Navigation – Plan du site

Jean-Louis Laville et José Luis Coraggio (dir.), Les gauches du XXIe siècle. Un dialogue Nord-Sud

Fabien Escalona
Les gauches du XXIe siècle
Jean-Louis Laville, José-Luis Coraggio (dir.), Les gauches du XXIe siècle. Un dialogue Nord Sud, Paris, Le Bord de l'eau, coll. « Diagnostics », 2016, 490 p., ISBN : 9782356874368.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Wallerstein Immanuel, « La gauche mondiale est-elle en train de renaître ? », Mémoire des luttes, 2 (...)

1L’ouvrage collectif dirigé par Jean-Louis Laville et José Luis Coraggio est important pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire et à l’actualité des gauches. Son apport est triple. Premièrement, il offre au public francophone un accès aux thèses de nombreux auteurs peu ou pas traduits, dont les contributions aux sciences sociales ou à la théorie critique sont pourtant substantielles. On pense par exemple à l’un des co-directeurs lui-même (José Luis Coraggio), au sociologue américain Fred Block, ou encore au politiste et responsable politique espagnol Juan Carlos Monedero. Deuxièmement, c’est un livre qui n’a pas peur de brasser large. Non seulement des grands enjeux sont abordés – la modernité, le développement, le capitalisme… – mais ils le sont sur plusieurs continents. Il s’agit incontestablement de la principale force de cet ouvrage, qui contribue à un regard moins « européo-centré » sur les conditions de renversement des inégalités dans les registres de l’avoir, du savoir et du pouvoir. Si l’on veut se donner une idée de ce que le terme de « gauche mondiale »1 utilisé par Immanuel Wallerstein peut recouvrir, ce livre constitue une introduction toute indiquée, quoi qu’il s’avère plus instructif sur les thèmes débattus au sein de cette mouvance que sur les organisations qui les portent. Troisièmement, l’enjeu intellectuel et politique de l’ouvrage est passionnant. Il s’agit en effet de penser les conditions et les voies de la démocratisation des sociétés, à la lumière des réussites et des échecs des précédentes expériences de la gauche, au pouvoir ou dans la contestation.

  • 2 March Luke, « Beyond Syriza and Podemos, other radical left parties are threatening to break into t (...)
  • 3 Ventura Christophe, « En Amérique latine, remplacer le futur par le passé ? », Mémoire des luttes, (...)
  • 4 Le cas des dirigeants de Podemos en Espagne est bien décrit dans Barret Christophe, Podemos. Pour u (...)
  • 5 Citons par exemple Riot-Sarcey Michèle, Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe s (...)

2Ajoutons que cette publication entre en résonance avec une riche actualité politique comme éditoriale. Si ses directeurs évoquent un « étrange chassé-croisé » entre les continents sud-américain et européen (le premier ayant expérimenté une humanisation voire un dépassement des politiques néolibérales qui l’avaient dominé très tôt, le second une dégradation de l’État social qui s’y était développé de façon inédite), on observe justement ces derniers mois un renouveau contestataire2 en Europe et un mouvement de ressac3 du cycle progressiste ouvert en Amérique latine. Certains acteurs engagés contre l’austérité et les insuffisances des démocraties européennes ont même étudié avec attention les expériences « nationales-populaires » de l’autre côté de l’Atlantique4. Par ailleurs, de nombreuses publications ont récemment été consacrées à la (re)découverte des traditions pluralistes, radicalement démocratiques, anticapitalistes et non étatistes dans l’histoire de la gauche européenne, ou aux expériences de gouvernement et de pouvoir populaire en Amérique latine5.

  • 6 Cangiani Michèle et Maucourant Jérôme (dir.), Essais de Karl Polanyi, Paris, Éditions du Seuil, 200 (...)

3Dans un prologue commun, les deux directeurs annoncent la structure du livre et dégagent des thématiques partagées par-delà la diversité des contributions. L’une d’entre elles consiste dans l’affirmation d’une déconnexion entre le progrès humain et la croissance économique. Outre les dégradations que cette dernière inflige au système-Terre et donc aux conditions de vie des hommes, le mythe et l’impératif d’une expansion illimitée impliquent une dépossession des sociétés vis-à-vis des finalités collectives qu’elles pourraient poursuivre en conscience. Au contraire, et c’est un autre fil rouge qui parcourt de nombreux chapitres, les sociétés humaines pourraient être davantage démocratiques et résilientes aux chocs économiques et écologiques si elles laissaient se développer une économie plurielle. Cette dernière suppose que la redistribution ne soit plus pensée comme la seule alternative à l’échange marchand pour organiser la subsistance des êtres humains. En plus de dépendre d’une croissance de plus en plus insoutenable, la redistribution génère en effet frustrations et ressentiments chez les ménages qui s’estiment lésés par ce mécanisme. Plusieurs auteurs convoquent ainsi Polanyi pour rappeler que le principe de réciprocité et la démocratisation de l’activité productive elle-même sont d’autres moyens « d’encastrer » l’économie dans des rapports sociaux choisis6, par exemple à travers la gestion de biens publics et communs. Or, cette « pluralité dans la production et la répartition » (p. 18) nécessite, pour être viable, un enrichissement de la démocratie libérale par des modes de participation et de délibération plus inclusifs, réguliers et directs. Le développement de formes de vie non capitalistes et le dépassement de la représentation politique classique vont donc de pair pour l’ensemble des participants à cet ouvrage.

