Navigation – Plan du site

Peter H. Lindert, Jeffrey G. Williamson, Unequal Gains. American Growth and Inequality since 1700

Laura Nirello
Unequal Gains
Peter H. Lindert, Jeffrey H. Williamson, Unequal Gains. American Growth and Inequality since 1700, Princeton, Oxford, Princeton University Press, coll. « The Princeton Economic History of the Western World », 2016, 398 p., ISBN : 978-0-691-17049-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Piketty Thomas, Le Capital au XXIe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 2013.
  • 2 Kuznets Simon, « Economic Growth and income inequality », American Economic Review, 45, n°1, 1955, (...)
  • 3 Atkinson Anthony B., Piketty Thomas, Saez Emmanuel, « Top incomes in the Long Run Of history », Jou (...)

1Cet ouvrage s’intéresse à la question du rapport entre augmentation des richesses et développement des inégalités aux États-Unis. Face à une explosion grandissante de ces dernières depuis les années 1970, c’est une thématique de plus en plus abordée par les économistes, en particulier depuis la publication en 2013 du livre de Thomas Piketty1. Dans Unequal Gains, Peter H. Lindert et Jeffrey G. Williamson cherchent à comprendre si la croissance s’accompagne inévitablement d’inégalités économiques. Ils remettent ainsi en cause la courbe de Kuznets2, qui explique que le développement économique conduit à une baisse des inégalités. S’inscrivant dans les travaux actuels d’économistes portant notamment sur les hauts revenus3, ils montrent dans leur ouvrage comment, alors que les États-Unis étaient au XVIIe siècle l’un des pays les plus égalitaires en termes de revenus, les inégalités y ont augmenté. Leur objectif est d’analyser les causes et les conséquences des inégalités de revenus pour en tirer des leçons pour le futur et pour voir s’il est possible de parler d’évolutions inhérentes au capitalisme. Pour ce faire, ils mobilisent une méthodologie originale : ils s’intéressent au produit intérieur brut (PIB) dans la perspective des revenus et non de la production, ce qui n’a jamais été réalisé pour la période avant 1929. Ils analysent alors le revenu par habitant depuis la fin du XVIIe siècle (avant même l’indépendance des États-Unis). Ce qu’ils appellent leur « tables sociales » [social tables] leur permet ainsi de voir la structure des revenus (venant du travail ou de la propriété) mais aussi de percevoir les distinctions selon la classe sociale, l’origine, le sexe ou le lieu d’habitation.

2L’ouvrage se compose de dix chapitres qui retracent de manière chronologique, de 1700 à nos jours, l’évolution moyenne des revenus et des inégalités. . Nous allons ici nous intéresser tour à tour à ces deux aspects. Les deux grands résultats de l’analyse de Lindert et Williamson sont les suivants : les États-Unis sont, depuis la fin du XVIIe siècle, leader mondial en termes de revenu par habitant ; les inégalités ne sont pas inhérentes à l’évolution du capitalisme mais viennent de choix politiques.

3Le premier apport du livre concerne la question du leadership des États-Unis en termes de revenu par habitant. La plupart des analyses économiques évoquent la période de la fin du XIXe siècle où les États-Unis sont le premier pays à prendre le chemin de la croissance économique moderne. Lindert et Williamson montrent, quant à eux, qu’en termes de revenus par habitant, dès la fin du XVIIe siècle les colons américains gagnaient plus que les européens. Cette avance a d’ailleurs peu évolué jusqu’à aujourd’hui. Durant quelques périodes, les États-Unis ont perdu leur leadership : lors de l’indépendance (1774 et 1790) où le revenu par habitant a baissé de plus de 30 % (p. 93), pendant la guerre civile (1860) et enfin lors de la grande dépression (années 1930). Malgré ces situations de crise, le leadership en termes de niveau de vie a toujours été regagné rapidement.

  • 4 L’indice de Gini mesure la dispersion au sein d’une population donnée. C’est un indicateur d’inéga (...)
  • 5 « Great leveling » (p. 194).

4Sur la question des différences de revenus, à la fin du XVIIIe siècle les États-Unis étaient un des pays les plus égalitaires. En effet, en 1774 les 1 % les plus riches ne détenaient que 8,5 % des revenus (contre 20 % aujourd’hui). Le coefficient de Gini4 était alors de 0.409, contre par exemple 0.522 en Grande-Bretagne (p. 37). Ainsi, si les États-Unis sont aujourd’hui un des pays les plus inégalitaires, c’est dû à une évolution progressive. Lindert et Williamson repèrent deux phases d’inégalités particulièrement fortes : entre 1800 et 1860 et depuis 1970. Les deux périodes sont cependant un peu différentes sur la constitution des inégalités. Au XIXe siècle, elles provenaient de divergences entre classes sociales, entre le nord et le sud, entre la ville et la campagne, entre esclaves et personnes libres ; aujourd’hui, les différences de revenus sont nourries par une explosion du niveau des revenus de la propriété des 1 % les plus riches. Ces deux phases ont été interrompues entre 1910 et 1970 par ce que les auteurs appellent le « grand nivellement »5.

