Navigation – Plan du site

Fabienne Wateau, On ne badine pas avec le progrès. Barrage et village déplacé au Portugal

Amandine Oullion
On ne badine pas avec le progrès
Fabienne Wateau, On ne badine pas avec le progrès. Barrage et village déplacé au Portugal, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Le (bien) commun », 2016, 182 p., ISBN : 978-2-7351-2102-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 De Musset Alfred, On ne badine pas avec l’amour, Paris, France, Flammarion, 1999.
  • 2 Voir par exemple Wateau Fabienne. « De l’eau en Alentejo. Marge, barrage et patrimonialisation », R (...)

1Peut-on faire d’une enquête anthropologique une œuvre dramatique ? Voilà la question posée par cet ouvrage de Fabienne Wateau, pour lequel l’auteure a érigé ses enquêtés, habitants d’un petit village portugais, en personnages d’une pièce de théâtre en trois actes. Empruntant son titre à un précurseur du théâtre « à lire »1, la pièce retrace en effet l’histoire du village déplacé de Luz, qui en l’espace de quelques années – entre 1998 et 2002 – a été reconstruit à l’identique sur un terrain voisin, avant d’être noyé sous les eaux du grand barrage d’Alqueva. Pour ce livre, Fabienne Wateau réinvestit les données d’une longue enquête de terrain ayant déjà donné lieu à plusieurs publications2, afin de renouveler une interrogation sur les effets de l’idéologie du progrès, qui prend ici les habits d’un « mythe de l’eau civilisateur ». Mais cette problématique en masque une autre, plus épistémologique : comment raconter l’universel à partir du local ?

2Au cours de ces trois actes, mettant en scène des dialogues réels d’habitants et de salariés de l’entreprise constructrice, on voit ainsi se dessiner les plans du nouveau village, se négocier les aménagements, se construire les premières maisons, parfois sous l’œil des journalistes et touristes venus assister aux derniers instants de l’ancien Luz, condamné à disparaître. À ces dialogues, l’anthropologue a ajouté une longue introduction, présentant l’histoire du barrage d’Alqueva – dont les premiers plans datent de 1920 – et réinscrivant celle-ci dans un bref panorama historique des barrages. La pièce est également suivie d’un dossier très complet, présentant les portraits actualisés des personnages et surtout proposant une lecture thématique de l’ouvrage. Il s’agit peut-être là de l’aspect le plus original et le plus intéressant du livre : Fabienne Wateau, en suggérant des pistes de lecture de la pièce, se pose elle-même en commentatrice du matériau brut fourni par les dialogues et laisse à voir le travail d’analyse qu’elle a opéré sur ces données Trois thèmes sont alors dégagés : le déplacement de la population, les politiques de gestion de l’eau et la participation publique.

  • 3 Le terme est utilisé par l’auteure pour qualifier l’échelle étudiée.
  • 4 L’attention donnée à la structure du village et à la manière dont il reproduit et supporte sa struc (...)

3La thématique du déplacement fournit à l’auteure un premier pont entre le local et l’universel à travers la notion de culture qui, si elle n’est pas mise en avant en tant que telle, apparaît en filigrane tout au long de la pièce. Car ce qui est en jeu dans ce déplacement, c’est bien la survie d’une culture « microlocale »3, qui fait l’objet à Luz d’un réel travail, auquel participent les habitants mais aussi l’entreprise de construction du barrage. Il s’agit d’abord d’un travail matériel, qui consiste à reproduire les conditions d’une transmission culturelle de l’ancien au nouveau village : reconstruction du village à l’identique, respectant l’aspect, les fonctionnalités et la structure sociale de l’ancien Luz4 ; déménagement du cimetière préalable au déménagement des habitants ; création d’un musée… Mais il s’agit aussi d’un travail symbolique de construction d’une mémoire collective, qui passe par exemple par la collecte d’objets et d’histoires de vie devant servir à alimenter le musée ou par l’écriture d’un chant racontant l’histoire du village ennoyé.

  • 5 Muller Pierre, « Les politiques publiques entre secteurs et territoires », Politiques et management (...)
  • 6 Pierre Muller, op. cit.

