Navigation – Plan du site

Abbas Fahdel, Homeland. Irak année zéro

Nicolas Lepoutre
Homeland
Abbas Fahdel, Homeland. Irak année zéro, Paris, Blaq Out, 2016.
Haut de page

Texte intégral

1Plus d’une décennie après l’invasion américaine de mars 2003, l’Irak ne semble pas parvenir à sortir de la spirale de guerre et de violence que ce conflit a contribué à provoquer, à tel point que les médias occidentaux s’en désintéressent progressivement. En 2016 pourtant, le film d’Abbas Fahdel, chronique de l’Irak des années 2002-2003, a été distingué par de nombreux prix. Alors qu’il vivait en France depuis l’âge le début de ses études de cinéma à 18 ans, Abbas Fahdel est retourné dans son pays natal pour y tourner Homeland, fruit d’environ 120 heures de prises de vue. Dans un entretien proposé en bonus du DVD, Fahdel expose clairement l’objectif qui a guidé son travail : en 2002, il s’agissait de garder une trace de l’Irak alors que la guerre se profilait, mission qu’il s’est assignée à la fois en tant que cinéaste et en tant qu’Irakien. Il souligne ainsi la peur qu’il a eue de voir son pays ravagé par des combats dévastateurs et disparaître, comme a pu être effacée, selon lui, toute connaissance de l’Hiroshima de la première moitié du XXe siècle avec le bombardement atomique du 6 août 1945. Le film est divisé en deux grandes parties, la première consacrée à la période précédant immédiatement l’invasion américaine de 2003, la seconde aux lendemains de la chute de Bagdad. Il est centré sur la vie quotidienne des Irakiens, vue à travers sa famille et notamment son neveu Haïdar.

2La première partie, intitulée « Avant la chute », court de février 2002 à février 2003, avant que le cinéaste ne doive rentrer en France. Elle permet de mesurer l’omniprésence de la guerre dans la société irakienne, non seulement celle du conflit à venir mais également des précédents (guerre Iran-Irak entre 1980 et 1988, première guerre du Golfe en 1990-1991, bombardements américains et britanniques lors de l’opération Desert Fox en 1998). La caméra reste largement confinée à l’intérieur de la maison familiale, à cause de l’interdiction de filmer en extérieur décrétée par Saddam Hussein. On observe les multiples préparatifs de la famille avant la guerre, de la constitution de réserves alimentaires au creusement d’un puits, en passant par le renforcement des bandes adhésives placées sur les fenêtres pour éviter la projection d’éclats de verre lors des bombardements. La dimension psychologique n’est évidemment pas absente et les Irakiens suivis oscillent entre une forme de fatalisme devant l’inéluctabilité supposée de la guerre à venir et une attitude bravache à l’égard des Américains, tandis que les enfants simulent des affrontements au cours de leurs jeux. On mesure également les difficultés et la pauvreté provoquées par la dictature, les affrontements récurrents et les sanctions, ainsi de ces coupures de courant incessantes – encore le réalisateur semble-t-il vivre dans une famille relativement aisée de la capitale. Les discussions politiques sont quasiment absentes de la première partie, ce que l’on peut comprendre aisément au vu de la nature du régime, même si la caméra reste dans l’espace intime, théoriquement plus propice à la liberté de parole. Des vidéos de propagande, volontiers martiales, à la gloire de Saddam Hussein apparaissent régulièrement sur la télévision familiale et viennent rythmer le propos.

3La seconde partie, « Après la bataille », démarre quelques jours après la chute du régime en 2003. Tournée en grande partie en extérieur, elle met l’accent sur les relations entre les Irakiens et l’armée américaine, massivement présente dans le pays. La communication semble difficile, la grande majorité des soldats américains ne maîtrisant pas même quelques mots d’arabe. Les pertes civiles et les destructions d’habitations, la très forte insécurité ainsi que la dégradation des conditions de vie entretiennent rapidement un mécontentement qui ne fait que croître. Une partie des Irakiens rencontrés par le cinéaste suggère alors implicitement ou appelle ouvertement à l’insurrection armée pour mettre fin à l’occupation du pays. Les tensions avec les États-Unis et la défiance envers les nouvelles autorités irakiennes nourrissent en définitive l’ambivalence de la population à l’égard de la chute de Saddam Hussein : une forme de nostalgie pour le régime baasiste, certes dictatorial mais qui assurait, aux dires de certains au moins, l’ordre et la sécurité, s’exprime parallèlement à la reconnaissance des acquis en termes de libertés publiques. Fahdel apparaît également très sensible à la destruction du patrimoine irakien (notamment celle des studios de cinéma de Bagdad, qui contenaient d’innombrables bobines de film).

4Ce film d’Abbas Fahdel nous pousse naturellement à nous interroger sur notre rapport aux images des conflits. Alors que la couverture médiatique de certaines guerres est dorénavant continue ou peu s’en faut, force est de constater que les innombrables images de destruction ne nous émeuvent plus guère. L’intérêt de cette longue plongée – un peu plus de 5h30 – dans la vie quotidienne d’une famille irakienne est justement qu’elle permet de s’attacher aux personnages et de les ré-humaniser. C’est cette sortie de l’anonymat qui rend si tragique la mort du petit Haïdar, dont on avait vu se forger la conscience politique. Les proches du réalisateur suivis tout au long du film ne sont sans doute pas complètement représentatifs de la société irakienne ; ils apparaissent ainsi d’un niveau social plutôt élevé, les neveux et nièces faisant par exemple des études supérieures. Les multiples rencontres avec des Irakiens très divers compensent toutefois cette faiblesse relative.

5Le sous-titre du documentaire, Irak année zéro, fait clairement référence au célèbre film italien Allemagne année zéro, sorti en 1948 et dans lequel Roberto Rossellini suit une famille berlinoise au sortir de la Seconde Guerre mondiale. La démarche présente en effet plusieurs similitudes (le rôle central de l’enfant dans le film, les déambulations dans une ville dévastée par la guerre, etc.). L’idée de destruction totale à la fois du pays et des rapports sociaux normaux entre êtres humains, au cœur du travail de Rossellini, est sans doute moins pertinente à première vue dans le cas irakien. L’une des dimensions du documentaire d’Abbas Fahdel serait précisément cette résilience de ses compatriotes face au conflit, car la société irakienne ne semble pas – ou pas encore ? – complètement disloquée dans les mois qui suivent l’invasion de mars 2003. Ce parti-pris reflète toutefois clairement la peur du réalisateur franco-irakien et apparaît presque prémonitoire si l’on considère les tragédies survenues depuis (guerre civile de 2006-2008 et émergence d’Al-Qaida en Irak, devenue l’Organisation de l’État islamique).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lepoutre, « Abbas Fahdel, Homeland. Irak année zéro », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 17 octobre 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/21517

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page