4L’introduction qui suit le prologue, signée par Coraggio seul, a pour objectif de donner des repères au lecteur francophone sur la trajectoire des mouvements progressistes en Amérique du Sud. L’auteur relie la dernière vague de démocratisation à plusieurs phénomènes et temporalités : depuis la conquête coloniale du continent, la résistance des communautés indigènes contre une sujétion culturelle pluriséculaire ; à partir des années 1970-80, l’épuisement des gauches insurrectionnelles et l’enrichissement de la pensée critique par les idées gramsciennes et la théologie de la libération ; et à partir de la fin des années 1990, une mobilisation des sociétés contre la camisole de force néolibérale ayant vidé les régimes représentatifs de leur substance. Coraggio rend intelligible ce qui rassemble et différencie les manifestations contemporaines de trois courants principaux : la social-démocratie, dont les intentions progressistes restent indexées sur les réquisits du capitalisme global et la situent au cœur d’un espace politique poreux entre centre-droit et centre-gauche ; la gauche nationale-populaire, capable de rallier des demandes hétérogènes derrière un projet de souveraineté nationale reposant beaucoup sur l’État mais peu sur l’autonomie de la société civile ; et enfin une gauche radicale plus éloignée du pouvoir, attachée à sa dispersion dans la société et à la déconstruction combinée des dominations de classe, de genre et de race.

5Jean-Louis Laville s’applique quant à lui à présenter la conclusion générale. Dans une démarche complémentaire à celle suivie par Coraggio au début de l’ouvrage, il suggère que les pratiques et les réflexions sud-américaines peuvent aider la gauche européenne à compenser l’oubli de ses débats originels et de son passé associationniste, lorsqu’elle n’avait pas encore enfermé son action dans le dualisme trompeur entre marché et État. Laville appelle au contraire à ne réduire ni l’économie au marché, ni le politique à l’action des pouvoirs publics institués. Sévère envers la dérive élitiste et technocratique des partis sociaux-démocrates, l’auteur l’est également envers les structures traditionnelles de l’économie sociale, trop peu attentives à un cadre institutionnel global qui a bridé leur potentiel transformateur. Se livrant à discussion serrée de plusieurs figures de la pensée critique (Habermas, Gorz…), il souligne l’importance pour la gauche de ne pas se limiter à des analyses décourageantes de la domination ou à des mesures de protection des victimes de l’ordre social en place, et de leur préférer l’élargissement d’un espace public où puissent s’exprimer les rapports de force quant à l’organisation future de la société. Selon Laville, la tâche de la gauche consiste ainsi « à tisser patiemment la trame institutionnelle d’une démocratie et d’une économie plurielles qui se confortent mutuellement » (p. 449).

6Entre ces deux contributions très riches et maîtrisées des deux directeurs, trois parties scandent la progression du livre, curieusement précédées de deux « lettres ouvertes à la gauche » (respectivement signées par Guy Bajoit et Boaventura de Sousa Santos) qui n’étaient peut-être pas indispensables, en tout cas à cette place. La première partie rassemble les contributions d’auteurs sud-américains. Parmi eux, Rita Segato et Arturo Escobar décrivent bien la congruence des ordres capitaliste et colonial dans l’« euro-modernité », et les implications de son dépassement. À ce propos, Alberto Costa présente avec pédagogie la notion du « bien vivre » : issue des résistances populaires au colonialisme dans les pays andins, elle possède en fait une portée beaucoup plus large, en tant qu’outil de contestation du développement sur la base d’une reconnaissance des « inter-rétro-connexions entre tous les êtres » (p. 202). D’autres chapitres intéressants traitent davantage des questions de stratégie de conquête et d’exercice du pouvoir (notamment celui d’Ernesto Laclau, décédé en 2014), sans qu’ils aient malheureusement leur équivalent dans la deuxième partie, qui rassemble quant à elle les textes écrits par des auteurs européens.

