Navigation – Plan du site

Willy Gianinazzi, André Gorz, une vie

Thibault Scohier
André Gorz
Willy Gianinazzi, André Gorz. Une vie, Paris, La Découverte, 2016, 384 p., ISBN : 978-2-7071-9103-8.
Haut de page

Texte intégral

1Gérard Horst, alias Michel Bosquet, alias André Gorz est né en 1923 et décédé en septembre 2007. Cela fera bientôt dix ans. Ce penseur demeure de nos jours minorisé dans les milieux savants et universitaires malgré sa centralité dans le champ de la pensée française de la seconde moitié du XXe siècle. Ce travail de Willy Gianinazzi, la première grande biographie consacrée à Gorz, basée aussi bien sur ses écrits que sur des archives inédites et un grand nombre de témoignages, changera peut-être cet état de fait.

2Cette biographie s’intéresse surtout à la vie intellectuelle et politique de Gorz, dont les idées ont évolué radicalement entre sa rencontre avec l’existentialisme et Sartre dans les années 1940-1950, et ses positions visionnaires sur la critique de la technique, l’écologie et la réduction du temps de travail au tournant du XXIe siècle. Gianinazzi tente, tout au long du livre, de faire ressortir à la fois les ressorts de cette évolution et la cohérence d’une philosophie qui s’est transformée au fil d’une lente maturation, et non par une succession d’hypothétique révolutions coperniciennes.

3Si Gorz a surtout été connu pour son travail de journaliste, sous le nom de Michel Bosquet, d’abord dans L’Express puis comme co-fondateur du Nouvel Observateur, il n’a cessé de fréquenter les cercles intellectuels de son époque (notamment en écrivant longtemps pour Les Temps Modernes) et de publier des livres ayant souvent un coup d’avance sur l’opinion et les idées de ses contemporains. On comprend d’ailleurs, à la lecture de cette biographie, que son emploi et son activité intellectuelle se répondaient et se nourrissaient l’un l’autre.

4Ainsi, ses écrits journalistiques sur l’économie lui permettaient de suivre les évolutions concrètes de la structure des sociétés occidentales ; et ses réflexions, en premier lieu dans une veine dérivée du marxisme puis dans l’optique de l’autogestion et l’autonomie, influaient sur sa manière de traiter l’actualité, ce qui n’allait pas, évidemment, sans générer certaines frictions avec sa hiérarchie éditoriale. Il semble toutefois clair, au vu du regard que Gorz/Bosquet portait lui-même sur son travail dans les journaux, qu’il se considérait avant tout comme un penseur, ayant besoin d’un salaire de journaliste pour pouvoir survivre.

  • 1 Cité par Willy Gianinazzi, p. 106 ; c’est Gorz qui souligne.

5Ce qui étonne sans doute le plus, c’est de lire très tôt sous la plume de Gorz des considérations sur le rapport des individus au travail, ou sur le déplacement de la source du conflit social d’une volonté d’accroître le salaire à celle d’améliorer la vie dans son ensemble – du passage, en somme, d’une lutte quantitative pout la survie à une lutte qualitative pour la vie. Sa lucidité allait au-delà du simple constat puisqu’il prédisait déjà, en filigrane, la nouvelle « gestion » du travail et de ses conflits. Il écrit ainsi en 1964 dans Stratégie ouvrière et néocapitalisme : « Au lieu que la production soit mise au service de la société, c’est la société qui est mise au service de la production capitaliste : celle-ci s’ingénie à offrir aux individus des moyens toujours nouveaux pour s’évader de cette réalité insupportable ; et la mise en œuvre à grande échelle de ces moyens d’évasion individuelle (automobilisme, maisons individuelles, camping, loisirs passifs) recrée aussitôt un nouveau processus social anarchique, des pénuries, des contre-finalités et des aliénations nouvelles. »1

6Avant les bouleversements politiques et culturels qu’allait occasionner mai 68, Gorz note l’évolution d’un capitalisme qui intègre la vieille classe ouvrière en générant de nouveaux modes de consommations et de nouveaux besoins. Le glissement de l’aliénation va du travail à la vie elle-même, et il n’est pas négligeable que ce « processus social » ait à la fois un intérêt politique, de contrôle des populations et des classes populaires en particulier, et un intérêt économique puisque le capitalisme doit toujours, pour exister, envahir de nouveaux secteurs et de nouvelles dimensions de la vie humaine.

7D’autres penseurs viendront également à ce constat et on ne peut qu’être d’accord avec Willy Gianinazzi pour parler de « rendez-vous manqué » avec Cornélius Castoriadis, qui a suivi la même trajectoire, passant d’un marxisme hétérodoxe à une complète réinvention de la théorie de l’aliénation et de la domination. Leur seul échange probant est une polémique sur le rôle de Sartre, dans laquelle Gorz s’arque-boute sur son amitié pour le vieil homme, négligeant de réévaluer posément ses relations avec les communistes français et soviétiques. Un autre rendez vous manqué, sur lequel Gianinazzi ne se penche que trop peu, est celui que Gorz aurait pu avoir avec Jean Baudrillard et ses théories sur la simulation ou l’hyperréalité.

8On reprochera peut-être à Willy Gianinazzi d’être parfois entré un peu crûment dans le détail des débats intellectuels qui ont émaillé la vie de Gorz, rendant l’ouvrage difficile d’accès aux personnes ne possédant pas forcément une connaissance conséquente des dits débats. Il n’est par exemple, pas simple de comprendre la position de Gorz face au marxisme, concernant des concepts comme l’aliénation ou le travail, sans connaître un minimum les très nombreuses positions orthodoxes et hétérodoxes sur la question. Les spécificités du problème de la technique, de la modernité et de leur rôle dans l’évolution des sociétés occidentales ne sont pas non plus aisées à appréhender sans quelques pré-requis. On a aussi parfois l’impression qu’en citant les titres, personnalités et lieux avec lesquels Gorz est entré en relation, Gianinazzi ne rend pas vraiment compte de l’impact global de ses écrits et de leur réception dans les différentes sphères de la société (de l’intelligentsia au grand public). Il est ainsi difficile de comprendre la position ambigüe du philosophe, qui échangeait intellectuellement avec Marcuse, Habermas ou Van Parijs mais qui est loin d’être considéré comme un penseur-clé dans l’université d’aujourd’hui.

9Cette biographie recèle un intérêt autant pour les connaisseurs de la pensée gorzienne, qui pourront, plus que tous les autres, l’estimer à sa juste valeur, et pour les curieux qui souhaiteraient découvrir l’histoire d’un homme et d’une pensée originale, hétérodoxe et pleine de sens pour les débats qui secouent actuellement nos sociétés : évolution du rapport au travail et au salaire, potentiel positif et négatif du progrès technique illimité, accumulation des enjeux écologiques vitaux… Gorz est définitivement un penseur du XXIe siècle et il est à parier que ses écrits vont connaître, dans les décennies à venir, une nouvelle postérité.

Haut de page

Notes

1 Cité par Willy Gianinazzi, p. 106 ; c’est Gorz qui souligne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Scohier, « Willy Gianinazzi, André Gorz, une vie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 05 octobre 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/21456

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page