Navigation – Plan du site

Salim Chena, Les traversées migratoires dans l’Algérie contemporaine. Africains subsahariens et Algériens vers l’exil.

Élisabeth Schulz
Les traversées migratoires dans l'Algérie contemporaine
Salim Chena, Les traversées migratoires dans l'Algérie contemporaine. Africains subsahariens et Algériens vers l'exil, Paris, Karthala, 2016, 244 p., Préface de Catherine Withol de Weden, postface de Aissa Kadri, ISBN : 9782811115715.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les recherches de Catherine Wihtol De Wenden portent sur la mondialisation des migrations et sur le (...)
  • 2 En arabe, un harrag signifie un « brûleur » (de frontières).
  • 3 Par exemple, la thèse de Mehdi Aliuoua évoque les migrations subsahariennes qui passent par le Magh (...)

1Salim Chena illustre avec succès ce qu’affirme la chercheuse Catherine Wihtol De Wenden1 dans la préface du livre : « Les politiques migratoires restrictives conduisent moins à la dissuasion de quitter le pays qu’au développement de migrations irrégulières depuis le Maghreb et d’économies mafieuses du passage clandestin » (p.8). C’est ainsi que la thèse de Salim Chena s’inscrit dans un débat actuel et « au cœur d’un courant consacré au passage de frontière, notamment dans l’espace euro-méditerranéen » (Catherine Wihtol De Wenden, Préface, p. 7-9). En effet, avec la mondialisation, des capitaux, des marchandises et des informations circulent mais les hommes, eux, ne sont pas libres de circuler. L’étude contemporaine de Salim Chena porte à la fois sur les migrations subsahariennes en Algérie – le Maghreb représente alors une terre de transit, même quand la durée de la présence des exilés se prolonge – et sur les harraga2 algériens, c’est-à-dire les Algériens qui tentent de quitter illégalement l’Algérie (p. 223). Beaucoup d’éléments opposent à première vue les exilés subsahariens et les harraga : les premiers vivent en exil loin de chez eux tandis que les seconds vivent leur exil à domicile. Cependant, dans les deux cas, l’auteur montre la réification de l’exilé qui est à l’œuvre et le développement de la marchandisation de l’exil. Ce parallèle constitue une démarche originale dans la recherche car les mouvements migratoires en Algérie sont traités dans leur globalité3.

  • 4 Ces entretiens ont eu lieu en 2008 au Maroc, auprès d’exilés ayant transités par l’Algérie, puis en (...)

2Pour alimenter sa recherche, Salim Chena s’appuie aussi bien sur les réflexions d’Edward Saïd autour de l’exil que sur la philosophie sociale de Georg Luckás, d’Axel Honneth (à propos de la réification) ou d’Emmanuel Renault, ainsi que sur des enquêtes de terrain. Il a ainsi effectué une cinquantaine d’entretiens non-directifs individuels ou collectifs auprès d’exilés subsahariens et de harraga4. Enfin, il analyse et déconstruit des discours politiques et des contenus de presse. Il effectue ainsi une critique des images de l’exil et du « détournement-retournement des filières migratoires » (p. 255). Son objectif est clairement exprimé : il s’agit de « comprendre les migrations dans leur entièreté, au départ comme à l’arrivée, en passant par la transition socio-spatiale » (p. 11). Le but est alors de remettre en question les « hypothèses trop générales » (p. 20) et de souligner les contradictions entre les discours officiels et les pratiques ou entre les intérêts et les actions. De plus, traiter sur le même plan l’expérience des exilés subsahariens et des harraga permet de mettre en relief l’universalité de l’expérience de la mobilité. Quoi qu’il en soit, l’objectif principal de cette recherche est finalement la prise en compte du discours de l’exilé.

  • 5 BAPRA : Bureau algérien de protection des réfugiés et apatrides. HCR : Haut-commissariat aux réfugi (...)
  • 6 Voir la loi du 25 juin 2008 qui fixe les conditions d’entrée, de séjour et de sortie du territoire (...)

