Navigation – Plan du site

Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb, Fonctions sociales d’une littérature d’exil

Élisabeth Schulz
Les Juifs et le Maghreb
Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d'une littérature d'exil, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, coll. « Migrations », 2016, 330 p., ISBN : 978-2-86906-408-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Guy Dugas, La littérature judéo-maghrébine d’expression française. Entre Djéha et Cagayous, Paris : (...)
  • 2 Clara Lévy, Écritures de l’identité. Les écrivains juifs après la Shoah, Paris : PUF, 1998.
  • 3 Abdelmalek Sayad, La Double Absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris  (...)

1Avec cette étude, Ewa Tartakowsky, docteure en sociologie et membre du centre Max Weber, offre enfin un complément aux travaux de Guy Dugas dont le champ d’étude dans La littérature judéo-maghrébine d’expression française, Entre Djéha et Cagayous1 s’arrête aux années 1990. En effet, depuis environ vingt-cinq ans, aucun ouvrage n’a traité de l’ensemble de la production littéraire des Juifs du Maghreb exilés en France. Contrairement à sa consœur Clara Lévy, qui a choisi, dans Écritures de l’identité, Les écrivains juifs après la Shoah2, un vaste corpus d’écrivains juifs écrivant en langue française, Ewa Tartakowsky opte pour un corpus possédant une cohérence dans la réalité sociale puisqu’il est constitué d’écrits d’auteurs de langue française et originaires d’Afrique du Nord à l’époque coloniale. À travers une démarche pluridisciplinaire qui convoque la sociologie, l’histoire et la littérature moderne, ce travail issu de sa thèse a pour objectif de montrer de quelle manière l’exil détermine des trajectoires dans l’espace du jeu littéraire. Non seulement, l’auteure cerne les éléments récurrents dans cette production littéraire et évalue leur lien avec l’exil, mais elle saisit « les mécanismes et les fonctions sociales de cette forme singulière de la littérature pour le groupe exilé, pour la collectivité d’accueil et dans leurs rapports » (p. 15). Ewa Tartakowsky, qui compose avec le texte littéraire en tant que sociologue, souligne ainsi les conditions sociales de production des textes des auteurs d’origine judéo-maghrébine. L’exil se présente alors comme bipolarisé entre le lieu d’origine et le territoire d’installation. C’est pourquoi Abdelmalek Sayad parle de « double absence »3. De manière générale, alors que les exilés oscillent entre la rupture et le lien, l’écriture donne un sens à leur déracinement et les aide à se définir par rapport à l’autre. Dans le cas des Juifs du Maghreb, il s’agit d’un exil massif d’autant plus propice à « l’effervescence créatrice », selon l’expression d’Émile Durkheim.

2Au chapitre II, l’auteure souligne trois éléments déterminants dans les conditions d’émergence de cette littérature d’exil : « l’évolution de la ‘conscience juive’ à partir de la guerre de Six Jours en 1967 ; le changement de paradigme dans la perception de l’histoire dans les années soixante et l’émergence des littératures dites postcoloniales » (p. 37). Ewa Tartakowsky agrémente son livre de graphiques en couleurs qu’elle a réalisés pour synthétiser ses différentes études. Ainsi le premier graphique (p. I) permet d’illustrer le lien entre l’évolution de la production littéraire des auteurs d’origine judéo-maghrébine et, par exemple, le « réveil juif » ou encore ce qu’elle appelle le « moment mémoire » qui a lieu dans les années 1980. Le graphique met aussi en relief l’arrivée de jeunes auteurs dans le champ littéraire, à la fin des années 1970. En effet, ces derniers écrivent dans une sorte d’urgence suite à la disparition de leurs communautés dont l’histoire était bimillénaire au Maghreb. On observe aussi l’arrivée d’auteurs en fin de carrière professionnelle dans les années 2000. Par ailleurs, nous voyons clairement dans le graphique 2 intitulé « Nombre de première publication par année » (p. I) que le plus grand nombre de premières publications a lieu entre la fin des années 1970 et le début des années 1980. D’autre part, l’auteure revient sur les conditions qui précèdent l’exil massif des Juifs d’Afrique du Nord, et leur quasi-impossibilité de retour. Avant la décolonisation, 100 % de la population juive d’Algérie savait lire et écrire en français, 90 % en Tunisie (bien que seulement 15 à 20 % avaient la nationalité française) et 60 % au Maroc. Ceci permet de comprendre le choix de beaucoup de Juifs d’Afrique du Nord de venir en France au moment des indépendances et leur facilité à entamer une carrière d’écrivain puisque l’exil se situe dans le prolongement de l’acculturation commencée au Maghreb. D’ailleurs, les Juifs d’Algérie constituent 10 à 15 % de la masse d’une autre immigration : celle des pieds-noirs. Dans ce contexte, un besoin de reconstruction identitaire se fait ressentir et devient « un ferment propice à la naissance d’une littérature singulière » (p. 50). C’est ainsi que l’exil surdétermine les principales thématiques de cette production littéraire. Trois autres graphiques viennent compléter l’analyse d’Ewa Tartakowsky : le graphique 3 (p. II) met en parallèle, par exemple, les positions des auteurs dans l’espace littéraire, c’est-à-dire leur degré de reconnaissance littéraire, avec leur proximité avec un pôle plutôt commercial ou littéraire. Il apparaît clairement que les topos de l’exil sont moins présents quand la reconnaissance de l’écrivain est plus importante.

  • 4 Sur ce thème, l’auteure a publié un article  « Littérature des auteurs d’origine judéo-maghrébine. (...)

