Navigation – Plan du site

Vincent Duclert, La République, ses valeurs, son école

Pirathees Sivarajah
La République, ses valeurs, son école
Vincent Duclert (dir.), La République, ses valeurs, son école. Corpus historique, philosophique et juridique, Paris, Editions Gallimard, coll. « Folio actuel », 2015, 510 p., préface par Najat Vallaud-Belkacem, introduction de Mona Ozouf, ISBN : 978-2-07-046768-6.
Haut de page

Texte intégral

1La multiplication des attentats terroristes depuis le 6 janvier 2015, les succès électoraux de l’extrême-droite française, et la volonté de repli à l’échelle nationale et européenne face à l’accroissement des flux de migration bouleversent désormais notre conception des mots de « nation », « identité », « citoyenneté » et « République ». Dans ce contexte politique et social d’urgence, le livre de Vincent Duclert tente de définir l’identité de la nation française par le prisme de la citoyenneté, de la République et de ses valeurs. L’ouvrage est en fait constitué d’un corpus de textes écrits entre 1789, date de la Révolution française, et nos jours. Quatre types de sources peuvent être distingués : les textes à valeur normative (Constitutions, lois, chartes et décisions du Conseil constitutionnel), les textes d’ordre politique (discours, manifestes et programmes), les écrits philosophiques (français, étrangers), et les textes littéraires (fictions, poèmes). Le livre est organisé en trois parties, chacune étant divisée en cinq chapitres. La première partie donne une vision juridique de la République et de ses valeurs. La seconde partie éclaire l’idée républicaine d’un point de vue politique et moral. Enfin, la troisième partie donne une compréhension pragmatique et didactique de la République en se centrant sur l’école.

2La première partie intitulée « La République : un régime de droit et de liberté », s’intéresse à l’évolution juridique de la France depuis 1789 jusqu’à aujourd’hui. Elle inclut notamment l’influence du droit européen sur le droit public français. La Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales du Conseil de l’Europe (2010) est, par exemple, citée avec les textes relatifs aux droits fondamentaux. Dans cette première partie, Vincent Duclert traite également des notions d’égalité, de solidarité et de laïcité, ainsi que des luttes contre les discriminations et persécutions. Le poids des quarante-un textes à valeur normative (sur un total de soixante-deux textes) est ainsi contrebalancé par la présence d’écrits politiques et littéraires. Par exemple, un extrait du roman Le Grand Voyage de Jorge Semprún (1963) relate la rencontre entre le narrateur et une femme de confession juive dans le quartier de Montparnasse, à Paris, et évoque les persécutions antisémites en France sous l’Occupation :

« – “Vous aviez le cœur mort ?”, je lui demande.
– “Oui, dit-elle, le cœur, tout le reste. J’étais toute morte, à l’intérieur”.
– “Vous voici arrivée”, je lui dis. Nous regardons la rue, les passants, nous sourions.
– “Ce n’est pas la même chose, de toute manière”, dit-elle doucement.
– “Quoi donc ?”, je lui demande.
– “De trouver toute seule ou d’être aidée”, dit-elle, et elle regarde bien au-delà de moi, dans son passé » (p. 168).

3La seconde partie, intitulée « La République : un idéal démocratique, une nation politique » se focalise davantage sur l’idée politique de citoyenneté, l’expérience continue de la démocratie et la compréhension intellectuelle de la justice. Elle montre pourquoi les valeurs républicaines ont survécu et se sont maintenues malgré les tourmentes politiques et sociales de la France à l’époque contemporaine. Cette partie montre aussi comment l’engagement, le courage, la détermination et le sens de l’intérêt général sont aux fondements de la démocratie et de la citoyenneté, y compris la désobéissance civique. À ce titre, sur les quatre-vingt-un textes regroupés, trois textes peuvent retenir l’attention. Le premier est un extrait de L’étrange défaite de Marc Bloch, rédigé durant la débâcle française de 1940. Il s’agit d’un témoignage de confiance en l’avenir, en la jeunesse française contre l’hitlérisme. Comme l’écrit Marc Bloch, « il n’est pas de salut sans une part de sacrifice ; ni de liberté nationale qui puisse être pleine, si on n’a pas travaillé à la conquérir soi-même » (p. 284). Le second texte, issu de La misère du monde de Pierre Bourdieu (1993), est une attaque politique et philosophique des acteurs sociaux français, qu’ils soient hommes politiques, technocrates, journalistes ou intellectuels. Face aux « malaises inexprimés et souvent inexprimables », Bourdieu rappelle le rôle légitime de la science pour donner des marges de manœuvre à l’action politique. Le troisième texte est tiré de Face aux migrants. État de droit ou état de siège ? de Danièle Lochak (2007), dans lequel elle réinterroge la définition même de l’universalité des droits de l’homme. Danièle Lochak dénonce en effet « cette forme extrême de discrimination qui fait que des droits aussi fondamentaux que la liberté de circulation, le droit de fuir la persécution, le droit de gagner sa vie […] soient réservés aux habitants des pays riches » (p. 324).

