Skip to navigation – Site map

Baptiste Virot, Anne Lambert, Turbulences

Kevin Diter
Turbulences
Baptiste Virot, Anne Lambert, Turbulences, Paris, Éditions Casterman, series: « Sociorama », 2016, 161 p., ISBN : 978-2-203-09555-7.
Top of page

Full text

  • 1 Voir Claire Braud, Nicolas Jounin, Chantier interdit au public, Paris, Éditions Casterman, coll. «  (...)

1Après le monde du bâtiment, les milieux de la production pornographique et de la séduction1, la collection Sociorama des éditions Casterman propose d’embarquer à bord d’« Air Fonce » (AF) et de découvrir, avec la bande dessinée du dessinateur Baptiste Virot et de la sociologue Anne Lambert, les coulisses d’une grande compagnie aérienne française. À travers le récit minutieux d’un vol Paris-São Paulo, à la fois du point de vue d’une hôtesse de l’air (Sylvie, 40 ans), d’un pilote (Martin, 52 ans) et d’une passagère (Marion, 32 ans, chercheuse, phobique de l’avion), les deux auteur.e.s dépeignent avec précision et humour le fonctionnement et l’organisation d’une entreprise de transport aérien, ainsi que le rôle, la place et les conditions de travail des différents personnels navigants. Suivant pas à pas la journée de ces trois protagonistes, de leur réveil à leur arrivée au Brésil en passant par les différentes étapes qui jalonnent leur périple, les lecteurs découvrent à quel point les rapports sociaux de classes et de sexes traversent et structurent l’univers aéroportuaire, tant du côté des passagers que de celui des salariés – même si c’est surtout ce dernier versant qui est analysé dans cet opus. La hiérarchisation sociale et sexuée de la firme se donne à voir à chaque instant, depuis les tenues des membres de l’équipage jusqu’à la répartition des activités et des espaces dévolus aux uns et aux autres, qui jouent comme autant de « rappel à l’ordre » auprès des salarié.e.s.

2Air Fonce, comme toute compagnie aérienne, est composée de deux types de personnels navigants : le personnel navigant technique (PNT) et le personnel navigant commercial (PNC). Le premier regroupe les membres de la profession la plus prestigieuse, la plus valorisée et la mieux rémunérée : les (co)pilotes, appelés aussi « techos » ou « presse-boutons » à l’intérieur de la « grande famille ». Le PNT est quasi-exclusivement masculin puisqu’il compte seulement 10% de femmes en son sein. Au sommet de la hiérarchie, on retrouve les commandants de bord, facilement reconnaissables et repérables à leurs manches ornées de quatre galons dorés. Ceux-ci sont responsables du bon déroulement du trajet et doivent parer à toute éventualité ou imprévu à l’aide des informations contenues dans leur dossier de vol. Pour ce faire, ils sont assistés de copilotes qui, pour leur part, arborent un galon en moins.

  • 2 Le terme « client » ou « clientèle » est d’ailleurs réservé aux passagers de ces plus hautes classe (...)

3Le second groupe, le plus nombreux, est quant à lui très majoritairement féminin, avec deux femmes pour un homme. Il rassemble les salarié.e.s qui s’occupent du service en cabine et de la sécurité des passagers, à savoir les hôtesses de l’air et les stewards. La partie commerciale du personnel naviguant est également très structurée. La figure centrale en est le ou la chef.fe de cabine principal.e (CCP), dont la veste est lestée de deux galons. Son rôle est de veiller au bon déroulement du voyage auprès des passagers et de répondre à leurs moindres sollicitations en vue de les fidéliser. Les desiderata des « clients » sont traités avec d’autant plus de considération et d’empressement qu’ils sont en classe affaire ou en première2. Dans cette mission, le ou la CCP est accompagné.e de deux chef.fe.s de cabine (CC) pourvu.e.s d’un seul galon et a sous ses ordres une dizaine de stewards et d’hôtesses de l’air, dont les manches sont vierges.

4Si l’horizontalisation du fonctionnement de l’équipage est prônée par la direction depuis les accidents de 2009, dont la survenue été imputée au « facteur humain », la position dominante du pôle technique reste toujours de mise. Les pilotes demeurent les seuls maîtres à bord et prennent les décisions en dernier ressort en cas de problème ou de conflit, tandis que les stewards et hôtesses conservent leur statut de subordonné, quel que soit leur grade. Ils et elles n’entrent dans le cockpit que pour apporter repas ou cafés aux « techos » ou pour s’assurer que ces derniers ne manquent de rien et ne rencontrent aucune difficulté dans la réalisation de leurs tâches.

