Navigation – Plan du site

Will Atkinson, Class

Benjamin Brundu-Gonzalez
Class
Will Atkinson, Class, Cambridge, Polity, 2015, 216 p., ISBN : 9780745685120.
Haut de page

Texte intégral

1Will Atkinson enseigne la sociologie à l’université de Bristol. Avec ce manuel sobrement intitulé Class, il offre une très complète introduction aux discussions qui animent la sociologie des classes sociales dans le monde anglophone.

2Le premier grand objectif de ce manuel est de rappeler la pertinence du concept de classe sociale pour comprendre le fonctionnement des sociétés occidentales. La valeur heuristique de cette notion a en effet vigoureusement été remise en cause dans les deux dernières décennies du XXe siècle, à la suite des profondes mutations qu’ont connues les sociétés occidentales depuis l’époque de Marx et de Weber, les deux grands théoriciens classiques des classes sociales. Le premier de ces bouleversements est la désindustrialisation des sociétés occidentales et le déclin du travail manuel. Alors que la production de biens était au cœur des économies occidentales pendant la première industrialisation, la plupart des travailleurs sont depuis la seconde moitié du XXe siècle employés dans le secteur des services. Cette modification de la structure des emplois qui accompagne la transition vers une économie prioritairement tournée vers la production de services et de savoirs aurait rendu caduc le concept de classe sociale en faisant apparaitre de nouvelles couches intermédiaires (quand la théorie marxiste prévoit la polarisation des sociétés capitalistes). La deuxième grande transformation qui concerne les mondes du travail découlerait de l’avènement du néolibéralisme qui, en accroissant la liberté des entreprises en termes de licenciement, a permis la multiplication des emplois précaires. Ce faisant, il aurait entrainé la disparition des carrières et des identités professionnelles stables qui constituaient une matrice de mobilisation et de lutte des classes. Enfin, la troisième grande mutation des sociétés occidentales consiste en une série de changements culturels. La désindustrialisation a dispersé les classes laborieuses, tandis que le développement du crédit leur permet de prétendre à des styles de vie auparavant inaccessibles et que les médias de masse se développent, si bien que les distinctions culturelles qui servaient de frontières symboliques entre les classes sociales se seraient évanouies.

3Le poids de ces transformations est tel que de nombreux commentateurs n’ont pas hésité à prophétiser la fin des classes sociales. Cette tendance semble toutefois dépassée aujourd’hui. La crise financière et les politiques d’austérité ont rappelé de manière frappante l’existence d’inégalités durables, tandis que les analyses en termes d’« individualisation » des sociétés contemporaines, après avoir remporté un grand succès, ont été soumises à un examen de plus en plus critique au sein de l’université. L’argument principal mobilisé par Atkinson dans ce manuel porte sur le caractère « relationnel » des rapports de classe : si les niveaux de vie des différents groupes sociaux ont globalement augmenté dans les pays occidentaux, il n’en demeure pas moins des hiérarchies et des inégalités structurées qui justifient la pertinence du concept de classe sociale (p. 183).

  • 1 Mike Savage « Class, culture and politics », in Edwin Amenta, Kate Nash et Alan Scott (dir.), The W (...)
  • 2 Mike Savage, « Review: A New Class Paradigm? », British Journal of Sociology of Education, vol. 24, (...)
  • 3 Pierre Bourdieu, La distinction, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 434.

