Navigation – Plan du site

Jean-Louis Loubet Del Bayle, Sociologie de la police

Grégoire Duvant
Sociologie de la police
Jean-Louis Loubet del Bayle, Sociologie de la police, Paris, L'Harmattan, coll. « République et Sécurité », 2016, 304 p., ISBN : 9782343988297.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Monjardet Dominique, Notes inédites sur les choses policières, 1999-2006, Paris, La Découverte, 200 (...)
  • 2 L’auteur cite : Fassin Didier, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, S (...)

1La police a souvent été considérée comme un objet de recherche peu prestigieux. Les difficultés inhérentes à cet objet sont multiples et nuisent au travail du chercheur qui souhaite s’intéresser aux « choses policières »1. Par exemple, un travail sur la police confronte le chercheur à la tradition du secret. En effet, « le secret peut apparaître comme une nécessité fonctionnelle, indispensable pour permettre à la police d’assurer avec efficacité les missions qui sont les siennes » (p. 52). L’accès à la connaissance semble ainsi compromis. De plus, la police se présente comme un objet polémique. Elle est une institution qui s’expose aux jugements, aux réactions et aux préjugés. Dès lors, la position du chercheur semble difficile à tenir. En outre, le sociologue de la police se doit de tendre à la « neutralité ». Il doit résister aux tentations de la critique ou de l’admiration, et éviter d’être le passeur d’idées politiques sur la place de la police dans notre société. Les exemples rencontrés dans la littérature montrent que cette « neutralité » n’est pas toujours atteinte2. Certains chercheurs cèdent aux extrapolations, à la surinterprétation, et s’éloignent de la réalité du terrain. Le travail du sociologue de la police est semé d’obstacles, de pièges et de difficultés.

2L’ouvrage de Jean-Louis Loubet Del Bayle rassemble des textes déjà publiés dans des revues ou des ouvrages collectifs. Il témoigne de plus de trente ans d’activités universitaires consacrés à la police. Regroupés en trois parties, ces écrits permettent de comprendre comment l’auteur a pu dépasser les difficultés qui se dressent face au chercheur et tendre à l’objectivité nécessaire au travail scientifique.

3La première partie est intitulée « Une histoire ». À travers une approche historique, elle décline une réflexion épistémologique sur la construction des connaissances liées à la police. Elle est orientée par des éléments du parcours de l’auteur et des paramètres collectifs.

4Le travail du sociologue est marqué par un cheminement personnel, intellectuel et universitaire. Ainsi, Loubet Del Bayle livre des éléments de sa trajectoire de chercheur, évoluant de l’histoire des idées vers la sociologie de la police. L’abondante littérature nord-américaine ainsi que l’histoire de la naissance et du développement de la discipline sont autant d’éléments qui ont aussi orienté la démarche du sociologue. En effet, le fondement et les justifications d’un intérêt pour la chose policière peuvent influencer la manière de comprendre la réalité du terrain. Par exemple, l’année 1968 marque un tournant pour la sociologie de la police. L’instabilité causée par les évènements de 1968 invite les sociologues à s’interroger sur le rôle de l’institution policière. L’intérêt pour cette dernière n’est pas dénué de motivations politiques. Dans ce contexte, il est difficile pour le sociologue de tendre à la neutralité. Ce problème invite Loubet Del Bayle à poser la question de la démarche du chercheur en quête d’objectivité. En définitive, l’auteur convoque des éléments de son histoire personnelle autant que de l’histoire collective pour comprendre les contextes d’influence dont il est l’objet.

5La deuxième partie, intitulée « Police et contrôle social », revient sur les concepts plus généraux de « contrôle social » et de « sécurité » dont relèvent les institutions policières. La méthode consiste en une approche macrosociale puis microsociale des activités de contrôle et de préservation de la sécurité. Loubet Del Bayle utilise la comparaison « dans le temps » et « dans l’espace » (p. 105) de ce que l’on entend par « contrôle social » et par « sécurité ». Il s’intéresse par exemple au cas du Japon pour interroger le sentiment d’insécurité de la population. Les résultats de l’enquête sont mis en perspective avec un travail consacré au contexte français. Ce choix est justifié par la volonté d’« éviter […] un enlisement ethnocentrique dans des points de vue étroitement locaux » (p. 120).

6En théorie, on peut distinguer le contrôle social interne à l’individu et le contrôle social externe. Le premier « se traduit par une autodiscipline que l’individu s’impose à lui-même, de façon spontanée, en ayant le sentiment intime de devoir respecter les normes » (p. 97). On parle ici des normes formelles et informelles qui régissent notre société. Le second peut être exercé de deux manières. Il peut résulter de la surveillance que les individus exercent les uns sur les autres, au sein d’un groupe, et s’apparente alors à un contrôle social « communautaire ». Ou bien il peut être « organisé, médiatisé, institutionnalisé » (p. 97-98). Dans ce cas, la pression sociale n’est plus incarnée par les autres individus mais par une institution comme la police, par exemple. Historiquement, les interventions de cette dernière coexistaient avec d’autres formes de contrôle social. Or, le contrôle social « organisé » tend aujourd’hui à supplanter les autres formes de contrôle social. La montée de l’individualisme et de l’hétéronomie dans nos sociétés peut en partie expliquer cette évolution.

