Navigation – Plan du site

Jonas Carpignano, Mediterranea

Élisabeth Schulz
Mediterranea
Jonas Carpignano, Mediterranea, Blaq Out, 2016.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sortie en septembre 2015, Mediterranea a reçu le prix Lux 2015 en compétition et la mention spécial (...)
  • 2 Lors de ce programme, qui appartient au Sundance Institute crée par Robert Redford, Jonas Carpignan (...)

1Après avoir reçu un prix du festival de Venise en 2011 pour son court-métrage A Chjana, le réalisateur Jonas Carpignano nous présente ici son premier long-métrage, Mediterranea1, pour la production duquel pas moins de dix-sept partenaires ont contribué. Pour écrire son scénario, Jonas Carpignano a bénéficié de l’aide de professionnels, dans le cadre du programme Sundance Lab2, d’où la qualité qui en ressort. Mais pour réaliser ce film sur les migrants clandestins, le cinéaste Italo-américain s’est avant tout inspiré de l’histoire de celui qui est devenu son acteur principal, Koudous Seihon. D’ailleurs le jeu de l’acteur, porté par un regard expressif et grave, ne laisse en aucun cas penser qu’il s’agit d’un amateur. Quoiqu’il en soit, alors qu’actuellement la question des migrants illégaux est au cœur des débats dans les sociétés européennes et que des partis politiques instrumentalisent la peur générée par les migrants, Mediterranea représente un outil indispensable pour engager un débat de fond sur la thématique de l’émigration clandestine.

  • 3 Voir les journaux Il Corriere della sera et La Reppublica du 7 janvier 2010.
  • 4 Né en 1986, d’une mère ghanéenne et d’un père burkinabais, Koudous Seihon grandit en côte d’Ivoire (...)
  • 5 Acteur et mannequin né en 1989 en Mauritanie de parents mauritaniens et sénégalais. Avec sa famille (...)

2Ce qui a motivé l’auteur de ce film, c’est de comprendre les circonstances qui ont amené des travailleurs clandestins à devenir les auteurs d’une émeute urbaine le 7 janvier 20103 à Rosarno, en Calabre. Cet éclatement de violence représente ainsi le point culminant du film et l’aboutissement d’un processus de déshumanisation de l’être contre laquelle l’homme frustré se révolte. Tourné souvent en caméra portée, ce film d’1h47 retrace le périple de deux migrants, Ayiva et Abas, joués respectivement par Koudous Seihon4 et Alassane Sy5, qui partent du Burkina Faso pour le sud de l’Italie. Au cours de leur itinéraire, la musique de Dan Romer et Ben Zetlin apporte un contre-point à des scènes où l’italien se mêle aux langues bissa, française, anglaise et arabe, à l’image de la vie des migrants. Si les personnages marchent tout au long du film, à la fin alors qu’ils sont installés à Rosarno, ils courent pour fuir la police ou pour échapper à une bande de jeunes racistes qui tente de les passer à tabac, ou encore parce qu’ils ont laissé éclater leur colère.

  • 6 Le 9 janvier 2010, une habitation où vivaient vingt migrants est brûlée ; mais déjà en décembre 200 (...)
  • 7 Jonas Carpignano s’est inspiré sans doute de ce qu’a subi un réfugié togolais passé à tabac à Rosar (...)