4Le deuxième grand objectif théorique de ce manuel est de promouvoir la cultural class analysis, une « appropriation anglaise »1 des travaux de Pierre Bourdieu à laquelle certains sociologues ont attribué le statut de « nouveau paradigme »2 dans la théorie des classes sociales. Atkinson commence par préciser, dès les premières pages du livre, que contrairement à une croyance largement répandue en dehors du champ académique, la sociologie des classes sociales est irréductible au marxisme (p. 15). Les premiers chapitres reconstituent ensuite, dans un effort de synthèse admirable, les différentes écoles qui composent le paysage théorique de la sociologie anglophone des classes sociales et les discussions, parfois virulentes, qui ont structuré ce champ disciplinaire. Atkinson rappelle ainsi que, au cours des quarante ou cinquante dernières années, la sociologie anglophone des classes sociales était globalement divisée en deux camps : celui du néo-marxisme, incarné par Erik Olin Wright, et celui du néo-weberisme, représenté par John Golthorpe et ses collaborateurs de la Nuffield School. Sans minimiser les contributions de ces deux écoles, la première partie du manuel accorde ensuite une place importante aux critiques, de plus en plus nombreuses, qui leur ont été adressées, et qui portent essentiellement sur la focale quantitative et économique que ces deux traditions partagent. Pour les tenants de la cultural class analysis, les méthodes quantitatives, dominantes dans le néo-weberisme et le néo-marxisme, ne permettent pas de comprendre comment la position objective dans la structure des rapports de classes façonne les expériences subjectives des individus (p. 60). De la même manière, le néo-marxisme et le néo-webérisme tendent à réduire les différences culturelles entre les classes sociales à un reflet passif des inégalités économiques. Pour les partisans de la cultural class analysis, au contraire, une classe sociale « n’est pas définie seulement par une position dans les rapports de production mais par l’habitus de classe qui est normalement (c’est-à-dire avec une forte probabilité statistique) associé à cette position »3.

  • 4 Jenny Thatcher, Nicola Ingram, Ciaran Burke et Jessie Abrahams (dir.) Bourdieu: The Next Generation (...)
  • 5 Maxime Quijoux (dir.), Bourdieu et le travail, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015 ; not (...)
  • 6 Voir notamment Sam Friedman, « The limits of capital gains. Using Bourdieu to understand social mob (...)
  • 7 Pour un exemple de mise en pratique de ce pluralisme raisonné, qui souligne les communications qui (...)
  • 8 Si Rosemary Crompton plaide puis longtemps pour le pluralisme en matière de sociologie des classes (...)
  • 9 Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 24-26.
  • 10 Une illustration du caractère très conflictuel et très polarisé de ce champs disciplinaire est offe (...)

5La cultural class analysis constitue clairement pour Atkinson la meilleure approche pour qui veut rendre compte des évolutions observées ces dernières décennies en matière de sociologie des classes sociales (p. 16). Les chapitres thématiques abordent ainsi, en mobilisant un nombre impressionnant de références, des problèmes aussi divers que la reproduction scolaire ou encore les inégalités de santé. Le but est à chaque fois le même : montrer, pour les différents domaines de la vie sociale, auxquels est consacré un chapitre, les apports spécifiques et la supériorité de « l’approche bourdieusienne » (p. 16). Ce parti pris reflète en partie l’actualité éditoriale anglophone et francophone : il est vrai que les outils théoriques et conceptuels bourdieusiens ont capté l’imagination sociologique d’une « nouvelle génération » de sociologues britanniques4 et sont de plus en plus importés dans des domaines d’étude où ils semblaient auparavant peu pertinents, comme le travail5 ou encore la mobilité sociale6. Ce choix conduit néanmoins Atkinson à considérablement simplifier les lignes de clivage qui structurent la sociologie anglophone des classes sociales. En particulier, le sociologue ignore les travaux de ses collègues qui ont tenté de surmonter ce clivage entre les approches économiques et culturelles des classes sociales. Ce pluralisme raisonné, qui reconnaît à la fois les convergences et la complémentarité des approches7, rallie pourtant de plus en plus de sociologues ces dernières années8. Bourdieu lui-même appelait à « faire communiquer des théories opposées » et notait que, bien souvent, « l’obstacle qui empêche les concepts, les méthodes ou les techniques de communiquer n’est pas logique mais sociologique »9. Le facteur sociologique majeur tient ici sans doute aux singularités de la sociologie anglaise des classes sociales. En effet, le caractère de plus en plus conflictuel des discussions et la polarisation croissante de ce champ ces dernières années10 rend sans doute les positions pluralistes moins attractives et moins audibles. Atkinson, en dotant la cultural class analysis de son premier manuel universitaire, et en arguant que les autres approches ont atteint leurs limites, est pleinement inscrit dans cet espace de prise de positions fortement polarisé. Plutôt que de chercher à mettre en évidence les apports spécifiques de chaque école, Atkinson plaide pour la supériorité de la cultural class analysis sur toutes les autres. Toutefois, malgré cet exclusivisme théorique un peu dommageable, ce manuel reste une entrée en matière relativement complète et particulièrement accessible à la sociologie anglophone des classes sociales.

