Navigation – Plan du site

Dimitris Ballas, Danny Dorling, Benjamin Hennig, The social atlas of Europe

Thomas Vroylandt
The social atlas of Europe
Dimitris Ballas, Danny Dorling, Benjamin D. Hennig, The social atlas of Europe, Bristol, Policy Press, 2014, 216 p., ISBN : 9781447313533.
Haut de page

Texte intégral

1Composé d’un ensemble d’environ 200 cartes et graphiques, accompagnés de commentaires, cet ouvrage se propose d’explorer les différentes facettes de l’Europe. Il développe, tout au long de l’exposé proposé, un fil, à la fois politique, scientifique et méthodologique. Dès les premières pages les principales inspirations des auteurs sont posées. Ce livre est ainsi dédicacé, dans cet ordre, à Jean Monet, père fondateur de l’Europe, à Janos Szego, géographe hongrois ayant travaillé en Suède et inventeur de la cartographie humaine en Europe, et à Pavlos Fyssas, rappeur et militant antifasciste grec assassiné en 2013 pour ses engagements. Loin de n’être que scientifique, cet ouvrage est aussi un manifeste d’une certaine Europe et d’une certaine vision pour l’Europe. C’est ainsi qu’il faut lire le recensement de nombreuses données statistiques proposé sous forme de cartes, qui ne laisse de côté aucun aspect de la vie des habitants de l’Europe. Il s’agit d’une somme, cohérente en elle-même, qui propose, au travers de données statistiques et de constructions cartographiques, de réfléchir à une idée de l’Europe, vers un avenir commun plus poussé, au sein d’une association plus étroite des pays et des peuples. Particulièrement bien documenté, cet ouvrage vient ainsi s’inscrire en faux par rapport aux tendances actuelles, du Brexit aux tentations de repli sur soi qui peuvent être défendues par certains partis situés aux extrêmes du spectre politique dans les différents pays européens.

  • 1 Les traductions sont de l’auteur du compte rendu.

2Au commencement de l’analyse, se pose la question de la définition de cet espace européen à analyser. Alors que d’autres atlas font le choix de limiter l’Europe par des critères physiques (« de l’Oural à l’Atlantique »), les réponses apportées sont différentes ici. En déroulant le fil exposé, les auteurs considèrent qu’il faut n’y inclure que les pays ayant montré un « fort attachement à un futur européen commun par leur association rapprochée avec l’Union européenne » (p. 3)1. Sont donc compris dans cette catégorie les membres actuels ou les pays candidats à l’Union et ceux de l’Espace économique européen ainsi que de l’Union monétaire européenne et de l’espace Schengen, soit 44 pays, de la Turquie à l’est à l’Islande à l’ouest.

  • 2 Szegö Janos, Human cartography: mapping the world of man, Stockholm, Swedish Council for Building (...)
  • 3 Gastner Michael, Newman Mark, « Diffusion-based method for producing density equalizing maps », Pro (...)

3Dans la veine du parti-pris de l’ouvrage, les auteurs développent leur conception de l’Europe : « Notre approche est sous-tendue par la vision que l’Europe est bien davantage qu’une région du monde ou qu’une collection d’états-nations : c’est l’espoir que nous avançons vers la conception d’un “peuple européen” plutôt que d’une “Europe des nations” » (p. 2). Cette vue se reflète au niveau méthodologique par l’utilisation de techniques qui relèvent de la cartographie humaine2 : ce sont les hommes qui importent et non les pays. Ces derniers ont été et sont encore le cadre principal des analyses cartographiques, notamment car les données sont produites à cette échelle par les organismes nationaux ou internationaux de statistiques. Grâce à une finesse plus grande des données et à de récents développements dans le domaine des systèmes d’information géographique (SIG)3, les auteurs se donnent les moyens de leurs ambitions et dépassent le cadre des pays pour réellement proposer une cartographie des hommes. La lecture des cartes se fait ainsi au travers du prisme des individus qui résident dans différents lieux sur notre continent.

  • 4 On pourra en trouver des exemples par l’un des auteurs de l’ouvrage sur : http://www.viewsoftheworl (...)
  • 5 Langlois Patrice, Denain Jean-Charles, « Cartographie en anamorphose », Cybergeo: European Journal (...)
  • 6 Il s’agit d’une carte dont les unités sont colorées en fonction d’une mesure statistique. Par exemp (...)

