Navigation – Plan du site

Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962)

Nicolas Lepoutre
La torture et l'armée pendant la guerre d'Algérie
Raphaëlle Branche, La torture et l'armée pendant la guerre d'Algérie. 1954-1962, Editions Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2016, 805 p., 1ère éd. 2001, ISBN : 978-2-07-046920-8.
Haut de page

Texte intégral

1Plus d’un demi-siècle après les faits, la guerre d’Algérie continue de susciter d’intenses débats mémoriels en France. En témoigne la décision du maire de Béziers, Robert Ménard, de renommer une rue de la ville, précédemment « rue du 19 mars 1962 » (date des accords d’Évian qui mettent fin à la guerre), en « rue du commandant Hélie Denoix de Saint-Marc », du nom d’un partisan de l’Algérie française et putschiste de 1961. L’intérêt pour cette période trouble et polémique ne se dément donc pas et requiert la publication de solides travaux historiques. Il s’agit ici en l’occurrence d’une réédition d’un précédent livre paru en 2001, lui-même issu de la thèse de doctorat de Raphaëlle Branche (réalisée sous la direction de Jean-François Sirinelli). Spécialiste de l’étude des violences en situation coloniale et plus spécifiquement en Algérie, l’auteure fait partie aujourd’hui des historiennes les plus reconnues en France dans le domaine colonial.

2La thèse centrale de l’ouvrage est énoncée clairement : la torture n’est pas un « dérapage » imputable à quelques militaires isolés qui auraient outrepassé leurs ordres, mais bien un « système » au cœur de la guerre d’Algérie. Ce système est tout d’abord le produit direct de la situation coloniale : les Algériens n’ont jamais été considérés comme les égaux des Français métropolitains et la violence est au cœur des pratiques coloniales depuis la conquête initiée en 1830. La torture découle également directement de la vision des « événements d’Algérie » développée par les principaux commandants de l’armée française ; la France est ainsi confrontée d’après le général Salan à une « guerre révolutionnaire » qui appelle à des méthodes spécifiques. Les rebelles étant cachés au cœur de la population civile, le principal objectif de l’armée est d’obtenir des renseignements. Or, chez les militaires, la confusion entre Algérien et suspect puis entre suspect et coupable est vite réalisée, justifiant pour eux le recours à la torture. R. Branche va plus loin et montre qu’il s’agit par ces violences au moins autant de dissuader les rebelles par la terreur et de marquer la domination de la France dans les corps des colonisés que d’obtenir simplement des renseignements. La démarche adoptée dans La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie est chronologique et permet de mettre en avant les principales inflexions, non pas réellement dans le degré d’acceptation officielle de ces pratiques, mais plutôt dans les acteurs qui pratiquent le « renseignement » (les OR, Officiers de Renseignement, supplantés à partir de 1957 et surtout 1960 par les Détachements Opérationnels de Protection – DOP).

3Les qualités de l’ouvrage de R. Branche sont nombreuses. La principale d’entre elles demeure naturellement la thèse développée. Si l’idée que la torture était une pratique courante et acceptée par la grande majorité de la hiérarchie militaire et politique pendant la guerre fait sans doute moins débat aujourd’hui qu’au début des années 2000, la démonstration n’en demeure pas moins magistrale. Il ne s’agit pas d’un ouvrage militant, mais d’une véritable démarche historique fondée sur de nombreux archives et entretiens. L’auteure s’intéresse à tous les aspects de la torture, traitant à la fois des sévices commis lors des interrogatoires, mais aussi des emprisonnements illégaux, des déplacements de population ou encore des « corvées de bois » au cours desquelles les suspects sont exécutés. Elle dresse un panorama aussi exhaustif que possible des acteurs impliqués dans la torture en soulignant les rapports, parfois ambigus, qu’ils entretiennent les uns avec les autres (ainsi des relations de collaboration mâtinée de concurrence entre les OR et les DOP) et en décrivant précisément les lieux dans lesquels ils agissent. Le travail sur les sources écrites (archives, correspondances, articles de journaux, ouvrages militants, etc.) mais aussi les entretiens conduits plus récemment permettent d’enrichir la réflexion en s’intéressant à la question de l’acceptation ou du rejet de la torture par l’ensemble des acteurs. R. Branche montre par exemple que les condamnations verbales croissantes des violences par le pouvoir politique à partir de 1960 sont davantage dictées par des impératifs politiques (créer un rapport de force favorable à Paris dans sa relation avec l’armée d’Algérie) que par des préoccupations morales ou humanistes (les violences illégales étant acceptées lorsqu’elles servent les intérêts de l’État). Enfin, la lecture s’avère fluide et agréable.

  • 1 « La violence coloniale. Enjeux d'une description et choix d'écriture », Tracés, 2010/2, n° 19, p. (...)

4On pourrait parfois reprocher à l’ouvrage un léger manque de clarté qui est peut-être le fruit de sa construction. Alors que le plan adopté est chronologique, R. Branche montre dans son ouvrage que le recours à la torture est bien plus caractérisé par la continuité que par de véritables ruptures. L’inclusion de nombreux chapitres thématiques, rendue nécessaire par la volonté d’offrir une vision très large de la situation, incite également l’auteure à multiplier parfois les allers-retours temporels ou à proposer des analyses plus transversales. Il est par ailleurs dommage que cette nouvelle édition, qui semble reprendre quasiment à l’identique la version de 2001, n’inclue pas les récentes évolutions de l’historiographie coloniale. Ainsi, l’articulation de la question de la torture avec le contexte colonial pourrait être renforcée. L’historienne explique certes ici que cette violence est liée à la nature de la guerre menée en Algérie, mais insiste finalement peu sur l’histoire de la violence ordinaire en situation coloniale ou sur le racisme qui la rend possible et la justifie. Pourtant, dans un article de 20101, R. Branche soulignait que la violence constituait précisément le lieu de l’interaction entre le colonisé et le colonisateur au-delà des cas des conflits. Dans quelle mesure la violence est-elle renforcée en période de « guerre révolutionnaire » ou se place-t-elle finalement dans une simple continuité avec les pratiques ordinaires ? Il aurait pu être fructueux d’approfondir la réflexion sur la question des Français d’Algérie partisans de l’indépendance qui sont également torturés ou exécutés : sont-ils toujours traités de la même façon que les « Français de souche nord-africaine » ? Si oui, cela invalide-t-il la théorie générale d’une violence coloniale et raciste ? Faut-il invoquer des explications complémentaires (liées éventuellement à leur statut, fréquent, de membre du parti communiste par exemple) ? Enfin, l’analyse de la situation en Algérie comme une « guerre révolutionnaire », inspirée par l’expérience indochinoise des généraux français, appellent à d’autres interrogations : quelle est la proportion de militaires se rendant sur les deux théâtres d’opération ? L’Algérie et l’Indochine ont-elles la même importance stratégique pour l’empire et dans l’imaginaire colonial français et sont-elles donc comparables ? Soulignons cependant qu’il s’agit ici, plus que de réelles insuffisances de l’ouvrage, de questions annexes qui émergent d’un travail historique fécond et passionnant.

Haut de page

Notes

1 « La violence coloniale. Enjeux d'une description et choix d'écriture », Tracés, 2010/2, n° 19, p. 29-42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lepoutre, « Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 26 mai 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/20878

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page