Navigation – Plan du site

Michel Bozon, Juliette Rennes (dir.), « Âge et sexualité », Clio. Femmes, genre, histoire, n° 42, 2015

Emilie Arrago-Boruah
Âge et sexualité
Michel Bozon, Juliette Rennes (dir.), « Âge et sexualité », Clio. Femmes, genre, histoire, n° 42, 2015, 298 p., Paris, Belin, ISBN : 978-2-7011-9432-5.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de Clio, une revue d’histoire des femmes et du genre, s’intéresse aux définitions sociales de la sexualité construites à partir de critères d’âge. Dirigé par Michel Bozon, spécialiste en sociologie de la sexualité, et Juliette Rennes, qui travaille à présent sur les enjeux de l’âge et du vieillissement dans les mobilisations collectives, le dossier comprend onze contributions. Après une introduction concise et facile d’accès, les articles renvoient à trois thématiques sans pour autant être classés dans cet ordre : la question de l’écart de l’âge au sein du couple, les politiques discriminatoires envers les homosexuels et l’inégalité des sexes face à l’âge et à la sexualité.

2Si la plupart des articles s’inscrivent dans des champs de recherche déjà bien explorés, la réussite du numéro tient au dialogue entre sociologues, historiens et anthropologues – en nombre plus limité –, autour de questions courantes. À quel âge sommes-nous autorisés à avoir des relations sexuelles ? Le vieillissement est-il compatible avec une activité sexuelle dans les représentations collectives ? Les hommes et les femmes sont-ils égaux à cet égard ? Comment penser la différence d’âge entre deux partenaires ? Et enfin, la régulation de la sexualité en fonction de l’âge diffère-t-elle selon l’orientation sexuelle ?

  • 1 Sylvie Chaperon et Agnès Fine (dir.), « Utopies sexuelles », Clio. Histoire, femmes et sociétés, n° (...)
  • 2 Michel Foucault emploie ce terme pour la première fois en 1974 : « Le contrôle de la société sur le (...)

3Ce numéro pose ainsi le problème de l’articulation entre l’enjeu politique des âges et la construction des normes sexuelles. Loin d’apparaître comme une redite des deux précédents numéros consacrés à la sexualité1, ce volume aborde à nouveaux frais cette thématique en se focalisant sur l’âge. Depuis l’Antiquité, la régulation de la sexualité dépend en effet d’une organisation des « âges de la vie » divisés, selon les sexes, en plusieurs périodes. L’enregistrement de la date de naissance, à partir du XVIe siècle en France, n’a fait qu’accentuer cette « biopolitique »2 : l’âge est devenu une véritable catégorie pour gouverner les populations.

4La majorité des articles présentés ici dévoilent les inégalités de genre et de sexualité qui se cachent derrière la régulation des actes sexuels en matière d’âge. Parmi eux, deux contributions sont consacrées à l’écart d’âge. C’est ainsi que Sandra Boehringer et Stefano Caciagli ouvrent le dossier en partant de l’Antiquité pour mesurer la distance qui nous sépare des Anciens. Contrairement au droit français actuel qui favorise les relations entre personnes du même âge – pensons à l’encadrement juridique de la sexualité des jeunes de 15 à 18 ans – les institutions de la Grèce ancienne valorisaient la différence d’âge entre les partenaires, considérée comme digne de respect. Les penchants pédophiles des Anciens, attestés par les dialogues platoniciens et les scènes érotiques reproduites sur les vases dits « pédérastiques », ont été tour à tour condamnés ou glorifiés. Pourtant, ni la « pédérastie » ni « l’orientation sexuelle » n’étaient des catégories fondatrices pour définir l’érotisme grec. C’est l’association entre érotisme et jeunesse ainsi que la réciprocité du désir qui sont récurrentes. Le profil du pervers pédophile qui abuse de son autorité n’existe pas dans ce contexte. Richement agrémenté de notes et d’une lecture philologique rigoureuse sur la poésie grecque, cet article nous sensibilise d’emblée aux dangers des anachronismes. Poser la question de l’écart de l’âge entre les partenaires sexuels ne relève pas des mêmes enjeux dans l’Antiquité que dans les sociétés occidentales contemporaines ou encore en Chine, comme en témoigne l’enquête de Lucas Monteil. L’auteur montre ainsi qu’une forme d’homosexualité masculine s’est développée dans le contexte social et économique de la Chine post-maoïste, dans laquelle l’écart d’âge définit un type de relation particulier appelé « l’amour vieux-jeune » (p. 147-163).

