Navigation – Plan du site

Keivan Djavadzadeh, Pierre Raboud (dir.), « Pop et populaire. Politiques du mainstream », Raisons politiques, n° 62, 2016

Robin Lenoir
Pop et populaire
Keivan Djavadzadeh, Pierre Raboud (dir.), « Pop et populaire. Politiques du mainstream », Raisons politiques, n° 62, 2016, 162 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 9782724634525.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce numéro de Raisons politiques, les coordonnateurs Keivan Djavadzadeh et Pierre Raboud mettent à l’honneur les Cultural Studies, porte d’entrée peu sollicitée en France pour la sociologie de la culture, et moins encore – c’est l’intérêt du numéro – pour la théorie politique. Jouant sur la polysémie du concept de « culture populaire », les auteurs cherchent à éclaircir la relation qu’il peut exister entre les pratiques culturelles du grand public et l’appareil médiatique établissant une « culture pop » mainstream (c’est-à-dire dominante).

  • 1 Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire, Paris, Le Seuil, 2015 [1989].
  • 2 Erik Neveu, « La Voie Paris-Londres des Cultural Studies : Une voie à sens unique ? », Bulletin de (...)

2Mettre l’accent sur les Cultural Studies peut apparaître comme un choix étonnant. Ce champ disciplinaire, qui s’est développé dans les années 1950 et 1960 en Grande-Bretagne, a d’abord cherché à étudier et à mettre en avant la culture des classes populaires, contre une position élitiste qui refuserait de voir dans l’ouvrier un être « cultivé ». Par conséquent, les Cultural Studies britanniques ont eu tendance à privilégier une approche ethnographique qui affirme l’autonomie des cultures populaires, se détachant alors d’une réflexion politique. Selon les coordonnateurs, elles peuvent néanmoins représenter un interlocuteur pertinent avec la sociologie de la culture plus traditionnelle. Comme le rappellent Keivan Djavadzadeh et Pierre Raboud dans leur article introductif, la sociologie de la culture en France, très marquée par l’héritage bourdieusien, a eu tendance à s’intéresser aux cultures populaires uniquement via le prisme de la domination. Ces deux traditions antagonistes présentent ainsi chacune un risque différent, comme l’ont mis en valeur Grignon et Passeron1 : si l’une tend vers le « populisme » (c’est-à-dire la tendance à isoler artificiellement une culture hors des rapports de domination, chez Richard Hoggart notamment), l’autre peut se perdre dans le « misérabilisme » (c’est-à-dire la réduction des cultures populaires uniquement à leur dimension de « culture dominé », chez Pierre Bourdieu par exemple). C’est pour éviter ce double écueil que les coordonnateurs ont cherché à   réintroduire les Cultural Studies dans un héritage trop bourdieusien : il s’agit de reconstruire « la voie Paris-Londres des Cultural Studies »2.

  • 3 Antonio Gramsci, Guerre de mouvement et guerre de position, textes choisis et présentés par Razmig (...)
  • 4 Raymond Williams, Marxism and Literature, Oxford, Oxford University Press, 1977.
  • 5 Cf. Judith Butler, Le pouvoir des mots. Discours de haine et politique du performatif, trad. fr. Ch (...)