3Durant le premier tiers du film, la caméra épouse le regard perdu du groupe de voyageurs subsahariens qui sont entraînés dans la nuit par des passeurs douteux, tandis que le jour ils marchent sans répit à travers d’impitoyables étendues désertiques : ils sont alors en Algérie et cherchent à rejoindre Tripoli. Mais ils ne savent jamais s’ils sont dans la bonne direction. Quand la Lybie est toute proche, ils se font dépouiller par des hommes armés. L’un d’entres eux résiste et est tué à bout portant. Le traumatisme du groupe ne fait que commencer. Arrivés en Lybie, les migrants prennent la mer. Les passeurs refusant de les guider jusqu’à la destination promise, ils sont contraints de tenir eux-mêmes la barre malgré leur inexpérience de la mer. Très vite un orage survient ; beaucoup se noient tandis que les autres sont sauvés in extremis et se retrouvent dans un camp de transit en Italie où ils obtiennent un permis de séjour de trois mois. Entre temps, Ayiva recommande à sa sœur restée au Burkina Faso de ne pas entreprendre ce périple : malgré sa voix calme, ses mains tremblent. Le combat d’Ayiva et Abas se poursuit en Italie. Ils n’ont qu’une adresse à Rosarno et marchent sans relâche jusqu’à cette destination. Une fois installés en Italie, les épreuves se multiplient : racisme et tentatives de meurtre viennent s’ajouter au froid, au travail harassant et à des conditions de vie difficiles dans une ancienne fabrique désaffectée qui leur sert de logement. Nul victimisation, les héros sont courageux, les migrants s’entraident, même entre Marocains et Africains, et quelques figures d’Italiens se détachent : une professeure d’italien, une grand-mère bienveillante surnommée « Mama Africa » ou un patron paternaliste qui se souvient que sa propre famille a été migrante aux États-Unis. Le réalisateur montre le quotidien de ces travailleurs clandestins, qui gagnent entre 15 et 25 euros par jour en travaillant une douzaine d’heures dans une orangerie. Leur objectif est de régulariser leurs papiers en obtenant un contrat de travail, sans parler de l’argent pour la traversée qu’ils doivent rembourser à leurs proches. Le groupe d’Ayiva et Abas s’élargit, la fraternité les aide à surmonter leurs conditions de vie, qu’ils ne s’attendaient pas à trouver aussi difficiles. Mais l’exploitation, les provocations racistes voire des attaques6 les mettent à bout. Après la mort de deux confrères africains tués par des Italiens hostiles à l’immigration, la colère explose. C’est ainsi qu’Ayiva et Abas se joignent au cortège d’émigrés qui crient leur fureur. On les entend alors s’exclamer : « Stop shoot to the Black! ». Mais peu après, Abas est tabassé par une bande de jeunes Italiens7 sous les yeux d’Ayiva qui est parvenu à s’abriter in extremis derrière une grille qu’il a sautée.

4Le film rappelle que ces migrants sont avant tout des hommes éprouvés qui vivent loin de leur famille afin de pouvoir subvenir à leurs besoins. Ainsi, alors qu’Ayiva ne communique avec sa fille de sept ans que via Skype, il laisse échapper des larmes qui parlent mieux que les discours. Le réalisateur a choisi de laisser parler les scènes et de ne pas développer de discours politique dans son film mais tout ce que les migrants clandestins traversent est représenté à l’écran.

  • 8 Catherine Wihtol de Wenden est directrice de recherche au CNRS, au sein du CERI, le centre de reche (...)
  • 9 Voir Catherine Wihtol de Wenden, Le droit d’émigrer, Paris, CNRS Éditions, coll. « Débats », 2013 ; (...)
  • 10 Catherine Wihtol de Wenden, Faut-il ouvrir les frontières, Paris, Presses de Sciences Po, 2013.

5Dans un bonus, un entretien avec Catherine Wihtol de Wenden8, effectué en décembre 2015, apporte un approfondissement au film. Le discours de la chercheuse s’inscrit dans la continuité de ses ouvrages sur l’émigration9, notamment de Faut-il ouvrir les frontières10 où elle évoque le problème du droit d’asile pour ceux qui ne sont ni expulsables ni régularisables. Le livre souligne, entre autre, que les problèmes viennent d’un manque de volonté politique. Dans son commentaire, Catherine Wihtol de Wenden montre que le film correspond à la réalité : non seulement on découvre des personnages qui cherchent à entrer dans le marché du travail européen et à être régularisés mais le spectateur est témoin de leur peur de mourir – en particulier lors de leur expédition –, de leur exploitation dans le pays d’accueil et de leur attente d’un résultat aléatoire : la régularisation. Or, comme le dit la chercheuse en faisant référence à une scène où les héros cueillent des oranges, la présence des migrants, qui sont jeunes et en forme physiquement, vient combler des manques au niveau économique car ils acceptent des métiers pénibles. D’autre part, Catherine Wihtol de Wenden commente la scène de la noyade en Méditerranée en rappelant que la fermeture des frontières entraîne un lourd bilan à assumer : la Méditerranée est devenue un cimetière de migrants. De plus, elle dénonce une situation d’esclavage moderne qui se déroule en Occident. Enfin, dans la dernière partie de l’entretien, elle s’attaque à de fausses idées reçues qui entraînent des peurs non fondées dans les pays européens. La chercheuse montre, par exemple, que les migrants ne sont pas des concurrents sur le marché de l’emploi. Elle conclut en affirmant que beaucoup d’incompréhensions demeurent entre le Nord et le Sud de la Méditerranée.