4Pour cela, les cartes sont majoritairement produites au moyen d’anamorphoses4, c’est-à-dire de déformations des limites physiques des espaces selon un ensemble de caractéristiques statistiques – par exemple le nombre de pharmaciens pour 10 000 habitants. La carte est alors adaptée à la réalité perçue et non à la réalité physique5. Appliquer de telles techniques à un niveau fin, c’est dépasser les classiques cartes choroplèthes6 fixées sur les frontières des États. C’est aussi s’attacher aux habitants de l’Europe et non plus à ses structures politiques et montrer des données à leur niveau.

5Une fois ces principes, politiques comme méthodologiques, posées, la démonstration se déroule tout au long de l’atlas, au travers d’une multitude de cartes. Les sujets traités visent à l’exhaustivité, allant de la culture et l’identité aux politiques publiques en passant par l’emploi, la santé ou encore l’environnement. Rien n’est laissé de côté et l’ensemble permet de tirer un portrait, cohérent et pensé pour l’action, de l’Europe et de ses habitants. La richesse des sources de données utilisées impressionne. Si les principales sont issues d’Eurostat, l’organisme statistique de l’Union européenne, d’autres viennent de la Banque mondiale, ou encore des enquêtes européennes sur les valeurs. Le travail que laisse supposer la collection d’une telle diversité conduit aussi à s’interroger sur l’éclatement des instances productrices de statistiques à l’échelle de l’Europe.

  • 7 Tufte Edward, Envisioning Information, Cheshire, CT, Graphics Press,‎ 1990, p. 9.

6Cet atlas sera utile à quiconque, passionné ou chercheur, souhaite se documenter sur l’Europe et les différents aspects de la vie de ses habitants. Pour autant cet ouvrage souffre d’un défaut principal. Si le fil de pensée est cohérent et que les techniques de visualisation utilisées pour construire les cartes proposées en découlent, une sensation d’uniformité en ressort. Malgré des efforts sur le plan technique, les cartes n’en restent pas moins assez frustres et peu signifiantes, quand bien même la déformation des espaces et des volumes est proposée comme plus-value. Le plus grand défi du géographe est la carte. Comme l’énonçait Edward Tufte : « le monde est complexe, dynamique, multidimensionnel ; le papier est statique, plat. Comment sommes-nous supposés représenter la richesse d’expériences et de mesures du monde que nous voyons sur une simple feuille plate ? »7. Face à ce défi, la réponse proposée par les auteurs reste limitée. Chaque thématique et chaque problématique impose de repenser la carte, ce qu’elle doit contenir et la façon dont doit être construite la visualisation. Cela ne semble pas être le cas ici, le parti-pris global de l’atlas prenant le pas sur une réelle réflexion quant au contenu et à la signification des cartes. Un graphique et a fortiori une carte, qui doit s’adapter aux limites du monde physique, ne sont jamais des représentations anodines de la réalité. Les construire, c’est avant tout vouloir les rendre lisibles et compréhensibles au plus grand nombre. Elles doivent être signifiantes et l’information doit ressortir dès le premier regard. Les anamorphoses ici pratiquées ne répondent pas à ce critère et supposent une certaine attention sur chaque thématique pour en saisir les principales données, notamment dans la comparaison. C’est là la principale limite de cet atlas, pourtant bien pensé et bien construit.

Haut de page

Notes

1 Les traductions sont de l’auteur du compte rendu.

2 Szegö Janos, Human cartography: mapping the world of man, Stockholm, Swedish Council for Building Research, 1987.

3 Gastner Michael, Newman Mark, « Diffusion-based method for producing density equalizing maps », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, n° 101, 2004, p. 7499-7504.

4 On pourra en trouver des exemples par l’un des auteurs de l’ouvrage sur : http://www.viewsoftheworld.net/.

5 Langlois Patrice, Denain Jean-Charles, « Cartographie en anamorphose », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], 14 avril 1996, Cartographie, Imagerie, SIG, 1, http://cybergeo.revues.org/129.

6 Il s’agit d’une carte dont les unités sont colorées en fonction d’une mesure statistique. Par exemple, dans le cas de la densité de population au niveau de la France, Paris, dont la densité de population est élevée, sera représentée dans une couleur plus foncée que la Creuse, à la densité de population plus faible.

7 Tufte Edward, Envisioning Information, Cheshire, CT, Graphics Press,‎ 1990, p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Vroylandt, « Dimitris Ballas, Danny Dorling, Benjamin Hennig, The social atlas of Europe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/21008

Haut de page

Sujet

Europe

Culture

Économie

Éducation

Emploi - chômage

Environnement

Politique

Santé - médecine

Statistiques

Travail

Stratification sociale

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page