3La porosité actuelle entre folk culture et popular culture (deux acceptions que recouvre en français la notion de « culture populaire ») justifie la question à l’origine de ce numéro : « Qu’est-ce que les cultures populaires peuvent apprendre à la théorie politique ? ». Les coordonnateurs placent ainsi au centre de leur travail le concept d’« hégémonie » tel qu’il a été théorisé par Antonio Gramsci3. L’hegemon, en grec, est un leader militaire choisi par une alliance de cités pour les diriger. L’idée principale derrière « l’hégémonie » est celle de la domination, du consentement à la domination et de sa légitimation. Au travers de ce concept, la culture populaire devient « une porte d’entrée de la conflictualité sociale » (p. 14), justifiant son intérêt pour la théorie politique. L’hégémonie, considérée après Raymond Williams comme un « processus »4, permet d’apprécier la complexité et la hiérarchie des échanges culturels. Sont ainsi mis en valeur d’une part les mouvements de subversion et de réappropriation de la culture mainstream par les cultures populaires, et d’autre part la réappropriation et l’apprivoisement de ces courants « contre-hégémoniques » par l’industrie culturelle. Les cultures populaires peuvent ainsi contester ou affermir « le sens des divers évènements, pratiques et institutions sociales » (p. 16), en particulier celui de grandes divisions comme celles de genre ou de race. L’approche par les Cultural Studies prend alors tout son intérêt pour la théorie politique puisqu’elle permet « de réfléchir aux processus de subjectivisation et à la façon dont des individus se construisent dans et par la culture [...]. La culture populaire peut par conséquent devenir le lieu d’une lutte à des fins d’autodéfinition » (p. 14) pour des agents pris dans des étiquetages sociaux5.

  • 6 Pierre Raboud est professeur à l’École de Lausanne et travaille actuellement sur le punk, Keivan Dj (...)

4Ces jalons théoriques donnent sa cohérence à un numéro marqué par la diversité de ses contributions. On y trouve une forte représentation des sciences de l’information et de la communication (trois auteurs sur six) mais aussi un spécialiste de cinéma et deux historiens. Les coordonnateurs, s’ils sont tous deux proches des sciences politiques6, travaillent en fait davantage par objet d’étude que par champ disciplinaire. Les auteurs ont finalement en commun de rejeter les méthodes de la sociologie de la culture bourdieusienne. Délaissant les traditionnels tableaux de mesure des pratiques culturelles et les analyses en termes de classes sociales, ils se concentrent davantage sur l’étude d’objets médiatiques ou culturels. La première partie du dossier s’intéresse aux caractéristiques de l’industrie culturelle en se focalisant sur des contenus précis, la seconde analyse les ressorts de la réception du côté des publics.

  • 7 Christina Cordula est la « coach relooking » de l’émission Nouveau look pour une nouvelle vie.

5Les trois premiers articles proposent ainsi l’« analyse socio-sémiographique » (p. 36) d’une œuvre ou d’un produit médiatique, confinant parfois à la critique d’art. Keivan Djavadzadeh présente dans son article l’exemple de Miley Cyrus, cette popstar américaine qui s’est d’abord fait connaître dans des programmes pour jeunes adolescents avant de rompre avec cette image « trop sage » pour s’associer à un producteur noir et subversif d’Atlanta. L’auteur montre ainsi comment la culture noire (ou plutôt un ensemble de stéréotypes étiquetés comme appartenant à la culture noire : la « blackness ») est récupérée par l’industrie culturelle. Selon lui, l’équivalence médiatique entre subversion, culture noire et « cool » fait de la blackness une ressource convocable, et convoquée, par les popstars blanches américaines dans leur production artistique. La valorisation de cette ressource est rendue possible par l’« idéologie color-blind » de l’industrie culturelle qui nie l’existence de la domination raciale. En particulier, les artistes blancs qui jouissent plus facilement de l’usufruit de la blackness nient le fait que leurs privilèges résultent de leur condition de « Blancs ». Même si la contribution est convaincante, la démonstration manque parfois de poids et de rigueur dans la mesure où aucun corpus empirique précis n’est défini. L’article de Nelly Quemener évite quant à lui cet écueil en proposant l’étude d’un corpus clairement délimité d’épisodes de deux émissions de relooking sur la chaine M6 : Nouveau look pour une nouvelle vie et Belle toute nue. Une analyse sémiologique fine de la mise en scène des émissions permet à l’auteure de montrer l’ambivalence de ces programmes dans leur rapport au genre. Si, d’un côté, ils s’appuient sur une rhétorique de l’empowerment féminin, de l’autre ils promeuvent un modèle rigide de féminité : celui de la femme hétérosexuelle, séduisante et sexualisée. Malgré l’injonction des coachs à l’émancipation du regard d’autrui les rapports de pouvoir dans le couple sont affermis et les rôles de genre sont naturalisés : à une candidate « trop masculine », Christina Cordula7 explique que pour « se sentir bien dans sa peau », il faut « révéler sa féminité ». La connaissance des codes vestimentaires apparait comme une condition naturelle de la femme, qu’elle doit apprendre à « libérer ». L’article de Marie-Pierre Huillet repose lui aussi sur une analyse formelle d’un objet culturel pour éclaircir des rapports de genre. L’auteure propose ainsi une lecture globale du cinéma de Quentin Tarantino, mettant en valeur une évolution et une ambivalence dans le clivage masculin-féminin qui transparaît dans ses films : les femmes gagnent peu à peu en pouvoir dans un univers machiste, mais seulement en s’appropriant des attributs masculins (voiture, armes, etc.). Parce qu’il s’intéresse à une œuvre artistique précise, cet article relève davantage de la « socio-critique » de cinéma que de l’analyse sociologique ou politique.