3Au chapitre suivant intitulé « des auteurs nés de l’exil », à partir d’un corpus de 441 ouvrages, l’auteure effectue une analyse iconographique de leur paratexte, qui comprend le titre, la couverture et la quatrième de couverture4. Quatre thématiques se dégagent alors : l’exil, la nostalgie, la mémoire/transmission et l’histoire. Son travail confirme alors l’investissement de cette littérature par des « thématiques liées à l’exil, la mémoire, l’histoire et en lien avec l’identité juive ou maghrébine » (p. 122). Cependant l’étude des couvertures permet aussi de repérer le lectorat ciblé par l’éditeur (qui choisit souvent la couverture) : la cible est à la fois un lecteur issu d’une population juive originaire d’Afrique du Nord mais aussi un lecteur issu de la collectivité d’accueil, ouvert à la « littératures des autres » (p. 131). Des exemples de couvertures, présentes dans un « cahier couleur » (pp. VI-X), permettent d’illustrer concrètement cette approche.

4Le chapitre IV s’attache à mettre en lumière les réalités sociales dévoilées par l’œuvre littéraire. En effet, celui-ci montre que le monde social qui émerge des récits et des romans est celui de la vie familiale quotidienne. L’écrivain est comparé à un ethnologue qui décrit avec minutie le quotidien de la communauté et les détails du folklore juif d’Afrique du Nord. Ainsi, l’accent est mis sur la culture matérielle, telle que les costumes, les talismans ou objets de culte, et la culture immatérielle telle que les coutumes, les divertissements ou la musique. Non seulement les écrivains cherchent à sauvegarder ce que l’exil a fait disparaître mais ils adoptent une démarche pédagogique afin d’offrir des clés de compréhension de leur culture à la nouvelle collectivité d’accueil. De plus, ils oscillent sans cesse entre « une revendication d’appartenance arabe ou berbère et celle, plus occidentale, de française » (p. 160). Or la production littéraire des femmes, qui constituent un tiers des auteurs, présente un univers différent de celui des écrivains masculins. Elles mettent l’accent sur les aspects traditionalistes et sur le rapport de domination. Contrairement à leurs confrères, leur portrait est souvent acerbe. Alors que la culture française permet aux femmes de s’émanciper, la littérature témoigne de cette évolution. En effet, l’exil apparaît comme un facteur d’émancipation de la femme par rapport à sa condition sociale difficile au Maghreb. C’est ainsi que l’écriture des femmes n’est pas marquée par la nostalgie contrairement à celle des hommes qui, eux, sont portés par la remémoration nostalgique des réalités familiales.

5Le chapitre V s’intéresse à la fonction que joue cette littérature pour les écrivains eux-mêmes. Celle-ci peut endosser trois fonctions, que l’auteure dégage en tant qu’idéaux-types : une fonction mémorielle, « historiographe », et d’adaptation. En effet, l’écriture relève d’une démarche personnelle ayant comme objet de fixer une mémoire, mais elle répond aussi à un déficit de l’historiographie. En effet, la richesse du passé historiographique ashkénaze et le poids de la Shoah dans l’historiographie juive relèguent au second plan l’histoire des Juifs du Maghreb ; sans parler des recherches universitaires qui ne prennent en charge cette histoire « d’entre-deux » (p. 252) - non sans difficulté - qu’à partir des années 1980. Même si le graphique 7 montre que la production historiographique sur les Juifs du Maghreb précède l’écriture littéraire en langue française, nous voyons que la production littéraire est plus volumineuse que l’historiographie. De plus, en exil en France, la production littéraire précède chronologiquement la production historique et elle est aussi plus importante du point de vue quantitatif. Enfin, l’auteure relève une fonction d’adaptation passant par la littérature. Ainsi, l’exilé est un passeur entre deux mondes : « la littérature se nourrissant toujours des deux réalités, les donne à lire par les deux groupes en question » (p. 263).

6Ainsi à travers cet ouvrage, Ewa Tartakowsky démontre bien que si presque tous les écrivains ont commencé leur carrière en France, l’exil joue un rôle dans leur trajectoire et travaille leur texte. L’écriture possède un rôle thérapeutique contre la nostalgie et le traumatisme de l’exil et elle permet en même temps de s’adapter à la société d’accueil.

Haut de page

Notes

1 Guy Dugas, La littérature judéo-maghrébine d’expression française. Entre Djéha et Cagayous, Paris : L’Harmattan, 1991.

2 Clara Lévy, Écritures de l’identité. Les écrivains juifs après la Shoah, Paris : PUF, 1998.

3 Abdelmalek Sayad, La Double Absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris : Points, 2014 (première édition 1999).

4 Sur ce thème, l’auteure a publié un article  « Littérature des auteurs d’origine judéo-maghrébine. Les couvertures, masques à visage découvert» pp. 105-121, dans Guy Dugas, et Sonia Zlitni Fitouri (dir.), Nouvelles expressions judéo-maghrébines. Expressions maghrébines, vol. 13, n° 2, hiver 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Schulz, « Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb, Fonctions sociales d’une littérature d’exil », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 21 mai 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/20846

Haut de page

Rédacteur

Élisabeth Schulz

Les recherches d’Elisabeth Schulz sont essentiellement centrées sur la littérature judéo-méditerranéenne et orientale francophone. Elle a donné un cours à l’Université hébraïque de Jérusalem et a été professeur de FLE à l’Institut Romain Gary. En 2014 sa thèse a été publiée sous le titre Identité et littérature séfarade en France au XXe.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page