Navigation – Plan du site

Marcellin Berthelot, Les origines de l’alchimie

Valentin Potier
Les origines de l'alchimie
Marcellin Berthelot, Les origines de l'alchimie, Editions Mimesis, coll. « Histoire », 2015, ISBN : 978-88-5752-441-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir cet article déjà vieux d’une dizaine d’années paru sur LeFigaro.fr : http://www.lefigaro.fr/sc (...)
  • 2 Nous regrettons de n’avoir pu trouver d’informations et de références sur cette auteure.

1Aujourd’hui élément à part entière de la culture populaire, l’alchimie n’a jamais cessé d’intéresser les scientifiques qui en ont fait l’histoire et décortiqué les mystères. Les éditions Mimésis ont remis au goût du jour l’une des plus célèbres œuvres portant sur l’histoire de l’alchimie, celle rédigée en 1885 par le célèbre chimiste Marcellin Berthelot. La réédition d’un tel texte 130 ans après sa parution originale prouve déjà sa force et son intérêt. De nos jours, les scientifiques sont capables de découper les particules, à partir desquelles ils peuvent transformer un élément en un autre, ce qui pose de nouvelles problématiques1. L’étude des molécules, des atomes, des métaux eux-mêmes, est en constante évolution, répondant à l’idée de Marcellin Berthelot selon qui « le monde est aujourd’hui sans mystère ». Relire son travail, c’est non seulement faire un retour sur l’histoire de l’alchimie, mais aussi porter son regard sur ce chimiste qui pensait encore la transmutation des métaux impossible, et qui apporta beaucoup au débat sur la science des atomes. Avant de se plonger dans sa lecture, on profite d’une préface d’une vingtaine de pages signée Fiorella Negro2 qui replace Berthelot dans son contexte et clarifie certaines de ses fulgurances ou de ses fragilités (comme les traductions de textes anciens). Il aurait sans doute été avantageux que le préfacier propose également un appareil critique tout au long du texte afin de mieux suivre le contrepoint de la pensée actuelle.

2L’objectif poursuivi par Berthelot est de remonter aux origines de l’alchimie, plus ou moins mythiques et mystiques, d’en analyser les grands fondements théoriques et philosophiques, mais également de montrer en quoi cet art de la transmutation des métaux est resté vaine chimère jusqu’à l’heure où Berthelot rédige ses lignes.

  • 3 Relatif au texte, à la doctrine ou à l’histoire de l’Ancien Testament.

3L’ouvrage est découpé en quatre parties clairement définies. L’auteur s’attarde en premier lieu sur les sources à sa disposition. Après avoir indiqué que les origines de l’alchimie sont en partie mythiques, mélangeant des inspirations diverses (vétéro-testamentaires3, chrétiennes, égyptiennes, etc.), il mène sa réflexion de manière géographique. Il insiste sur les sources égyptiennes. Il faut noter que l’auteur a longuement parcouru l’Égypte, notamment pour l’inauguration du canal de Suez en 1869, et qu’il s’est donc penché avec intérêt sur les sources du pays, qu’elles soient de nature monumentale ou manuscrite (particulièrement les papyrus de Leide datant du IIIe siècle). Par ailleurs, l’Égypte apparaît pour l’auteur comme l’un des berceaux de l’alchimie, dont les origines remonteraient à un dieu gréco-égyptien, Hermès Trismégiste, patron des sciences et des arts dans la vieille Égypte. L’auteur se tourne ensuite vers les autres milieux, montrant une grande diversité des traces et des théoriciens traitant d’alchimie, de la Perse où les métaux sont associés aux planètes jusqu’aux mondes arabe et latin (Pline l’Ancien évoque la transmutation de l’or). Berthelot achève cette partie par une longue évocation des manuscrits grecs issus des bibliothèques médiévales, en détaillant certains d’entre eux sur lesquels il revient dans les annexes.

4Dans la deuxième partie de son essai, Berthelot s’intéresse aux auteurs des sources présentées plus haut, ce qui implique parfois des redites, mais aussi des éclaircissements sur des passages jusqu’alors assez obscurs. Il reprend par exemple le cas d’Hermès comme père mythique de l’alchimie. Mais plus encore, il se concentre sur quelques grandes figures de l’alchimie : pensons par exemple à pseudo-Démocrite (si Berthelot évoque l’hypothèse sans vraiment s’y attarder, on sait aujourd’hui qu’il s’agit de Bolos de Mendès, auteur assez méconnu du IIe ou Ier siècle avant notre ère). De cet auteur antique, Berthelot a traduit de larges passages sur la teinture des métaux (l’un des actes essentiels chez les alchimistes) qu’il retranscrit et commente sur de longues pages. Finalement, il parle de toute une tradition pseudo-démocritaine, montrant que selon lui, plusieurs auteurs produisent des œuvres pouvant se rapprocher, de plus ou moins près, de l’illustre philosophe grec. Berthelot s’intéresse ensuite aux alchimistes grecs proprement dits, qualifiés de « savants sérieux » (p. 175), laissant sous-entendre que ceux évoqués jusqu’alors ne l’étaient pas ! Parmi les plus célèbres sur lesquels il se penche avec attention, il y a Zosime de Panopolis (vers l’an 300) ou encore Olympiodore, que le chimiste prend pour Olympiodore de Thèbes, historien grec du Ve siècle alors que les recherches modernes l’identifient plus au philosophe néoplatonicien Olympiodore le Jeune, vivant au siècle suivant. Enfin, Berthelot quitte le monde gréco-égyptien (dont les sanctuaires dépérissent en même temps que les religions monothéistes s’élèvent), et démontre que l’analyse théorique de l’alchimie se poursuit au Moyen Âge. La continuité touche l’espace abbasside, même s’il se focalise essentiellement sur la seule œuvre de Jabir Ibn Hayyan à la fin du VIIIsiècle, laissant dans l’ombre certains de ses illustres successeurs comme al-Razi au siècle suivant. Les théoriciens du monde latin sont aussi évoqués ; les deux espaces peuvent se nourrir l’un l’autre, en particulier à partir des Croisades des XIIe et XIIIe siècles.