7Parmi ce nouvel ensemble de contributions, on retiendra en particulier celle d’Anne Salmon, qui dévoile « un jeu de correspondances entre différentes étapes du développement économique et des systèmes éthiques appelés à le soutenir » (p. 251). L’auteure suggère que l’éthique managériale contemporaine, produite par et pour les seuls intérêts des milieux d’affaires, possède en fait une faible capacité d’entraînement. Signalons aussi le chapitre convaincant de Geneviève Azam, pour qui l’effondrement écologique ne signifie pas la fin du politique, mais au contraire une occasion de délibération intense quant aux modes d’existence soutenables dans un monde fini.

8Les auteurs nord-américains présents dans la troisième partie du livre, qui rassemble les contributions venues du reste du monde, poursuivent des réflexions faisant écho à celles de leurs collègues européens, qu’il s’agisse de Benoît Lévesque à propos de la social-démocratie et de la nécessité d’une version forte du développement durable, ou de Nancy Fraser à propos de l’ajout d’une troisième dimension (celle de l’émancipation) au schéma de Polanyi opposant les tendances à la marchandisation et les tendances à la protection sociale. De façon plus originale, le lecteur découvrira grâce à Yoshihiro Nakano les caractéristiques méconnues de la pensée de « l’après-développement » au Japon, fruit d’une « articulation originale entre écologisme, culturalisme et localisme » (p. 399). Des textes sur l’Afrique et la Tunisie élargissent encore le spectre géographique considéré, tout en apparaissant assez isolés.

9Si la décision d’avoir structuré les contributions en fonction de la provenance géographique se défend, on peut finalement se demander si un véritable dialogue Nord-Sud ne rendait pas préférable un ordonnancement en fonction des angles et sujets abordés. Le choix des directeurs aboutit par exemple à ce que des chapitres sur la social-démocratie se retrouvent à une centaine de pages d’intervalle, tandis que des chapitres portant sur des expériences nationales spécifiques ne sont guère plus proches, tout en côtoyant chacun des textes plus généralistes. Autre regret, si l’ouverture de chacune des parties par un résumé succinct des contributions est sans conteste une bonne idée, l’absence d’une contextualisation plus substantielle de l’œuvre et du positionnement des auteurs se fait d’autant plus cruellement sentir. Ces remarques n’empêchent pas de caractériser Les gauches du XXIe siècle comme un ouvrage de qualité, roboratif et stimulant, qui ne demande qu’à être prolongé par d’autres aventures éditoriales aussi ambitieuses.

Haut de page

Notes

1 Wallerstein Immanuel, « La gauche mondiale est-elle en train de renaître ? », Mémoire des luttes, 29 novembre 2015, en ligne : http://www.medelu.org/La-gauche-mondiale-est-elle-en.

2 March Luke, « Beyond Syriza and Podemos, other radical left parties are threatening to break into the mainstream of European politics », The London School of Economics and Political Science, 24 mars 2015, en ligne : http://blogs.lse.ac.uk/europpblog/2015/03/24/beyond-syriza-and-podemos-other-radical-left-parties-are-threatening-to-break-into-the-mainstream-of-european-politics/.

3 Ventura Christophe, « En Amérique latine, remplacer le futur par le passé ? », Mémoire des luttes, 5 janvier 2016, en ligne : http://www.medelu.org/En-Amerique-latine-remplacer-le.

4 Le cas des dirigeants de Podemos en Espagne est bien décrit dans Barret Christophe, Podemos. Pour une autre Europe, Paris, Les éditions du Cerf, 2015.

5 Citons par exemple Riot-Sarcey Michèle, Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe siècle en France, Paris, La Découverte, 2016, compte rendu de Thibault Scohier pour Lectures : http://lectures.revues.org/20415 ; Hayat Samuel, 1848 : Quand la République était révolutionnaire. Citoyenneté et représentation, Paris, Seuil, 2014, compte rendu de Marie Trébous pour Lectures : http://lectures.revues.org/16755 ; Gaudichaud Frank (dir.), Amériques Latines : émancipations en construction, Paris, Éditions Syllepse, 2013 ; Dabène Olivier (dir.), La gauche en Amérique latine (1998-2012), Paris, Presses de Sciences Po, 2012, compte rendu de Christophe Premat pour Lectures : http://lectures.revues.org/11415.

6 Cangiani Michèle et Maucourant Jérôme (dir.), Essais de Karl Polanyi, Paris, Éditions du Seuil, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Escalona, « Jean-Louis Laville et José Luis Coraggio (dir.), Les gauches du XXIe siècle. Un dialogue Nord-Sud », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 21 juillet 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/21173

Haut de page

Rédacteur

Fabien Escalona

Doctorant à Pacte (Sciences Po Grenoble), enseignant à Sciences Po Lyon, collaborateur scientifique au Cevipol.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page