4La dernière partie de l’ouvrage, intitulée « La République : une ambition pour l’école », étudie les relations entre République et éducation et se caractérise par sa dimension didactique. Les trente-neuf textes rassemblés par Vincent Duclert définissent non seulement l’école comme institution de la République, mais aussi les valeurs et le métier de l’enseignement. Car l’enjeu est d’éduquer la citoyenneté aux valeurs humanistes que la République porte en elle. Le texte de René Char, « Dominique Corti », en hommage au fils de l’éditeur José Corti, mort en déportation en 1945, illustre parfaitement cet enjeu. Face à l’Occupation, au nazisme et à l’histoire – « tout ce qui vous souille et vous détruit », pour reprendre une expression de Patrick Modiano – c’est en l’intelligence, l’audace, et l’intuition que l’avenir peut espérer. René Char écrit ainsi : « L’infaillible nouvelle nature d’une race de monstres a pris sa place parmi les mortels. Plus contagieuse que l’inondation, la chose court le monde, reconnaissant et annexant les siens. Cependant, au cœur de notre brouillard, aussi peu discernable que les feux follets de la mousse, une poignée de jeunes êtres part à l’assaut de l’impossible » (p. 480).

5Au final, Vincent Duclert propose une grande variété de textes qui font écho les uns aux autres (Tocqueville/Rosanvallon, Eluard/Camus, Aron/Bourdieu, etc.). Ce sont les textes littéraires, qu’ils soient tirés de romans, d’essais ou de recueils de poésie, qui donnent voix aux idéaux et valeurs de la République et les incarnent au mieux. Albert Camus, qui est une figure récurrente dans l’ouvrage de Vincent Duclert, est l’exemple modèle du philosophe, du citoyen et de l’homme, à l’écoute des silences et des révoltes que la France a connues. Loin de céder à l’allégresse qui suit la victoire contre la terreur, loin de céder à la violence et à la haine aveugle des victimes qui répondent à la haine des bourreaux, à mi-chemin entre l’empathie et la réflexion, Camus fait parler le désir de justice, la générosité de la reconnaissance et, surtout, la solitude de l’homme.

6On pourra adresser deux critiques majeures au livre de Vincent Duclert. La première critique porte sur la surreprésentation des élites républicaines (hommes politiques, intellectuels, écrivains, ou journalistes) dans le corpus de textes réunis. Parmi les cent-quatre-vingt-deux textes, moins d’une vingtaine sont des écrits d’individus de classes sociales inférieures. La seconde critique porte sur l’absence des antirépublicains – des adversaires de la République depuis 1789 jusqu’aujourd’hui – dans l’ouvrage. En effet, proposer un corpus antirépublicain en parallèle du corpus républicain, n’est-ce pas aussi donner corps à la République, lui donner son identité politique, à l’épreuve même de l’histoire et de ses rapports de force ? Il n’en reste pas moins que l’ouvrage de Vincent Duclert pourra bénéficier aux candidats préparant les concours de la fonction publique ainsi qu’aux enseignants d’histoire-géographie au collège et au lycée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pirathees Sivarajah, « Vincent Duclert, La République, ses valeurs, son école », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 02 septembre 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/21276

Haut de page

Rédacteur

Pirathees Sivarajah

Élève en histoire à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page