5Les deux dernières parties sont un peu plus techniques. Dans le « troisième livre », consacré aux faits, Berthelot évoque les différents métaux utilisés par les alchimistes, détaillant chacun d’eux et interrogeant l’emploi de certains comme le fer, jugeant, au contraire de certains de ses collègues, que les Égyptiens l’ont certainement peu utilisé, le disant « rare et relativement moderne » (p. 227). Il démontre que les métaux sont les principaux ingrédients de l’alchimie (on en extrait les parties les plus pures, on les fusionne, par des cuissons à haute température, on en fait des alliages, etc.), mais que les pierres colorées et les émaux participent aussi à la transmutation des métaux. Pour qu’un métal se transforme en un autre, il faut qu’il en obtienne la teinte très précise. Ce troisième livre est le plus court de tous, notamment parce que l’auteur s’intéresse essentiellement aux faits et aux pratiques de l’Égypte ancienne, réduisant ainsi son champ de réflexion. La dernière partie sert à faire le lien entre les traités alchimiques et les théories. Elle envisage d’abord les théories philosophiques, montrant que les réflexions naturalistes et pythagoriciennes des quatre éléments (feu, eau, terre, air : la tetrasomia) sont au cœur des pensées alchimiques. La théorie de la « matière première » que l’on retrouve chez Platon, c’est-à-dire la théorie de la matière unique composée des quatre éléments, est ensuite largement interrogée par Berthelot : les alchimistes s’inspirent de cette analyse et recherchent la matière première, originelle, des métaux qu’ils veulent transformer. Enfin, Berthelot confronte les théories alchimistes avec les pensées qui lui sont plus contemporaines, montrant l’évolution atomiste qui a alors cours. Il souligne par exemple, en évoquant le tableau périodique de Mendeleïev, la proximité entre certains éléments mais indique qu’une transmutation de l’un à l’autre est encore impossible.

6Le livre est fort de nombreuses et indiscutables qualités. Scientifique brillant, Marcellin Berthelot a su faire preuve d’une abnégation remarquable pour remonter à l’amont du fleuve de la science alchimique, en montrer les diverses formes et auteurs. Il a su insister sur le caractère pluriel de cet art, cette science technique, philosophique, mais aussi magique et religieuse (notons que les principaux laboratoires alchimiques se trouvaient dans les grands sanctuaires égyptiens comme à Memphis). Il a multiplié les recherches pour avoir un panel de sources variées dans le temps et l’espace. Mais cette débauche d’énergie cause en même temps l’une des plus grandes faiblesses de l’ouvrage. Berthelot n’est pas linguiste. Entre les textes qu’il traduit lui-même et ceux qu’il se fait traduire, les spécialistes actuels dénoncent de nombreuses erreurs et contresens qui peuvent fragiliser le jugement. Néanmoins, le fait que Berthelot ait inséré plusieurs annexes, avec notamment la reproduction de textes et leur traduction, est d’un inestimable intérêt.

7Un dernier mot : la réédition de l’œuvre profite d’un vrai souci typographique (pas toujours présent dans la réédition de textes du XIXe siècle) qui rend la lecture agréable, malgré quelques scories çà et là et des erreurs de renvoi du texte aux annexes.

Haut de page

Notes

1 Voir cet article déjà vieux d’une dizaine d’années paru sur LeFigaro.fr : http://www.lefigaro.fr/sciences/2007/03/21/01008-20070321ARTFIG90191-peut_on_aujourd_hui_transformer_le_plomb_en_or.php ; depuis, les instruments scientifiques comme les accélérateurs de particules ont fait de sérieux progrès, intensifiant les recherches à l’échelle la plus fine qui soit.

2 Nous regrettons de n’avoir pu trouver d’informations et de références sur cette auteure.

3 Relatif au texte, à la doctrine ou à l’histoire de l’Ancien Testament.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valentin Potier, « Marcellin Berthelot, Les origines de l’alchimie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21079

Haut de page

Rédacteur

Valentin Potier

Professeur certifié. Titulaire d’un master recherche en histoire médiévale (Reims - URCA).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page