Navigation – Plan du site

Sylvette Denèfle (dir.), Repenser la propriété. Des alternatives pour habiter

Eliza Benites-Gambirazio
Repenser la propriété
Sylvette Denèfle (dir.), Repenser la propriété. Des alternatives pour habiter, Rennes, PU Rennes, coll. « Essais », 2016, 210 p., ISBN : 9782753543492.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les contributions sont de disciplines diverses (sociologie, sciences de l’éducation, droit public e (...)
  • 2 Voir l’œuvre de Joseph Proudhon Qu’est-ce que la propriété (1840) ou Théorie de la Propriété (1862) (...)

1Qu’est-ce que le droit de propriété ? Quels rapports entretiennent les propriétaires à la propriété ? Quelles « formes » regroupe-t-elle ? Quelles sont les alternatives à la propriété privée individuelle ? Dirigé par Sylvette Denèfle, maître de conférences en sociologie à l’Université de Tours, cet ouvrage pluridisciplinaire, à la fois théorique et empirique1, questionne la place de la propriété dans notre société. En dépit de certaines controverses2, la propriété s’est construite sur une idée moderne du progrès, comme droit universel et garantie des libertés individuelles : réduction des inégalités sociales, méritocratie, protection sociale etc. Pourtant, dans un contexte d’accroissement des inégalités, l’accès à la propriété se voit questionné, et s’envisage de manière alternative, au travers d’arrangements animés de partage et de solidarité citoyenne.

  • 3 Indignados est un mouvement née le 15 mai 2011 à Madrid, étendu plus tard à d’autres villes espagno (...)
  • 4 Anonymous est un mouvement de hackers crée en 2003 et 2004, qui regroupe des actions de piratage in (...)

2Organisées en quatre parties (propriété, copropriété, propriété et vulnérabilités, propriété démembrée), les dix-sept contributions proposent de discuter aussi bien la théorie générale de la propriété, ses différentes déclinaisons (propriété, copropriété, habitat partagé, squat) que les relations entre propriété, société et vulnérabilités, notamment dans la capacité d’habitats collectifs proposés à des populations fragilisées (classes moyennes déclassées, personnes âgées, précaires…) de remédier à la précarité et de créer une manière socialement équitable de posséder. Dans l’introduction, Sylvette Denèfle se demande même si on assiste là à une sorte de nouveau mouvement social à visée anticapitaliste qui pourrait ressembler aux Indignados3 ou aux Anonymous4 ?

  • 5 Voir le cours sur l’Etat et le marché des maisons individuelles dans le livre édité par Patrick Cha (...)

3Une des ambitions affichées de l’ouvrage est de resituer le droit de propriété dans son contexte historique d’émergence et sa conceptualisation, oscillant entre réduction du concept à une forme individuelle et privée et remise en question de son absolutisme : l’État ou du législateur pourrait-il l’utiliser à des fins de justice et d’égalité ? Le droit de propriété, comme le suggère Julien George dans sa discussion sur les régimes de propriété, apparaît donc comme un objet politique, utilisé à la fois pour légitimer l’ordre public que pour remettre en cause les fondements d’une société inégalitaire. Le droit donne d’ailleurs raison à la possibilité d’envisager la propriété par ses fins et non par ses moyens : « La propriété peut donc se définir comme un dispositif d’affectation des biens à des usages déterminés. En droit positif, il n’y a pas une propriété, mais des régimes de propriété en fonction des buts économiques et sociaux poursuivis » (p. 40). La contextualisation socio-historique de l’accès à la propriété chez les classes populaires dans d’autres contextes nationaux, à Lisbonne et à Rio, permet de penser la place des institutions (État, organisations de quartiers entre autres) dans la construction des conditions d’accès à la propriété et l’association étroite entre propriété et amélioration des conditions de vie. Sans pour autant l’aborder conceptuellement, cette réflexion interroge la place des instances étatiques dans la construction de la propriété et du marché des maisons individuelles5.

