Navigation – Plan du site

Catherine Rémy, Laurent Denizeau (dirs), La vie, mode mineur

Samuel Coavoux
La Vie, mode mineur
Catherine Rémy, Laurent Denizeau (dir.), La Vie, mode mineur, Paris, Presses de l'Ecole des mines, coll. « Sciences sociales », 2015, 196 p., ISBN : 978-2-35671-210-3.
Haut de page

Texte intégral

1Le concept de « mode mineur » désigne « une manière d’être présent dans son action telle qu’elle dégage l’humain de celle-ci sans le désengager » (p. 19). Cette définition est proposée dans le premier chapitre de La vie, mode mineur par l’anthropologue Albert Piette qui développe depuis plus de vingt ans ce concept. En somme, le concept met en lumière le fait que les humains ne sont jamais entièrement pris par leur activité. « La plupart des actions humaines se déploie ainsi en situation sans exiger plus de ceux qui y sont : seulement le comportement minimal d’insertion » continue ainsi Piette (p. 36). Les théories sociologiques de l’action qui s’appuient sur les dispositions, les répertoires ou les règles de l’interaction le disent bien : il existe le plus souvent des ressources préexistantes à l’action qui permettent aux acteurs de participer sans être entièrement absorbés. Mais ce constat mène rarement à l’appréhension des « restes » de la présence humaine, c’est-à-dire de ce qui se déroule à-côté de l’action principale, et qui constitue le mode mineur.

2Les réflexions de Piette ont permis de constituer ces à-côtés de l’interaction en objet des sciences sociales. Les contributions rassemblées dans La vie, mode mineur par Catherine Rémy et Laurent Denizeau sont autant d’interprétations du concept de mode mineur et de ses applications possibles. L’ouvrage témoigne d’un gain d’intérêt récent des chercheurs de sciences sociales, dont on ne peut que se réjouir, tant le concept est fertile. Trois grandes pistes de réflexion peuvent être dégagées de ces chapitres, que l’on peut qualifier caricaturalement d’anthropologique, de théorique, et méthodologique. Elles ont donc trait respectivement à l’étude de l’homme en tant qu’espèce ; à la construction de l’objet dans les sciences sociales ; et aux méthodes de recherche.

3La piste anthropologique fait l’objet d’une part importante du chapitre synthétique d’Albert Piette, ainsi que de celui de Zaven Paré, portant sur le bâillement des robots humanoïdes et des singes. Pour Piette, le mode mineur est une propriété de notre espèce, que l’on ne retrouve ni chez les singes, ni chez d’autres espèces du genre homo. L’auteur relit ainsi les travaux d’archéologie préhistorique, prenant argument de l’absence de rituels religieux chez néandertal pour avancer la spécificité du mode mineur chez sapiens. Les rites funéraires et la croyance religieuse seraient ainsi caractéristiques du mode mineur. Ils exigent en effet la capacité à accommoder des énoncés contradictoires : les morts n’existent plus, et pourtant continuent à exister. Cette réflexion anthropologique, pour intéressante qu’elle puisse être aux préhistoriens ou aux philosophes, concerne cependant peu les sciences sociales contemporaines, qui s’intéressent souvent plus aux différences entre les humains qu’aux invariants anthropologiques.

4La réflexion théorique stimulée par le concept paraît plus importante pour nos disciplines. Le mode mineur permet en effet de faire surgir de nouveaux problèmes. Albert Piette avertit du danger qui consisterait à faire du mode mineur un objet d’étude comme les autres, c’est-à-dire à le transformer en mode majeur. La précaution est reprise par les autres auteurs de l’ouvrage. Le chapitre signé par Catherine Rémy constitue une excellente illustration des capacités du concept à éclairer les études de l’interaction. L’auteur rassemble des données issues de plusieurs enquêtes pour analyser la « latéralisation » de l’attention. Comparant deux cultes chrétiens, l’un catholique et l’autre protestant, elle montre que le degré de codification des situations influe sur les possibilités de latéralisation : l’attention peut plus facilement dévier de l’activité primaire lorsque celle-ci est très fortement codifiée, comme dans la messe catholique. Rémy tisse ainsi des liens entre le mode mineur et l’approche des cadres chez Goffman, montrant comment la latéralisation produit à la fois des enclaves mineures, et renverse parfois les cadres, permettant le passage d’une activité à l’autre.

5Enfin, la prise en compte du mode mineur est riche de leçons méthodologiques. Emmanuel Grimaud consacre ainsi un chapitre à la relecture critique de travaux sur le regard. Celui-ci occupe par exemple un rôle régulateur central dans les interactions sociales. Grimaud s’intéresse particulièrement à la méthode de l’eye-tracking, un dispositif technique mobilisé pour étudier l’attention visuelle. Ce dispositif repose sur des caméras qui filment l’œil des individus étudiés, ainsi que leur champ de vision. Pour l’auteur, c’est moins le point de vue de l’œil que celui de la pupille : la vision périphérique des humains est minorée par le dispositif, puisque l’on sait seulement ce vers quoi est orientée la pupille, mais pas quelles sont les informations visuelles qui sont effectivement prises en compte. Voici une méthode qui favorise le mode majeur et ignore le mode mineur ; la critique pourrait aisément être étendue à de nombreuses autres techniques plus courantes dans les sciences sociales.

6On peut espérer que La vie, mode mineur inaugure une série de publications à venir autour du mode mineur. L’ouvrage a en effet les qualités et les défauts de sa position éditoriale : étant donné le faible nombre de publications sur la question, il est à la fois très riche, proposant de nombreuses orientations, et quelque peu inabouti, les différents chapitres ne se répondant pas nécessairement. Ainsi, le chapitre proposé par Sophie Houdart consiste en une exploration passionnante du travail des physiciens et des techniciens du CERN dans leur quête du boson de Higgs. L’auteur ne montre cependant pas en quoi le concept de mode mineur apporte une intelligibilité supplémentaire par rapport au vocabulaire conceptuel des études des sciences et des techniques. Reste donc un champ de possibilités pour les sciences sociales, encore largement à explorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Catherine Rémy, Laurent Denizeau (dirs), La vie, mode mineur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 12 août 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/21197

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Docteur en sociologie, Centre Max Weber. Membre du comité de rédaction de Lectures

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page