Navigation – Plan du site

Christian Plantin, Dictionnaire de l’argumentation. Une introduction aux études d’argumentation

François-Ronan Dubois
Dictionnaire de l'argumentation
Christian Plantin, Dictionnaire de l'argumentation. Une introduction aux études d'argumentation, Lyon, ENS Éditions, coll. « Langages », 2016, 634 p., ISBN : 978-2-84788-416-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Perelman Chaïm et Olbrechts-Tyteca Lucie, Traité de l’argumentation, la nouvelle rhétorique, Paris, (...)

1Depuis les travaux de Perelman1 dans les années 1950, les études sur l’argumentation se sont développées de manière considérable en Occident. Elles ont tendu à retravailler les concepts de la rhétorique antique à partir des outils de la logique contemporaine puis des études sur les interactions communicationnelles. Ces recherches de plus en plus diverses et de plus en plus nombreuses constituent désormais un champ d’études aux perspectives variées qu’il n’est pas toujours aisé de parcourir et pour lequel manquent encore des outils adéquats. C’est avec le souci de fournir un usuel de langue française que Christian Plantin a compilé ce Dictionnaire de l’argumentation. Celui-ci tire profit des travaux menés dans le cadre des séminaires du laboratoire ICAR. Précisons tout de suite que l’ouvrage est étroitement inscrit dans le champ des études sur l’argumentation d’orientation linguistique. S’il peut offrir un éclairage ponctuel dans le domaine de l’histoire de la rhétorique et de l’argumentation antique, médiévale et moderne, qui attire lui aussi une attention croissante, il ne saurait se substituer aux ouvrages de ces domaines.

2Le dictionnaire de Christian Plantin propose 312 entrées alphabétiques dont 66 entrées secondaires. Il comporte en outre une brève introduction, un index des entrées et une bibliographie importante. Les entrées les plus développées prennent une forme encyclopédique, c’est-à-dire qu’elles proposent une discussion détaillée et analytique, nourrie d’exemples et de citations critiques. Ainsi l’entrée « Induction » (p. 315-318) s’accompagne des deux extraits, l’un de Daniel Mornet et l’autre de Julien Brenda. Ces notices étendues sont susceptibles de proposer des développements purement analytiques ou bien historiques, en retraçant la construction de la notion ou du concept au fil de l’histoire des études d’argumentation. À cet éclairage critique, Christian Plantin joint le souci des exemples réels, qui permettent l’application des concepts aux situations d’argumentation concrètes. C’est en cela, surtout, que ce Dictionnaire parait devoir constituer une introduction aux études d’argumentation.

3L’ensemble aboutit cependant à un ouvrage composite dont l’intérêt est indéniable mais qui n’est pas toujours très maniable. À la fois dictionnaire synthétique et encyclopédie ponctuelle, ouvrage pour spécialistes et manuel d’introduction, ce Dictionnaire d’argumentation se révèle d’une lecture ardue, qui ne devrait être profitable qu’à celles et ceux qui disposent par ailleurs d’autres outils dans le domaine. Pour ces lecteurs experts ou qui entreprennent de le devenir, il est d’un grand intérêt et rassemble des informations que l’on trouverait sinon difficilement réunies dans un même ouvrage. On peut souhaiter malgré tout plusieurs améliorations.

4Il demeure ainsi regrettable que les notices n’aient pas été rendues plus faciles d’utilisation par l’inclusion d’une bibliographie séparée, pour les plus développées d’entre elles, qui aurait évité au lecteur de devoir toujours se reporter aux références finales alors que celles-ci ne disposent pas, pour leur part, de table analytique. De la même manière, pour satisfaire au souci pédagogique témoigné par l’avant-propos, une autre table analytique, pour les entrées cette fois-ci, aurait été un complément utile au système de renvois. Enfin, il n’est pas facile de faire le lien entre certains des articles proposés et les concepts hérités de la rhétorique gréco-latine. En effet, si l’avant-propos se termine par le mention d’un « article consacré aux Noms latins des arguments » (p. 11), celui-ci n’est indiqué nulle part dans la table des entrées, alors qu’une table de correspondances entre le grec, le latin et le français aurait permis d’éclairer certaines typologies. De la même façon, la source des arguments dits topiques n’est pas toujours mentionnée, ce qui est préjudiciable à la distinction entre concepts hérités et concepts nouveaux. Par exemple, pour l’entrée « Toi aussi » (p. 565-566), l’ouvrage mentionne un argument latin tu quoque qui serait un topos, sans que l’on sache où ce topos aurait été formalisé par la tradition. Bien sûr, dans son avant-propos, le Dictionnaire se défend d’être une encyclopédie critique et historique, mais il est difficile de ne pas souhaiter dans ce genre de cas un éclairage au moins minimal, surtout quand il est donné ailleurs, par exemple dans l’article sur le « Cercle vicieux » (p. 135-137), qui identifie bien les passages d’Aristote qui le fondent.

5Il est à souhaiter qu’une seconde édition vienne à l’avenir donner à la matière de cet ouvrage, d’une grande utilité, une disposition qui la rende plus profitable et plus appropriée à son projet. L’entreprise est importante et elle est d’autant plus souhaitable que ce Dictionnaire, dense et informé, contient déjà beaucoup de ressources prometteuses. Le lecteur appréciera notamment ses efforts de mise en forme, de schématisation et de synthèse en tableaux, qui permettent de mieux ordonner les points essentiels des articles les plus complexes et peuvent servir d’inspiration à d’autres pratiques pédagogiques. De manière générale, si la disposition de l’ouvrage laisse encore à désirer, chaque entrée individuelle témoigne d’un grand souci de clarté, et l’on ne peut que souhaiter le voir se développer encore à l’avenir.

Haut de page

Notes

1 Perelman Chaïm et Olbrechts-Tyteca Lucie, Traité de l’argumentation, la nouvelle rhétorique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Logos », 1958.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Christian Plantin, Dictionnaire de l’argumentation. Une introduction aux études d’argumentation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 21 juillet 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/21174

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Professeur de français, agrégé de lettres modernes, doctorant en littérature française à l’Université Grenoble-Alpes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page