Haut de page

Notes

1 Mike Savage « Class, culture and politics », in Edwin Amenta, Kate Nash et Alan Scott (dir.), The Wiley Blackwell Companion to Political Sociology, Chichester, Wiley, 2012.

2 Mike Savage, « Review: A New Class Paradigm? », British Journal of Sociology of Education, vol. 24, n° 4, 2003, p. 535-541.

3 Pierre Bourdieu, La distinction, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 434.

4 Jenny Thatcher, Nicola Ingram, Ciaran Burke et Jessie Abrahams (dir.) Bourdieu: The Next Generation. The development of Bourdieu’s intellectual heritage in contemporary UK sociology, London and New York, Routledge, 2015, p. 108-122.

5 Maxime Quijoux (dir.), Bourdieu et le travail, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015 ; notre compte rendu pour Lectures : https://lectures.revues.org/18635.

6 Voir notamment Sam Friedman, « The limits of capital gains. Using Bourdieu to understand social mobility into elite occupations », in Jenny Thatcher, Nicola Ingram, Ciaran Burke et Jessie Abrahams (dir.) Bourdieu: The Next Generation. The development of Bourdieu’s intellectual heritage in contemporary UK sociology, London and New York, Routledge, 2015, p. 108-122.

7 Pour un exemple de mise en pratique de ce pluralisme raisonné, qui souligne les communications qui peuvent être établies entre approche économique et approche culturelle des classes sociales, on peut voir Rosemary Crompton, « Class and Family », The Sociological Review, vol. 54, n° 4, 2005, p. 658-677.

8 Si Rosemary Crompton plaide puis longtemps pour le pluralisme en matière de sociologie des classes sociales (voir Rosemary Crompton, Class and Stratification, Cambridge, Polity, 1993), Erik Olin Wright lui-même a depuis quelques années cessé de revendiquer la supériorité du paradigme marxiste et plaide désormais pour sociologie des classes sociales « intégrée » tirant sa force de la combinaison « pragmatique » de différentes traditions complémentaires. Voir en particulier : « From Grand Paradigm Battles to Pragmatist Realism: Towards an Integrated Class Analysis », paper presented at the Comprehending Class Conference, University of Johannesburg, 2009.

9 Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 24-26.

10 Une illustration du caractère très conflictuel et très polarisé de ce champs disciplinaire est offerte par les discussions qui ont entouré le Great Bristish Class Survey, cette grande enquête menée par une équipe de sociologues en collaboration avec la BBC dont les résultats préliminaires avaient été publiés en 2013 (voir Mike Savage (dir.), « A New Model of Social Class? Findings from the BBC’s Great British Class Survey Experiment », Sociology, vol. 47, n° 2, 2014, p. 219-250). Ces résultats préliminaires avaient alors fait l’objet de critiques universitaires dont la vigueur témoigne de l’intensification des tensions déjà vivaces entre les différentes écoles sociologiques anglaises. Pour avoir une idée de la virulence des échanges, on peut consulter, en particulier, Colin Mills, « The Great British Class Fiasco: A Comment on Savage et al. » Sociology, vol. 48, n° 3, 2014, p. 437-444.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Brundu-Gonzalez, « Will Atkinson, Class », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 21 juin 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/21038

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Brundu-Gonzalez

Étudiant en master de sociologie à la London School of Economics.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page