  • 8 Howard Becker, Art Worlds, Berkeley, University of California Press, 1984‬‬‬‬‬.
  • 9 Dick Hebdige, Subculture: The Meaning of Style, Londres, Routledge, 1979.

6Les deux contributions suivantes changent de perspective et d’univers théorique. En s’intéressant à des institutions médiatiques qui assurent un dialogue entre les producteurs de biens culturels et les publics qui les consomment, ils s’appuient plus ou moins explicitement sur la sociologie des professions artistiques telle qu’elle a été formulée par Howard Becker8, étendant par là la « voie Paris-Londres » jusque Chicago. Il s’agit d’étudier le rôle d’un certain type de « personnel de renfort », la presse spécialisée, dans l’élaboration d’un « monde de l’art ». Le docteur en études cinématographiques Thomas Pillart choisit d’étudier le rapport entre la presse et les spectateurs de cinéma. Les historiens du mouvement punk Luc Robène et Solveig Serre se concentrent davantage sur l’autre côté de la médiation en analysant la relation entre la presse « Rock » et la scène punk qui émerge en France en 1976 et 1977. Ainsi, Thomas Pillart s’appuie sur le courrier des lecteurs-trices de la revue Film Complet pour étudier la formation d’une communauté féminine de « cinéphiles » dans les années 1950 et ses rapports (ambivalents) avec une presse censée légitimer les goûts en matière de cinéma. Luc Robène et Solveig Serre s’intéressent quant à eux à la co-construction par la presse (notamment Rock & Folk et Best) et la scène artistique d’un genre musical « punk » qui s’établit alors comme produit culturel et marketing labélisé. Reprenant ainsi une piste ouverte par les célèbres analyses sur le mouvement punk formulées par Dick Hebdige dans Subcultures9, ils montrent le processus de marchandisation et de normalisation d’un courant qui était (semblait) à l’origine fortement subversif et « contre-hégémonique ».

  • 10 Henry Jenkins, « The textual poacher and the Stormtroppers. Cultural convergence in the digital age (...)

7L’article de Mélanie Bourdaa, qui conclut la partie thématique du numéro, rompt avec la logique de structuration des articles précédents en analysant directement la relation (à double sens) entre les productions culturelles et les publics qui les reçoivent. Plus théorique, cette contribution ouvre une perspective d’étude des cultures populaires à l’heure du numérique. S’appuyant sur le concept de « convergence technologique et culturelle »10, l’auteure montre comment peuvent se créer sur Internet des communautés de fans (les fandoms) qui deviennent eux-mêmes producteurs de contenus (par les fanfictions par exemple, des récits reprenant l’univers de référence des fans). Elle analyse ensuite comment les producteurs de contenus culturels peuvent se réapproprier cette production à des fins de marketing. Mélanie Bourdaa prend notamment l’exemple des promoteurs de séries américaines comme Hannibal ou Orange is the New Black qui utilisent la production des fans pour promouvoir des épisodes ou des saisons de leur série.