4Les discussions sur les formes alternatives de propriété font l’intérêt principal de l’ouvrage : il s’agit de comprendre le potentiel de pareilles initiatives à « repenser la propriété » ou à en « inventer » d’autres formes, qui se voudraient plus solidaires. Une attention particulière est portée à l’implication des habitants dans la gestion d’éco-quartiers : plus qu’un simple rapport d’usage des lieux collectifs, les habitants participent directement au budget, ils gèrent des terrains, sont en charge des équipements ou affectent leurs biens immobiliers à des espaces communs. Pour Toufik Souami, ces « organisations esquissent d’autres hiérarchies et liens entre la possession d’un bien immobilier et la réalisation des usages qui généralement lui sont inférés » (p. 49). Si les contributions insistent sur les valeurs communes des habitants de logements partagés, les démarches citoyennes de participation et de mise en commun des moyens (économies d’échelles, tâches en commun) et la construction d’espaces collectifs, propices aux solidarités et aux entraides, des obstacles voient le jour, notamment si l’hétérogénéité sociale y est trop forte, et que des conflits sur l’usage des lieux émergent. En toile de fond, on discerne les difficultés du vivre ensemble et de l’« opportunisme résidentiel » que représente la propriété partagée, en faisant une option privilégiée par des classes moyennes fragilisées qui par faute de capital économique ne peuvent pas accéder à la propriété individuelle. Finalement, plutôt que de constituer une remise en cause de la propriété, ces formes d’habitat peuvent contribuer à sa réaffirmation.

5L’analyse de la relation entre propriété et vulnérabilités constitue également un des apports majeurs du livre. Les auteurs suggèrent qu’une propriété partagée peut aider à lutter contre les vulnérabilités, que ce soit les handicaps, la détresse sociale ou la vieillesse. Si les personnes les plus enclines à choisir un habitat partagé ou collaboratif ont des parcours militants et féministes et sont issues de la génération 68, cette démarche s’inscrit surtout dans un questionnement propre à l’autonomie et à la vieillesse : solder ou désinvestir la propriété pour mieux transmettre et mieux vieillir, éviter la solitude et l’isolement, échapper à la maison de retraite et mettre au cœur l’entraide. Il s’agit donc de mettre en lien plusieurs dimensions de la vie vieillissante : « ce qui tient aux individus quant à l’habitat (propriété), ce à quoi ils tiennent (protection) et ce qui les tient (reconnaissance) au temps de vieillir » (p. 137). Ces nouvelles formes d’habitats mettent également au centre de leurs projets le développement durable et l’écologie.

  • 6 Voir la discussion de Florence Bouillon dans Le squat : problème social ou lieu d'émancipation ?, P (...)

6En prenant le cas des squats, la dernière partie de l’ouvrage s’intéresse à la façon dont les expériences précaires amènent à transformer le concept de propriété. La propriété privée est remplacée par la propriété d’usage, une forme de propriété collective basée sur l’usage d’un lieu, le fait d’y vivre, d’y travailler et d’y déployer sa créativité. Dans les squats féministes en particulier, la propriété d’usage repose sur le partage de valeurs communes où une lutte anticapitaliste et émancipatrice est menée pour vivre un espace autonome et autogéré, dans lequel l’individu peut revendiquer un espace à soi avec une capacité d’appropriation de savoir-faire manuels par exemple6.

7À la marge, la contribution de Béatrice Mésini et Floriane Bonnafoux soulève un paradoxe sur le droit de propriété pour les habitats légers et mobiles. Si le code civil garanti la jouissance et la disposition d’un bien dont on est propriétaire, il en est autrement dans les différents codes d’urbanisme dans lesquels il existe un flou juridique quant à la possibilité d’avoir un terrain et de pouvoir y mettre un bien mobile, et des conflits ouverts avec les résidents peuvent conduire à une expulsion, faisant des biens meubles une « propriété équivoque et incomplète ». La discussion s’ouvre alors sur la capacité de réformer le droit de propriété, et de proposer des formes d’habitats alternatifs.

  • 7 Voir Anne Lambert, "Tous propriétaires !". L'envers du décor pavillonnaire, Paris, Seuil, coll. « l (...)

8Les textes de ce livre donnent beaucoup d’informations et d’analyses sur les formes de propriété et les différentes manières d’habiter. L’ouvrage est riche d’expériences d’habitats alternatifs et de descriptions minutieuses des projets qui voient le jour. Une des critiques majeures est finalement de montrer assez peu le terrain et les acteurs sociaux étudiés : qui sont-ils ? Quelles trajectoires les amènent-ils à ces formes d’habiter ensemble ? Comment peut-on analyser de manière plus globale ce type de rapport à la propriété ? L’ouvrage procure à la fois une fresque juridique et historique du droit à la propriété et une description des formes alternatives à la propriété et leurs enjeux, très instructives au demeurant, mais ne propose pas une analyse qui permettrait de dépasser le discours « simplifié » des habitants et des acteurs institutionnels. Pour enrichir l’analyse, on pense au travail d’Anne Lambert et de Violaine Girard sur la propriété ou encore à celui d’Isabelle Coutant et de Gérard Mauger sur le squat qui esquissent des pistes d’analyse7.

