Navigation – Plan du site

Alain Max Guénette et Sophie Le Garrec (dir.), Les peurs au travail

Romain Suiffet
Les peurs au travail
Alain Max Guénette, Sophie Le Garrec (dir.), Les peurs au travail, Toulouse, Octarès Editions, coll. « Le travail en débats », 2016, 247 p., ISBN : 978-2-36630-053-6.
Haut de page

Texte intégral

1La peur est un sentiment universel qui a saisi chacun de nous à un moment donné. Si ce sentiment peut naître dans des contextes divers, c’est principalement dans celui du travail que l’ouvrage aborde la peur, en précisant d’emblée que celle-ci est à la fois un symptôme des turpitudes du monde du travail et une stratégie de gestion visant à disposer d’un levier d’action sur les salariés. Il s’agit aussi plus globalement de questionner nos représentations, nos rapports à la peur et les significations que l’on peut attribuer à ce sentiment, au travers de contributions d’auteurs venant de divers horizons disciplinaires (chercheurs, consultants, psychanalystes…).

2La première partie de l’ouvrage se donne pour but de définir la peur pour la saisir dans toute sa complexité. Olivier Voirol entrevoit trois formes de peurs différentes au travail. La première est une peur liée au fait de perdre son emploi ou de ne pas être payer pour le travail accompli, par exemple. La seconde est en rapport avec l’évaluation et l’appréciation du travail effectué par le salarié, celles-ci étant relativement floues et difficilement saisissables par l’intéressé. La troisième forme de peur concerne quant à elle l’activité de travail elle-même ; elle naît autrement dit de la confrontation avec les objets au travail (produits asphyxiants, accidents de travail…). La peur est instrumentalisée par l’entreprise et utilisée comme stratégie de management : elle sert d’aiguillon pour tirer le maximum des salariés qui aspirent à la reconnaissance et à la stabilité. L’auteur, se référant à la dialectique du maître et de l’esclave de Hegel, soutient toutefois que si le maître a besoin du regard de l’esclave pour être reconnu, l’esclave puise sa reconnaissance dans la transformation qu’il réalise sur la matière. Ainsi, puisque l’esclave peut se passer du maître, par analogie, l’auteur invite à élaborer des pistes de réflexion sur les failles du management.

3La peur peut également être celle de ne plus être adapté à la société, d’être « obsolète » par rapport au modèle (surtout) économique prôné. Franz Schulteis démarre sa contribution en rappelant que la société capitaliste a connu de nombreuses mutations depuis les années 1980. On peut citer, sans prétendre à l’exhaustivité, la raréfaction du travail, la multiplication des emplois atypiques, l’inflation des diplômes, la dégradation des conditions de travail causée par la pression concurrentielle… Le recul de l’État-providence, visible notamment par la fragilisation de la sécurité sociale, va de pair avec l’émergence de la figure de l’employé idéal dans la littérature gestionnaire : travailleur constant, flexible, accumulant insatiablement du capital humain et cultivant la réactivité aux événements. Dans leurs travaux les chercheurs ont pu mettre en évidence les traits sociologiques des personnes jugées inemployables par l’entreprise : mères de jeunes enfants, salariés âgés, personnes faiblement dotées en capitaux scolaires.

  • 1 Dejours Christophe, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Seuil, 199 (...)

4Le recours à la peur comme moyen d’atteindre la performance organisationnelle est au cœur de la seconde partie de l’ouvrage. Yvan Barel et Sandrine Frémaux cherchent à expliquer le comportement pervers des managers dans les organisations. Au travers d’une revue de la littérature, les auteurs affirment que le leadership prend un caractère « narcissique destructif » quand le leader « ne considère pas l’autre comme une fin en soi mais comme un moyen d’obtenir un bénéfice ou un avantage personnel » (p. 60). Ce mal peut perdurer grâce au déni du réel identifié par le psychiatre Christophe Dejours1.

  • 2 Durkheim Émile, De la division du travail social, Paris, Alcan, 1893.
  • 3 Khosrokhavar Farhad, Radicalisation, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Interventions » (...)

5La contribution de Viviane Seigneur vise à articuler peur et terrorisme, et a l’originalité d’évoquer la peur ressentie par les victimes du terrorisme autant que celle des terroristes eux-mêmes. Reprenant la typologie de Durkheim sur le suicide2, l’auteure la transpose au terrorisme ; à l’excès ou au défaut de régulation et/ou d’intégration dans une société donnée est associée une peur précise que le terroriste va essayer de surmonter en commettant son attentat. Il est ainsi intéressant de constater l’inversion du rapport de causalité entre religion et radicalisation des terroristes dans le cas du terrorisme anomique (découlant d’un défaut de régulation sociale) : « Il est crucial de bien comprendre que c’est l’absence de cadre et de satisfaction qui crée l’amorce de la radicalisation » (p. 88). Et l’auteure, plus loin, de citer Farhad Khosrokhavar : « Ce n’est pas la pratique de l’Islam qui induit une radicalité ; c’est plutôt l’inverse »3 (p. 89).