  • 11 John Kenneth Galbraith, The affluent society, New York, Houghton Mifflin Company, 1958.

8Finalement comment s’articulent « Pop » et « populaire » ? Sans donner de réponse définitive, les auteurs semblent se rejoindre pour lutter contre l’idée « économiciste » (ou bourdieusienne ?) d’une « filière inversée »11 à sens unique, où l’offre culturelle des dominants piloterait, via le marketing, la demande que représentent les cultures populaires dominées. Les différents apports permettent ainsi d’envisager l’hégémonie culturelle comme un processus complexe et dynamique, parcouru par des mouvements contradictoires, des tensions et des échanges.

9Néanmoins, une alternative théorique définitive à la sociologie bourdieusienne peine à émerger. On peut d’ailleurs regretter que le refus constant de faire appel à la « sociologie de la culture française » (synonyme ici de « sociologie bourdieusienne ») débouche sur le refus d’analyser la culture en termes de groupes sociaux. Dans ce numéro, la « culture populaire » n’est pas vraiment synonyme de « culture des classes populaires » en tant que culture des classes dominées. La « théorie politique » en pâtit puisque la question de la domination dans la structuration globale de la société n’est quasiment pas abordée. Un numéro consacré aux Cultural Studies aurait peut-être gagné, finalement, à compter au moins un sociologue parmi ses contributeurs.

Haut de page

Notes

1 Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire, Paris, Le Seuil, 2015 [1989].

2 Erik Neveu, « La Voie Paris-Londres des Cultural Studies : Une voie à sens unique ? », Bulletin de l’Association pour le développement de l’histoire culturelle, n° 2, 2002.

3 Antonio Gramsci, Guerre de mouvement et guerre de position, textes choisis et présentés par Razmig Keucheyan, Paris, La Fabrique, 2011.

4 Raymond Williams, Marxism and Literature, Oxford, Oxford University Press, 1977.

5 Cf. Judith Butler, Le pouvoir des mots. Discours de haine et politique du performatif, trad. fr. Charlotte Nordmann, Paris, Éditions Amsterdam, 2004. Comme la célèbre spécialiste du genre, les auteurs considèrent ici que l’agent ne subit pas passivement de tels étiquetages, mais que ces derniers peuvent être pour lui l’occasion d’une expression « performative » de son identité.

6 Pierre Raboud est professeur à l’École de Lausanne et travaille actuellement sur le punk, Keivan Djavadzadeh est politologue de formation et spécialiste des « black studies ».

7 Christina Cordula est la « coach relooking » de l’émission Nouveau look pour une nouvelle vie.

8 Howard Becker, Art Worlds, Berkeley, University of California Press, 1984‬‬‬‬‬.

9 Dick Hebdige, Subculture: The Meaning of Style, Londres, Routledge, 1979.

10 Henry Jenkins, « The textual poacher and the Stormtroppers. Cultural convergence in the digital age », in Philippe Le Guern, Les cultes médiatiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002. La convergence technologique est le processus selon lequel, grâce aux nouvelles technologies, des médias peuvent dialoguer ensemble et simultanément autour un unique produit culturel : les hashtags « officiels » d’émission de télévision par exemple. La convergence culturelle est le processus selon lequel les activités de consommation et de production culturelles tendent à se confondre.

11 John Kenneth Galbraith, The affluent society, New York, Houghton Mifflin Company, 1958.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robin Lenoir, « Keivan Djavadzadeh, Pierre Raboud (dir.), « Pop et populaire. Politiques du mainstream », Raisons politiques, n° 62, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 septembre 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/21408

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page