  • 8 Voir la réflexion de Robert Castel et de Claudine Haroche dans Propriété privée, propriété sociale, (...)

9On regrettera également que les contributions de l’ouvrage ne permettent pas de s’interroger sur les constructions normatives de la propriété : même en proposant des alternatives à la propriété classique, il semble que les résidents s’insèrent dans une affirmation de la propriété malgré tout. Pourquoi ? Comment ? On apprend finalement peu sur la façon dont s’établit la relation propriété du logement et amélioration des conditions de vie. Existe-t-il même une remise en cause de cette relation ? L’émergence d’un nouveau mouvement social qui questionnerait ce rapport semble bien éloignée des préoccupations actuelles, d’autant plus que ceux qui promeuvent ces formes alternatives de propriétés sont souvent issus d’une classe moyenne éduquée cherchant à préserver un capital immobilier. Le modèle du squat semble d’ailleurs plus desservir la remise en cause de la propriété : « Loin de mettre en question la norme de propriété privée, le squat semble alors au contraire la renforcer : sa transgression vaut sanction. Le squat est un crime, au sens durkheimien de ce fait social normal : il permet à la société de réaffirmer ses valeurs morales et légales fondamentales » (p. 165). Une discussion sur le rapport « propriété de soi » et « propriété privée » avec au cœur la pensée de l’espace de vie pourrait apporter au débat8. Le rapport à la propriété décrit dans les contributions, plus solidaire peut être mais surtout plus « débrouillard » face à la crise du logement que traverse la société, pose la question du bricolage pour mieux vivre, comme s’il s’agissait de « réaffirmer le principe (de propriété) et (de) le contourner » (p. 215) à la marge. Il reste donc beaucoup de questions autour de la mise en commun de moyens individuels pour y accéder, et de la place de l’État pour promouvoir des formes réellement alternatives de l’habitat.

Haut de page

Notes

1 Les contributions sont de disciplines diverses (sociologie, sciences de l’éducation, droit public et privé, majoritairement urbanisme et architecture) et proposent une réflexion théorique et des cas d’études spécifiques, basés essentiellement sur des entretiens.

2 Voir l’œuvre de Joseph Proudhon Qu’est-ce que la propriété (1840) ou Théorie de la Propriété (1862).

3 Indignados est un mouvement née le 15 mai 2011 à Madrid, étendu plus tard à d’autres villes espagnoles puis à l’étranger, qui revendique une plus grande démocratie, dénonce le libéralisme à outrance, les partis politiques traditionnels et la montée des inégalités sociales.

4 Anonymous est un mouvement de hackers crée en 2003 et 2004, qui regroupe des actions de piratage informatique contre des entraves à la liberté d’expression et la manipulation sur internet.

5 Voir le cours sur l’Etat et le marché des maisons individuelles dans le livre édité par Patrick Champagne, Remi Lenoir, Franck Poupeau, Marie-Christine Rivière (dir.), Sur l'Etat. Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Seuil, 2012

6 Voir la discussion de Florence Bouillon dans Le squat : problème social ou lieu d'émancipation ?, Paris, Éditions Rue d'Ulm, 2011, 95 p. http://lectures.revues.org/5259

7 Voir Anne Lambert, "Tous propriétaires !". L'envers du décor pavillonnaire, Paris, Seuil, coll. « liber », 2015, 278 p. https://lectures.revues.org/17528 et Violaine Girard (dir.), « Propriété et classes populaires », Politix, n° 101, 2013, De Boeck http://lectures.revues.org/12653 ; voir Isabelle Coutant et Gérard Mauger, Scènes de la vie d’un quartier populaire, Paris, La Dispute, 2000, 221 p.

8 Voir la réflexion de Robert Castel et de Claudine Haroche dans Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Paris, Fayard, 2001, 215 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eliza Benites-Gambirazio, « Sylvette Denèfle (dir.), Repenser la propriété. Des alternatives pour habiter », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 26 septembre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21418

Haut de page

Rédacteur

Eliza Benites-Gambirazio

Doctorante en sociologie en cotutelle à l’Université d’Arizona (États-Unis) et à l’Université Paris 3 IHEAL, UMI 3157 et UMR 7227

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page