Navigation – Plan du site

Francis Chateauraynaud, Yves Cohen (dir.), Histoires pragmatiques

Lilian Mathieu
Histoires pragmatiques
Francis Chateauraynaud, Yves Cohen (dir.), Histoires pragmatiques, Paris, EHESS, coll. « Raisons pratiques », 2016, 385 p., ISBN : 9782713225314.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Spécialement leur volume de 1989 Les Economies de la grandeur (Paris, PUF, 1989), repris sous le ti (...)

1Les termes « pragmatisme » et « pragmatique » sont avant tout attachés à la philosophie et à la sociologie. D’origine américaine et rattachée aux noms de Peirce, James ou Dewey, la philosophie pragmatiste se singularise par sa focalisation sur l’action et l’expérience, qui l’éloignent de tout idéalisme. La sociologie pragmatique est celle qui s’est développée, principalement en zone francophone, dans le sillage des travaux fondateurs de Boltanski et Thévenot1 et qui, attentive à la pluralité des formes de l’action, valorise la capacité des acteurs à s’ajuster aux situations et à se doter de conventions pratiques. Si la seconde entend s’inspirer de la première, leurs liens ne sont pas directs car ils sont médiés par différents héritages des sciences sociales - ceux de l’ethnométhodologie, de l’interactionnisme et de la sociologie des sciences latourienne, spécialement.

  • 2 Bernard Lepetit (dir.), Les Formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel (...)

2La présente livraison de la collection « Raisons pratiques » des éditions de l’EHESS aborde les rapports qu’entretiennent philosophie et sociologie pragmatiques avec une autre discipline des sciences sociales, en l’occurrence l’histoire. Un dialogue prometteur entre sociologie pragmatique et histoire avait déjà été esquissé dans les années 1990 à l’initiative de Bernard Lepetit mais avait été interrompu par la disparition prématurée du coordinateur des Formes de l’expérience2. C’est ce dialogue que reprennent ici Francis Chateauraynaud et Yves Cohen, en réunissant une douzaine de contributions d’historiens (des médiévistes aux contemporanéistes) et de sociologues, consacrées tant à l’exposition de résultats de recherches nourries de pragmatisme que de réflexions méthodologiques et épistémologiques.

3L’intérêt central des approches pragmatistes pour l’accomplissement d’une action en situation invite comme naturellement à une forme de présentisme, et appelle prioritairement des méthodes fondées sur l’observation directe. Par définition tournée vers un passé de l’action, l’histoire pourrait paraître étrangère à ce type de démarche : comment rendre compte d’une pratique qui n’est plus immédiatement observable ? Tout simplement en reconstituant et en traitant ses traces encore accessibles, qui sont par exemple celles de l’archive et du témoignage. Double enjeu, dès lors, pour un l’historien pragmatiste qui se doit à la fois de reconstituer les pratiques (de lecture, par exemple) du passé mais aussi aborder ses sources comme le produit d’une pratique elle-même située (telle celle du notaire ou de l’inquisiteur). De sorte que si le volume aborde une diversité d’engagements pratiques, il se présente également comme une réflexion sur la constitution et le traitement des matériaux historiques.

4Cette orientation de la réflexion amène logiquement plusieurs contributeurs à entrer en dialogue avec le courant de la micro-histoire italienne qui s’est de longue date interrogée sur l’ancrage pratique de ses sources. C’est le cas de Marie Bouhaïk-Gironès dans son chapitre consacré à deux mystères joués au tournant des XVe et XVIe siècles et abordés au travers des pratiques d’écriture — en l’occurrence théâtrale mais façonnée par des enjeux religieux, politiques et économiques — dont atteste un manuscrit abondamment raturé et remanié. Stéphane Péquignot s’intéresse pour sa part aux pratiques de la négociation diplomatique au travers du cas d’un document du XVe siècle, lui aussi produit d’une écriture collective en plusieurs étapes, qui rend compte des tractations entre ambassadeurs français et castillans autour du règlement de la succession de la couronne d’Aragon. Yves Cohen aborde l’élaboration et l’exercice d’une autorité rationalisée à partir d’une comparaison, inattendue mais stimulante, entre l’industrie automobile des années 1930 et l’exercice du pouvoir par Staline dans les premières années de son règne (ce qui lui permet au passage de pointer ce qui le distingue de Mao Zedong, pour sa part lecteur de Dewey). On ne quitte ni l’URSS, ni la réflexion sur les sources, avec le chapitre de Grégory Dufaud sur la psychiatrie soviétique, puisque ce sont les rapports d’accidents internes aux institutions, et les enquêtes dont ils sont le produit, qui permettent d’en reconstituer la vie sociale.

