Navigation – Plan du site

Christine Machiels, Les Féminismes et la prostitution (1860-1960)

Lilian Mathieu
Les féminismes et la prostitution (1860-1960)
Christine Machiels, Les féminismes et la prostitution (1860-1960), Rennes, PU Rennes, coll. « Archives du féminisme », 2016, 330 p., ISBN : 978-2-7535-4916-6.
Haut de page

Texte intégral

1Historiens et sociologues de la prostitution ne peuvent que se réjouir que soit désormais accessible sous forme d’ouvrage la thèse de Christine Machiels consacrée à l’engagement des féministes au sein du mouvement pour l’abolition de la réglementation de la prostitution. Longue d’un siècle, la période couverte par l’étude (1860-1960) est d’un grand intérêt puisqu’elle débute avec les premiers développements d’une contestation du réglementarisme et s’achève l’année de la ratification par la France de la Convention des Nations Unies pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui qui, aujourd’hui encore, sert de référence à l’abolitionnisme. Entre ces deux bornes temporelles, l’investissement féministe au sein du mouvement abolitionniste aura subi bien des épreuves et connu bien des ambiguïtés, mais aussi su saisir des opportunités de faire avancer la cause des femmes au-delà des seuls enjeux prostitutionnels.

  • 1 Spécialement depuis les ouvrages de référence, consacrés respectivement à la France et à l’Angleter (...)

2Certes, les premières décennies de la lutte abolitionniste sont connues de longue date1, mais Christine Machiels apporte une contribution originale, d’une part en intégrant la période, rarement abordée, qui va de l’après-Première-Guerre mondiale à 1960, ensuite par la dimension comparative de son travail. Celui-ci ne porte pas seulement sur trois pays – la France, la Suisse et la Belgique – mais étudie parallèlement ce qui se joue aux niveaux national et international. Le mouvement a en effet très tôt coordonné ses différentes composantes nationales en une Fédération abolitionniste internationale (FAI) et a su dès les premières années du XXe siècle promouvoir la prostitution – plus précisément saisie sous l’angle de la « traite des blanches » – en enjeu de conventions intergouvernementales puis internationales (sous l’égide de la Société des Nations – SDN – puis de l’ONU).

3C’est surtout par son angle d’approche du mouvement abolitionniste que l’ouvrage se signale. L’investissement de féministes au sein de ce mouvement ne va en effet pas de soi, pas plus que l’intégration de sa fondatrice, la très fervente protestante Josephine Butler, au panthéon de la lutte pour les droits des femmes. L’abolitionnisme est en effet, dès son origine, un mouvement ambigu, tiraillé entre un pôle religieux puritain, soucieux de lutter contre le vice réglementé, et un pôle progressiste défenseur des libertés publiques et de l’émancipation des prostituées. L’ouvrage montre combien ces ambiguïtés traversent le féminisme naissant, non dénué de paternalisme à l’égard de prostituées perçues comme des femmes déchues et parfois tenté par les mesures coercitives en matière de prophylaxie antivénérienne ou de lutte contre le racolage, mais dont l’investissement représente une voie de progrès pour l’ensemble des femmes.

4Les féministes de la seconde moitié du XIXe siècle sont bien placées pour percevoir l’articulation entre abolitionnisme et émancipation des femmes, puisque c’est au sein même du mouvement qu’elles doivent d’abord conquérir une légitimité que les hommes rechignent à leur reconnaître. S’instaure rapidement une division genrée des registres d’investissement, fondée sur la thèse de la « complémentarité » des deux sexes : aux « femmes de cœur » revient le registre philanthropique et la défense des valeurs morales tandis que les « hommes compétents » s’arrogent le monopole d’une expertise d’autant plus interdite aux femmes qu’elle touche aux questions de sexualité. L’inspiration morale et religieuse de l’engagement des premières militantes abolitionnistes suscite par ailleurs des réserves de la part de certaines féministes, davantage promptes à incriminer la détresse économique qui contraint tant de femmes à la prostitution.

5La contestation de la réglementation de la prostitution ne se dote d’une portée véritablement féministe qu’avec l’imposition de l’idée que tant que les hommes auront le monopole de l’édiction de lois qui concernent les femmes, celles-ci seront victimes d’injustices. Conquérir des droits civils et politiques — et en premier lieu celui de voter — apparaît dès lors comme la condition d’une émancipation des femmes en général et des prostituées en particulier. Ainsi, pour la féministe radicale Hubertine Auclair, « seule l’acquisition de l’électorat et de l’éligibilité donnera le pouvoir aux femmes d’abolir la police des mœurs » (p. 91). Se dessinent également les premiers linéaments d’une réflexion féministe sur la sexualité, pointant dès la fin du XIXe siècle les similitudes entre mariage et prostitution mais hésitant encore à envisager la possibilité pour les femmes d’être autre chose que des « instruments de plaisir ».

  • 2 Sur les origines et les lieux communs de la dénonciation de la traite des blanches, voir Jean-Miche (...)