4Le second enseignement de l’ouvrage porte davantage sur la question du progrès. Celle-ci apparaît très nettement lorsque .Fabienne Wateau évoque les politiques de l’eau : l’histoire des politiques hydrauliques apparaît alors comme une porte d’entrée vers l’histoire plus large de la notion de progrès. Les constructions de grande envergure connaissent ainsi un grand succès au cours du XXe, où elles s’ancrent parfaitement dans le référentiel modernisateur des politiques publiques5, avant d’être critiquées dans les années 1970-1980 et officiellement remises en cause dans les années 1990, avec la suspension des financements de barrages par la Banque mondiale. Dans ce cadre, le barrage d’Alqueva apparaît donc comme la survivance d’un mythe aujourd’hui largement déconstruit au vu de ses effets destructeurs sur l’homme comme sur son environnement. Mais c’est sans compter peut-être sur la capacité du mythe à se régénérer, puisqu’ainsi que le souligne l’auteure, le classement de l’hydroélectricité au rang des énergies renouvelables a fourni un second souffle aux politiques hydrauliques – dont on pourrait dire qu’elles trouvent un nouveau sens dans le référentiel du développement durable, pour reprendre la terminologie de Pierre Muller6.

5Ainsi On ne badine pas avec le progrès fait davantage écho au théâtre de l’absurde qu’à la dramaturgie romantique : derrière les petites absurdités du déplacement – voir par exemple la photo d’une maison reconstruite p. 79), dans laquelle la poignée de porte vient cogner sur l’interrupteur –, on aperçoit celle, gigantesque, d’un projet démesuré. C’est ainsi qu’une solution plus rationnelle – réduire la cote du barrage pour éviter d’avoir à noyer et donc à déplacer le village – est écartée au regard d’un objectif purement symbolique : construire le plus grand plan d’eau d’Europe. Absurde également la politique hydraulique de l’offre, qui consiste à bâtir des infrastructures sans s’interroger sur les besoins réels en irrigation – ce qui conduira à reprocher aux agriculteurs de ne pas utiliser suffisamment d’eau (sic). Absurde enfin la promotion du tourisme aquatique autour du barrage, alors même que la construction a rendu l’eau toxique. D’un tel récit, il ressort toute la ténacité du mythe du progrès, de la force symbolique de l’abondance. En témoigne cette réplique d’un ingénieur, évoquant la population « décapitalisée » de Luz : « On ne peut pas penser qu’à la classe actuelle ». La conviction reste forte que la construction du barrage, si elle se fait aux dépends d’une partie de la population, est la promesse d’un avenir meilleur pour les générations à venir.

  • 7 Voir la collection « Sociorama », avec par exemple Braud Claire, Jounin Nicolas, Chantier interdit (...)
  • 8 Voir notamment Garfinkel Harold., Studies in ethnomethodology, Cambridge, Polity Press, 1984.

6Au-delà de ces éléments de réflexion, l’intérêt de l’ouvrage réside dans sa forme. Le choix d’une pièce de théâtre témoigne d’abord d’un effort salutaire d’ouverture des sciences sociales à un public plus large, dans une démarche comparable aux initiatives se multipliant aujourd’hui du côté de la bande dessinée7. Si l’abondance de personnages nuit à la clarté de la pièce, celle-ci est bien compensée par l’effort d’illustration, à travers de nombreux clichés, cartes et plans. Écrire une pièce de théâtre, c’est aussi pour Fabienne Wateau « laisser le lecteur arriver à ses propres conclusions » (p. 155). On peut douter que le lecteur puisse aisément se désolidariser des suggestions d’interprétations faites par l’auteure en fin d’ouvrage, toutefois cette approche témoigne d’un véritable parti pris qui mérite d’être discuté, au regard par exemple des travaux d’ethnométhodologie8, dont il nous semble surprenant que l’auteure ne les ait pas davantage explorés ici.

Haut de page

Notes

1 De Musset Alfred, On ne badine pas avec l’amour, Paris, France, Flammarion, 1999.

2 Voir par exemple Wateau Fabienne. « De l’eau en Alentejo. Marge, barrage et patrimonialisation », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, n° 18, 2004, p.  53-60.

3 Le terme est utilisé par l’auteure pour qualifier l’échelle étudiée.

4 L’attention donnée à la structure du village et à la manière dont il reproduit et supporte sa structure sociale fait écho aux schémas de villages bororo dessinés par Claude Lévi-Strauss. Voir Lévi-Strauss Claude, Tristes tropiques, Paris, France, Plon, 1955.

5 Muller Pierre, « Les politiques publiques entre secteurs et territoires », Politiques et management public, vol. 8, n° 3, 1990, p. 19-33.

6 Pierre Muller, op. cit.

7 Voir la collection « Sociorama », avec par exemple Braud Claire, Jounin Nicolas, Chantier interdit au public, Bruxelles, Casterman, 2016.

8 Voir notamment Garfinkel Harold., Studies in ethnomethodology, Cambridge, Polity Press, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Oullion, « Fabienne Wateau, On ne badine pas avec le progrès. Barrage et village déplacé au Portugal », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 29 septembre 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21437

Haut de page

Rédacteur

Amandine Oullion

Enseignante agrégée en sciences sociales et doctorante en sociologie au CETCOPRA (Université Paris 1).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page