5Le chapitre de Béatrice Delaurenti complexifie la démarche en abordant la réflexion sur un ordre de pratique — l’action à distance — enjeu des spéculations de philosophes du XIIIe siècle exégètes des œuvres d’Aristote ou d’Avicenne. Envisageant pour sa part le discours comme une pratique, Fanny Gallot étudie la subversion par réappropriation et retournement de sens de la catégorie sexiste et paternaliste de « fille d’usine », à laquelle se sont livrées dans les années 1968 les ouvrières de l’usine Chantelle. La réflexion se fait davantage méthodologique dans le chapitre de Rémi Campos et Nicolas Donin consacré au re-enactment (c’est-à-dire la tentative de reproduction des gestes du passé) qui à la fois constitue un outil du travail de l’historien (comme lorsqu’il entreprend de lui-même tailler des silex pour approcher les techniques de la préhistoire) et une pratique à laquelle s’adonnent, par exemple, les musicologues ou chorégraphes désireux de reconstituer des pratiques artistiques oubliées.

  • 3 Laurent Thévenot, « L’action en plan », Sociologie du travail, 37 (3), 1995, p. 411-434.

6Le volume propose également plusieurs contributions à portée davantage théorique. Il s’ouvre sur la traduction d’une controverse, initialement parue en 1995 dans la revue italienne Quaderni, entre Angelo Torre et Roger Chartier. L’intérêt de cette traduction n’est guère évident, tant le reproche d’idéalisme adressé par le premier au second — en l’occurrence de concevoir les pratiques (ici, de lecture) comme la mise en acte d’une représentation mentale — paraît fondé sur un contresens et résulter d’une confusion entre dispositions (préalablement intériorisées et actualisées en situation) et « modèles culturels » (p. 45) présents dans les imaginaires. La discussion, à laquelle se livre Frédéric Graber, de la notion de projet à partir de ses usages chez Latour et chez Boltanski et Chiapello, si elle permet d’insister sur le rôle de la narration de l’action, néglige curieusement les réflexions de Laurent Thévenot sur l’action en plan3. Les contributions de Roberto Frega et de Francis Chateauraynaud, qui concluent le volume, clarifient utilement les rapports que la démarche pragmatiste entretient avec d’autres perspectives ou enjeux des sciences sociales, que ce soit sous l’angle du statut de la pratique dans l’interprétation ou du type de temporalité qu’elle privilégie.

7Indéniablement riche et dense tant sous l’angle de la réflexion méthodologique que de l’apport en connaissances sur des objets variés, ce volume ne surmonte pas les difficultés, bien connues, inhérentes aux démarches pragmatistes. L’intrication des vocabulaires propres à la philosophie et aux sciences sociales donne à certains textes une tonalité inutilement verbeuse et paraît complexifier certains constats peut-être plus banals que ce que suggère leur exposition. Surtout, c’est l’estompement des acteurs — c’est-à-dire, aussi, de leurs trajectoires et propriétés sociales — engagés dans les pratiques étudiées qui paraît en plusieurs endroits dommageable. Certes, l’historien qui n’a accès qu’aux traces résiduelles d’une pratique ne saurait extrapoler les caractéristiques de celui qui les a laissées. Reste que l’approche processuelle que privilégient tant la sociologie que l’histoire d’orientation pragmatique peut parfois apparaître paradoxalement désincarnée.

Haut de page

Notes

1 Spécialement leur volume de 1989 Les Economies de la grandeur (Paris, PUF, 1989), repris sous le titre De la justification (Paris, Gallimard, 1991).

2 Bernard Lepetit (dir.), Les Formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995.

3 Laurent Thévenot, « L’action en plan », Sociologie du travail, 37 (3), 1995, p. 411-434.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Francis Chateauraynaud, Yves Cohen (dir.), Histoires pragmatiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 mai 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/20857

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page