5Pour expliquer ces évolutions, les auteurs cherchent à savoir si elles sont inhérentes au capitalisme ou si elles résultent d’éléments extérieurs. Ils déterminent alors six forces qui, conjuguées ensemble, vont agir de manière différente selon les époques. Elles permettent d’expliquer les deux grandes phases d’inégalités et la phase de nivellement. Parmi ces six forces, il y a : les chocs politiques (passage de la gauche vers la droite, ou période de guerre) ; l’évolution de la population active (quand elle augmente, cela tire les salaires vers le bas) ; les technologies (certaines conduisent à l’automatisation et donc à la baisse du revenu des moins qualifiés) ; le commerce international (quand il y a peu de barrières douanières, des produits riches en facteur travail venant de l’étranger viennent concurrencer les produits nationaux) ; le niveau de l’éducation (plus la population a des compétences, mieux elle sera rémunérée et pourra faire face à l’évolution des technologies) ; et enfin la régulation du système financier (quand celui-ci est non-régulé, les rémunérations de la propriété augmentent et cela favorise les 1 % les plus riches).

6Lindert et Williamson analysent alors plus précisément l’évolution de ces six forces au XXe siècle. Brièvement, lors de la période 1910-1970, on assiste à une augmentation de 214,3 % des revenus des 99 % les moins riches (p. 195). Cela s’explique par le passage à un gouvernement de gauche (politique du New Deal) et par les destructions de la guerre (réduisant le patrimoine des plus riches) ; il y a également une baisse de la main d’œuvre, un ralentissement des technologies défavorisant le travail peu qualifié, une augmentation du niveau d’éducation, des barrières au commerce international et une régulation forte du secteur financier après la crise des années 1930. Au contraire de ces évolutions, on assiste depuis 1970 à des chocs politiques (en particulier dans les pays anglo-saxons, avec les gouvernements Thatcher et Reagan), à l’augmentation de la quantité de la population active, à la baisse du niveaumoyen de qualifications, au développement des nouvelles technologies, à la libéralisation du commerce international et à la dérégulation financière.

  • 6 « American history tells us to expect inequality episodes, not a monotonic march driven by some law (...)

7Ainsi, cet ouvrage a un double apport. Au-delà de la quantité d’informations impressionnantes qu’il donne sur l’histoire de l’évolution des revenus aux États-Unis, il a également une portée politique. En effet, Lindert et Williamson concluent en montrant que la croissance économique ne conduit pas forcément à des inégalités : « L’histoire américaine nous dit de nous attendre à des épisodes d’inégalités, mais pas à une marche monotone conduite par une certaine loi de développement capitaliste. »6 Ici, ils remettent en cause une partie des conclusions de Thomas Piketty qui montrent notamment qu’il existe des lois fondamentales au capitalisme qui conduisent à une contradiction inhérente à celui-ci : le taux de profit augmente plus vite que le taux de croissance. Dans Unequal Gains, Lindert et Williamson s’intéressent bien plus aux raisons politiques, économiques, sociales et démographiques, qu’à des lois régissant le capitalisme. Ainsi, en reprenant leurs six forces, ils montrent que beaucoup de choses sont difficiles à mesurer comme les chocs politiques, l’évolution de la main-d’œuvre ou encore des technologies. Cependant, sur certains points, une volonté politique peut conduire à une réduction des inégalités tout en conservant la croissance, d’autant plus que les États-Unis sont un pays où les revenus moyens sont très élevés alors que le nombre de personnes pauvres ne fait qu’augmenter. Ils concluent l’ouvrage par trois préconisations : une augmentation de l’éducation publique, le développement de taxes sur les héritages pour limiter les inégalités entre générations et, enfin, une régulation du secteur financier. Cet ouvrage, qui a eu un écho important aux États-Unis, ne remet pas en cause le capitalisme, mais propose cependant une réhabilitation du rôle de l’État afin de le réguler.

Haut de page

Notes

1 Piketty Thomas, Le Capital au XXIe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 2013.

2 Kuznets Simon, « Economic Growth and income inequality », American Economic Review, 45, n°1, 1955, p. 1-28.

3 Atkinson Anthony B., Piketty Thomas, Saez Emmanuel, « Top incomes in the Long Run Of history », Journal of Economic literature, volume 49, 2011, p. 3-71.

4 L’indice de Gini mesure la dispersion au sein d’une population donnée. C’est un indicateur d’inégalités de salaires (de revenus, de niveaux de vie, etc.). Il varie entre 0 et 1. Plus l’indice est élevé (se rapprochant de 1), plus l’inégalité est forte.

5 « Great leveling » (p. 194).

6 « American history tells us to expect inequality episodes, not a monotonic march driven by some law of capitalist development. » (p. 250)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Nirello, « Peter H. Lindert, Jeffrey G. Williamson, Unequal Gains. American Growth and Inequality since 1700 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 12 octobre 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21498

Haut de page

Rédacteur

Laura Nirello

Post-doctorante en économie, Audencia Business School, Nantes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page