Navigation – Plan du site

Sébastien Le Pajolec, Bertrand Tillier (dir.), « Villes mortes », Sociétés et représentations, n° 41, 2016

Laurent Viala
Villes mortes
Sébastien Le Pajolec, Bertrand Tillier (dir.), « Villes mortes », Sociétés & Représentations, n° 41, printemps 2016, 260 p., Paris, Publications de la Sorbonne, ISBN : 9782859449605.
Haut de page

Texte intégral

1La revue Sociétés et Représentations dans son numéro 41 du printemps 2016 offre un dossier intitulé « Villes mortes ». L’introduction et les articles forment un ensemble de dix textes agencés selon un enchaînement qui n’a pas donné lieu à la formation de groupements.

2Les villes mortes, dans la diversité des exemples mobilisés, ne désignent pas véritablement une catégorie établie de l’entendement, mais parviennent toutefois d’une part à pointer un rapport singulier de leur réalité spatiale au temps, et d’autre part à se démarquer d’un objet en apparence concurrent, à savoir la ruine. Le texte d’introduction de Sébastien Le Pajolec et Bertrand Tillier éclaire ces deux points et valorise l’idée selon laquelle la ville morte reste un lieu dont on peut faire l’expérience, complexe et contrariée ; un lieu en capacité de nourrir un imaginaire urbain, empruntant à la diversité des représentations fournies par la littérature et, plus généralement, les arts. C’est bien dans ce registre que s’inscrivent principalement les articles rassemblés.

  • 1 Théophile Gautier, Arria Marcella ; Georges Rodenbach, Bruges-la-Morte ; mais aussi des références (...)

3Ce compte rendu mise sur une lecture inversée du dossier : elle remonte de la dernière contribution à la première, en organisant les textes en trois groupes. Deux options s’offrent alors au lecteur : soit il suit l’ordonnancement proposé par la revue qui, appréhendé dans son ensemble, privilégie une découverte de la ville morte, de ses représentations et usages dans la littérature du XIXe siècle au travers de plusieurs grands classiques1, soit il s’en remet au parti adopté pour cette recension et bénéficie d’un accès au dossier quelque peu revu, valorisant nous semble-t-il une problématisation très actuelle de la question de la ville morte se nourrissant deux grands enjeux contemporains : celui lié à l’Anthropocène et celui esquissant une post-humanité.

  • 2 Ces romans ne sont pas parmi les plus connus, mis à part L’An 2440 de Louis-Sébastien Mercier (1771 (...)
  • 3 Crutzen Paul J., « Geology of mankind », Nature, vol. 415, n° 6867, 2002, p. 23.

4Le premier des trois ensembles annoncés retient donc les deux derniers textes du dossier, qui fournissent le cadre problématique promu par la seconde option. D’une part, Daryl Lee place la ville morte dans la perspective du paradigme de l’anthropocène, comme l’indique le titre de sa contribution : « “Catachronisme” de la ville morte : la capitale du XIXe siècle et l’Anthropocène ». L’étude des représentations de Paris dans plusieurs œuvres d’anticipation du XIXe siècle2 est déployée à l’aune de ce que Lee présente comme étant les trois grands modèles de la ville morte : le modèle ruiniste de la torpeur (délabrement de la ville au fil du temps), celui de la ville catastrophée (destruction instantanée), et le modèle du chaos entre démolition et renouveau. Viendrait désormais s’y ajouter un quatrième, celui qui intègre ce que signifie l’Anthropocène, à savoir que notre monde serait entré au moins depuis le XVIIIe siècle dans une nouvelle ère géologique (l’Anthropocène après l’Holocène) intégrant le fait que l’homme serait devenu le premier facteur de changement de son environnement. Cette évolution aurait une traduction sur le plan géologique3. D’autre part, Bertrand Tillier (« Dead cities de Guillaume Greff, la ville morte à l’ère post-humaine ») met en lumière un aspect du travail du photographe contemporain Guillaume Greff qui, dans son projet Dead Cities, donne à voir une simili-ville, fabriquée pour des exercices militaires en situation urbaine réelle. La ville morte, sans le moindre habitant, est là, en attente d’un investissement guerrier ponctuel qui pourtant n’altèrera jamais sa réalité formelle. Cette ville née morte serait-elle tout à la fois l’incarnation et la critique d’une partie de notre monde désormais soumis aux cadres post-humanistes c’est-à-dire aux nouvelles conditions de l’être nées de la rencontre des progrès scientifiques et techniques, et de leur possible mise en surchauffe ? Ou bien, faut-il, comme y invite l’auteur, se laisser emporter par une poétique en capacité de saisir les lieux pour ce qu’ils sont fondamentalement ?