7Loubet Del Bayle passe d’une analyse macrosociale à une approche microsociale. Il s’intéresse au sentiment d’insécurité via une enquête par questionnaires aux habitants des 29 communes de l’agglomération périurbaine toulousaine, excluant Toulouse. L’action générale des forces de police est plutôt jugée positivement par les personnes enquêtées. Toutefois, elles émettent un avis plus critique sur la lutte contre la délinquance et doutent des capacités d’intervention, de prévention et d’arrestation de la police. Globalement, 60% de la population est touchée par le sentiment d’insécurité. Ce sentiment est particulièrement fort chez les femmes, les plus de 60 ans, les personnes ayant un bagage scolaire primaire et les habitants de milieux sociaux défavorisés.

8L’originalité du travail de Loubet Del Bayle consiste à allier une comparaison « dans le temps » et « dans l’espace », une approche macrosociale et microsociale pour circonscrire les notions de « contrôle social » et de « sécurité ». La comparaison et le croisement des approches permettent de prendre du recul par rapport aux résultats obtenus dans les différentes enquêtes (sentiment d’insécurité, manières d’exercer le contrôle social, par exemple) pour éviter de « transformer la réflexion intellectuelle […] en interventions militantes dans le champ des controverses médiatico-politiciennes du moment » (p. 120).

9La troisième partie, « De la police », est centrée sur ce que fait la police. L’auteur convoque trois principes qui guident et caractérisent le travail de police : l’accent mis sur la prévention des conduites déviantes, la volonté de proximité du policier avec la population et le respect de la liberté des individus. Son analyse met cependant en lumière divers paradoxes attachés à ces principes.

10L’opinion publique encourage les missions préventives de la police. Pourtant, l’opposition entre prévention et répression doit être nuancée. En effet, une action répressive peut avoir une finalité préventive. C’est le cas, par exemple, des sanctions contre les infractions routières, qui visent surtout à prévenir les accidents de la route. On parle même de « prévention répressive » et de « répression préventive » (p. 202). Ceci souligne la porosité des frontières entre ces deux notions.

11Les actions répressives ont « tendance à restreindre les interventions de la police dans la vie sociale et à limiter l’étendue de son mandat » (p. 204). La répression est une réponse à des cas précis prévus par la loi. Le champ d’action de la police y est donc limité. À l’inverse, la prévention implique une présence accrue de la police dans des domaines qui ne lui sont pas forcément réservés. Ainsi, « le champ de l’intervention de la police est susceptible de s’étendre presque à l’infini » (p. 204). De plus, l’activité préventive pose un problème d’ordre éthique. En effet, l’institution policière oriente son activité en utilisant les stéréotypes et le soupçon. Par exemple, la police peut développer en priorité ses actions de prévention des conduites déviantes envers une population issue de l’immigration ou des classes populaires. Les individus concernés sont soupçonnés par l’institution policière de conduites déviantes. Si la prévention est encouragée dans les pratiques policières, elle suscite encore des interrogations. Ne pose-t-elle pas des problèmes à la liberté des individus ? Tels sont quelques-uns des aspects paradoxaux attachés à la prévention.

12La proximité avec la population est aussi une notion paradoxale. Elle est recherchée à la fois par la police et par les administrés. Toutefois, le policier ne doit être ni trop proche, ni trop éloigné. Il doit être « fonctionnellement et contradictoirement intégré et séparé » (p. 209). Enfin, la liberté pose encore question : si la police a pu être « une de ces “institutions de la liberté” qui ont accompagné et favorisé l’évolution individualiste des sociétés modernes » (p. 198), elle tend aujourd’hui à devenir « un facteur de mise en cause ou de restriction de cette même liberté » (p. 199). La police doit donc composer avec ces divers paradoxes.

13L’ouvrage réussit à rendre compte de la complexité, des aspérités et des spécificités d’un travail dédié aux institutions policières. Il est une référence importante pour tout chercheur étudiant ou souhaitant étudier l’activité de la police. En effet, Loubet Del Bayle fournit des éléments précieux sur ce que peut ou doit faire un sociologue dans ce contexte d’étude particulier. Il évoque les précautions méthodologiques, les difficultés à surmonter, les pièges à contourner. Toutefois, on peut regretter que l’auteur ne revienne pas davantage sur son travail empirique. Si les multiples références donnent l’envie d’ouvrir d’autres ouvrages, le manque d’éléments sur ce que vit le sociologue sur le terrain pourra frustrer celui qui souhaiterait développer ses connaissances sur les méthodes de travail de Loubet Del Bayle. Ce livre n’en est pas moins un ouvrage d’envergure qui revient sur trente années consacrées à la sociologie de la police.

Haut de page

Notes

1 Monjardet Dominique, Notes inédites sur les choses policières, 1999-2006, Paris, La Découverte, 2008.

2 L’auteur cite : Fassin Didier, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Seuil, 2011. Pour Loubet Del Bayle, l’ouvrage pose la question des rapports entre la recherche sociologique et l’institution policière « pour des raisons qui ne sont sans doute pas toutes celles souhaitées par l’auteur » (p. 73).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégoire Duvant, « Jean-Louis Loubet Del Bayle, Sociologie de la police », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 07 septembre 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21312

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page