5Un autre axe, étroitement lié aux enquêtes sur l’homosexualité, s’intéresse à l’histoire de la majorité sexuelle. Jean Bérard et Nicolas Sallée étudient la période charnière durant laquelle, en France et au Québec, des militants se sont battus pour amender les lois discriminatoires à l’encontre des gays. En France, jusqu’en 1974, tout jeune entre 15 et 21 ans était en effet considéré comme un criminel au regard de la loi s’il avait une relation sexuelle « contre nature » – entendons par là « sodomite » –, alors que la majorité sexuelle était fixée à 15 ans depuis 1945 (p. 100). Partant de ce contexte, comparable à celui du Québec, cet article fait ressortir dans quelles circonstances les lois contre la pédophilie ont suivi les réformes sur l’âge de la majorité sexuelle. Dans les années 1970, certains pédophiles ont profité de ce débat public pour réclamer l’abolition de la notion de majorité sexuelle. Le volume propose sur ce point de nombreuses données historiques pour comprendre l’assimilation véhiculée entre pédophilie et homosexualité. Dans les sources judiciaires de Bologne datant du XVe siècle, Didier Lett analyse le vocabulaire utilisé pour parler des violences sexuelles sur mineurs : une petite fille était « violée » tandis qu’un jeune garçon était « sodomisé ». Dans ce discours où la pénétration définit l’acte sexuel et où la sodomie est un vice diabolique, le délit sexuel est puni plus sévèrement s’il est perpétré sur un garçon que sur une fille (p. 211). De quoi s’interroger sur la protection judiciaire des filles puisque le viol était de facto un crime de moindre importance. Pour Didier Lett, les filles étaient dans tous les cas des proies faciles, et elles étaient abusées de façon beaucoup plus précoce que les garçons (p. 213).

6Les six autres contributions du volume s’attachent à montrer l’inégalité des sexes face à l’âge et à la sexualité. Dans les représentations évoquées ici, la sexualité des femmes de plus de 50 ans disparaît et celle des filles pubères est contrôlée. Dans les deux cas, la sexualité est définie en rapport avec la fertilité féminine. Cinq de ces articles étudient le cas des « vieilles » et un seul s’intéresse aux « jeunes ». Commençons par celui-ci. Ophélie Rillon étudie l’histoire de la scolarisation des filles dans les écoles secondaires du Mali, entre 1960 et 1970. Cette avancée dans le droit des femmes a eu une conséquence sur la réputation des premières écolières qui étaient quasiment perçues comme des prostituées, selon la presse africaine de l’époque (p. 77). La grossesse éventuelle d’une fille scolarisée en internat en faisait d’office une mauvaise fille, comme si elle était la seule responsable. Assimilée à un lieu de débauche, l’école était l’institution rivale du mariage précoce. En pratique, l’entrée dans la sexualité des filles scolarisées avait lieu bien plus tard que celle des filles non scolarisées, qui se mariaient très jeunes. Passons aux représentations des femmes qui sortent du cycle de la fécondité et pour lesquelles les portes de la sexualité apparaissent fermées.

7Le grand nombre de contributions concernées par la sexualité des femmes de plus de 50 ans n’est pas un hasard. Cet intérêt répond à une contradiction révélatrice entre la réalité (les pratiques individuelles) et les représentations collectives, selon lesquelles une femme ménopausée n’est jamais associée à la sexualité. L’enquête de Mathieu Arbogast sur des séries télévisées illustre parfaitement cette « domination par l’âge », pour reprendre l’expression de Michel Bozon. À partir d’un échantillon de séries (américaines ou françaises) diffusées en France en 2010, l’auteur remarque que les personnages féminins de plus de 50 ans sont moins nombreux à la télévision que les personnages masculins du même âge. D’après lui, les hommes de plus de 50 ans apparaitraient souvent à l’écran avec une partenaire plus jeune. Ainsi, pour parler de la sexualité des femmes qui approchent la cinquantaine, l’humour est souvent de rigueur, comme dans la célèbre série américaine Sex and the city (p. 173). Prolongeant cette analyse, Marie Bergström en arrive aux mêmes conclusions après s’être intéressée aux valeurs de l’âge civil sur les sites de rencontres français : si les jeunes hommes sont relativement indifférents à l’âge, les hommes de plus de 50 ans recherchent généralement une partenaire plus jeune (p. 138). À l’inverse, les jeunes femmes recherchent souvent un partenaire un peu plus âgé, pour des raisons économiques, tandis qu’elles sont beaucoup plus indifférentes à l’âge de leur compagnon en vieillissant.