6La peur est observée à travers le prisme du genre dans la contribution de Marie Pezé. Cette dernière montre que la surreprésentation chez les femmes des troubles musculo-squelettiques (TMS), notamment du syndrome du canal carpien, est due non pas à leurs spécificités biologiques et morphologiques, mais à la division sexuelle du travail : « l’organisation du travail les exclut massivement de la conception et de la décision » (p. 98). Les femmes se retrouvent ainsi à assumer les tâches les plus répétitives, les moins valorisées et par suite moins rémunérées. Elles sont en première ligne pour subir les dégâts occasionnés par l’accroissement des rythmes que nécessite la recherche d’une rentabilité financière élevée. Marie Pezé met en évidence de manière brutale les souffrances auxquelles sont exposées les femmes, du fait de l’obligation de conjuguer travail professionnel au « masculin neutre » et travail domestique. Ainsi les emplois sont pensés en ignorant les spécificités du mode de vie des femmes (réunions tardives par exemple). Elles doivent également évoluer dans des univers sexistes et vivre avec ancrée au ventre la peur de ne pas bien faire, de décevoir, de ne pas y arriver.

7La troisième et dernière partie de l’ouvrage invite le lecteur à prendre conscience de la variabilité individuelle des formes d’expression et d’intériorisation de la peur. Pour Sophie Le Garrec, les mutations sociologiques advenues dans le monde du travail depuis les années 1980 ont entraîné une individualisation des relations de travail, avec pour corollaire la responsabilisation individuelle des salariés et leur stigmatisation en cas d’échec. Cette structuration des relations professionnelles expose les individus à deux types de peur. La peur du déclassement tout d’abord, qui consiste en la crainte d’être considéré comme étant inutile au système productif, et donc d’en être évincé. La peur de l’Autre ensuite, qui se décline soit en peur des usagers pour ceux qui, travaillant dans le secteur tertiaire, sont en contact avec eux, soit en peur des collègues, qui, par le biais de la destruction des solidarités, passent de coopérateurs à concurrents.

8Dans le milieu de la police, la peur n’est pas ouvertement évoquée. Selon Marc Loriol, elle est nécessaire pour prendre des précautions mais ne doit pas être excessive pour ne pas paralyser l’individu ; elle doit donc être régulée, en somme. Cette régulation de la peur se fait de manière collective ; la confiance mutuelle entre des équipiers de brigade permet de mettre la peur à distance. La peur s’exprime en outre presque toujours rétrospectivement, en prenant du recul sur les événements, et elle peut être exprimée sous un registre plus positif en cas de réussite de l’action menée. Le ressenti de la peur est donc le fruit d’un apprentissage professionnel. La peur peut être légitime ou illégitime en fonction de ce qui la provoque ; ainsi la peur de mal faire sera bien plus tolérée que la peur de faire usage de son arme de service, acte qui constitue le « cœur du métier ».

9Pour les ouvriers des industries chimiques et nucléaires étudiés par Gwenaëlle Rot et François Vatin, c’est leur maîtrise des installations, leur capacité à « agir sur le réel » qui leur permet de maîtriser la peur. L’expérience permet de connaître et d’anticiper les réactions des machines (même si la peur peut ressurgir lors d’une réaction inconnue d’une machine). Cette expérience peut être nourrie par une expérience de peur initiatique qui donnera les clés de l’action si l’événement vient à se reproduire. C’est d’ailleurs la peur de l’accident qui, bien plus que les sanctions émises par la hiérarchie, fait ici office de régulateur social. La gestion du travail quotidien et des éventuels incidents se fait grâce à une étroite collaboration entre les différents échelons de la hiérarchie, et elle nécessite également la coordination de ceux qui gèrent les installations sur le terrain (les « rondiers ») avec ceux qui les gèrent sur ordinateur (les « tableautiers »).

10Véronique Nahoum-Grappe s’intéresse à l’angoisse qui peut saisir les jeunes au moment d’« entrer dans la vie d’adulte ». Elle adopte une perspective genrée afin de mettre en évidence le hiatus qui peut résider entre les injonctions adressées aux jeunes hommes et celles faites aux jeunes femmes. L’absence de travail et toutes les conséquences qui en découlent sont pour un jeune homme un stigmate puissant qui entame sa virilité, sa masculinité et l’ampute sensiblement d’une partie de sa condition d’homme. Une fois encore les explications de l’échec comme faute imputable à l’individu lui-même sont pointées du doigt, ainsi que les inégalités de ressources pour faire face à la peur de l’avenir entre les privilégiés et les plus modestes. Si l’obtention d’un travail préoccupe également la jeune femme, la grossesse est une porte d’entrée directe vers le monde des adultes, pouvant occulter ne serait-ce que partiellement la précarité économique. La peur porte ainsi sur la « solitude de la non-maternité ».

11Cet ouvrage collectif donne à voir les figures multiples de la peur et donne un aperçu détaillé et heuristique des stratégies des acteurs pour vaincre la peur. C’est également une invitation à repenser nos relations sociales (professionnelles ou non) autrement que sous ce seul registre, et à essayer d’analyser ce que la peur voile, afin de mieux comprendre les dynamiques sociales sous-jacentes associées à ce sentiment et d’en dégager les principaux enjeux politiques.

Haut de page

Notes

1 Dejours Christophe, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Seuil, 1998.

2 Durkheim Émile, De la division du travail social, Paris, Alcan, 1893.

3 Khosrokhavar Farhad, Radicalisation, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Interventions », 2014, compte rendu de Benjamin Ducal pour Lectures : https://lectures.revues.org/17541.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Suiffet, « Alain Max Guénette et Sophie Le Garrec (dir.), Les peurs au travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 22 juillet 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/21178

Haut de page

Rédacteur

Romain Suiffet

Professeur de sciences économiques et sociales au lycée Jean Zay à Orléans.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page