la collection « Logiques Sociales » qui « entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l’action sociale » (p. 4).

13Toutefois, le volet pédagogique amène à un certain nombre de répétitions, ce qui n’empêche pas que les argumentations théoriques ne soient faites que par des citations, souvent trop courtes. En outre, le langage simple ne suffit pas à rendre clairs tous les raisonnements, surtout pour un public non-académique. Souvent, les thèses ne sont pas suffisamment justifiées, ce qui aurait pu être obtenu par le biais d’appuis empiriques ou d’exemples concrets. En effet, le livre de Pereira ne mobilise aucun travail de terrain, au contraire de ce que semble être l’esprit de la collection, qui « cherche à promouvoir les recherches qui partent d’un terrain, d’une enquête ou d’une expérience qui augmentent la connaissance empirique des phénomènes sociaux » (p. 4).

14C’est un ouvrage philosophique aussi parce que l’auteure semble peu intégrer l’aspect historique. Quoique Pereira dise (p. 33-34 et 45) vouloir articuler les auteurs anarcho-syndicalistes avec des courants sociologiques français contemporains, pour les relire « à la lumière de » ces derniers, elle glisse progressivement vers des constations anachroniques : « je vais être conduite ici à souligner une limite de la méthode sociologique de Proudhon qui l’amène à ne pas aller au bout de son projet pragmatiste » (p. 107), qu’il n’avait pas. Ou bien : « Cette notion [celle de force collective] permet tout d’abord à Proudhon de passer d’une micro-sociologie interactionniste à une sociologie des groupes sociaux » (p. 69), alors que Garfinkel vient après Proudhon.

15Sûrement Pereira ne tombe pas dans le piège de représenter un réel fluide et irénique, mais ses catégories, bien que justifiées pragmatiquement, semblent un peu étanches et simplistes. Elle parle de pluralisme, mais mobilise presque seulement la catégorie de classes sociales ; elle souligne « l’historicité des rapports sociaux » (p. 148) et d’une évolution de la connaissance qui soit progressivement capable « de rendre compte du plus grand nombre de phénomènes » (p. 149), mais ses catégories remontent à il y a quelques centaines d’années.

16Cependant, le problème théorique le plus grand me paraît être la réelle nécessité de ces rapprochements entre auteurs lointains dans le temps et dans l’espace. Si l’objectif est de fonder un pragmatisme critique sur les auteurs anarcho-syndicalistes, on n’en voit pas trop la raison : le pragmatisme, sous les mains de Pereira, est déjà critique (ce qui est un mérite), tandis que de façon spéculaire Proudhon et les autres auteurs seraient déjà pragmatistes (au prix d’un regard anhistorique). Pour décrire la société de manière bottom-up, cela semblerait suffire de mobiliser soit le pragmatisme soit les anarcho-syndicalistes. Leur alliance est-elle donc vraiment nécessaire ?

Haut de page

Notes

1 Hennion Antoine, « D’une sociologie de la médiation à une pragmatique des attachements. Retour sur un parcours sociologique au sein du CSI », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 15 février 2016. URL : http://sociologies.revues.org/4353.

2 Lemieux Cyril, « Jugements en action, actions en jugement. Ce que la sociologie des épreuves peut apporter à l’étude de la cognition » in Fabrice Clément et Laurence Kaufmann (dir.), La sociologie cognitive, Paris, Éditions de la MSH, p. 249-274.

3 Pereira préfère délibérément le féminin au masculin ou aux formules bi-genrées (« acteur.rice.s »).

4 Bénatouïl Thomas, « Critique et pragmatique en sociologie. Quelques principes de lecture », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 54ème année, n° 2, 1999, p. 281-317.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrizio Li Vigni, « Irène Pereira, Le pragmatisme critique. Action collective et rapports sociaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 18 mai 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/20818

Haut de page

Rédacteur

Fabrizio Li Vigni

Doctorant en sociologie au Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Fabrizio Li Vigni mène des recherches historiques et sociologiques sur le domaine des sciences des systèmes complexes en France et aux États-Unis, dans un cadre pragmatiste.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page