  • 11 Jonas Carpignano répond par ce biais aux propos du ministre de l’intérieur Roberto Maroni qui rend (...)

6Ainsi, le film Mediterranea répond bien à la question « quelle a été la cause de la révolte en janvier 2010 ? »11. En effet, attirés par les promesses d’embauche, des hommes sont aujourd’hui réduits à des conditions proches de l’esclavage, comme dans ce long-métrage.

Haut de page

Notes

1 Sortie en septembre 2015, Mediterranea a reçu le prix Lux 2015 en compétition et la mention spéciale du festival de Munich.

2 Lors de ce programme, qui appartient au Sundance Institute crée par Robert Redford, Jonas Carpignano a participé à deux ateliers : scénario et mise en scène.

3 Voir les journaux Il Corriere della sera et La Reppublica du 7 janvier 2010.

4 Né en 1986, d’une mère ghanéenne et d’un père burkinabais, Koudous Seihon grandit en côte d’Ivoire avant de partir vivre au Burkina Faso d’où il part pour l’Italie. URL (Consulté le 10/06/2016) http://geopolis.francetvinfo.fr/koudous-seihon-la-misere-ou-la-mediterranee-66331.

5 Acteur et mannequin né en 1989 en Mauritanie de parents mauritaniens et sénégalais. Avec sa famille, il est obligé de partir vivre au Sénégal avant de se rendre en France pour ses études. Ensuite c’est aux Etats-Unis que sa carrière se met en route.

6 Le 9 janvier 2010, une habitation où vivaient vingt migrants est brûlée ; mais déjà en décembre 2008, des hommes armés avaient tiré sur un groupe de travailleurs et blessé deux Ivoiriens.

7 Jonas Carpignano s’est inspiré sans doute de ce qu’a subi un réfugié togolais passé à tabac à Rosarno.

8 Catherine Wihtol de Wenden est directrice de recherche au CNRS, au sein du CERI, le centre de recherches internationales de Sciences Po. Ses recherches portent sur la mondialisation des migrations et sur les migrations dans les relations internationales

9 Voir Catherine Wihtol de Wenden, Le droit d’émigrer, Paris, CNRS Éditions, coll. « Débats », 2013 ; compte rendu de Lucie Laplace pour Lectures : http://lectures.revues.org/13994.

10 Catherine Wihtol de Wenden, Faut-il ouvrir les frontières, Paris, Presses de Sciences Po, 2013.

11 Jonas Carpignano répond par ce biais aux propos du ministre de l’intérieur Roberto Maroni qui rend responsable de ces éclatements de violence de la part des travailleurs clandestin, l’excessive tolérance envers l’immigration clandestine, rendant ainsi les victimes coupables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Schulz, « Jonas Carpignano, Mediterranea », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/21006

Haut de page

Rédacteur

Élisabeth Schulz

Titulaire d'un doctorat d'histoire et de sémiologie du texte et de l'image effectué sous la direction de Julia Kristeva à l'Université Paris VII, le Dr. Elisabeth Schulz a enseigné la littérature francophone à l'université hébraïque de Jérusalem. Elle a également été professeur de français langue étrangère à l'Institut français de Jérusalem Romain Gary. Ses recherches portent essentiellement sur la littérature judéo-méditerranéenne et orientale de langue française. En 2014, sa thèse intitulée Identité séfarade et littérature francophone au XXe siècle a été publiée chez L'Harmattan. Le Dr. Schulz est actuellement chercheuse au CERIEC d'Angers.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page