5À cet égard, le nombre inférieur de décorations apposées sur les vestes objective de façon continue et manifeste le rang social inférieur du personnel commercial, puisque son plus haut grade reste en-dessous du grade le plus bas du personnel technique. Ce marquage symbolique semble en partie nécessaire compte tenu du faible degré d’interconnaissance des salarié.e.s. Le « planning » d’AF veille en effet à varier la composition des équipages pour éviter que les mêmes navigants travaillent régulièrement ensemble et que se développent la routine, « les plan culs » et (peut-être surtout) les revendications collectives.

  • 3 Ces hôtesses de l’air et stewards restent toutefois soumis aux mêmes épreuves physiques que leurs c (...)

6Les auteur.e.s insistent ensuite sur la présence d’une « lutte des places » au sein des différents types de personnels navigants. Parmi les hôtesses et les stewards, il existe en effet un fort enjeu de placement, certains postes étant plus prestigieux et plus recherchés que d’autres, parce que moins répétitifs et moins pénibles physiquement. Ainsi en est-il par exemple du service en première ou en classe affaire. Si la qualité de prestation exigée y est certes plus élevée que dans les autres classes, les PNC recherchent davantage ces positions car les passagers sont moins nombreux (ce n’est pas l’« usine ») et les conditions de travail relativement plus plaisante. En tête d’avion, il y a plus d’espace pour circuler et s’occuper des clients et les cadences paraissent moins élevées3. Ce sont généralement les plus expérimenté.e.s qui s’y retrouvent, même s’il est possible de négocier sa place à l’amiable. En cas d’absence d’entente, les choix des ancien.ne.s sont privilégiés.

  • 4 Pour plus d’information sur ce concept, voir Hochschild Arlie, « Travail émotionnel, règles de sent (...)

7Que ce soit à l’avant ou à l’arrière de l’avion, les PNC doivent durant toute la durée du voyage effectuer un véritable et éprouvant « travail émotionnel »4. En d’autres termes, ils et elles se doivent de gérer continuellement leurs sentiments et d’afficher à chaque instant un sourire calme et serein aux passagers, quelle que soit la situation, quand bien même ils ou elles ont affaire à des PAXI (passagers indisciplinés) qui les insultent ou leur reprochent des choses contre lesquelles ils et elles ne peuvent rien.

8Afin d’éviter ce dur labeur de suppression de certaines émotions et d’évocation d’autres, certain.e.s salarié.e.s préfèrent éviter le contact du public et se rendre au « galley ». Il s’agit du poste le plus difficile et physique de la partie commerciale. C’est le lieu exigu, étroit et bruyant où sont préparés les repas. Il y fait chaud et il faut constamment se baisser et se relever pour atteindre les différents plats.

  • 5 À ce sujet voir l’excellent article de Zolesio Emmanuelle, « “Chirurchiennes de garde” et humour “c (...)

9Du côté des PNT, la lutte des places concerne davantage les femmes et ressemble à s’y méprendre à une lutte pour avoir une place et se sentir à leur place. Les femmes pilotes se battent ainsi pour la reconnaissance de leur statut, de leur qualité et de leur compétence. Elles investissent leur rôle et leurs activités avec davantage de zèle que les hommes. Mais, comme dans tous les « métiers masculins », elles font face à de nombreux comportements et remarques sexistes, énoncées le plus souvent sous forme de plaisanteries, qu’elles doivent prendre à la légère et avec humour afin de s’intégrer au groupe et ne pas passer pour des rabat-joie5.

10Au final, Baptiste Virot et Anne Lambert réussissent leur pari. En décrivant le travail émotionnel, corporel et souvent physique des différents membres de l’équipage, leurs interactions et l’environnement dans lequel ils réalisent leurs tâches, les deux auteur.e.s esquissent de manière simple et rigoureuse le quotidien des salarié.e.s d’AF. Ils soulignent avec précision la lutte qui oppose les différents membres de l’équipage ainsi que les rapports de force présents au sein de la compagnie. En outre, ils révèlent que, dans de nombreuses situations, les rapports sociaux de sexes et de classes se conjuguent et se renforcent mutuellement dans la mesure où la division et la hiérarchisation sociale des activités et des rôles sont aussi en partie une division et une hiérarchisation sexuée.