5Le parcours à rebours se poursuit par trois contributions – le deuxième groupe – assez différentes quant aux objets qu’elles mobilisent (le bassin minier stéphanois au XIXe siècle, une ville-fantôme de western et Berlin détruite au sortir de la deuxième guerre mondiale), mais qui peuvent rejoindre une même catégorie : la ville abandonnée, que l’on fuit du fait d’un événement majeur signifiant la fin d’un cycle (économique, politique, etc.). Avec Éléonore Muhidine (« Ruines exposées, transformées, racontées. Images de la destruction dans le “Berlin Stunde Null” »), la photographie témoigne à nouveau de la ville morte mais cette fois avec Berlin en ruine au sortir de la deuxième guerre mondiale. L’auteure place le Berlin Stunde Null – autrement dit le Berlin année zéro qui désigne les documents photographiques tout autant que ce dont ils témoignent c’est-à-dire la ville de Berlin anéantie au sortir du conflit mondial – dans la perspective de l’exposition à forte valeur pédagogique Werte unter Trümmern (Des ruines de valeur), proposée en 1947 par les autorités allemandes pour signaler les ressources cachées (objets, matériaux) d’une ville en ruine. Berlin, aux allures fantomatiques, laisse ainsi espérer un renouveau. À travers cette exposition, la ville morte conserve jusque dans ses ruines les conditions de sa renaissance. Il en va différemment avec la figure de la ville morte portée par le western américain que Sébastien Le Pajolec (« Matalo ! ville morte et western fantôme ») interroge. Il scrute précisément le sous-genre italien, en l’occurrence au travers de Matalo ! de Cesare Canevari. Le verdict est simple : la ville morte devient le personnage central du film. Là où le western américain fait de la ville fantôme un simple décor, le western italien dispense à haute dose dislocation et dépérissement jusqu’à perdre l’histoire dans un chaos quasi-fantastique fixant finalement l’œuvre esthétique centrale dans ce film (Matalo !) de cinéma expérimental. Reste le texte de Jean Lorcin : « Peurs millénaristes et visions futuristes face au déclin d’un bassin industriel : Saint-Étienne à la fin du XIXe siècle ». Chez Émile Zola, Jacques Vacher et Marc Le Guet, la déprise stéphanoise au sortir du XIXe siècle associe déréliction économique et avenir incertain d’une ville qui se meurt. Après la photographie et le cinéma, après la ville détruite (Berlin) et la ville fantôme (figure récurrente dans le western), l’œuvre littéraire rend compte de la ville lourdement frappée par la crise.

6La découverte peut alors se terminer par le troisième ensemble de quatre contributions, retenues par les coordonnateurs pour ouvrir le dossier. Deux d’entre elles sont dédiées à Pompéi (Valéry Rion, Anne Geisler-Szmulewicz), via Arria Marcella de Théophile Gautier ; les autres parcourent le XIXe siècle dans un Paris que l’œuvre littéraire vide de ses habitants (Noémie Boeglin), puis à Venise, ville empêtrée dans son incapacité à se projeter dans un futur prospère, si ce n’est par l’exploitation patrimoniale de ce qu’elle a été. En appelant à deux auteurs vénitiens du XIXe siècle un peu oubliés, Marguerite Bordry (« L’autre mort de Venise. La ville morte de Giacinto Gallina et Gerolamo Rovetta ») valorise ce regard méconnu porté sur la réalité de Venise, annonçant la mort physique, politique, mais aussi morale de la ville. À propos du Paris romanesque du XIXe siècle, Noémie Boeglin constate que la ville livrée au lecteur par Balzac, Flaubert, Sue, Hugo, Zola est sans animation, vide, alors que l’histoire de la réalité urbaine de la vie quotidienne témoigne dans le même temps, y compris par exemple dans les représentations qu’en donnent les impressionnistes, d’une grande effervescence. Les écrivains semblent difficilement s’arranger de ce Paris bouillonnant et s’attachent donc à le réinventer pour mieux servir leurs récits. On pense à Venise, Paris, mais aussi et surtout Pompéi, la ville morte par excellence pourrait-on dire, car c’est une ville en mouvement, vivante, mais figée à jamais, dont se saisit Théophile Gautier. Impossible pour l’œuvre littéraire – en l’occurrence, Arria Marcella – de simplement mobiliser un cadre urbain, un décor, un environnement. La puissance évocatrice du lieu conduit le lecteur à investir un imaginaire projetant quiconque en fait l’expérience dans un monde aux contours chargés d’émotions et de sensations. L’évocation de la femme aimée par l’écrivain, fut-elle dégagée pour un instant seulement de son corset de cendres, ranime le souvenir de la ville vivante. C’est également ce procédé que met en lumière Valery Rion, comparant la nouvelle de Gautier au roman Bruges-la-Morte de Georges Rodenbach qui contribue à façonner la figure de la ville-femme

  • 4 Davis Mike, Dead cities, Paris, Les Prairies ordinaires, coll. « Penser/Croiser », 2009.

7La lecture de l’ensemble de ces textes, selon cette articulation ou en fonction d’autres intérêts, s’accompagnera volontiers, comme y invite l’introduction au dossier, du contrepoint offert par l’ouvrage de Mike Davis, Dead cites4, ancrant la réalité de la ville morte dans la concrétude du XXe siècle, mais revenant dans le même temps à la littérature et à la photographie, notamment, toujours utiles pour décrypter notre monde.

Haut de page

Notes

1 Théophile Gautier, Arria Marcella ; Georges Rodenbach, Bruges-la-Morte ; mais aussi des références à Balzac, Flaubert, Hugo, Sue, Verne, ou Zola ; notamment à propos des représentations de Paris.

2 Ces romans ne sont pas parmi les plus connus, mis à part L’An 2440 de Louis-Sébastien Mercier (1771), notamment.

3 Crutzen Paul J., « Geology of mankind », Nature, vol. 415, n° 6867, 2002, p. 23.

4 Davis Mike, Dead cities, Paris, Les Prairies ordinaires, coll. « Penser/Croiser », 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Viala, « Sébastien Le Pajolec, Bertrand Tillier (dir.), « Villes mortes », Sociétés et représentations, n° 41, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21477

Haut de page

Rédacteur

Laurent Viala

Géographe, urbaniste. Enseignant chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture de Montpellier (ENSAM), Laboratoire innovation formes architectures milieux (LIFAM).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page