  • 3 Virginie Vinel, « Ménopause et andropause à la lumière du « dispositif de la sexualité », Le Portiq (...)

8Le seuil du vieillissement est différent selon les sexes. Après les approches sociologiques, c’est ce que montrent les approches historiques développées dans ce dossier pluridisciplinaire. Ainsi, Christine Théré s’intéresse à l’histoire du discours médical sur la ménopause en France entre le XVIIIe et le XIXe siècle (p. 53-75). Elle analyse l’évolution des termes scientifiques pour parler de la ménopause ainsi que l’assimilation progressive de ce terme à une pathologie. À l’inverse, l’andropause, qui n’est pas citée comme telle – puisque la notion émerge un siècle après celle de ménopause3 – ne fait l’objet d’aucun traitement.

9Christiane Klapish-Zuber décrit les scènes de baignade dans les fontaines de jouvence représentées sur les fresques seigneuriales de la fin du Moyen Âge (p. 181-190). Les « vieilles » femmes doivent s’y baigner pour retrouver leur jeunesse tandis qu’il suffit aux hommes « vieux » d’avoir une relation sexuelle avec une femme plus jeune pour eux-mêmes rajeunir. Autrement dit, c’est la sexualité qui entretient la jeunesse des hommes. Enfin, Lynn Botelho jette un regard saisissant sur une toile de Hans Baldung, Les trois âges et la Mort (1510). L’ambigüité du personnage central, placé entre les figures de la maturité sexuelle et de la mort, apparaît comme une alternative à la chasteté des vieilles femmes : son visage et ses seins sont certes décharnés mais le bas de son corps, si joliment dessiné, invite à l’acte sexuel. Ce contraste est significatif. À cette époque, la sexualité des femmes âgées apparaissait en effet douteuse, voire maléfique, précisément parce qu’il s’agissait d’une sexualité non reproductrice. Si, en pratique, la sexualité n’a pas d’âge, toutes les représentations croisées dans ce volume montrent combien l’association entre sexualité et fécondité continue à dicter la politique des normes sexuelles.

Haut de page

Notes

1 Sylvie Chaperon et Agnès Fine (dir.), « Utopies sexuelles », Clio. Histoire, femmes et sociétés, n° 22, 2005, disponible en ligne : https://clio.revues.org/1717 et Violaine Sebillotte Cuchet et Sylvie Steinberg (dir.), « Érotiques », Clio. Femmes, genre, histoire, n° 31, 2010, disponible en ligne : https://clio.revues.org/9566.

2 Michel Foucault emploie ce terme pour la première fois en 1974 : « Le contrôle de la société sur les individus ne s’effectue pas seulement par la conscience ou par l’idéologie, mais aussi dans le corps et avec le corps », Dits et écrits, « La naissance de la médecine sociale », Paris, Gallimard, 1974, p. 210.

3 Virginie Vinel, « Ménopause et andropause à la lumière du « dispositif de la sexualité », Le Portique n° 13-14, 2004, disponible en ligne : https://leportique.revues.org/628.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilie Arrago-Boruah, « Michel Bozon, Juliette Rennes (dir.), « Âge et sexualité », Clio. Femmes, genre, histoire, n° 42, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 20 juillet 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/21165

Haut de page

Rédacteur

Emilie Arrago-Boruah

Docteur en anthropologie et membre associé au laboratoire LIAS de l’Institut Marcel Mauss (UMR 8178 CNRS/EHESS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page