11Par ailleurs, Turbulences est très agréable à lire et offre, à l’instar des autres opus de la collection, une retranscription graphique vivante et détaillée de la partie ethnographique du travail sociologique. Sans surcharger les cases de texte, Baptiste Virot parvient à faire passer les idées et thèses centrales d’Anne Lambert et montre que, pour la description et l’analyse, un dessin vaut parfois mieux qu’un long discours. Le dessinateur n’hésite toutefois pas à faire des pauses dans le récit de l’histoire, pour accompagner le lecteur dans la compréhension sociologique d’un fait, en donnant par exemple sur une ou plusieurs planches des informations et outils utiles à l’interprétation.

12En refermant l’album, un léger regret se fait toutefois jour : celui de ne pas voir apparaître en fin d’ouvrage une bibliographie, même peu fournie, permettant de prolonger ou d’approfondir les analyses sociologiques brossées avec élégance et justesse au fil du trajet Paris-São Paulo. L’ajout de quelques références aurait permis aux lecteurs de sciences sociales, novices ou aguerris, de (re)découvrir un pan de la sociologie –peu mobilisé de ce côté-ci de l’Atlantique : celui des émotions au (ou et du) travail. Cette nuance n’enlève rien à la qualité et au mérite de l’opus. Elle aiguise simplement la curiosité et l’impatience. Vivement la parution des productions académiques de cette enquête de terrain !

Top of page

Notes

1 Voir Claire Braud, Nicolas Jounin, Chantier interdit au public, Paris, Éditions Casterman, coll. « Sociorama », 2016, compte rendu de Patrick Cotelette pour Lectures : http://lectures.revues.org/20343; Lisa Mandel, Mathieu Trachman, La fabrique pornographique, Paris, Éditions Casterman, coll. « Sociorama », 2016, compte rendu d’Anne-Charlotte Millepied pour Lectures : http://lectures.revues.org/20279 ; Léon Maret, Mélanie Gourarier, Séducteurs de rues, Paris, Éditions Casterman, coll. « Sociorama », 2016, compte rendu d’Alexandra Roux pour Lectures : http://lectures.revues.org/20862. Pour plus d’informations sur l’origine et le projet de cette nouvelle collection, voir les deux premiers comptes rendus. L’originalité de cet ouvrage par rapport aux précédents est qu’il rend compte d’une enquête dont les résultats n’ont pas encore été publiés sous forme d’article ou de livre.

2 Le terme « client » ou « clientèle » est d’ailleurs réservé aux passagers de ces plus hautes classes dans la mesure où nombre d’entre eux utilisent très fréquemment l’avion pour des raisons professionnelles.

3 Ces hôtesses de l’air et stewards restent toutefois soumis aux mêmes épreuves physiques que leurs collègues s’occupant des autres classes. Ils et elles doivent rester souvent débout, même pendant les turbulences. Les vibrations continues, la pression du décollage, les radiations provoquent à terme d’importants problèmes physiques comme des maux de dos, des hernies ou autres otites.

4 Pour plus d’information sur ce concept, voir Hochschild Arlie, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, vol. 1, n° 9, 2003, p. 19-49, ou Hochschild Arlie, The Managed Heart, Los Angeles, The University of California Press, 2003, qui abordent le cas spécifique du travail sur les émotions des hôtesses de l’air.

5 À ce sujet voir l’excellent article de Zolesio Emmanuelle, « “Chirurchiennes de garde” et humour “chirurchical”. Posture féminine de surenchère dans l’humour sexuel et scatologique », ¿Interrogations ?, n° 8, 2009, en ligne : http://www.revue-interrogations.org/Chirurchiennes-de-garde-et-humour, ou encore Guichard-Claudic Yvonne, Kergoat Danièle, Vilbrod Alain (dir.), L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement, Rennes, PUR, 2008.

Top of page

References

Electronic reference

Kevin Diter, « Baptiste Virot, Anne Lambert, Turbulences », Lectures [Online], Reviews, 2016, Online since 20 July 2016, connection on 21 July 2017. URL : http://lectures.revues.org/21166

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page