6Au tournant du siècle, la lutte contre « la traite des blanches » fournit au mouvement abolitionniste international l’opportunité de se remobiliser et d’enrôler les gouvernements européens dans sa cause2. Peu nombreuses sont alors les féministes à oser critiquer les mesures préconisées par les courants puritains, qui remettent pourtant en cause les libertés fondamentales des femmes telles que la possibilité pour elles de voyager seules. Elles ne seront guère plus nombreuses, pendant la Grande Guerre, à contester une représentation stigmatisante des prostituées comme vectrices de maladies vénériennes – le patriotisme exacerbé et l’exaltation de la figure soldatesque supplantant ici la solidarité entre femmes. Ambiguïté encore des positions féministes lorsque, la guerre finie, l’Allemagne vaincue s’indigne que les soldats coloniaux aient accès à des femmes blanches dans les bordels des zones d’occupation.

  • 3 Sur le travail de cette commission, voir Jean-Michel Chaumont, Le Mythe de la traite des blanches, (...)

7La SDN est, dès sa fondation, investie par les organisations féminines (et éventuellement féministes) qui entendent y faire entendre leurs voix. Déjà dotés d’une stature internationale, les mouvements féministes et abolitionnistes sont en mesure de faire valoir leur opposition à la réglementation de la prostitution en se prévalant d’une expertise sur la question. La mise en place, en 1921, d’une commission consultative sur la traite des femmes et des enfants, à laquelle participent plusieurs de leurs représentants éminents, ouvre la voie à un intense lobbying, lui aussi particulièrement ambigu puisque s’y mêlent revendication d’interdiction des maisons closes et exigence d’expulsion des prostituées étrangères indésirables3. Le projet, formalisé en 1937, d’une nouvelle convention à tonalité clairement abolitionniste est interrompu par la Seconde Guerre mondiale mais repris par l’ONU en 1949 – sans en éliminer tous les aspects coercitifs puisque son article 19 prévoit toujours le rapatriement forcé des victimes de la traite, « dont l’expulsion est décrétée conformément à la loi ». Les stratégies menées au niveau national en Suisse, en Belgique ou en France investissent davantage les registres sécuritaires (relatifs à l’ordre public ou au péril vénérien), avec des résultats contrastés. Si la Suisse est, en 1943, la première à abolir la réglementation des maisons closes, la France est en revanche la dernière à se rallier, en 1960, au prix d’un intense lobbying auprès des parlementaires du Mouvement républicain populaire, à une politique véritablement abolitionniste.

  • 4 Notamment Margaret Keck, Kathryn Sikkink, Activists beyond Borders: Transnational Activist Networks (...)

8Fondé sur l’exploitation de nombreux fonds d’archives, l’ouvrage de Christine Machiels est particulièrement riche et dense, et l’on ne peut que saluer la minutie des connaissances qu’il expose. Difficilement évitable, le revers de cette minutie est un certain estompement des axes structurants de la démonstration, qu’il s’agisse des rapports entre les niveaux national et international du combat abolitionniste ou des relations complexes entre son pôle puritain et son pôle progressiste. Concernant le premier point, une meilleure sollicitation des travaux sociologiques sur les mobilisations transnationales et leurs ancrages nationaux aurait sans doute permis de systématiser et de généraliser les acquis de la présente étude4. À propos du second, on peut regretter que l’auteure n’ait pas poussé plus loin la sociographie des féministes engagées dans la croisade abolitionniste, alors même que les notices biographiques placées en annexe suggèrent des pistes relatives tant à leurs origine et position sociales qu’à leurs socialisations religieuses et scolaires. De fait, si ces militantes sont d’authentiques féministes, c’est en référence à un mouvement des femmes singulièrement distinct de ce qu’il deviendra quelques années à peine (en l’occurrence dans le sillage de la contestation soixante-huitarde) après la fin de la séquence ici étudiée.

Haut de page

Notes

1 Spécialement depuis les ouvrages de référence, consacrés respectivement à la France et à l’Angleterre, que sont Alain Corbin, Les Filles de Noce. Misère sexuelle et prostitution (19e siècle), Paris, Aubier, 1978 et Judith Walkowitz, Prostitution and Victorian Society. Women, Class, and the State, Cambridge, Cambridge University Press, 1980. Cela étant, l’ouvrage de Christine Machiels apporte son lot de connaissances nouvelles sur l’abolitionnisme naissant, complémentaires à celles récemment fournies par le livre dirigé par Frédéric Regard (dir.), Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle, Lyon, ENS Éditions, 2013.

2 Sur les origines et les lieux communs de la dénonciation de la traite des blanches, voir Jean-Michel Chaumont, Christine Machiels (dir.), Du sordide au mythe. L’affaire de la traite des blanches (Bruxelles, 1880), Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2009.

3 Sur le travail de cette commission, voir Jean-Michel Chaumont, Le Mythe de la traite des blanches, Paris, La Découverte, 2009.

4 Notamment Margaret Keck, Kathryn Sikkink, Activists beyond Borders: Transnational Activist Networks in International Politics, Ithaca, Cornell University Press, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Christine Machiels, Les Féminismes et la prostitution (1860-1960) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 20 juillet 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/21157

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page