3En s’attardant longuement sur la réification de l’exilé, Salim Chena montre que les auteurs de cette réification, parce qu’ils « chosifient » leur prochain, sont eux-mêmes déshumanisés. Au-delà des institutions, tels que le BAPRA ou le HCR5, Chena critique des individus qui choisissent d’appliquer des politiques répressives6 et mettent sciemment en place une bureaucratie rigide. Le livre se découpe en sept chapitres où l’auteur commence par présenter les migrants à travers ce que la presse dit d’eux. Les deux premiers chapitres constituent ainsi une analyse et une déconstruction des images socio-médiatiques des migrants subsahariens et des harraga, tout en montrant que ces images sont guidées par divers intérêts. Au contraire, le chapitre suivant, qui accompagne le migrant dans sa tentative de passer la frontière, est construit à partir d’enquêtes ethnographiques menées dans les forêts proches de Ceuta et Mellila qui jouxtent les enclaves espagnoles au nord du Maroc et d’une enquête menée à Tamanrasset au sud de l’Algérie. La mobilité du chercheur permet, par ailleurs, d’offrir une vision diversifiée sur une réalité plurielle. Après avoir décrit l’organisation et l’autogestion des communautés d’exilés, Salim Chena illustre comment a lieu la réification de l’exilé et de l’exil en exposant la marchandisation de leur exil. Puis, le chapitre 4 présente le cercle vicieux engendré par le droit et la criminalisation de l’exil. En effet, alors que les demandes de statut de réfugié ou de demandeur d’asile sont rejetées, l’expérience de l’exilé est niée. Celui-ci est alors refoulé dans les marges de la légalité, devenant la proie de toutes sortes de prédations. On voit ainsi émerger des filières parallèles autour de l’exil, qui génèrent des bénéfices secondaires dont beaucoup d’agents tirent profit : du fonctionnaire corrompu au logeur en passant pas les entrepreneurs. Tandis que les deux premiers chapitres abordaient l’exilé d’un point de vue extérieur, les deux derniers traitent l’exil en Algérie d’un point de vue interne : le chapitre 6 évoque le corps exploité et nié de l’exilé subsaharien. En faisant l’expérience de l’exil, celui-ci fait avant tout l’expérience de la faim, de la soif, du travail pénible, du stress ou de la violence. Le chercheur expose la manière dont l’exilé est considéré comme un corps et non comme un être humain entier. Enfin, le dernier chapitre présente une étude monographique de la ville côtière de Sidi Salem permettant une réelle introspection au cœur de la vie des harraga (ou des futurs candidats au départ). Les problèmes de surpopulation et d’insalubrité à l’origine du désir de partir qui sont soulevés révèlent alors la défaillance des États successifs en Algérie.

  • 7 La « sécuritisation » crée de l’insécurité sous prétexte de défendre la sécurité. Par exemple, dans (...)
  • 8 Construit sur la même racine que le harrag, el harga fait référence au fait de partir illégalement.

4Selon Chena, l’opposition entre les harraga et les subsahariens n’est qu’artificielle. Il prouve que les uns comme les autres sont réifiés en devenant « les figurants de leur propre figuration » (p. 54 et p. 56). En effet, dans son analyse d’extraits d’articles issus de la presse algérienne francophone, comme les journaux El Watan et l’Expression, le chercheur étudie, par exemple, « la grammaire de la sécurité » qui fait du migrant une menace (chapitres 1 et 2). À partir du concept de « sécuritisation »7 développé par le chercheur danois Ole Waever, Salim Chena critique des énoncés et autres paratextes qui ne sont pas le fruit de véritables investigations mais qui participent activement à la diffusion de stéréotypes populaires et au renforcement des discours officiels. Chena confirme ainsi le caractère performatif du langage de presse : « le langage de la sécurité devient par définition normatif, c’est-à-dire qu’il fait advenir la réalité qu’il prétend préalablement décrire » (p. 45). À cette figure du « migrant-menace » vient s’ajouter, de manière paradoxale, la figure du « migrant-victime ». En effet, la pratique linguistique dans la presse met en place une « scénographie misérabiliste et péjorative de la vie des exilés subsahariens » (p. 68.). Ceci s’oppose à la compréhension et à la bienveillance envers les harraga que Chena relève dans divers articles. Par conséquent, la presse semble mettre en avant la politisation de l’exil des harraga – en mettant l’accent sur le versant humain de leur expérience –, alors qu’il est essentiellement question de sécurité quand elle évoque les exilés subsahariens. C’est ainsi que Salim Chena met en lumière des intérêts sous-jacents – même dans le cas des harraga – qui sont à l’origine de ces constructions médiatiques. Par exemple, el harga8 est souvent assimilé au suicide, comme dans le discours d’Abdelaziz Bouteflika, rapporté dans le journal Liberté le 16 février 2009 car ces départs compromettent l’image de l’Algérie face à l’Union européenne.

5Le point fort de ce livre provient donc d’un travail de terrain qui permet d’atteindre l’objectif de l’auteur consistant à ne pas substituer des discours préconstruits aux paroles des exilés et à la pluralité de leurs expériences. Salim Chena présente ainsi (chapitre 3) l’autogestion des exilés comme un dépassement de la réification de l’exil. Il décrit avec précision leur survie en forêt et l’organisation de leur vie quotidienne qui, sous la présidence d’un chairman, se fait par communauté nationale. Puis, un autre exemple d’autogestion dans la ville saharienne de Tamanrasset permet de présenter cette autogestion dans un autre contexte. Si le harrag n’a pas besoin de ce type d’organisation puisqu’il est à domicile, comme le subsaharien, il tombe dans les filets du marché captif de la mobilité. À travers son travail, l’auteur montre que ce n’est pas la naïveté de l’exilé qui est en cause mais sa méconnaissance et la vulnérabilité de son statut. Ainsi cette étude parvient-elle à cerner avec précisions divers paradoxes autour du no rights land lié à l’exil, comme par exemple la coexistence de la criminalisation juridique et de la tolérance.

Haut de page

Notes

1 Les recherches de Catherine Wihtol De Wenden portent sur la mondialisation des migrations et sur les migrations dans les relations internationales.

2 En arabe, un harrag signifie un « brûleur » (de frontières).

3 Par exemple, la thèse de Mehdi Aliuoua évoque les migrations subsahariennes qui passent par le Maghreb pour entrer en Europe – thèse effectuée sous la direction d’Alain Tarrius et soutenue à l’Université de Toulouse en 2001 – tandis que celle de Farida Souaiah traite la question des harraga – thèse effectuée sous la direction de Catherine Wihtol De Wenden, soutenue à Sciences-Po Paris en 2014 – (citée par Catherine Wihtol De Wenden, p. 8-9).

4 Ces entretiens ont eu lieu en 2008 au Maroc, auprès d’exilés ayant transités par l’Algérie, puis en 2009 et2011 en Algérie, notamment à Alger, Tamanrasset, Annaba et sa périphérie Sidi Salem, Oran, Maghnia et Aïn El Turck (p. 20).

5 BAPRA : Bureau algérien de protection des réfugiés et apatrides. HCR : Haut-commissariat aux réfugiés, des Nations Unies.

6 Voir la loi du 25 juin 2008 qui fixe les conditions d’entrée, de séjour et de sortie du territoire algérien et la loi du 25 février 2009 qui « amende le code pénal et criminalise la sortie du territoire hors des points de passages et de contrôle officiels des nationaux » (p. 13 et p. 108-109).

7 La « sécuritisation » crée de l’insécurité sous prétexte de défendre la sécurité. Par exemple, dans le cas des migrants, il s’agit de les présenter comme une menace même si cela ne correspond pas à la réalité. La sécuritisation justifie alors les politiques répressives qui seront approuvés par les électeurs au nom de la sécurité.

8 Construit sur la même racine que le harrag, el harga fait référence au fait de partir illégalement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Schulz, « Salim Chena, Les traversées migratoires dans l’Algérie contemporaine. Africains subsahariens et Algériens vers l’exil. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 22 juillet 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21182

Haut de page

Rédacteur

Élisabeth Schulz

Le Dr. Elisabeth Schulz est chercheuse associée au CERIEC de l’Université d’Angers. Ses recherches portent sur la littérature judéo-méditerranéenne et orientale francophone. Elle a donné un cours à l’Université hébraïque de Jérusalem et a été professeur de FLE à l’Institut Romain Gary. En 2014 elle a publié sa thèse, Identité et littérature séfarade en France au XXe, effectuée sous la direction de Julia Kristeva à l’Université Paris VII.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page